Heurt de passants à Bougara : le bilan s’alourdit à sept morts

Bougara heurt passants
La 7e victime est un enfant de 12 ans qui se trouvait en réanimation au CHU Frantz-Fanon. New Press

Le bilan de l’accident causé par un véhicule utilitaire qui avait percuté des passants au niveau de la commune de Bougara (est de Blida), le 13 du mois courant, s’est élevé à 7 morts et 9 blessés suite au décès, mercredi, d’une 7e victime, a-t-on appris jeudi du directeur de la santé de la wilaya.

La 7e victime est un enfant de 12 ans qui se trouvait en réanimation au CHU Frantz-Fanon, où il a rendu l’âme mercredi soir des suites de la gravité des blessures à la tête, a indiqué à l’APS Mohamed Djemaï, signalant que le reste des blessés ont quitté l’établissement, après l’amélioration de leur état de santé.

La mort de cet enfant survient quelques jours seulement après le décès de la 6e victime, une fillette de 13 ans qui a succombé à ses blessures, a déploré M. Djemaï, arrêtant ainsi le bilan définitif de cet accident à 7 morts et 9 blessés.

Cet accident de la route avait causé, le jour même de sa survenue, la mort de 4 personnes et fait 12 blessés, avant de voir son bilan porté, deux jours après, à 5 morts après qu’un enfant d’une dizaine d’années ait succombé à ses blessures au service de réanimation du CHU Frantz-Fanon.

Les premiers résultats de l’enquête, diligentée au sujet de cet accident survenu à la mi-journée de mardi 13 mars à la cité Aïn El-Barda, mitoyenne du technicum El-Akbi et de l’école primaire Hamza-Mohamed, ont démontré que le chauffeur, souffrant de plusieurs maladies chroniques (hypertension artérielle et diabète), «a eu un malaise qui lui a fait perdre le contrôle de son véhicule fauchant sur son passage plusieurs passants», avait indiqué dans une déclaration à l’APS le chef de cabinet du wali de Blida, Aït Ahmed Mohamed.

R. N.

Comment (9)

    Argelino
    31 mars 2018 - 16 h 12 min

    L’Etat doit être intransigeant et sourcilleux lors de l’octroi du permis de conduire en exigeant un certificat de non atteinte par le postulant de maladies à l’éxemple de l’épilepsie

    Anonyme
    31 mars 2018 - 14 h 20 min

    « Dark El Watani » et « Chourta » sont les premiers responsables de ce qui est en train de se passer!!! Controle médical, stress, surmenage et tensions n’existent pas dans les fourgons, mais les… radars existent bel et bien! Malheureusement, sans incidence réelle sur la diminution du nombre d’accident mortels en Algérie.
    Un P.V, c’est comme une vignette, c’est un impot, une source de revenue pour l’état, pour colmater le déficits budgétaire abyssal et couvrir de dépenses inutiles de l’état bureaucrate des hauts fonctionnaires surpayés

    A3zrine
    30 mars 2018 - 21 h 20 min

    Rabi yarham tous ces morts, et sabr lalwaldine. Une relle pensée pour ces enfants.

    10
    2
    Anonyme
    30 mars 2018 - 9 h 17 min

    En Algérie pire que les terroristes les chauffards et au USA ,les étudiants

    1
    8
      MELLO
      30 mars 2018 - 14 h 22 min

      Sans oublier de citer tous ces incapables de prendre en charge des blessés au niveau des hôpitaux. Comment comprendre qu’un accident qui ait pu provoquer la mort de 4 personnes et fait 12 blessés, sur le coup , on ait pu enregistrer encore 3 autres victimes à l’hôpital.
      Un blessé reste un blessé, donc la possibilité de le récupérer existe, pour peu que le personnel médical fasse le travail CONVENABLEMENT. Triste Algérie.

      3
      5
    BEKADDOUR MOHAMMED
    30 mars 2018 - 4 h 36 min

    ADDITIF : D’abord mes condoléances aux familles endeuillées, particulièrement aux familles des enfants, la bêtise fi El Jazaïr n’est pas une fatalité, nous ne sommes pas ces tarés que le colon français voyait en nous, nous devons nous sauver de la bêtise qui existe dans toutes les collectivités de la planète, nous avons en nous des êtres intelligents et sincères, il faut l’homme qu’il faut à la place qu’il faut pour qu’une fillette, un garçonnet de 12, 13 ans vivent HEUREUX, alors nous serons un monde d’adultes HEUREUX;

    11
    9
    BEKADDOUR MOHAMMED
    30 mars 2018 - 3 h 30 min

    @ »le chauffeur, souffrant de plusieurs maladies chroniques (hypertension artérielle et diabète), «a eu un malaise qui lui a fait perdre le contrôle de son véhicule »
    —————————————————————————————————————–
    Comment rester inerte à la lecture d’un tel fait !
    Je l’écris poussé par une intention de bien, « Houbbou El Watan mina El Imane » ! Ce malheur n’est pas le fruit d’une fatalité, mais une claire leçon d’alarme sur ce Nous victime lui aussi de plusieurs maladies chroniques des coeurs et des esprits. Il y a tant de « Chauffeurs » affublés du titre de « Responsables », avec des salaires qui font envie, mais sinon vrais irresponsables du moins stériles, et pour nous limiter à ce chauffeur d’un utilitaire, ses maladies auraient dû lui valoir l’interdiction de conduire, et une aide de l’état pour sa subsistance (Etc.). Il y a des « choses » à corriger, la mort de ces enfants de 12 et 13 ans devrait éveiller les consciences de nos « illustres » douctours, pas ceux qui ont acheté leur doctorat évidemment, non ceux qui l’ont payé par la sueur de leurs neurones !

    11
    9
      RezkideBelcourt
      30 mars 2018 - 8 h 31 min

      C’est juste un malheureux accident, le chauffeur ne voulait ni être malade ni provoquer cet affreux accident. Comment juger et diagnostiquer des chauffeurs malades pour les écarter de la conduite.
      Votre écrit est mal placé dans le contexte actuel

      11
      9
      abdel
      30 mars 2018 - 14 h 24 min

      que vient faire ici le « colon français » et « la bétise »?c ‘est un banal accident(malgré le nombre de victimes elèvé », accidents qui se produisent quotidiemment sur les routes en algerie, et en quoi les medecins sont resposables,?décidément il faut décoder ce que vous dites

      6
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.