Rêve israélo-saoudien

Yémen Dhahran
La guerre au Yémen menée par l'Arabie Saoudite n'a laissé que désolation sans que personne réagisse. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Les lampions du 29e Sommet de la Ligue arabe dont les travaux ont été accueillis cette année par la ville de Dhahran, en Arabie Saoudite, viennent de s’éteindre avec une certitude. Les Saoudiens sont plus que jamais décidés à monter le monde arabe contre l’Iran, un pays qu’ils n’imaginent pas autrement qu’en ruines. Question de leadership et d’intérêts géopolitiques divergents.

La rivalité sunnites-chiites, au fond très récente mais savamment entretenue, n’est là que pour servir d’alibi religieux à une guerre impérialiste. Il faut savoir, en effet, que les deux blocs ne se sont pas toujours fait la guerre. Au début du siècle dernier, leurs relations étaient d’ailleurs au beau fixe. A ce propos, le prince héritier Mohamed Ben Salmane n’a-t-il pas reconnu récemment que le wahhabisme dans sa forme actuelle était un produit de laboratoire juste destiné à freiner l’avancée du communisme dans le monde arabe et à contrer les prétentions de l’Iran dans la région ?

Le roi Salmane Ben Abdelaziz Al-Saoud est tellement obsédé par Téhéran qu’il a consacré la moitié de son discours d’ouverture du Sommet arabe de Dhahran à la «menace iranienne». Une menace qu’il s’est promis de balayer durablement. Pour parvenir à réaliser ce sombre dessein qui risque de mettre le feu aux poudres au Proche-Orient, il apparaît même disposé à s’allier avec le diable. Et, ici, le diable a pour nom Israël.

L’Etat hébreux nourrit à l’égard des Iraniens la même haine viscérale. Sinon davantage. Les Al-Saoud le savent. C’est pourquoi ils ne s’encombrent d’aucun scrupule pour brader la cause palestinienne pour faire bloc avec Israël dans cette confrontation annoncée avec l’Iran. Seuls, les Saoudiens savent pertinemment qu’ils n’ont aucune chance face aux Pasdarans.

Pour tout dire, ce Sommet arabe de Dhahran confirme que le plan de destruction de l’Iran est déjà sur la table et que son maître d’œuvre n’attend que le feu vert pour le mettre à exécution. Mais, contrairement à ce qu’avancent les Saoudiens et les Israéliens, ce projet belliciste ne s’explique pas uniquement par le fait que les Iraniens constituent une menace existentielle pour eux ; non, ça va beaucoup plus loin. La neutralisation de l’Iran leur permettra surtout de créer ce vaste marché économique israélo-arabe dans lequel ils seraient les principaux acteurs. Un marché dont avaient rêvé les fondateurs de l’Etat hébreux, qui stopperait autant l’avancée de la Russie dans la région que celle de la Chine et qui leur permettrait de gagner des centaines de milliards de dollars.

Comme pour la Syrie, l’argent sera aussi l’un des principaux moteurs de la guerre meurtrière annoncée.

S. S. 

Comment (6)

    naim
    18 avril 2018 - 14 h 24 min

    Je dirais que si les intérêts économiques y ont pour quelque chose dans le conflit wahhabo-sioniste et l’Iran, Ils ne constituent au fond que la portion congrue pour le sionisme. L’élite messianique issues du Talmud, à la tête du projet sioniste vise essentiellement l’unique objectif biblique de la Terre promise du Nil à l’Euphrate. Pour ce faire, le projet étant réalisé en partie (La Palestine est déjà en poche), on devait fractionner la masse population arabe entourant l’entité sioniste en créant les conditions durables d’une division sur des bases confessionnelles. Le wahhabisme, auquel le talmudisme anglais a donné vie en l’amarrant à la famille mercenaire des Saoud, est installé maintenant comme force motrice de ce projet destructeur, moyennant la massive rente pétrolière. En somme le rêve d’une prospérité économique qui serait le gage de la destruction de l’Iran n’est que le mirage que le sionisme donne à voir devant les yeux subjugués des bédouins .

    25
    2
    Felfel Har
    18 avril 2018 - 12 h 37 min

    Tous ceux qui, dans la région, ont élaboré les plans les plus farfelus, se sont vite ravisés à cause d’un hic, et cet obstacle a pour nom, Poutine. Il n’est pas intervenu en Syrie pour faire le touriste, il entend s’y implanter et il se dressera comme un rempart contre eux. Contrairement à l’Arabie qui ne fabrique rien, l’Iran a su mettre à contribution son élite qui a réussi de nombreuses prouesses technologiques (fabrication de missiles de diverses portées, lancement de satellite d’observation, ou encore interception de drone US…), surtout dans le domaine militaite et c’est celà qu’Israël entend museler en incitant les USA à renégocier l’accord signé avec l’Iran. Que ces va-t’en-guerre se méfient, leurs désirs ne sont que des voeux pieux, des chimères. Cette agitation ne sert pas la paix dans la région.

    20
    2
    Tin-Hinane
    18 avril 2018 - 10 h 58 min

    L’Arabie se prendrait vraiment pour une puissance? c’est grotesque ! pauvres saoud délaissés, répudiés par les anglo-saxons qui n’ont plus l’utilité de la carte islamiste terroriste, gia, el qaida, daesh etc … Donc ils s’allient aux juifs sionistes aux dépens encore une fois de l’Islam, des Palestiniens bien sûr et de tous les autres pays arabes, ils sont à un niveau de démence jamais atteint. En quoi l’Iran est une menace pour les arabes et les musulmans et pourquoi tout d’un coup? en fait ils ont peur et c’est seulement là où ils entrevoient un peu de raison, oui ils ont raison d’avoir peur car ils vont devoir rendre des comptes et pas seulement aux iraniens.

    26
    2
    Chellal
    18 avril 2018 - 8 h 34 min

    L’ Arabie Séoudite veut dissimuler derrière une opposition au chiisme Iranien : – sa fonction de garante des intérêts Américains dans la continuité des accords du Quincy pour la suprématie Occidentale géostratégique, énergétique, et économique, tout comme l’on fait ses fondateurs avec l’Empire Britannique. -Sa volonté d’eloigner de la région tout modèle susceptible de remettre en cause son organisation tribale autocratique ignorante des choix populaires. -Son angoisse devant l’émergence en tant que puissance scientifique, culturelle, économique et militaire de l’Iran, elle qui malgré ses montagnes de dollars reste un pays arriéré dans tous les domaines.

    21
    3
    Vox
    18 avril 2018 - 7 h 27 min

    En somme tout détruire pour reconstruire, pour enrichir leurs banques en argent sale. Et le genre humain, et les profondes stigmates engendrées par les populations après ces guerres? Tout le monde s’en fiche, seul l’argent compte, quelle que soit son odeur.

    14
    3
    awrassi
    18 avril 2018 - 4 h 35 min

    Merci, M. Sahraoui pour cette – juste- analyse matérialiste. En effet, tout est argent. Si les gens étaient informés, ils sauraient que l’Iran abrite plus de 60 000 Israélites, contre zéro pour l’Arabie saoudite. La lutte chiisme-sunnisme dans laquelle Israel et les Occidentaux veulent nous plonger ne doit pas avoir lieu. Mes amis chiites invoquent comme moi notre Prophète, m’aiment et aiment l’Algérie, me respectent et respectent tous les « autres » musulmans. Ils font simplement partie des 73 sectes qu’il avait annoncées et avec lesquelles l’islam doit faire. Imaginons-nous des Baptistes faire la guerre à des Quakers ou des Presbytériens ? L’Iran est un danger pour l’Empire US et donc israélien parce qu’il ne se soumet pas et qu’il soutient toute résistance, quelle qu’elle soit, au colonialisme de tous poils. Voilà la véritable raison.

    30
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.