L’alibi Sansal

Boualem Sansal
Boualem Sansal. D. R.

Par Mrizek Sahraoui – Si la quasi-totalité des signataires – un ancien président de la République, trois anciens Premiers ministres, des élus, des intellectuels, des artistes, des journalistes, des avocats, des médecins, dont fait partie une poignée d’imams-faire-valoir – du «manifeste contre le nouvel antisémitisme», une tribune rendue publique dimanche dernier, qui a suscité beaucoup de réactions, est dans son rôle – celui d’exagérer la situation des citoyens français de confession juive –, la présence, cependant, dans la liste de l’écrivain faux frère franc-maçon algérien Boualem Sansal surprend. Son honnêteté intellectuelle devant prendre le pas sur le sentiment fraternel qui anime les réseaux d’influence mus, non pas par les valeurs républicaines, celles inscrites sur les frontons des édifices publics, mais par la seule volonté de nuire et de porter atteinte à la communauté immigrée, algérienne notamment, qui n’en finit pas de subir des assauts de toute part.

Fort probablement pour lui donner de l’épaisseur et de l’envergure, ce document portera, avec sûrement moins de solennité que l’appel du 18 juin, le nom d’«Appel du 22 avril». Rédigé par Philippe Val, l’ancien directeur du journal satirique Charlie-Hebdo qui a autorité de rire de tout et sur tout, ce document se veut un ultime cri de cœur et de colère contre un nouvel antisémitisme, prétendument l’œuvre des musulmans.

A l’évidence, des actes antisémites, que rien ne peut justifier, sont commis ces dernières années, mais à titre individuel ou même par une infime minorité se réclamant d’un islam radical. Mais il n’a pas échappé que personne ne peut prétendre parler ni agir au nom de toute la communauté musulmane dans son ensemble sous le feu, il faut bien l’admettre, des critiques de ceux qui l’accusent d’être laxiste, voire d’être complice, et des tenants des options djihadistes sans être en réalité musulmans.

«Cette terreur se répand», «une épuration ethnique à bas bruit», «leur pays est devenu le théâtre d’un antisémitisme meurtrier», est-il écrit dans le manifeste. La lecture du texte donne le sentiment que les juifs de France vivent au rythme de pogroms et passent des nuits de cristal tous les week-ends fomentés par les populations de confession musulmane.
«Nous demandons que les versets du Coran [sans les citer, ndlr] appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime», est-il réclamé.

Les signataires de la tribune veulent donc une nouvelle mouture du Coran comme s’il existait une autorité quelconque capable de modifier le Livre saint de l’islam. Tout cela, la caution Boualem Sansal le sait. Alors, pourquoi persiste-t-il dans son aveuglement à servir d’alibi idéologique à des groupes d’intérêts occultes.

Le manifeste conclut par cette phrase : «Avant que la France ne soit plus la France». Ses auteurs oublient que la France n’est plus ce qu’elle doit être depuis maintenant bien longtemps. Depuis sa prise en otage par le lobby sioniste. Au moins.

M. S.

Comment (32)

    Mazouzi
    27 avril 2018 - 10 h 16 min

    Je suis sur que le miroir dans lequel il se voit le matin (si tant est qu’il en a un), doit souffrir le martyr ou carrément le vomir cet infect individu…je parle bien de…sang sale.

    6
    2
    Anonyme
    27 avril 2018 - 9 h 30 min

    Pour «sortir de la malédiction» et pour «guérir l’Islam», les musulmans n’ont d’autres choix que mettre au rancart tous les versets qui les incitent à haïr et à détruire les mécréants. Le gros bon sens d’ailleurs devrait amener les musulmans à réfléchir sur la faisabilité du djihad contre tous les mécréants vivant en ce bas monde: La neutralisation de cette notion du djihad pourrait etre possible à condition de ramener les versets belliqueux comme ceux dits de l’épée (IX, 5) et de la guerre (IX, 29) au contexte historique de leur formulation. Le premier verset appelle à tuer les païens, le second à combattre les juifs et les chrétiens ou à leur accorder la protection au prix de l’asservissement…si on continue aujourd’hui à lire littéralement de tels versets, on se heurte à la paix qui régit le concert des nations. Que faire des païens indiens et chinois ? Que faire de l’Europe, de l’Amérique judéo-chrétienne ?»

    Il est bien difficile de différencier l’islam de l’islamisme dans la mesure où ils s’inscrivent dans un continuum et l’islamisme n’est pas la maladie de l’islam. Il est l’intégralité de l’Islam. Il en est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’Islam des intégristes, des islamistes, c’est tout simplement l’Islam juridique qui colle à la norme.
    . Bien des experts se sont cassé les dents en essayant de concevoir un islam compatible avec la démocratie et les droits de l’homme. Peine perdue,l’islam ne recèle pas en lui-même les éléments nécessaires à sa propre transformation, c’est pourquoi la seule issue pour lui est de conquérir pour survivre.

    2
    3
      Anonyme
      23 juillet 2018 - 22 h 31 min

      L’islam ce n’est pas du tout l’islamisme. L’islamisme est contre la raison que les mathématiques et la philosophie arabe ont amenée à l’occident à travers la conservation et l’augmentation de l’héritage grec. Par ailleur le Coran lui en tant que parole incrée de Dieu met en garde contre tout ajout ou retrait à son texte qui en tant que texte révélé et pas seulement prophétique est divinement inspiré. L’homme n’a le droit de toucher qu ‘à ce qui est humain pas à ce qui est divin.

    IMAZIREN
    25 avril 2018 - 18 h 06 min

    Un Arabe restera un Arabe, même si c’est le Colonel Bendaoud.

    5
    3
    Karamazov
    25 avril 2018 - 9 h 22 min

    Alibi, prétexte, ou l’art d’inverser les rôles ou de se tromper dans la relation de cause à effet de victimes et de coupables.
    En clair, malgré notre expérience, et les blessures encore ouvertes, malgré le désespoir de regarder notre société muter, nous n’arrivons pas à comprendre que ce qui se profile en France y ressemble à bien des égards.

    Dans les années soixante-dix en arrivant en France j’ai atterri du côté d’Argenteuil, Bezons Sartrouville, Houilles, Carrières, Nanterre … Il y avait une forte communauté d’immigrés qui vivaient dans des bidonvilles crasseux ou dans des hôtels sordides. J’y ai vécu pendant un mois avant de prendre mes jambes à mon coup et fuir cet environnement pour étudier à Paris.

    Ces immigrés-là, loin d’être intégrés et au contraire ostracisés vivaient quasiment en autarcie. Mais quand ils achetaient leurs viandes ils allaient chez le boucher français qui ne vendaient pas de viande hallal. Et même le samedi quand ils faisaient le marché, ou des maghrébins vendaient de la viande n ce n’était pas de la viande hallal car ça n’existait pas et personne ne s’en offusquait. Parmi tous les algériens de toutes les régions, rares ceux qui faisaient le ramadhan, et quasiment personne la prière. Parmi ceux de ma région une seule personne faisait le ramadhan, pas la prière : on l’appelait « lmoumène ». Ces gens-là qarahoun ldjou3 ou lehfa comme disait El 3enqa, la religion n’était pas une priorité pour eux loin de là.

    Aujourd’hui plus de la moitié des femmes en apparence d’origine maghrébine que je croise porte la tenue islamiste, je dis islamiste. Et quand je fais mon footing je croise souvent des gens par milliers sortir d’une mosquée construite récemment. Il y a aussi les piscines pour femmes, les femmes qui ne serrent pas la main aux hommes, celles qui refusent de consulter cher les médecins hommes, et un tas de nouvelles habitudes que les plus rétrogrades parmi ceux du pays leur envieraient.

    2
    10
    Abou Langi
    25 avril 2018 - 8 h 17 min

    Je me reprends donc après ce moment d’égarement qui m’a valu d’en prendre assez pour mon grade dans mon propre camp.

    « L’ Alibi Sansal » c’est en en effet le titre qui sied à cette cabale.

    Donc l’Alibi Sansal qui a sortit toutes les orfraies du bois. Que n’a-t-il pas fait , le bougre, que d’aller signer une tribune qui pointe du doigt , le regain d’antisémitisme dans les banlieues . Si seulement c’était là que le bât a blessé. Je dirais même si c’était au moins la blessure du bât qu’on regardait.

    Or les cabalistes sont en train de farfouiller dans le chwari qu’ils lui ont eux-mêmes chargé pour débusquer des vielles casseroles à brandir comme preuve de son abominable crime. Et quel crime donc ? Il a signé une tribune avec un panel de personnalités antinomiques qui va de la papesse du dialogisme et de l’intertextualité Julia Kristeva au roi de la connerie Gérard Depardieu, en passant par de purs anonymes.

    Iben mwa j’va vous dire, en lisant la liste des signataires j’ai été surpris d’y trouver son nom. Sansal, pas lui : il s’est fait un nom maintenant, il n’a plus besoin de rien signé, que ce soit pour ou contre quoi que ce soit. Il n’a plus qu’à regarder de son nuage la caravane passer et les chiens japper d’indignation sur sa renommée
    .
    J’allais donc passer mon tour et changer de crémerie quand mon démon de gauche m’interpella ainsi : lâcheur va ! Wech lâcheur que je lui rétorque tout offusqué qu’on me tance de cette façon là et qu’on réveillât ma mauvaise conscience endormie jusque-là
    .
    Sansal c’est kamim le seul écrivain algérien, avec KD qui lui a timidement emboité le pas à prendre notre société et notre histoire par ses travers. Qui aurait osé « le village de l’Allemand » qui nous a sorti d’une vision totalitaire de la littérature ? Et « le serment des barbares » qui pointe du doigt certains apparentements.

    C’est là que je me suis dit que c’est justement parce que Sansal n’avait pas besoin de signer ce genre de tribune qu’il était de son devoir de la signer. Ce n’est que par là qu’il pouvait être conséquent
    .
    Sansal n’ignorait pas que ce n’est pas cet appel des trois cents ou même des millions qui changerait quoi que ce soit à l’antisémitisme des banlieues et encore moins à la lecture du Coran.

    Sansal c’est juste une autre façon de regarder le problème : le problème qui a rongé jusqu’à la moelle l’âme de notre société et qui est entrain de pourrir aussi les banlieues françaises, non pas par l’antisémitisme qui malgré sa gravité est un problème secondaire par rapport au danger qui guète le pays, mais par sa propension à provoquer une mutation de ces populations comme cela s’est produit chez nous.

    C’est ce pourquoi quand je vois qu’il y a encore des gens comme Sansal, je me sens moins esseulé au fond de mon désespoir et je reprends un peu de vigueur pour creuser.

    S’il y a donc alibi, c’est au troisième degré de la lecture qu’il va vous falloir y aller pour le trouver.

    6
    7
    Kahina-DZ
    25 avril 2018 - 7 h 01 min

    Pourquoi êtes vous surpris ??
    Sansal a cessé d’être Algérien… Il est marocain.

    6
    8
      Anonyme
      25 avril 2018 - 8 h 06 min

      Qui s’arabise devient islamiste pour la simple raison que les arabes sont une unique oumma qui va de l’arabie saoudite au maroc. Les vrais algeriens sont les Kabyles parcequ’ils ont une culture du terroir, locale et des réferences locales.
      Dommage que le pouvoir est entre les mains des mutants sans aucune idée sauf celle de remplir les poches de leurs futures générations, qui seront les maitres de nos futurs enfants.

      7
      2
      karamazov
      25 avril 2018 - 8 h 35 min

      Hein? Il a cessé d’être algérien? Comment il fait ? Je m’y mets tidswit!

      4
      8
    cherif
    25 avril 2018 - 5 h 51 min

    L’histoire est implacable : les plus grands antisémites sont bien les occidentaux , c’est eux qui ont tués des millions de juifs parce qu’ils étaient juifs.
    Par ailleurs, les juifs sionistes en colonisant la Palestine avec le support des occidentaux cultivent la haine et l’amalgame juif/sioniste.

    6
    2
    Anonyme
    24 avril 2018 - 23 h 29 min

    Boualem franchement ca fais plus vendeur de fruits et légumes au marché qu écrivain….usurpateur!

    7
    5
    Anonyme
    24 avril 2018 - 20 h 13 min

    TT les artistes comédiens écrivains sont mis en lumière et gagne de l argent quand ils deviennent les portes paroles de l état sioniste d Israël , les autres sont au chômage ils ne mangent plus les pauvres mais on gardé leurs dignités , ils ont vendu leurs ames aux diables ; cet homme vivant en France doit savoir avec ses acolytes que bcps de jeunes franco israéliens des deux sexes étant né en France et vivant en France vont faire leur service militaire en Israël pour Tsahal et bcps le font pour mater les palestiniens de Gaza ; il y a pas lgtps Poutine s exprimai sur l époque communiste et ses dirigeants et d autres spécialiste de la question en parle vs trierez même sur YouTube des docs sur ce sujet , Lénine Marx était juif et bcps d autres , la révolution a été orchestré par des juifs les massacres aussi , Staline était entouré de juif 85% et si c était pas des juifs leurs femmes l était comme Molotov le PM de Staline et parait il ils ont pdt cette période dépassé le nombre de morts de la première et deuxième guerre mondiale réunis. Ils ont largement dépassé les nazis bref concernant ce type , il ne doit plus rentré en Algérie et ne plus parlé en tant qu algérien , on devrait meme plus parlé de lui le négliger complètement , il est rien il existe pas pour l Algérie , elle n en veut pas et le rejette complètement a part ceux qui liui ressemble mais sont rien aussi c est une goutte d eau , il a fait son choix. .

    10
    11
    الهوارية
    24 avril 2018 - 16 h 06 min

    Pourquoi s’intéresser à ce crève la faim qui précise qu’il est juif sioniste et qu’il hait l’Algérie?
    C’est quel journal algérien materne ce vieux crouton haineux?

    14
    22
    naim
    24 avril 2018 - 16 h 01 min

    Demander raison à M. Sansal c’est comme leu faire renoncer à l’oxygène qu’il respire. La genèse de Sansal comme celle de Chalghoumi, un autre mercenaire prétendument représentant de je ne sais quoi des musulmans à Drancy, doit beaucoup au milieu sioniste pure jus et au maître d’œuvre Bernard Botule Lévy. Le chantage à l’antisémitisme a toujours été une arme aux mains des sionistes talmudistes. Curieusement ce sont des membres askhénazes qui sont loin d’être sémites qui jouent de cette arme. Or les Askhénazes sont des Khazares c’est à dire des Turco-mongols (il suffit de songer au visage de Libermann ou de Netanyahou pour s’en convaincre). Ils ont embrassé la foi juive tardivement, certains historiens évoquent comme date le VIIIème siècle de l’ère chrétienne. Et c’est dans le foyer Khazar que le sionisme a pris de la vigueur. Sionisme ne veut aucunement dire sémitisme. C’est une idéologie coloniale messianique inspirée du Talmud et de la Kabbale juive. L’ironie des choses c’est que ce sont les descendants Askhenazes qui ne sont pas sémites du tout qui accusent d’antisémitisme des arabes qui eux sont sémites. Mais le sionisme est une perversion comme tous les maux d’ailleurs.

    24
    21
    Anonyme
    24 avril 2018 - 15 h 13 min

    Sansal,tu pue sale. T’as bien fait de foutre le camp,car trop sale et dangereuse graine,tu peux ensemencer,et en contaminer plein d’autres. Quand tu auras le mal du pays, vas pleurer au pied du mur des lamentations, cela te soulagera. Fafa ne te soulagera point,car elle sait à quel point tu es vil, de cracher sur ton pays,caché sous ses jupons.

    14
    15
    Lghoul
    24 avril 2018 - 14 h 04 min

    Depuis quand la religion a pris le dessus dans la vie quotidienne ? Depuis que le savoir a pri la fuite et est remplacé par des coquilles vides qui font semblant d’etre les envoyés de Dieu.
    Sinon comment un etre humain puisse etre convaincu par des ignards saoudiens qu’il faudrait tuer ses semblables sans meme savoir pourquoi, juste pour aller au « paradis » ? Si c’est cela l’intelligence, je douterai de ma propre existence.
    Qui a allumé tous ces feux, bati des murs entre les peuples et les cultures, semé la haine et causé une anarchie globale ? L’arabie saoudite. Qui a donné l’opportunité aux vrais ennemis des arabes pour se faire détéstér presque partout ? Les arabes eux-memes.
    Et maintenant tous ceux et celles qu’elle a intrumentalisé pour la haine sont abondonnés comme des vieux chiffons et sont en train de payer les frais de la folie wahabite. Ils ont envoyé des bombes humaines en Algerie, en Syrie et partout pour « libérer » le monde pour a la fin apprendre que leur prince ne les aime plus et qu’il n’est plus d’accord avec eux. Qui croira des traitres ? Mais ils continuent a les croire et se faire allumer pour une « cause » que personne ne comprend. Donc tout ce qui se passe aujourd’hui est le fruit de l’intelligence arabe: Ils ont détruit l’islam et continuent a financer leurs propres destruction. Exemple ? Qui a détruit l’Irak, la Syrie et la Palestine ? Qui a financé ces destructeurs ? L’arabie saoudite, la commanditaire de tous les sales boulots du monde. Maintenant ils se tournent vers l’Iran car c’est l’objectif prochain car l’Iran derrange et ne veut pas rentrer dans les rangs des soumis et des esclaves. Qui a crée toute cette publicité négative ? et qui joue le jeu de ses propres ennemis ? Les arabes biensur. Sinon depuis quand l’islam a pris l’avant garde de toutes les discussions negativistes dasn toutes les TV du monde ? Depuis quand les musulmanns, bons et mauvais sont montrés du doigt ? Depuis qu’ils ont suivi les idées rétrogrades chamelieres des saoudiens. Autrement, est ce que l’islam avait un probleme en europe, en Algerie ou dans le monde il y a 30 ans ? Alors mélanger les serviettes et les torchons ne menera qu’a sa rpopre ruine et c’est ce que l’on voit devant nos yeux aujourd’hui. On peut se plaindre, dénoncer, crier ou insulter jour et nuit, ca ne changera absolument rien jusqu’a ce que l’on se rendre compte qui est la soruce du mal: Le manque d’intelligence. Un peuple ne se respecte qu’a travers son serieux, son intelligence et sa dicsipline. Si des charlatans sont devenus les répresentants de l’islam et de Dieu aujourd’hui, le résultat est connu d’avance: Le désastre au quotidien et ca ne finira jamais jusqu’a ce que le pétrole s’épuise et qu’aucun etre intelligent dans ces contrées pétrolieres ne restera debout… Continuons a critiquer quand meme tout ce qui bouge, comme si on pouvait changer quelque chose; c’est mieux que de vivre statique, sans vision et sans vie, …

    11
    9
      awrassi
      24 avril 2018 - 16 h 36 min

      Ce ne sont pas les Saoud qui ont « allumé le feu ». Ce sont les sionistes. Sur le Quincy, le 14 février 1945. Depuis, les Saoud se sont alliés à eux, sous la contrainte ou la même vision dominatrice … Les Saoud sont quelques dizaines de milliers. Ils ont pris en otage le reste des Hijaziens, mais cela ne durera pas. Leurs jours sont comptés. Par contre les sionistes ont de (très) beaux jours devant eux !

      6
      14
        Lghoul
        24 avril 2018 - 18 h 54 min

        Mais aujourd’hui, ce sont les saoudes qui leur donner les allumette et le petrole pour allumer le feu.

        10
    Errai
    24 avril 2018 - 12 h 25 min

    « Quand je vois l’islamisation rampante de ces zimmigres ».
    Tu dois être raciste, toi « Français de Souche ».

    5
    11
      Anonyme
      24 avril 2018 - 13 h 38 min

      Oui  » islamisation » dans le sens qu’ils sont devenus « islamistes ». Le reste du paragraphe le dénote clairement. Et je pourrais en dirfe autant de la société algérienne.

      Safi plus de karata que je vis en France, et il y a seulement trente ans il n’y avait pas de mosquées
      ni de boucheries hallal et encore moins de rayons halal dans les super-marchés. Il y a deux ans j’ai acheté une cote de veau, en passant à la caisse un jeune me fait remarquer que ce n’est pas de la viande hallal, comme si je ne le savais pas et que je ne l’avais pas fait exprès. Je ne vous parle pas de vin ou de bière, je suis obligé de raser les murs pour en acheter. Vous vous n’avez pas connu l’Algérie des années 60 les pattes d’elf et mini jupes les chansons libres. c’est kifkif .

      Et maintenant, que je sois français de souche des racines, des branches ou des feuilles qu’est-ce que ça peut faire?

      10
      6
    lhadi
    24 avril 2018 - 12 h 18 min

    « Le but de la philosophie, dit Wittgenstein, est la classification logique de la pensée » (Tractus logico-philosophicus, 4.112.) La philosophie est une délimitation des pensées qui ont un sens de celles qui au contraire sont troubles et floues. Or « tout ce qui peut être en somme pensée peut être clairement pensé. Tout ce qui se laisse exprimer se laisse clairement exprimer » (ibid., 4. 116). La délimitation des pensée passe donc par une délimitation du dicible et de l’indicible. Les pensées qui ont un sens sont celles qui peuvent être clairement exprimées. La philosophie est donc critique et élucidation de l’usage correct du langage.

    Or le seul légitime du langage est d’exprimer les faits du monde, et cela dans une syntaxe qui sera dépourvue de toute ambiguité et de toute imprécision, dans une syntaxe logique. « Le monde, dit Wittgenstein, est déterminée par les faits, ces faits étant la totalité des faits. »

    Le langage a pour but de décrire logiquement les faits du monde, c’est-à-dire de les représenter par des images, par un tableau. « Nous nus visons des tableaux des faits. » (Ibid.,2.1.) « Le tableau représente le fait dans l’espace (…). « (Ibid., 2.12) le langage est une reproduction de la réalité.

    Le sens de l’image, du tableau, vient de ce qu’il représente et sa vérité ou sa fausseté viennent de son accord ou de son désaccord avec la réalité. Ainsi la reconnaissance de la vérité ou de la fausseté d’une proposition exprimant un fait ne va pas sans une vérification empirique : « Pour reconnaitre si le tableau est vrai ou faux, nous devons le comparer à la réalité. « Ibid., 2.223.) Ce à quoi doit toujours se référer le langage est la réalité empirique.

    La manière dont le langage exprime les faits correspondance : aux constituants des faits correspondent dans le tableau les éléments du tableau. Aussi est-il nécessaire qu’à chaque chose simple corresponde un nom simple, et jamais le même nom pour deux choses simples différentes. Est affirmée ainsi l’exigence d’un langage univoque, contre l’imprécision et l’ambiguité du langage ordinaire, source de confusions et de faux problèmes. Un langage univoque et une syntaxe qui obéit aux règles de la logique peuvent seuls exprimer correctement les faits du monde, la pensée n’étant autre que le tableau logique des faits.

    Pour que le langage puisse représenter la réalité de cette manière, pour qu’une phrase puisse reproduire un fait à la façon d’un tableau, il faut qu’il y ait quelque chose de commun entre la phrase et ce qu’elle représente. « Il faut que dans le tableau et dans ce qui est représenté il y ait quelque chose d’identique, pour que l’un puisse être un tableau de l’autre au sens précis du terme. » (Ibid., 2.261;) Or ce qu’il y a de commun entre le tableau et le fait, la phrase est la réalité, c’est sa structure, ce que Wittgenstein appelle la forme de la représentation : « Le fait que les éléments du tableau ont des rapports détermines les uns avec les autres tient à ce que les choses se comportent de la même manière les unes vis-à-vis des autres. Cette connexion des éléments du tableau, nous le nommerons sa structure, et la possibilité de sa structure, la forme de la représentation. » (Ibid., 2.15).

    La forme logique du langage est donc identique à la structure des faits.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    10
    Rayah
    24 avril 2018 - 11 h 20 min

    Tous les mtournis subissent le meme sort, ils sont eventuellement abandonnes par leurs maîtres pour qui un bougnoul est toujours un bougnoul. Tels sont les cas des bachagha Mokranis, Boualem par exemple. ‘ qui tib djnan houm ‘ ils retournent au Bled et declarent comme l’a fait IDIR qu’ils ne font pas de politique contre leur pays. Nous aurons bien un jour un gouvernement fort et courageux et ces laches auront alors la justice qu’ils meritent. Ces harkis s’associent avec les nostalgiques de l’Algerie francaise et chantent avec les ghenassia ( macias ), cette sinistre bande qui assassinait les Constantinois pendant la Guerre. Nous avons tant besoin d’un gouvernement a l’ecoute de l’opinion publique. Allah Yarham Boumediene.

    11
    37
    Enya
    24 avril 2018 - 9 h 58 min

    Sansal n’est qu’un sioniste et ceux qui verront en cette affirmation une insulte c’est qu’ils n’ont rien compris au personnage et a ce qu’il represente pour une certaine mouvance algerienne en France tout comme pour le lobby sioniste.
    N’oublions pas Sansal au pied du mur des lamentations a jerusalem, les videos sont sur youtube….
    alors continuer a lui donner du « algerien » c’est un peu quelque part insulter tous nos chouhadas. Sansal n’est rien d’autre qu’UN HARKI!!!

    15
    26
    Abou Stroff
    24 avril 2018 - 8 h 39 min

    dans tous les textes religieux, on peut toujours trouver la chose et son contraire. par conséquent, l’utilisation de textes religieux pour « décoder » la réalité humaine et sa dynamique ne peut être qu’une forme de masturbation idéologique qui, comme toute masturbation, ne peut déboucher que sur une frustration plus démesurée que la frustration de départ.
    en d’autres termes, si nous reconnaissons que l’islam est, d’abord et avant tout une religion conquérante, nous ne pouvons que compatir avec les non-musulmans qui observent les musulmans (qu’ils soietn « modérés » ou « radicaux ») en train d’envahir, sans retenue, l’espace public (avec leurs accoutrements et leur culture archaïque) non-musulman.
    mais, il y a un mais. l’antisémitisme, terme impropre, qui n’est en fait qu’un « anti-juivisme » est essentiellement alimenté, au moment présent, par l’existence de ‘entité sioniste, vestige colonial et entité raciste basée sur la religion et par la domination sans partage de ses « auxiliaires » dans tous les domaines (media et finance, entre autres) qui comptent, domination qui crée nécessairement de la frustration qui débouche souvent sur l’action violente.
    moralité de l’histoire: agissons pour évacuer la religion ou plutôt toutes les religions des sphères publiques et nous aurons fait un pas de géant pour comprendre l’essence de la réalité, les contradictions qui font cette essence et le ou les moyens de dépasser ces contradictions pour entamer un saut qualitatif vers le progrès que nous trace nécessairement le procès d’humanisation qui fait de nous ce que sommes, c’est à dire des êtres vivants en constante transformation.

    20
    20
    Tinhinane-DZ
    24 avril 2018 - 8 h 07 min

    Les versets en question ont été utilisés par ceux qui ont créé El-Qaida , DAECH et les autres monstres qui détruisent le monde musulmans aujourd’hui. Les Al-Saoud, complices, ont mis à la disposition des sionistes les imams pour promouvoir et endoctriner l’intégrisme en se basant sur des sourates manipulées.
    C’est aux sionistes d’arrêter la manipulation du Coran selon leurs orientations géopolitiques.

    33
    34
    Karamazov
    24 avril 2018 - 7 h 49 min

    Eh ben mwa quoi qu’ayant était surpris d’y voir Sansal parmi ces trois cents j’ai failli être entrainé par mon instinct grégaire en voyant Abou Langi, d’habitude plus continent et surtout plus avisé, parmi les lapidaires. Je parie qu’il se ressaisira dès qu’il aura remonté son pantalon.

    Wamma ba3d, il ne faut pas que je me trompe de cible, kamim !

    Qu’est-ce que Sansal a été donc fiche dans cette galère pense Abou Langi. Et ta bosse que je lui rétorquerais ! Et twa kistifou parmi ces lapidaires ? T’attendais que l’occasion pour rejoindre le cortège et te convertir comme s’hab dizneuf maghrès ou quoi ?

    Tu ne vois donc pas que sous prétexte de Sansal on t’a servi les mêmes litanies ? Le même discours convenu pour rattraper Sansal plus tard par là où il a péché le plus et dont tu ne te prives pas toi non plus.
    Tu aurais dû ne jamais oublier cette devise kabyle : kharhegh gma kharhegh wa thyewthèn. Je n’aime pas mon frère mais je hais ceux qui le frappent. En arabe : ma3ek ya Sansal dhalem oula madhloum.

    Et bien moi je ne sais pas comment igzactma mais je sens que Sansal a raison car moua quand je vois l’islamisation rampante de ces zimmigris : 3baya, hidjeb, burka, batata, le3dès, loubya, couscous, maqarun, lahrissa hallal, je préfère pour linsta être du côté de Sansal.

    8
    35
      Abou Langi
      24 avril 2018 - 8 h 44 min

      Haaaa ! Yakhi elharbou khida3a oula khfetlek ?

      Je sais que 3labalhoum belli 3labali que 3labalhoum!

      Ce n’était qu’une escapade en terrain hostile pour voir si leur gazon za3ma c’est pas du plastic.

      Autrement, je préfère avoir tort avec Sansal que raison avec eux !

      11
      12
    Abou Langi
    24 avril 2018 - 7 h 02 min

    En d’autres circonstances j’aurais défendu Sansal que j’apprécie sans lui être fidèle en rien. Je ne vais pas lui jeter des pierres non plus pour ce qu’il vient de faire, mais il vient de perdre un peu de mon estime , car il n’a rien à faire parmi ces trois cents ni dans ce sujet. Allez savoir pourquoi j’ai trouvé que 2084 est son roman le moins réussi. Je crois que je vais commencer à dire le plus raté.Il faut croire que la notorité à ses travers , elle ne va pas sans acoquinements.

    Je pense aussi que Sansal s’est fourvoyé parmi ces trois cents qui croient pouvoir lier l’antisémitisme non pas au radicalisme islamiste mais à l’ensemble de la communauté musulmane d’une part, et d’autre part qui laissent entendre que l’antisémitisme catholique ou franchouillard auraient complètement disparu . Comme si les groupuscules nazis ne pullulaient pas en Europe .

    Il me semble que cette démarche est non seulement inutile mais contreproductive car non seulement elle s’attaque à un texte sacré mais aussi aux musulmans les plus marginalisés.

    11
    12
    Nadjma
    24 avril 2018 - 6 h 52 min

    Ce Boualem Sansall ne cache pas sa haine pour l’Algérie et ne l’a jamais cachée c’est notre presse qui insiste pour le considérer comme un écrivain algérien, il n’est pas écrivain (franchement il n’est pas lisable, il est mauvais !!!) et il ne veut pas être algérien alors laissons tomber cet individu. En fait il est fort possible que ce boualem sansal soit juif après tout on en sait rien, beaucoup de juifs vivent dissimulés. Quant à leurs prétentions concernant les versets du Coran et l’Islam c’est de la démence tout simplement, ils ont pris le pouvoir en france et ils croient que ce sont ces malheureux 5 à 6 millions de musulmans français qui vont pouvoir modifier le texte sacré à la convenance des juifs, ils sont malades, faut plus les lire, faut plus les écouter. Ce qui arrive à la france est plus qu’infamant, c’est terrible en confiant le pouvoir aux juifs les français s’amputent d’un avenir, ils sont finis et les juifs sont fous et le resteront à jamais je crois maintenant il s’agit de les désarmer en Palestine.

    29
    31
    Nadjib
    24 avril 2018 - 6 h 38 min

    Sansal est un pur produit des médias français totalement sous contrôle des sionistes, sans eux Sansal serait resté un illustre inconnu d’ou cette prostitution intellectuelle. Aucun artiste ou autres d’origine maghrébine en France {Debbouze and Cie} n’auront l’audace de dire un mot gentil pour les palestiniens car au cas ou un oserait c’est le chômage assuré. N’est pas Dieudonné qui veut.

    34
    34
    DE A à Z
    24 avril 2018 - 6 h 34 min

    Je déplore à titre personnel de voir la signature de Monsieur Depardieu dans un texte de mise en accusation implicite de tous les musulmans de France, que l’on rend (à cause de leur silence? Quésaquo?) ) responsables, sinon coupables d’une « épuration ethnique à bas bruit. » »

    Monsieur Val qui écrivait sous pseudo des textes d’apologie de la pédophilie et qui a fait duo pendant 25 longues années avec Patrick Font, condamné à six ans de réclusion pour actes pédophiles, s’est aussi rendu coupable du licenciement du caricaturiste Siné dont la liberté d’expression avait eu l’heur de déplaire.
    Il avait fait allusion à la pratique endogamique qui faisait qu’un juif , n’épousât qu’une juive. En l’occurrence sa cible avait été le fils Sarkozy et une riche héritière.
    Son père lui-même n’avait pas poussé l’assimilation à la nation française au delà de ce commandement religieux; Il convola avec Cécilia Ciguer ( remariée avec un très riche binational juif franco-marocain) , puis avec Carla Bruni de confession juive.
    Les exemples pour illustrer cette taquiya qui ne dit pas son nom abondent, alors que les Algériens sont répertoriés tout en étant musulmans, comme ceux qui contractent le plus de mariages mixtes.

    Val avait opéré une vraie épuration intellectuelle à France Inter , devenue commissariat politique de la pensée unique, En collaborateur zélé de Heese, il avait affiché un grand zèle à de débarrasser de tous les critiques à Israël.
    Parallèle le Ministère des Affaires Etrangères faisait l’objet d’une vraie purge pour liquider l’influence de la pensée gaulliste et parachever l’alignement sur un OTAN hégémonique et interventionniste.

    Pascal Boniface fait l’objet d’une vendetta, précédée d’une guerre préventive car il avait osé affirmer que la critique d’Israël ne pouvait être assimilée à de l’antisémitisme.Depuis l’intimidation de la société française et le bombardement propagandiste mettent un signe d’équivalence entre antisionisme et antisémitisme. La boucle est bouclée!
    Sa mort sociale avait été décrétée et il avait mis beaucoup d’eau dans son vin pour regagner les plateaux de la télévision et se défausser sur Soral et Dieudonné. Il pensait ces gages suffisants. Le ventriloque Sifaoui depuis qu’il avait démissionné du Crif est retombée dans l’anonymat au profit des Sansal , Daoud, Bey et consort…qu’on sort quand cela arrange.

    Le dernier avatar le concernant, n’est qu’une illustration de plus de l’incapacité des élites françaises à critiquer la politique d’un état donné en exemple comme seul état démocratique de la région.
    Pascal Boniface n’est plus catalogué comme universitaire rigoureux mais comme stupide islamo-gauchiste ou idiot utile, rendu responsable par cécité intellectuelle de l’avancée des Sarrazins. Il figure sur les listes ‘noires’ en compagnie d’Edwy Plénel.
    Un seul mot à changer à la Fable de la Fontaine: « selon que vous soyez..ou… » servira à expliquer la vigueur de la charge contre les musulmans, surtout depuis que Marine Lepen « dé-diabolisée » par les média, en vertu d’un cahier des charges, fait partie du cortège.

    La vraie victime est la liberté d’expression; et la stigmatisation de toute une communauté. Le Recteur Boubekeur a failli gravement, avec son cercle de religieux fonctionnarisés à défendre une communauté, aujourd’hui sommée de réinterpréter son Livre Saint. Ils n’ont montré aucune vigilance à dénoncer le piège qui se refermait, trop occupés à garder des postes et monnayer une fausse représentativité.
    Paraphrasant Staline, on pourrait poser la question suivante: Boubekeur, combien de légions?
    Faire de pratiquants musulmans, des complices d’actes terroristes, revient à à les inclure dans la suspicion illégitime et à graduellement rendre l’islam non-grata dans l’espace français.Incompatible avec les valeurs laîques et judéo-chrétiennes tout à la fois.
    L’islam identitaire, radicalisé dans son versant djihadiste vient des laboratoires occidentaux et de la manne financière de l’Arabie Saoudite et du Qatar. Qui guidera le doigt qui indique
    Des sondages ,agités à longueur de journées, recueillent les avis d’imbéciles, souvent la tête maintenue hors de l’eau par la couverture sociale, c’est-à-dire par les impôts des travailleurs qui affirment placer la Charia devant les lois de la République. Superbe aubaine pour des islamophobes de tout poil pour en tirer argument.
    L’outrance de cet appel a d’ores et déjà fait une victime: la citoyenne.
    Les fables, seraient-elles morales et puniraient-elles les Pinocchio quand ces derniers sont les auteurs de ces fables.
    Dans nos propres sociétés, des particules qui voyagent à rebours veulent aussi nous prendre otages par devoir de solidarité!
    Or comme l’énonçait Umberto Ecco:
    « Le voyage à rebours n’offre qu’une alternative: Soit je reste le moi qui part, et je garde mon âge, soit lors du retour en arrière, je vais vers mon déclin physique et je risque en outre de croiser le moi-même d’avant. »
    Peu sur, messieurs les salafistes que nous ayons envie de courir ce risque!

    30
    31
    Anonyme
    24 avril 2018 - 5 h 03 min

    Sansal avait déjà fait sa carrière sur son livre , le village de l’Allemand. Quoi de plus facile pour faire carrière que d’insulter les allemands communistes qui ont lutté pour l’indépendance algérienne en les faisant passer pour des nazis et d’insulter l’identité algérienne. C’est à ce prix qu’il s’est fait une carrière, dans la forfaiture et l’imposture.

    16
    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.