La contagion s’étend : des citoyens lancent une campagne de boycott de la sardine

sardine boycott khellih ey'oum
Après les voitures, le boycott de la sardine... D. R.

Par R. Mahmoudi – Après «Khelliha tssadi» (Laissez-la rouiller), lancée depuis quelques semaines sur une page Facebook, pour appeler les Algériens à boycotter l’achat des voitures, en signe de protestation contre la hausse «injustifiée» de leurs prix, des citoyens viennent d’initier une nouvelle campagne de boycott sur les réseaux sociaux avec comme slogans : «Khellih ye’oum» (Laissez-le nager) ou «Khellih yefsed» (Laissez-le pourrir), visant, cette fois-ci, l’achat de la sardine, en raison de son prix jugé exorbitant.

En effet, la sardine, qui jadis faisait partie des plats les plus populaires chez les Algériens, tant elle était accessible aux plus bas revenus, est devenue à 500-600 dinars le kilogramme hors de portée. On ne parle plus des prix des autres variétés de poisson et des crustacés qui varient entre 1 000 et 2 500 dinars.

Ainsi, des citoyens de Chlef, de Jijel et de plusieurs villes et localités d’Algérie ont ouvert des pages Facebook pour relayer et amplifier l’appel au boycott, avec des illustrations montrant des dizaines de cageots de sardines entassés dans des marchés ou près des ports de pêche, mais dont rien ne prouve toutefois l’authenticité, comme pour montrer le succès de la campagne et inciter un maximum de gens à y adhérer.

On dénonce la cupidité des poissonniers qui s’ingénient à maintenir le prix de la sardine à un niveau élevé, comme l’a montré une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, en décembre dernier, montrant des personnes en train de jeter de grandes quantités de sardine à la mer, dans le seul but d’éviter un déséquilibre entre l’offre et la demande.

S’il est encore trop tôt pour connaître l’étendue et l’ampleur de cette campagne, puisqu’elle vient de commencer, tous les commentaires semblent enthousiastes et expriment un soutien sans réserve aux initiateurs, qui préfèrent pour l’instant garder l’anonymat. Certains commentateurs ne manquent pas d’y apporter une caution religieuse, en rappelant une sagesse attribuée au calife Omar suggérant à des fidèles venus se plaindre à lui de la cherté de certains produits, de «les laisser à ses vendeurs». Il reste à savoir si l’intrusion du discours religieux s’arrêtera là.

D’autres curieux appellent à généraliser ce type d’initiatives à d’autres produits, de consommation et autres, touchés par la flambée des prix.

R. M.

Comment (36)

    Felfel Har
    4 avril 2018 - 21 h 05 min

    Le boycott est une arme redoutable pour ceux qui savent l’utiliser à bon escient. Lorsque les autorités compétentes en matières de contrôle de prix et de la qualité sont défaillantes, le consommateur doit se prendre en charge, faire entendre sa voix et décréter des actions de désobéissance civile en refusant d’être pillés par des commerçants véreux abusant de leur position de force. C’est vrai pour les marchands de sardines, les pâtissiers, les vendeurs de fruits et légumes, les concessionnaires de voitures, les transporteurs de passagers par bus, par train et même par avion, et en bref tous ces ces commerçants qui manipulent l’offre sur le marché pour gonfler les prix ou qui créent et profitent de certaines situations préjudiciables aux citoyens (pénuries etc.). Il faut savoir organiser ce mouvement de protestation pacifique, le doter d’un code de conduite et de discipline et d’un plan d’actions citoyennes pour clamer haut et fort que l’ère du consommateur taillable et corvéable à merci est révolue. Il ne faudra pas s’arrêter en si bon chemin; il convient aussi d’envoyer un message fort en direction des organisateurs d’élections à tous les niveaux pour leur faire comprendre que si les conditions pour une consultation populaire ne sont pas transparentes, honnêtes et propres, le peuple se réserve le droit de les boycotter. Il faut en finir avec le mépris du citoyen.




    18



    1
    Farid1
    4 avril 2018 - 20 h 01 min

    J’adhère totalement à cette initiative….J’espère que d’autres similaires suivront…
    Il faudrait surtout sensibiliser les nouveaux riches qui achètent sans rechigner sur les prix et qui ne sont pas conscients que ce sont eux qui font le bonheur de ces spéculateurs.




    20



    1
    Anonyme
    4 avril 2018 - 18 h 57 min

    Comme quoi, la véritable «Siyasset arfa3 rassek ya Ba» ne vient, et ne viendra, jamais d’en haut !
    Et cette initiative en est la preuve la plus éloquente.
    Chapeau bas aux initiateurs d’une telle démarche ! Puisse de tels gestes se multiplier et se généraliser à tous les domaines pour permettre aux algériens d’être les seuls maitres de leur destin, de leurs richesses et de leur Pays.




    30



    1
    Bouzorane
    4 avril 2018 - 18 h 22 min

    Il faut boycotter le mouton de l’aid.
    Pour baisser le prix de la viande toute au long de l’année. Pour faire croître notre cheptel. Pour que cesse les traitement aux hormones, aux antibiotiques… etc.
    Mais cela est impossible à faire dans une société algérienne tellement intoxiquée à la religion!
    Je précise que je ne suis pas contre l’islam et qu’il y a une différence énorme entre la religiosité et l’intoxication à la religion. C’est la différence entre un aliment sain et un aliment avarié.
    Un aliment avarié peut provoquer la mort. Au mieux, il provoque une diarrhée!
    Mais justement, chez les intoxiqués diarrhéiques, la différence entre religiosité et intoxication à la religion reste inaudible!




    15



    3
    Mohamed
    4 avril 2018 - 18 h 21 min

    Salam aleikoum

    Dites moi, si nous boycottons, allons nous mourir ? NON, au contraire, nous sortirons plus forts…
    Alors boycottons ces sardines pour que le prix baisse car la sardine est très importante pour la santé plus que vous ne le croyez mais hélas elle est inaccessible…
    Voilà les biens fait de la sardine :
    – Favorise la santé cardiaque
    – Le renforcement des os
    – Contribue à la croissance et au développement du corps
    – Les sardines apportent de la vitalité et de l’énergie
    – Anti-oxydant
    – Contribue à la perte de poids
    – La dégénérescence maculaire liée à l’âge
    – Anti-cancer
    – Idéale pour une peau saine
    – Renforcement du système immunitaire
    – Réduit la résistance à l’insuline
    – Source de protéines
    – Favorise la santé du cerveau
    – Renforce les articulations
    C’est le fait que nous n’arrivons plus à consommer la sardine convenablement que les maladies comme cardio-vasculaire, l’obésité et certaines maladies auto-immunes sont en nettes croissance en Algérie.

    Boycottons la sardine et nous sortirons plus fort




    25



    1
    Amcum
    4 avril 2018 - 17 h 53 min

    Bonne initiative à mon sens.
    J’ai une nette préférence pour l’appelation « Khelih i3oum » car ça un rapport positif avec la vie !
    Salam




    12



    1
    A3zrine
    4 avril 2018 - 16 h 45 min

    Comment traiter ce phénomène économiquement, on peut tout prévoir sauf le comportement de l’être humain in fine, la théorie économique ne nous délivre pas une réponse juste et finale.
    Devant la cherté des articles, le consommateur lambda répond par le boycott espérant que l’autre sujet économique qui est le vendeur répondra par une baisse systématique du prix, mais là où réside le problème, c’est quand le vendeur change de comportement et répond par un acte violent qui consiste à plutôt jeter sa marchandise que de la brader. Connaissant l’Algérie et sa personnalité belliqueuse, il optera pour le NIF et KHSARA, un concept totalement étranger et méconnu à la théorie économique moderne prônée par Keynes et les autres.
    C’est juste pour vous dire qu’en sillonnant le monde vous vous rendez compte qu’ailleurs on marche sur les pieds sauf chez nous , on marche sur la tête, l’Algérie et l’algerien avec défient toutes les lois physiques et économiques.




    14



    0
    moula
    4 avril 2018 - 16 h 05 min

    chacun de nous doit informé ceux qui n’utisent pas les réseaus sociaux………..




    23



    0
    pragmatisme
    4 avril 2018 - 14 h 07 min

    Chers concitoyens,algériennes algériens le boycottage, des produits chers de tous les domaine, est la seule arme qui nous restent contre ces crapules sans scrupules.Je préfère ne pas les nommer avec le mot MAFIA avec un grand même parce que cette dernière est trop noble pour eux,en effet la véritable MAFIA aide les pauvres dans les pays ou elle sévit.




    16



    1
    Boycotteur
    4 avril 2018 - 13 h 19 min

    Boycotons tout le poisson c’est trop chère.
    Chiche.




    24



    2
      Anonyme
      4 avril 2018 - 18 h 40 min

      Et si on boycottait vraiment les prochaines présidentielles, notamment si fakhamatouhou se re-re-re-re-re-présente encore ?!
      C’est peut-être un rêve, mais ce serait bien qu’ils puissent enfin comprendre que c’est le peuple qui décide dans ce pays et non eux !
      Alors, personne n’ira voter si fakhamatouhou est candidat ! Parce qu’il n’est plus en mesure d’accomplir les missions qui sont dévolues à un président de RADP.




      3



      2
    Anonyme
    4 avril 2018 - 12 h 41 min

    Comment faire pour appliquer ce genre de stratégie aux «politiciens» qui nous gouvernent malgré nous et contre notre propre volonté ?
    Quelqu’un a une idée de quelle manière on pourrait s’en débarrasser et de pouvoir ainsi vivre dans une 2ème République où ce sera la seule voix du peuple algérien et les intérêts exclusifs de l’État algérien qui primeront sur ceux des rapaces de la politique et de l’argent ?




    11



    2
      Anonyme
      4 avril 2018 - 17 h 08 min

      l annee 2019 c est pas loin et le mandat du president elu Bouteflika prendra fin,tu peux alors participer aux elections dans le respect de notre constitution.Nous avons des devoirs et des droits qu il faut respecter




      3



      2
        Anonyme
        4 avril 2018 - 18 h 46 min

        Parce que les élections se sont, bien entendu, toujours déroulées dans la transparence la plus totale, sans fraude massive, en respect de la Constitution et du choix des électeurs, n’est-ce pas ?
        Smahli, mais je crois que même si nous vivons dans le même pays, nous ne vivons manifestement pas sur la même planète !




        2



        1
    Moskosdz
    4 avril 2018 - 12 h 09 min

    Si j’avais un quelconque pouvoir sur cette terre,j’interdirai carrément toute pêche dans les mers et océans,l’homme est entrain de causer un désastre,trop,c’est trop,on en prend plus à ce que nous donne la mer.




    17



    3
    Algérienne-DZ
    4 avril 2018 - 12 h 06 min

    Il fût un temps où la sardine coutait 2 DA/kg, à la portée de tout le monde.
    En 2018, la sardine est devenue un lux .
    Pour un pays qui a 1200km de côte, C’est injustifiable ?
    Boycottons cette sardine qu’on ne fait que regarder tellement elle est chère




    23



    1
    Mia
    4 avril 2018 - 11 h 22 min

    Le boycotte est une très bonne initiative pour nous les algériens, les ménagères ont commencé il y’a quelques années à boycotter le kalbalouz et les gâteaux au miel durant le mois de ramadhan, ces friandises qui étaient vendues à des prix exorbitants avec une file d’attente interminable et le résultat a été positif, moi même j’ai jugé de ne rien acheté comme gâteau pendant le mois du ramadhan….pour la simple raison que j’ai acheté une mhancha…une spirale au miel que le boulanger a fouré de kalbalouz qui lui restait d’hier à un prix tres cher….je fais de même pour la sardine avant qu’il n’y ait cette vague de boycotte…il faut faire cela à tous les produits qui deviennent inaccessibles aux citoyens sauf à nos chers nouveaux riches…..




    25



    4
      Anonyme
      4 avril 2018 - 15 h 46 min

      Les nouveaux riches ou plutôt les anciens pauvres ne savent pas mangé, c’est des ploucs, tu penses que c’est tout le monde qui sait mangé la sardine?




      7



      1
        Anonyme
        4 avril 2018 - 19 h 10 min

        On a toujours eu le reflex de mépriser la sardine en la regarder de haut. Or, peu de gens savent que c’est le nec plus ultra des produits de la mer. C’est en effet le poissons le plus bénéfique pour la santé humaine en terme d’apports nutritifs.
        Mais ce n’est pas pour autant qu’elle doit se vendre à des prix aussi débiles, pour ne pas dire aussi malhonnêtes !




        12



        0
    Anonyme
    4 avril 2018 - 11 h 11 min

    Qu’est ce qu’on est serré au fond de cette boite chantent les sardines entre l’huile et les aromates.C’est pas fait pour penser, c’est fait pour faire la fête, c’est fait pour se toucher, se frotter les arêtes, alors on se rassemble à 5,à 6 ou 7 et puis on saute ensemble en chantant à tue tête. Faut chanter les sardines pardi…




    21



    4
    Kahina-DZ
    4 avril 2018 - 11 h 06 min

    Une très bonne initiative. Il faut Boycotter les sachets de lait qui font courir les misérable à longueur de journée.
    Il faut appliquer le boycott dans tous les domaines, y compris l’immobilier .




    33



    0
    Vangelis
    4 avril 2018 - 10 h 42 min

    Les commerçants et industriels algériens ont détruit toutes les théories économiques.

    Keynes et consorts doivent se retourner dans leurs tombes.

    Il n’y a plus d’inflation par la demande, il y a délibérément inflation par les agissements criminels de ces commerçants et industriels qui préfèrent arrêter de produire, casser, détruire ou jeter leurs marchandises que de les mettre à la disposition des citoyens.

    Le danger, qui apparemment n’est pas pris en compte, est que cette inflation qui ne trouve pas de fondement économique peut dégénérer en hyperinflation mortelle pour le pays et aussi par ces mêmes commerçants et industriels qui s’apercevront alors que leurs marchandises et tellement hors de prix qu’elles leurs resteraient sur les bras, faisant alors l’effet inverse, où les prix, cette fois-ci descendront à la cave avec son lot de déflation.

    En somme, ces opérateurs  » algériens  » et/ou étrangers font peut être des affaires pendant un temps mais ils ne le feront pas tout le temps car les prix auront atteints de tels sommets que leurs marchandises leurs resteront sur les bras.

    On en revient alors à plus de mesure et une orthodoxie économique, mais après des spasmes et des contractions douloureuses pour tous.




    22



    3
    الهوارية
    4 avril 2018 - 10 h 33 min

    Dans ce cas faut pas aller à la pêche, il est préférable de boycotter la vente du gasoil que d’aller dépouiller la mer de ses poissons pour les laisser crever. Green Peace va se charger de punir ce genre de pratique (le pourrissement de denrée alimentaires venant de la mer)
    Moi, je ne mange plus le poisson frais depuis 6 mois à cause de la noyade de nombreux réfugiés.
    J’achète du poisson congelé d’Islande. Si je ne trouve pas, je ne mange pas

    Je vais jeter mon poisson rouge de son bocal dans la Garonne en solidarité avec mes compatriotes algériens 🙂




    15



    9
    elhadj
    4 avril 2018 - 10 h 24 min

    Enfin , c est le signe que les citoyens commencent a réaliser qu ils ne sont plus que de simples tubes digestifs facilement soumis aux diktats des spéculateurs de tout bord .le boycott devra s étendre a tout produit dont le prix de vente est juge excessif des lors que les services de régulation et de contrôle de l Etat semblent être inefficaces pour juguler la spéculation et le laisser faire . C est une action citoyenne qui devra donner un peu plus de dignité et inciter au respect des consommateurs. les augmentations injustifiées du yaourt + 5 DA, la sardine a Constantine a 750 DA, la pâtisserie confectionnée avec des produits conventionnes a des prix inabordables,les fruits et légumes achetés sur pied par des spéculateurs en connivence avec les producteurs aides par l Etat qu on laisse pourrir etc etc




    25



    2
    Abou Langi
    4 avril 2018 - 10 h 19 min

    La sardine à 600DA ? C’est surement un complot ourdi de « l’Etranger ».

    Il y a quelques temps 3emmi Nacer, un vieux zimigri qui avait trimé pendant trente- cinq ans comme couvreur en France, est rentré avec une bonne retraite au pays pas loin de trentre brique d’aujourd’hui.
    Au marché des chalants s’agglutine autour d’un marchant de fruit et légumes. Ach’hel la3neb ya kheddhar ? Khemsa ou thlathine alef. Tous le monde autour proteste, kifech 35000, wachnou hadda, iksitira iksitira. 3emmi Nacer s’approche du marchand et lui dit: hatni kane setsa kilou, ouhadou yaklou errahdj.

    Non 3emmi Nacer n’est pas cynique et encore moins égoïste. Au contraire les six kilos c’est aussi pour ses voisins. Il fait la même chose quand il achète de la viande, jamais pour lui seul. C’est la mutation sociologique qui l’enrage.

    Mais tous les produits sont quasiment plus chers qu’en Europe. Quand batata atteignait les 120 DA je l’achetais 1euro 99 les 10 kilos. Pour tous les fruits en saison c’est pareil. La viande n’en parlons pas. Il y a une course folle à l’enrichissement partout. Faites venir un peintre chez vous ça vous coutera la peau des …. Idem pour un plombier un, électricien, un maçon. Et encore, si au moins on avait à faire à de vrais professionnels. J’ai fait refaire la peinture chez moi croyant que ça allait ne me couter pas plus de 6000 DA : trois jours de travail au grand max. 70.000 et il y avait autant de peinture sur les vites le sol et le plafond. Je ne vous parlerais pas du tableau électrique : un vrai nid de serpents. Tout ce beau monde a appris sur le tas et s’est improvisé une profession. Sur l’autoroute des gamins qui cueillent thagheddiwth (elgarnina) qu’ils n’ont ni semée, ni binée, ni désherbée, la revendent 200 DA la botte de quelques centaines de grammes. Idem pour karmous nsara. Alors là les figues, les cerises, inutiles de les approcher 1500 DA pas plus grosses que des pois chiches. 6000 DA pour changer un thermo-coupe, 10000 pour flâcher un téléphone. Deux milles pour reconfigurer un démo, 3000 pour retirer une chaussette qui bloquait la vidange de la machine à laver, 5000 pour remettre du gaz dans le frigo : tous ça chez mes bofs qui ont vendu leur cerveau à l’islamisme. Je regardais ahuri tous ces mutants qui sont pourtant tous universitaires. En Europe et quand je vicais en Algérie je n’ai jamais fait venir un professionnel pour ces choses là. Il ne pas faut sortir de la Nasa pour changer un robinet, poser du papiers peint, étaler de la peinture sur un mur ou un plafond surtout que ceux que vous faites venir sont à peine plus bricoleurs que vous.

    De nos jours nos montagnards, ceux qui restent, font des kilomètres pour acheter du pain, du lait des œufs. Dans mon enfance je n’ai jamais acheté, un œuf, une pomme de terre, un poulet, du lait, une tomate. Tout venait de notre petit potager. Cinq six pieds de tomates nous faisaient la saison.
    Je ne dis pas ça pour tous, y’en a qui ont besoin, comme dirait Colluche, mais tout de même !

    Aujourd’hui tout ce beau monde s’est rurbanisé nos montagnes sont envahies par des corbeaux noirs et de drôles de vautours en qamis.
    Et pourtant que la montagne était belle.




    32



    3
      Mia
      4 avril 2018 - 11 h 30 min

      Bien dit, et je partage votre avis, notre pays s’est clochardisé et envahi par des vautours à tous les niveaux….sans valeurs et sans pudeur




      17



      1
      Zaatar
      4 avril 2018 - 14 h 46 min

      Comment peut on s’imaginer, en voyant un vol d’hirondelles, que l’automne vient d’arriver. Ils quittent un à un leur pays pour s’en aller gagner leur vie loin de la terre où ils sont nés. Depuis longtemps ils en rêvaient de la ville et de ses secrets du formica et du ciné.




      17



      1
    Anonyme
    4 avril 2018 - 9 h 33 min

    Le consommateur est roi,sa principale arme contre la speculation est le boycot….point barre




    41



    0
    Pas acheter
    4 avril 2018 - 9 h 22 min

    très bonne initiative bravo! il y’a toujours un début a tout…..




    35



    0
    nectar
    4 avril 2018 - 9 h 10 min

    C’est l’argent bachkara et mal acquis qui fait que tout est cher et sans valeur..Quand l’argent devient Dieu et la corruption sa religion, il faut pas s’étonner de toutes ses dérives orchestrées par un système pourri et aux ordres de la mafia.




    25



    0
    RezkdideBelcourt
    4 avril 2018 - 8 h 39 min

    Comme les temps ont changés, ma sœur est allé demandé la main d’une fille el khotba quoi, puisque qu’on est en 2018, et ne pas venir les mains vide, elle a offert un joli cadeau, 3 litres de lait en sachet et 2 kg de sardines, il parait que les parents de la futur marié étaient aux anges.




    19



    9
    Anonyme
    4 avril 2018 - 7 h 28 min

    le peuple doit prendre son destin en main
    l’état s’il en existe un est quasiment absent partout, c’est la pagaille




    25



    2
    Anonyme
    4 avril 2018 - 7 h 09 min

    TRÈS BONNE ACTION.




    41



    1
    RAYES EL BAHRIYA
    4 avril 2018 - 5 h 37 min

    LE CALIF OMAR N AVAIT PAS LES MOYENS DE GOUVERNANCE ET LES COMMERCANTS FAISAIENT

    LA LOI.

    DE NOS JOURS C EST PIRE .

    OU EST LA LIBERTE ET LA DIGNITE PROMISE EN 1962….




    26



    8
    Anonyme
    4 avril 2018 - 5 h 27 min

    Je vais informer mon entourage pour qu’ils boycottent la sardine qui coutait 2 DA dans les années 80.
    Khaliha T-Fou7 ( pourrir).




    37



    4
    Sadanex
    4 avril 2018 - 5 h 26 min

    A quand le tour de la banane.
    Vous savez qu’en Europe la banane coute moins d’un euro alors que leurs frais coutent au moins dix fois plus que les notres (carburants, smig, taxes …).
    Chez nous, avec la bénédictions du gouvernement Tebboune qui leur a fixé dans le cahier des charges un prix de 350 Dinars, la banane coute soit 3 fois plus cher qu’en Europe.
    La question qui se pose « Est ce que nos importateurs ne savent pas acheter » . A mon avis ceci est improbable. Il ne s’agit que d’une autre combine destinée à plumer le pauvre algérien.




    36



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.