L’Europe face à l’escalade nucléaire

menace guerre nucléaire
Missile intercontinental russe. D. R.

Par Gabriella Lima – Alors que l’Europe subit des bouleversements considérables, les Etats-Unis continuent d’imposer sa vision du monde.

En frappant la Syrie, Washington a prouvé de nouveau qu’il préférait se concentrer sur des moyens de coercition militaires au lieu de puiser dans toute la panoplie de moyens diplomatiques, économiques, politiques et sécuritaires. La France et le Royaume-Uni ont soutenu les Etats-Unis, bien que l’Europe n’ait aucun intérêt politique à prendre part à la rivalité américano-russe. Au contraire, elle a tous les moyens pour permettre le dialogue et jouer un rôle d’artisan de la paix internationale.

La course aux armements nucléaires est menaçante pour l’Europe. Dans un contexte international inquiétant, le Vieux Continent risque de se trouver au cœur du conflit entre les deux puissances mondiales.

Au mois de mars, le président russe a annoncé posséder de nouvelles armes. Lors de son discours annuel au Parlement russe, il a présenté un missile de croisière à propulsion nucléaire à «portée illimitée», un véhicule submersible plus rapide qu’un sous-marin et deux types de missiles «hypersoniques» indétectables par les systèmes anti-missiles de l’Otan. Les nouveaux équipements incluent également le Sarmat, un missile balistique intercontinental de 200 tonnes pouvant être équipé de charges nucléaires et capable de frapper «tout objectif via le pôle Sud ou le pôle Nord» et une flotte de «drones sous-marins» pouvant embarquer de «nouveaux systèmes d’armes nucléaires avec des munitions extrêmement puissantes».

Presque un mois avant les déclarations du chef du Kremlin, son homologue étasunien Donald Trump a dévoilé une «nouvelle posture nucléaire» américaine qui viserait à contrer la modernisation de l’arsenal russe. D’après le New York Times, cela «va ouvrir une nouvelle course aux armements nucléaires».

La nouvelle hypothèse stratégique américaine ne nie pas le danger apocalyptique de l’escalade, tout en pensant pouvoir le contenir et le repousser. Chose certaine, il s’agit d’une rupture par rapport au tabou universel, largement partagé depuis des décennies, exigeant de ne jamais utiliser l’arme nucléaire en cas de conflit.

Selon le docteur en géopolitique de l’Institut français de géopolitique, Pierre-Emmanuel Thomann, cette escalade nucléaire fait encourir le plus grand risque pour les nations européennes dont le territoire redevient un enjeu dans la rivalité entre les Etats-Unis et la Russie dans l’éventualité d’une guerre nucléaire.

Mais l’histoire nous enseigne que les courses aux armements et les guerres nucléaires ne peuvent jamais être gagnées. C’est pourquoi l’Union Européenne doit garder le sens commun et «prendre la tête du mouvement de dénucléarisation du monde», avant qu’il ne soit trop tard.

G. L.

Commentaires

    chark
    24 avril 2018 - 10 h 52 min

    Les atlanto/sionistes ont été avertis par V Poutine , en cas de conflit majeur , tous les pays abritant des bases militaires de l’otan seront pulvérisé et vitrifié pour mille ans ! ……[email protected] bon entendeur ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.