Hanoune appelle au dialogue et à la concertation pour la «résolution des problèmes»

Hanoune concertation
La secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune. New Press

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a appelé, samedi à Constantine, au dialogue et à la concertation pour «la résolution des problèmes soulevés dans les différents domaines». «Le front social enregistre des mouvements de contestations dans les domaines de la santé, l’enseignement supérieur et l’éducation nationale, notamment, d’où l’urgence d’ouvrir des canaux de dialogue, de communication et de concertation pour trouver les solutions adéquates», a souligné Mme Hanoune au cours d’une rencontre régionale regroupant les cadres de son parti, issus de sept wilayas de l’est du pays, tenue à la salle Ahmed-Bey.

Le Parti des travailleurs s’est engagé à «accompagner les aspirations des Algériens, notamment les jeunes», a-t-elle ajouté, soulignant que sa formation politique œuvre à défendre les droits et les acquis du peuple.

Dans ce contexte Mme Hanoune a plaidé pour «l’arrêt de la politique d’austérité, et la préservation de la propriété collective de la nation», deux éléments qu’elle a qualifié d’«importants» qui permettront, a-t-elle soutenu, d’«éviter les retombées négatives de l’actuelle conjoncture socio-économique».

R. N.

Comment (3)

    LOUCIF
    1 avril 2018 - 13 h 53 min

    Autant je critique toujours tata Louisa quand elle encense Bouteflika , autant je suis d’accord avec son idée «de refondation politique, qui ne peut se concrétiser qu’à travers la convocation des élections pour une Assemblée nationale constituante qui sera composé de personnalités intègres, de représentants de la société civile, de technocrates et qui sera dotée de pleins pouvoirs pour établir un calendrier électoral pour élire de nouvelles instances du pouvoir.

    Mais il faut que tata détaille encore plus sa proposition et ne pas s’arrêter là ! Si c’est une nouvelle république que nous devons faire naître il faudrait aussi :

    1- que cette Constituante élabore une nouvelle Constitution qui viendra clarifier le fonctionnement des institutions et définir le projet politique digne d’une République algérienne démocratique, moderne, sociale et où le politique devrait être séparé du militaire et du religieux. Nous sommes désormais un pays amazigh, arabe et musulman et personne ne devrait avoir le monopole ni sur la religion, ni sur la langue, ni sur la culture, ni sur l’armée. Il faut avoir le courage d’interdire tous les partis politiques qui utilisent la religion, l’armée, la culture, la langue, le régionalisme comme base de leur programme ou de leurs activités partisanes ! Au nom de liberté d’association il peut certes exister des associations culturelles, religieuses, etc…etc.. ! Au nom de la liberté d’association, les associations religieuses ont le droit d’exister mais elles ne devraient s’occuper que de théologie, d’exégèse et de liturgie, c’est à dire de l’ensemble des rites, cérémonies et prières dédiés au culte de Dieu et du Prophète Mohamed (qlsssl), mais pas pour interférer ou interagir dans le politique !

    2 – désigner une nouvelle Commission indépendante chargée de l’organisation et du contrôle des élections dont les représentants ne sont pas désignés par le pouvoir exlusivement.

    3- organiser un référendum populaire pour faire adopter et rendre crédible auprès du peuple cette Nouvelle Constitution qui précisera les conditions qui garantissent l’équilibre des pouvoirs, l’alternance politique, le fonctionnement des partis politiques et leur financement, l’indépendance de la justice.

    4- adoption d’une nouvelle loi sur les partis politiques et leur mode d’organisation et de financement.

    5- ce n’est qu’au lendemain de cette Constitution que les partis politiques, tout en se conformant aux nouvelles lois, pourront alors se lancer en toute liberté dans un combat politique partisan de conquête du pouvoir par les urnes avec un programme politique et économique établi selon leur propre vision partisane : choix d’une économie libérale, socialiste, étatique, ouverte sur le monde ou autarcique etc… ; organisation du fonctionnement des wilaya, des régions, des collectivités locales, des APC etc…

    6- L’Armée devrait se cantonner dans sa fonction de base à savoir la préservation de la souveraineté, la défense du pays et se porter garante du caractère pacifique et démocratique de cette transition.

    A bon entendeur salut ! Ou on change vraiment les choses, ou on va cueillir les champignons et chasser les sanglier !

    44
    3
      LOUCIF
      1 avril 2018 - 19 h 44 min

      Madame Louisa Hanoune, j’aoublié de vous dire une autre chose importante que j’adresse aussi aux autres partis de l’opposition ,c’est le point 7- qui en principe devrait être le point numéro 1-

      – 7 Il faut refuser d’aller à n’importe quelle future ou prochaine élection tant que le système politique reste le même et qu’il n’y a aucune inflexion du pouvoir.

      Je viens d’apprendre que la HIISE , la Haute instance indépendante de surveillance des élections place déjà son décor et se prépare en vue de l’élection présidentielle . Ce qui signifie que cette instance garde sa composition et ses prérogatives comme précédemment ! Elle a déjà prévu quatre rencontres durant ce mois à Biskra, Alger, Sidi Bel Abbès, Sétif soit disant pour débattre de ses missions !

      Attention Madame, si encore vous allez au élection avec le statu quo politique, vous ferez encore une autre bêtise et vous conforterez encore une fois le pouvoir !

    PREDATOR
    31 mars 2018 - 20 h 46 min

    le même disque rayé

    4
    21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.