ExxonMobil s’entretient avec Sonatrach pour s’installer en Algérie

ExxonMobil Sonatrach
ExxonMobil a déjà tenu plusieurs rencontres avec Sonatrach. D. R.

Par Meriem Sassi – La compagnie américaine ExxonMobil a déjà tenu plusieurs rencontres avec Sonatrach, à Alger, et veut s’installer en Algérie,  selon le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould-Kaddour,  qui s’exprimait aujourd’hui à Oran, en marge des Journées scientifiques et techniques de Sontrach (JST 2018)

La major américaine prospecte actuellement et s’enquiert des conditions sécuritaires en Algérie,  et veut connaître le groupe algérien pétrolier et gazier et les changements intervenus au sein du groupe, assure le patron de Sonatrach.

Abdelmoumen Ould-Kaddour précise que la visite en Algérie d’ExxonMobil a coïncidé avec une visite des membres du congrès américain qui ont fait un déplacement au sud du pays, dans le périmètre d’El-Merk dans le bassin de Hassi Berkine. Selon Ould-Kaddour, les parlementaires américains ont été très satisfaits,  ce qui est en soi un témoignage réconfortant et un indice de l’amélioration des conditions de sécurité dans le pays. «Nous espérons conclure quelque chose avec ExxonMobil dans un avenir proche », insiste encore Ould-Kaddour

M. S.

Comment (5)

    manman1954
    20 avril 2018 - 4 h 36 min

    @merikani et Badre
    N’êtes-vous pas des Marroquis ? Il n’y a que ces gens là qui ne nous veulent pas du bien.
    Si ExxonMobil s’associe avec Sonatrach, tant mieux pour l’Algérie et tant pis pour le royaume du Haschich ! N’oublier pas que les gisements de Hassi Berkine et d’Ourhoud ont été découverts, en 1994, avec l’aide des américains (Anadarko).
    Une exploitation agricole géante ne peut être gérée que dans la transparence totale, selon les règles économiques internationalement établies. Alors que les petites fermes n’ont pas la masse critique pour travailler dans la transparence. Elles passent rapidement sous les fourches caudines des intermédiaires, peu scrupuleux, qui les entraînent dans des trafics et dans la spéculation.

    merikani
    19 avril 2018 - 7 h 59 min

    oulaaaa! attention il faut bien réfléchir…c’est comme les très gros projets qui tuent l’activité interne.
    100 fermes à lait valent mieux qu’une seule énorme (main d’œuvre, maladies etc).
    c’est nos importateurs qui enfoncent le pays!!!

    5
    3
      Badre
      19 avril 2018 - 13 h 21 min

      Au travers ce projet les Américains visent à s’approprier toutes les richesses fossiles du pays
      L’implantation de société étrangères et plus particulièrement Anglo-saxonnes entraînerait de sérieux préjudices à l’Algérie.
      Les Américains subordonnés à une politique économique et financière ultra libérale œuvrent dans l’intérêt de ses oligarques au détriment des peuples
      Il ne s’agit que d’une forme de colonialisme pernicieux avec une stratégie beaucoup plus douce – (soft power) , contrairement au (hard power)
      Non seulement ils auront le contrôle des richesses du pays mais aussi ils s’atteleront à l’endetter afin de l’asservir

      1
      2
    Chaoui
    18 avril 2018 - 18 h 24 min

    ExxonMobil !
    Le pire des pires prédateurs USraéliens, ceux-là même qui ont orchestré le sac de l’Irak via la famille des criminels Bush père et fils et fait main basse sur TOUTES les ressources naturelles (pétrole et gaz) de ce pays.
    Et on veut leur…ouvrir notre pays !!!
    Et l’américain Ould Kaddour ! On ne te laissera pas leur brader notre pays.
    Tu n’as pas compris ! GO HOMME US !

    11
    6
      Kadour
      18 avril 2018 - 19 h 41 min

      Sur un point de vue économique Exxon est un mauvais choix. Il faut plutôt considérer BP, Shell, ou Chevron.

      Moi je favorise le développement des compétence locale. L’engineering peut se faire par n’importe quelle compagnie comme Technip, McDermott et une multitude de boites coreennes ou chinoises. Il faut aussi prendre l’exemple du mexique ou toute l’industrie d’exploration est gérée par des mexicans.

      9
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.