La raffinerie rachetée par Sonatrach risque la fermeture pour pollution

raffinerie Sonatrach
La raffinerie d’Augusta est visée par des plaintes pour pollution. D. R.

Par Hani Abdi – Présenté comme une bonne opération d’internationalisation de Sonatrach, le rachat de la raffinerie d’Augusta en Italie risque de tourner au vinaigre et de poser de gros problèmes à ce groupe public.

Selon des comptes rendus de la presse italienne, cette raffinerie, située en Sicile, est visée par plusieurs plaintes pour pollution de l’air et des eaux souterraines. Des plaintes qui ont été prises en charge par la justice et qui ont exigé de l’ancien propriétaire de cette raffinerie, Exxonmobil en l’occurrence, d’effectuer des travaux de dépollution et de remplacement des équipements afin qu’elle soit aux normes européennes en matière de lutte contre la pollution. La presse italienne s’est d’ailleurs étonnée de voir la société Sonatrach accepter le rachat de cette vieille raffinerie qui risque de coûter deux fois plus cher en raison des énormes travaux de dépollution qu’il faudra effectuer.

D’après ces médias, Sonatrach est appelée à débourser plus de 500 millions d’euros pour dépolluer le site et ses environs et effectuer les travaux nécessaires pour mettre fin à la contamination de l’air et des eaux souterraines. Si ces informations se vérifient, le groupe Sonatrach risque de se retrouver dans une situation intenable. Car, avoir sur son dos les associations de lutte contre la pollution et la société civile sicilienne et la justice italienne n’est pas chose facile. Il se peut d’ailleurs que ce soit l’une des raisons pour lesquelles Exxonmobil décide de vendre cette raffinerie.

Le PDG de Sonatrach, faut-il le préciser, a défendu cette transaction qu’il considère comme précieuse, assurant que Sonatrach ainsi que l’Algérie ont fait une bonne affaire. A voir.

H. A.

Comment (49)

    Anonyme
    14 mai 2018 - 11 h 19 min

    Encore un investissement louche,pourquoi n avoir pas construit une raffinerie ultra moderne en Algerie….nous avons les techniciens pour la faire fonctionner..??? A l avenir pour toute acquisition et investissement a l Etranger avec des capitaux publics,il faut imperativement avoir l accord du Parlement a l unanimite apres avoir ecouter les avis des experts.Nous voulons creer des postes d emplois pour les Algeriens en Algerie…Il faut mener une enquete serieuse et prendre les decisions qui s imposent.

    12
    1
    El Fellag
    14 mai 2018 - 11 h 14 min

    De l’argent jetés dans des égouts;nous sommes professionnel en la matière pour devenir la poubelle des Européens; l’Algérie est orpheline et ses enfants laisser a l’abandon;quand aux tuteurs sont des grands propriétaires en Europe en particulier en France la capitale du la nouvelle FLN

    12
    1
    ZORO
    14 mai 2018 - 10 h 54 min

    HISTOIRE VRAIE.
    Dans les années 80,un ami en voyage en Italie acheta un poste magnetophone chez un marchand ambulant
    ,arrivé a l hotel il decouvrit une brique rouge bien empaquetée.
    SIGNE ZORO. ..Z…

    35
    5
      MELLO
      15 mai 2018 - 12 h 56 min

      Croyez vous que la faute revient à l’Italien qui lui a refilé ce présent ???
      Mais un arabe se fait toujours avoir,malgré plusieurs proverbes arabes qui nous paraissent bénéfiques pour mieux vivre au quotidien.
      – “Ne parle pas si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence”
      – “La première fois où tu me tromperas, ce sera de ta faute. La seconde, de la mienne”
      – “L’homme qui ne sait pas sourire ne doit pas ouvrir de magasin”
      – “Punissez ceux qui vous envient en leur faisant du bien”
      Ila banete elmaana, la faïda fettekrar

    Un Mortel
    14 mai 2018 - 10 h 47 min

    DESASTRE !!!, C’est le moins que l’on puisse dire. On vient de payer un Milliard + pour de la POLLUTION. La decision de s’aventurer dans ce cauchemar n’est cependant pas prise par Ould Kaddour et son equipe car lorsqu’il s’agit d’un chiffre d’affaires qui consiste de multiple de zeros comme dans ce cas 9 , la decision vient d’EN HAUT comme on dit. Un PDG dans une entreprise comme la Sonatrach n’est pas choisi pour son integrite, courage et honnetete mais simplement pour etre un homme de main ( a hit man ), il doit implementer ses ordres et n’a pas besoin de poser pas de questions. Un PDG doit avant tout accepter la culpabilite en cas de DESASTRE. Dans le cas ou il y a echec , le PDG est vite remplace avec un ‘ GOLDEN HANDSHAKE ‘ et la promesse que son poste lui sera toujours reserve après la pluie et l’orage. Talhab oua thaoud, belotte et rebelotte. Pourquoi alors cette decision imprevue et catastrophique et par qui ? Helas les MORTELS ne peuvent le savoir.

    6
    2
    zaki
    14 mai 2018 - 9 h 52 min

    Salem ,pour moi c une bonne chose ,l’achat de cette raffinerie est une décision positif .

    et pour se qui concerne l’aspect environnemental,moi je vois qu’ont peuvent facilement régler ce problème .

    le plus important es de gagné du temps pour réduire la facture d’importation et faire le transfère de technologie .

    merci
    a tous

    3
    15
    Ismail
    14 mai 2018 - 9 h 19 min

    Au moment ou l’Europe (la Commission Europeenne et les gouvernments europeens) vont dans le cadre de leur politique du changenment climatique contre l’industrie du raffinage, Sonatrach decide d’acheter une tres ancienne polluante raffinerie en Italie. Fort possible des mesures draconniennes seront ulterieurement imposees a cette raffinerie pour lutter contre la pollution. Est-ce-que ce scenario a ete pris en consideration dans le calcul de la rentabilite? Et le cout d’opportunite? A t-on considere le manque a gagner en terme des emplois perdus si nous avions contruit cette raffinerie en Algerie? Du moment que Sonatrach est une entreprise publique, toute decision d’investissement devrait prendre en consideration ces aspects (c.a.d le cout social). Les premiers signes montrent que depenser 1 milliards de dollars pour une telle raffinerie n’est probablement pas une bonne affaire comme on laisse l’entendre. salutations

    8
    3
      amiop
      14 mai 2018 - 12 h 35 min

      sans vouloir tomber dans le dénigrement,et sans m’ériger en spécialiste pétrolier,j’ai toujours douter de l’opportunité de cette transaction annoncée en grande pompe par Ould Kaddour.La multinationale Exxon Mobile proprietaire de cette raffinerie est la plus importante mondialement dans le domaine pétrolier est-elle assez dupe pour se défaire de son unité s’il n’y avait pas de vices cachés.Espérons que ce n’est pas le cas.

    Anonyme
    14 mai 2018 - 7 h 38 min

    Construire une raffinerie en Algérie c’est pas possible?

    13
    1
    elhadj
    14 mai 2018 - 6 h 22 min

    s agissant d une acquisition sur des fonds publics ,le peuple est en droit d avoir des précisions sur cette affaire de raffinerie obsolète qui risque la fermeture pour pollution et équipements défectueux sans compter les dépenses a engager pour sa remise en état des lors que tous les équipements défectueux devront être remplaces. n y a t il pas anguille sous roche , les députés devront se saisir de la question pour questionner les responsables de cette transaction improductive dans l immédiat qui va encore selon la presse italienne coûter beaucoup plus cher au trésor pour un pseudo investissement a l étranger. encore un hadjar bis

    20
    8
    PREDATOR
    14 mai 2018 - 6 h 09 min

    Manman1954
    13 mai 2018 – 19 h 51 min
    A chaque fois que l’Algérie (Sonatrach) s’engage dans quelque projet que ce soit, des voix s’élèvent pour dire n’importe quoi ! Croyez-vous que les dirigeants de Sonatrach ont approuvé imprudemment l’achat de cette raffinerie ?

    Ya si Manman meme la maire de cette localité où est implantée cette usine s’est dit étonnée par cette acquisition voilà ce qu’elle dit:je suis profondément étonnée de la précipitation des autorités algériennes pour le rachat de la raffinerie Esso ». Et d’ajouter que lors de « sa dernière réunion avec les représentants de la Sonatrach et à leur tête Ould Kaddour, elle avait essayé de les avertir des énormes coûts de dépollution du sol que le nouvel acquéreur doit supporter, des coûts qui avoisinent le demi-milliard d’euro sinon plus ».

    16
    12
    Amar
    14 mai 2018 - 4 h 02 min

    On croyait à la diversification de l’économie algérienne, après l’exportation du ciment et la promesse de
    100 Imams pour la France.
    Voilà qu’on nous rachète une raffinerie menacée de fermeture, qui nécessite sans doute des sommes faramineuses pour la mise aux normes.
    Bonjour l’arnaque du siècle, elle est italienne.

    18
    13
    bamar
    14 mai 2018 - 3 h 24 min

    C est des traître de la nation pour qu elle que
    bakchiches ils vendent leurs patrie comme ils l ont font pendant, après l indépendance et jusqu’ à ce jour. ils reste que le peuple Algérien très naïf pour croire que leurs droits tomberont comme par miracle du ciel.

    18
    13
    Anonyme
    14 mai 2018 - 1 h 35 min

    On ne peut rénover la sonatrach avec des voleurs.
    Le choix de la Sicile est déjà douteux (?)
    les affaires entre mafieux.

    33
    10
    moh
    13 mai 2018 - 21 h 57 min

    ceci c’est une aubaine pour jouir d’une commission allechante sur lachat de cette societe en voie de disparution. le reste peu importe.

    24
    16
    jokerpic
    13 mai 2018 - 21 h 40 min

    Il faut que sonatrach se méfie et investisse dans son territoire ce genre de projet gigantesque génere des impôts et emplois sur son territoire des centaines de personnes et d’entreprises de réalisations sous traitante. Le faite aussi que ça soit dans un autre pays pose un problème stratégique de ravitaillement d’essences et dérivé loin des frontière indéfendable en cas de conflit quelconque.
    Il serait préférable d’investir a l’extérieur du pays dans des startup High tech ou petites unités sous traitantes.
    son cout de plus 1 Milliard de dollars en plus de sa réfection dut son âge avancé 67 ans pourrait couter énormément en maintenance et renouvellement d’équipement qui deviendrais un gouffre infinie .Investissons d’abord chez nous !

    34
    4
    jokerpic
    13 mai 2018 - 21 h 39 min

    Il faut que sonatrach se méfie et investisse dans son territoire ce genre de projet gigantesque génere des impôts et emplois sur son territoire des centaines de personnes et d’entreprises de réalisations sous traitante. Le faite aussi que ça soit dans un autre pays pose un problème stratégique de ravitaillement d’essences et dérivé loin des frontière indéfendable en cas de conflit quelconque.
    Il serait préférable d’investir a l’extérieur du pays dans des startup High tech ou petites unités sous traitantes.
    son cout de plus 1 Milliard de dollars +sa réfection dut son âge avancé 67 ans pourrait couter énormément en maintenance et renouvellement d’équipement qui deviendrais un gouffre infinie .Investissons d’abord chez nous !

    23
    3
    Algérienne
    13 mai 2018 - 20 h 54 min

    Ce que le PDG de SONATRACH a omit de dire,c’est que cette raffinerie a été construite et 1949,et qu’elle a été mise en service en 1950. 69 ans pour une raffinerie, c’est très vieux, déjà au vu de la corrosion des installations, qu’il va falloir désinstaller et rénover, sans parler de pollution. Un enfumage a plein nez. Il aurait mieux valu économiser tout cet argent pour la construction d’une raffinerie toute neuve sur notre sol.

    26
    2
    anonymous
    13 mai 2018 - 20 h 36 min

    Quand on achète un engin quelconque, a plus forte raison une raffinerie de 1 milliard de dollars, on se doit de l’ inspecter voire l’ essayer. SH a t elle envoyer ses agents s’ enquérir sur l’ état des lieux? De deux choses l’ une: Soit les dirigeants de SH ne savaient rien de l’ état de la raffinerie ce qui en soit est grave. cela dénoterait clairement un manque flagrant de professionnalisme car il eut suffit d’aller sur internet, encore fallait il avoir la présence d’ esprit, et de faire une recherche sur cette raffinerie qui pourtant fait la une des journaux italiens depuis belle lurette.
    Soit ils connaissaient l’ état de la raffinerie et l’ ont quand même acheter, ce qui est encore plus grave.Alors, on est forcement dans le cas d’ une opération douteuse (SH3). Mais qui va enquêter en Algérie ou la justice est indépendante de sa volonté.

    15
    11
    Salim31
    13 mai 2018 - 20 h 10 min

    Peut etre que sonatrach et l algerie derànge dans sa nouvelle politique de redeploimement a internationale _ je ne suis pas specialiste mais je sais qu ‘ avoir une rafinnerie et d une partie du port en europe ca derànge sans oublier que cette rafinnerie dispose d un reseau comerciale ou le produit fini est directement ecoule aux stations d europe __ le
    une affaire serieuse les occidentaux nous laisseront jamais grignoter leur ponion _si sonatrach continue comme ca il faudrait
    S attendre a d autres pseudo scandale et autres resistnce a l interne et a l externe .

    4
    10
    nasser Nasro
    13 mai 2018 - 19 h 53 min

    acquérir des actifs à l’étranger et en Europe de surcroit n’est pas une affaire de coût mais plutôt de stratégie. meme si cela coutera deux fois plus chère, c’est pour quelle stratégie , à court moyen et long terme . SI c’est pour faire un raffinage à destination du marché algérien, autant réaliser une raffinerie en Algérie , combien même le cout sera plus important, mais ce sera avec une technologie plus élaborée. Sauf, si c’est pour répondre à un besoin immédiat en attendant de réaliser une raffinerie. Maintenant , si c’est pour assurer un débouché au pétrole algérien, le raffiner et le vendre en Europe; cela fait partie d’une stratégie. donc pour cela, je recommande même de faire extension de capacités de stockage en Europe, une fois les raffineries algériennes seront en mesure de dégager des surplus, les transférer en Europe en vue de leur vente sur place. Autant vendre des produits finis qui ont une meilleure valeur ajoutée que de vendre notre pétrole brut. Mais vendre du produit finis réalisé en Algérie et à partir de l’Algérie, faut pas trop rêver, le marché européen très fortement ancré au marché américain, je doute que l’on trouve un accès facile. Et, l’accès au troisième marché mondial qui est l’Europe avec ses 510 millions d’habitant après la chine et l’inde, cela à un cout et n’est et ne sera jamais gratuit.En résumé, si cette action rentre dans un cadre stratégique, il faut dire que c’est un bon point pour SONATRACH et à quand d’autres acquisitions tant en Europe qu’en chine , pourquoi pas, puisque ils importent le pétrole pour le raffiner sur place. Mais là il faut passer par de très vieille raffinerie qu’il faut rénover totalement. l’essentiel , assurer un déboucher à notre pétrole. Parce que le pétrole est en abondance sur les 20 ou 30 prochaines années.

    5
    8
      awrassi
      14 mai 2018 - 4 h 46 min

      Il est dangereux d’investir à l’étranger, tant que nous ne sommes pas soumis politiquement aux USA et à l’OTAN … Mieux vaut renforcer nos capacité de raffinage et nos capacités pétrochimiques au pays ! Il faut créer de l’emploi; c’est cela qu’il faut : du travail, seul créateur de richesses !!!

      13
      2
    manman1954
    13 mai 2018 - 19 h 51 min

    A chaque fois que l’Algérie (Sonatrach) s’engage dans quelque projet que ce soit, des voix s’élèvent pour dire n’importe quoi ! Croyez-vous que les dirigeants de Sonatrach ont approuvé imprudemment l’achat de cette raffinerie ? Ils se sont certainement enquis de tous les problèmes que génère cette infrastructure : Les odeurs, la pollution, etc …
    Croyez-vous qu’ExxonMobil va ternir son image en arnaquant Sonatrach ?
    Savez-vous que ce type de contrat comporte des clauses de manière à éviter les surprises, les vices de forme, etc. …
    Soyons sérieux, arrêtons de déprimer les Algériens en criant au loup.

    10
    72
    Anonyme
    13 mai 2018 - 19 h 27 min

    Sois Ould Kaddour était au courant sinon ce deviens un vice caché et nous pouvons faire marche arrière et d envoyer ses anciens proprio ou actionnaires devant leur justice pr demander réparation à l entreprise publique algérienne Sonatrach donc l état algérien et son contribuable car il vient pas d acheter une maison ou une voiture mais ca parle en milliards d euros. Enfin sur cette acquisition je l ai deja dit dans l autre article concernant ce sujet qu il n y avait pas mieux d investir en Algérie sur 3 ou 4 raffineries à long terme deja pour faire bosser les nôtres et surtout pour être souverain car eux n ont pas de pétrole mais on des raffineries et nous le contraire ; y a pas quelque choses qui cloche Mr le ministre ; si demain nous sommes en guerre nous pourrons fournir tt les véhicules et chars de l ANP déjà et comptez que sur nous même voila ce que nous attendons de vous ; servir l Algérie pour sa souveraineté ; qui peut empêcher ses achats foireux voir farfelus ou les contrôler dans notre pays?? Pour finir si cette affaire est un gouffre qui nous ruinera ; il faudrait dans ce cas Mr Ould Kaddour a déposé votre démission à l état donc au peuple algérien. Je suis sur si la Sonatrach vous appartenez personnellement vous n aurai pas acheté cette rafinerie et aurait construit une neuve ; je me trompe?

    9
    1
    Argentroi
    13 mai 2018 - 19 h 12 min

    Les poursuites engagées sont contre Exxonmobil, et s’il y a condamnation c’est bien sûr cette dernière qui sera concernée et non Sonatrach. Notre compagnie nationale pourra même exiger réparation ou annuler la vente pour dol. Ce débat prendrait une autre tournure si on avait sous nos yeux les clauses du contrat de vente; sans cela on moud du vent !

    17
    10
      AÏT Chaalal
      13 mai 2018 - 20 h 48 min

      Normalement dans ce genre d’affaire ( les grands investissements) l’état Algérien ( l’acheteur investisseur,) exsige des garanties contre toute défauts cachés . Parfois l’investisseur engage même un cabinet spécialisé qui assure les bonnes termes de contrat. Je ne sais pas comment le gouvernement algérien via son entreprise publique ..S’il ya des doutes de corruption de responsables Algériens dans l’acquisition de cette raffinerie , Alors là ! C’est toute la crédibilité de l’Algérie qui est touchée et la justice doit faire son boulot pour punir sévèrement les responsables de la lapidation de cette grosse somme d’argent public …Basta..Marre de cette politique de l’impunité !

      13
      3
    Didouche
    13 mai 2018 - 19 h 10 min

    Pourquoi ne pas construire des raffineries en Algérie? ça sent la corruption et le détournement de l argent public pour acheter l appui politique des lobbies occidentaux.

    27
    3
    صالح/ الجزائر
    13 mai 2018 - 18 h 58 min

    la Mafia est née en sicile .
    s’il y avait une bonne affaire pourquoi elle a été vendue par son propriétaire ?.

    24
    2
    lhadi
    13 mai 2018 - 18 h 50 min

    Toute action d’inspiration éthique doit être orientée selon une éthique de conviction ou selon une éthique de responsabilité.

    Le partisan de l’éthique de la responsabilité ne se sent pas en état de rejeter sur d’autres les conséquences de sa propre action dans la mesure où il pouvait les anticiper. Il demande que les conséquences soient imputées à son action.

    Le partisan de l’éthique de conviction se sent responsable que d’une chose : empêcher que ne s’éteigne la flamme de la protestation contre l’injustice de l’ordre social. Attiser à nouveau cette flamme est le but de ses actions.

    L’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité ne sont pas contraire absolus, mais elles se complètent l’une et l’autre et, c’est ensemble qu’elles constituent l’homme authentique, celui qui peut avoir la vocation pour la politique.

    Aujourd’hui, la cause la plus juste par excellence, c’est la solidarité agissante des potentialités authentiquement démocrates afin que l’Algérie puisse avoir une théorie scientifique lui permettant de débrouiller l’écheveau des événements et d’orienter son action vers le triomphe des objectifs.

    L’étude approfondie de chaque situation concrète qui permet de mieux saisir celle-ci dans sa complexité et son originalité comme l’attention en permanence à ce qui apparaît de nouveau et n’a pas encore été étudiée, à ce qui a cessé d’être vrai parce que cela ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui, est d’une importance capitale pour corriger avec soins les erreurs commises que l’expérience révèle.

    L’ignorance calculée est un crime.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    18
    8
    sandokan
    13 mai 2018 - 18 h 13 min

    Non mais allo quoi ?
    les italiens sont les plus gros crevard de toute l europe !!
    deja ils on fait du chantage à l Algérie concernant des contrats gazier , ils voulaient le gaz à l OEIL .
    ils sont 100 fois plus radins que les sionistes !!!
    pourquoi gaspiller l argent de l Algérie comme ça….arretez l hemmoragie SVP…..

    17
    6
    Amine
    13 mai 2018 - 18 h 06 min

    Je suis au bord des larmes en apprenant cette nouvelle! Une étude de marché, surtout dans un terrain hostile, consiste à évaluer tous les risques à la fois écologiques, mercantiles étendue toute évidence les menaces lobbyistes de quelque nature que ce soit, pour pouvoir préserver ses intérêts. La pour le coup, ça sent le roussi!

    J’espère de tout coeur, que ça soit juste, des spéculations sans fondement réel, si non ça sera assurément, un gouffre financier, qui va mettre en péril, l’image de la première société dans le pays qui fait vivre à elle seule plus que 40 millions d’Algeriens, et non seulement, car l’entreprise sera la risée du « World investment », autrement dit le monde du buisness international où l’erreur de cette nature reléve d’un amateurisme criard!

    Les italiens sont très rusés. J’espère juste une chose , que la mafia sicilienne, n’est pas dans le coup!

    29
    3
    Chaoui Ou Zien
    13 mai 2018 - 17 h 52 min

    Une autre arnaque a l’italienne. Une raffinerie qu’on ferme juste après son achat. On continue a etre les dindons de la farce. Tant que notre facination pour l’europe continue, on n’est pas pres de sortir du tunnel

    28
    5
      L'inspecteur
      13 mai 2018 - 21 h 03 min

      Une opération d’escroquerie au bénéfice des vendeurs et acheteurs.
      Cette raffinerie est invendables et les deux parties le savaient.

      6
      1
    Bouzorane
    13 mai 2018 - 17 h 43 min

    2 questions, à 1 milliards de $ chacune, se posent :
    1/ Un audit a-t-il été réalisé avant la vente? un audit, c’est une évaluation (technique, financière, environnementale, de rentabilité, de l’état du matériel et du personnel,…) d’une entreprise, réalisée par des experts qui sont désignés (de préférence) par l’acheteur.
    2/ le contrat de vente comporte-t-il des conditions suspensives? Ces conditions peuvent etre liées à des contrefaçons, des vices cachés, des informations occultées et/ou erronées,… Elles permettent l’annulation du contrat en cas de mauvaise surprise!
    En plus de ces 2 éléments, l’acheteur peut également se protéger par une « GAP » (garantie d’actif et de passif)
    Espérons que Sonatrach, qui a une grande expérience en contentieux, a bien sécurisé son acquisition!

    26
    2
    issam
    13 mai 2018 - 17 h 38 min

    Il fallait investir au Niger,les italiens sont connus pour être des arnaqueurs professionnels

    19
    70
    Mohamed
    13 mai 2018 - 17 h 26 min

    Je me demande ce que les martyrs de la Révolutions et Houari Boumédienne en pensent… pauvre Algérie.

    20
    33
    HOUMTY
    13 mai 2018 - 17 h 05 min

    SALAM L’KHAWA…. hadi h’louwa, notre fleuron national c’est fait avoir comme une gargotte de quartier. 1 milliar pour l’achat et 500.000 $ voir plus pour la dépollution, derriére tout ça il doit avoir lougi la moro… Avec tout cette argent on aurez pus faire construire 2 raffineries en ALGERIE, Wallah des amateurs, il falait éffectué des contrôle avant, surtout en europe, ces comme si tu achéte une maison, il faut controlé si y’a pas d’amiente, sinon le désamientage est a la charge de l’acheteur… messieurs de la SONATRACH, allez refaire une formation dand une école de business-management et prenez un credit personnel pour rembourser votre firme.

    34
    3
      Argentroi
      13 mai 2018 - 23 h 20 min

      Comme vous le mentionnez, en France avant l’achat d’un immeuble, il est délivré ce qu’on appelle un diagnostic amiante. Et si la vente est conclue, l’acquéreur l’a fait donc en connaissance de cause, c’est pourquoi le désamiantage est à la charge de l’acheteur puisqu’il n’y a pas dol. Mais lorsqu’il s’agit d’une location, le désamiantage est à la charge du bailleur et non du locataire. Dans l’affaire qui nous intéresse, il faut avoir sous les yeux le contrat de vente pour pouvoir avoir une opinion et dire s’il y a dol de la part d’Exxonmobil ou non. Car en ces temps de fake news et d’astroturfing, Sonatrach est ciblée à cause de sa stratégie énergétique gazière surtout. Il ne faut pas être dupe, car mettre en cause les dirigeants actuels de Sonatrach, c’est vouloir, au moins, les affaiblir et changer encore de dirigeants et donc remettre encore à plus tard les options retenues comme celui de l’exploitation du gaz de schiste qui s’avère effectivement plus rentable que l’option de l’industrie balbutiante du solaire qu’un certain lobby veut, pour ses intérêts propres, que l’Algérie s’y attèle en consacrant des investissements conséquents au détriment de ceux qui sont destinés à l’exploitation du gaz de schiste. Il faut remarquer que les rentrées en devises de l’exploitation du gaz de schiste seront immédiates et au bénéfice de la majorité contrairement à l’énergie solaire qui, si on arrivait à l’exporter sans concurrent, il faudrait encore au moins une vingtaine d’années, dans les meilleur des cas, pour en tirer des bénéfices. Et question très simple, pourquoi les autres pays qui ont un taux d’ensoleillement comme l’Algérie et qui n’ont pas de gaz ( Maroc, Tunisie, Égypte ou même l’Espagne et le Portugal) ne se sont pas engagés ouvertement et massivement pour l’exploitation du solaire. Nous, c’est simple : on a du gaz, alors on en tire profit et immédiatement avant qu’on ne crève de faim.
      Déjà qu’on passe ne pas avoir beaucoup d’intelligence, mais abandonner le gaz de schiste au bénéfice du solaire, il faut bien avouer qu’on est vraiment des idiots surtout qu’on nous manipule pour qu’on sorte dans la rue pour manifester contre l’exploitation du gaz de schiste quand déjà une vingtaine de pays le font. Je ne suis pas obligé de rappeler quelques épisodes de manipulation pour qu’on arrive à croire à cette dernière en ces temps des réseaux sociaux et du web surtout où les techniques de la manip se sont affinées.

      2
      8
    bachir
    13 mai 2018 - 16 h 28 min

    le coût de la raffinerie + le coût de la rénovation+ toute les taxes à payer aux italiens = plusieurs raffinerie et plusieurs taxes à payer à l’État Algérienne . c’est ça le business

    32
    6
    Anonyme
    13 mai 2018 - 16 h 14 min

    Comme de coutume, ainsi tout comme les projets au niveau national, citons l’autoroute Est Ouest, les différents grands stades prévus ainsi que la grande mosquée , les choix d’investissements avec des étrangers se débattent dans des « sables mouvants » engloutissant des sommes faramineuses qui auraient pu être utilisées consciemment pour de vrais projets porteurs de richesses, sous l’œil bienveillants d’ingénieurs Algériens. Des pays, comme l’Italie, ne vous laisseront jamais une affaire si celle-ci pouvait engendrer des profits et c’était le cas du projet des aciéries rachetées par Rebrab.
    La SONATRACH, notre joyau , notre gagne pain se trouve ainsi embourbée dans une affaire qui risque de l’engloutir. Pauvre Algérie, tu t’es retrouvée entre des mains qui te « déplument », qui te dépouillent et ton peuple qui te pleure est ligoté .

    44
    3
    Anonyme
    13 mai 2018 - 16 h 13 min

    Les hauts cadres algériens s’ils ne volent pas , ils se font voler . En fin de compte l’Algérie est toujours perdante avec ces zigotos .

    40
    4
    anonyme
    13 mai 2018 - 16 h 09 min

    Dépenser l’argent des « autres » est une spécialité pour les propriétaires des richesses du pays;
    comme bon nous semble quand on est « élu » à des postes de distribution de la rente on « fait de son mieux  » pour satisfaire ceux qui ne demandent qu’ à rester là où ils sont !!!!
    dans l ‘impunité régnante on ne fait que de bonnes affaires ;
    Dommage !

    19
    1
    le niveau
    13 mai 2018 - 15 h 58 min

    galek khobz edar yaklou el berani… el ha… du siecle

    25
    2
    Algerian
    13 mai 2018 - 15 h 57 min

    Les ennemis de l Algérie sont aux aboies,n arrivant pas a la déstabiliser.

    17
    40
    Faraxen
    13 mai 2018 - 15 h 53 min

    Ya farhi ya saadi. On interdit au citoyen d’acquérir, par ses propres moyens, de l’étranger une voiture d’occasion, et on permet au PDG de cette Entreprise Publique l’achat pour un milliard de dollars, et sans la moindre prudence, une raffinerie obsolète en conflit avec les associations écologiques et la Justice Italienne. Rabhet !

    66
    7
      Argentroi
      14 mai 2018 - 11 h 31 min

      Ya farhi,oua ya belli,oua saadi, tu ne vas pas croire à cette campagne de discrédit qu’on lance contre la Sonatrach, ses dirigeants et sa stratégie gazière. Cette campagne ne date pas d’aujourd’hui, elle est jalonnée par les étapes qui ont pour nom Aïn Salah, Ghardaïa, gaz de schiste etc..On attendra le communiqué de la Sonatrach pour se faire une idée plus claire sur la question.

      1
      1
    Anonyme
    13 mai 2018 - 15 h 38 min

    Nos responsables sont tellement bêtes ou incompétents, qu’ils leurs fourguent à chaque fois du matériel pourrie

    54
    6
      Ghania
      13 mai 2018 - 16 h 27 min

      ILS NE SONT NI BÊTES NI INCOMPÉTENTS. BIEN AU CONTRAIRE. CE SONT DES « génies » DIABOLIQUES. EN CLAIR : CE SONT DES VOLEURS TRÈS PROFESSIONNELS DANS LE DÉTROUSSAGE DE LEUR PROPRE PEUPLE…..
      LA QUESTION QUE JE ME POSE, A PRÉSENT : EST-CE QUE CES GENS-LÀ SONT DE VRAIS ALGÉRIENS ?
      J’EN DOUTE FORT A PRÉSENT.

      59
      6
        Selecto
        13 mai 2018 - 21 h 43 min

        Bien vu Ghania .

        7
        1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.