Le Brent à plus de 79 dollars mercredi à Londres

pétrole Brent
Les cours du pétrole en baisse. D. R.

Les cours du pétrole reculaient, mercredi, en cours d’échanges européens avant les données officielles hebdomadaires sur les réserves américaines et alors que l’Opep envisagerait d’augmenter sa production dans l’après-midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 79,02 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 55 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «Light Sweet Crude» (WTI), pour la même échéance, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, cédait 23 cents à 71,97 dollars une heure après son ouverture. Le cours du WTI a atteint mardi son plus haut niveau depuis novembre 2014 à 72,83 dollars le baril, et le Brent est brièvement repassé au-dessus des 80 dollars, mais les investisseurs ont ensuite encaissé leurs bénéfices.

«Les investisseurs sont désormais pendus aux lèvres des représentants de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), qui pourraient indiquer qu’ils vont relever leur production pour compenser des baisses», ont commenté les analystes de Cantor Fitzgerald. L’Opep s’est engagée, fin 2016, avec dix autres producteurs, dont la Russie, à limiter leur production pour permettre au marché de retrouver l’équilibre alors que l’offre abondait. Mais l’industrie pétrolière de deux poids lourds internationaux, le Venezuela et l’Iran, est menacée, et des informations de presse affirment que l’Opep se préparerait à relever ses niveaux de production lors de sa prochaine réunion officielle, fin juin à Vienne.

Les marchés gardaient également un œil sur les données hebdomadaires de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA), attendues en cours de séance européenne. Pour les réserves arrêtées au 18 mai, les analystes tablent sur une baisse des stocks de brut de 2 millions de barils, une baisse de 1,43 million de barils de ceux d’essence et de 1,25 million de barils de ceux d’autres produits distillés (diesel et fioul de chauffage), selon la médiane d’un consensus compilé par l’agence Bloomberg.

La Fédération professionnelle American Petroleum Institute a d’ores et déjà fait état d’une baisse des stocks de brut mais d’une hausse de ceux d’essence, ont rapporté des analystes.

R. E.

Comment (2)

    LOUCIF
    24 mai 2018 - 16 h 04 min

    Certes le Brent est à plus de 79 dollars ce jeudi 24 mais à Londres , mais il ne faut pas oublier que le prix moyen du brut sur les quatre premiers mois de 2018 est de …. 68,12 dollars précisément, certes au dessus du prix de 50 dollars choisi comme hypothèse de base de calcul de la Loi de finance 2018 , mais on est loin de 80 dollars qu’on claironne dans les médias algériens !! ! C’est juste pour remettre les pendules à l’heure et pour arrêter de commencer à festoyer!

    Anonyme
    23 mai 2018 - 17 h 06 min

    Faites des hôpitaux flambant neuf ds chaque wilaya ; la santé n a pas de prix pour le peuple algérien et sans la santé on fait rien ; donc du boulot et des hôpitaux avec des écoles ou des lycées voila ou il faut investir qd le baril de pétrole est au RDV et comme ca on nous diras pas ; vs nous avez viré d Algérie mais vous et votre président venez vous soignez chez nous ; ca évitera a l avenir qu ils nous balancent ce genres de remarques de la part de vos amis Français le gouvernement algérien.Quelqu un qui aime son pays et construit son pays se soigne normalement ds son pays mais malheureusement depuis 1962 on a rien fait pr les nôtres. Incapable de faire ce qu on fait les français colons chez nous en 1900 et ds tt les domaines agricultures industries infrastructures ect ect ; en 2018 on y arrive pas nous meme? De Gaulle je comprend mieux qd il disait que la France sera bien plus grande sans l Algérie juste avant l essai nucléaire en Algérie alors que les Français colons nele savait pas et ni l armée de Salan de Bigeard et de Massu et encor moins l OAS …fort De Gaulle rusé ils leur a mise a tous aussi bien à ceux ci qu au notre qui se battait à l intérieur et qui n ont rien eu eux sauf la mort ; je commence à comprendre pkoi l Algérie n a jamais avancé depuis leur sortie car ils ont laissé les leurs en fait? la preuve est devant vos yeux il suffit de regarder ou e n en est depuis l indépendance ; nous avons le pays le plus riche mais nous avons des algérien(nes) haraguas comme de pauvres sahéliens ou africains qui meurt en mer ; voila une triste vérité ; c est bizarre a l epoque y avait pas de haragua mais y avait hogra ; aujour dhui hogra + haragua. ..vs saisissez mieux mon analyse.

    3
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.