Ould-Kaddour à propos de la raffinerie d’Augusta : «Je sais ce que je fais !»

Sonatrach parmi les cinq plus grandes sociétés pétrolières d’ici à 2030
Abdelmoumen Ould-Kaddour, PDG de Sonatrach. D. R.

Par Hani Abdi – Le PDG de Sonatrach continue de défendre son choix de racheter la raffinerie d’Augusta en Italie, malgré les mises en garde de plusieurs experts. Dans un entretien accordé au Quotidien d’Oran, Abdelmoumen Ould-Kaddour répond avec dédain et prétention à ceux qui l’ont appelé à se rétracter tant que c’est possible et ne pas finaliser la transaction de rachat avec ExxonMobil. «Mais de quoi se mêlent-ils ?», répond Ould-Kaddour à la journaliste qui l’interrogeait sur les problèmes d’environnement que poserait cette raffinerie à Sonatrach. «J’ai passé 25 ans à étudier, je suis diplômé en génie chimique de l’Ecole nationale polytechnique d’Alger, j’ai fait MIT (Massachussets Institut of Technology), Harvard University (…). Avec toutes les écoles que j’ai fréquentées, on vient me dire aujourd’hui n’achetez pas ! De quoi se mêlent les étrangers ? (…) On est des professionnels !», a-t-il martelé, visiblement agacé par les reproches de spécialistes qui ont décortiqué cette raffinerie et sérié tous les problèmes qu’elle connaît.

Ould-Kaddour poursuit en prenant comme ligne de défense l’urgence de réduire les importations des produits pétroliers raffinés. «Je trouve bizarre que personne ne se demande pourquoi Sonatrach n’a-t-elle pas de présence importante à l’international ou par exemple ne fait pas de raffinage…», a-t-il lâché, précisant que «Sonatrach a importé de 2011 à ce jour plus de 16 milliards de dollars de produits raffinés». «On achète pour deux milliards de dollars par an de carburants. Jusqu’à quand !», a-t-il lancé, estimant que si l’Algérie a préféré importer que raffiner, c’est tout simplement parce qu’il n’y avait pas un responsable comme lui qui avait le courage de prendre la décision de raffiner en Algérie.

Abdelmoumen Ould-Kaddour justifie donc cette acquisition controversée en Italie par sa franche volonté d’«inverser l’équation le plus rapidement possible». Par sa réponse, il s’adresse notamment à Hocine-Nasser Bouabsa, ex-directeur général de Schlumberger North Africa, qui a appelé dans une tribune publiée sur Algeriepatriotique à renoncer à l’acquisition de la raffinerie d’Augusta. Son analyse très pointue a fait l’effet d’une bombe.

Autre sujet sur lequel il s’est défendu : l’affaire Brown and Root Condor (BRC), une joint-venture entre Sonatrach (51%) et Halliburton (49%). Une affaire dans laquelle il a été condamné en 2007 à 30 mois de prison ferme pour «divulgation d’informations classées secret défense». Une peine qu’il n’a pas totalement purgée puisqu’il a quitté la prison en mars 2009 après avoir bénéficié d’une liberté conditionnelle. «J’ai passé deux ans de prison à Blida, chez les militaires, j’ai été condamné officiellement à 30 mois de prison ferme, mais avant de les terminer, on est venu me dire tu sors, j’ai refusé, j’ai demandé pourquoi vous m’avez mis en prison et pourquoi vous voulez que je sorte aujourd’hui ?», raconte-t-il à la journaliste, avant d’accuser les autorités militaires de l’avoir mis en prison sans «papier». «On m’a sorti de prison comme on m’a fait entrer, sans aucun papier, sans aucun dossier», affirme-t-il, vantant les réalisations de BRC comme le Centre de criminologie de Bouchouaoui, le siège du ministère de l’Energie, les hôpitaux d’Oran et de Constantine et le centre d’expertise et des grands brûlés d’Aïn Naâdja.

Ould-Kaddour nie l’existence de retards de réalisation ou de surcoûts. Il considère que l’affaire BRC «a été diligentée pour casser Chakib Khelil». Pourquoi vouloir casser Khelil ? «Chakib Khelil n’a jamais accepté que le DRS s’implique dans la gestion des entreprises affiliées à Sonatrach, encore moins dans son ministère». M. Ould-Kaddour n’a pas donné des explications sur l’opacité qui entourait les activités de BRC, qui avait d’ailleurs poussé le président Bouteflika à exiger la dissolution de cette société mixte en janvier 2007. Jamais BRC n’avait présenté de bilan de ses treize années d’activité intense en Algérie, touchant à la fois à l’énergie et à d’autres domaines, comme la défense nationale.

H. A.

Comment (50)

    TARZAN
    4 juin 2018 - 17 h 27 min

    des je ne sais qui, ennemis de l’algérie ou algériens fréquentant les cafés malpropres exhibent par le bla bla leurs diplomes bac+50 , qui ne connaissent rien à l’industrie du pétrole et les lois qui régissent ce secteur très sensible et ils viennent ici nous donner des leçons à deux balles dictées par le makhzen ou le mossad. je dis aux vrais algériens, que l’intérêt de ce rachat est ailleurs, et que sonatrach savait qu’il y a des travaux à faire mais le but recherché est ailleurs et sera atteint bi idn allah et le coût des travaux c’est du pipi de chat par rapport aux gains escompté! il y a beaucoup d’ennemis à l’algérie (marocains ou israeliens) qui font tout pour contrecarrer ce projet et dresser un tableau noir sur sonatrach et ses cadres, et remonter le peuple algérien contre l’Etat; c’est comme ça que octobre 88 a commencé, « l’armée détourne l’argent du pétrole », des ministres voleurs, et comparent l’algérie 40 millions d’habitants et une superficie continentale et une armée forte au qatar 500.000 habitants et une superficie 1/10 de la plus petite wilaya algérienne. pour vous dire le niveau

    12
    13
      Mohaned Ennagh
      24 juillet 2018 - 20 h 50 min

      Cher Tarzan,
      Même si mon commentaire vient tardivement, je le fais tout de même car je trouve que ce que vous dites est juste. Comme on dit chez nous (et là je présente mes excuses anticipées aux Equus africanus asinus de cette terre) : « Quand l’âne est repu il se met à ruer ». Notre pays, et notre État nous, a malgré tout, nourri, soigné et éduqué. Et bien que nous soyons tombés bien bas, nous sommes encore bien mieux lotis que certains peuples voisins. Maintenant que nous sommes repus, certains se proclament experts en tout et en n’importe quoi.
      Merci donc d’avoir recadrer certains « cousins équestres ».

    Anonyme
    4 juin 2018 - 12 h 45 min

    « De quoi se mêlent ils? (…)On est des professionnels ! » Quelle pédance, et
    qielle arrogance !
    Monsieur Ould-Kaddour semble avoir déjà oublié la somme pharaonique de près de 207 milliards de dinars, soutirée au profit de 41 gros marchés de gré à gré, alors qu’il était à la tête de la Brown Root & Condor
    ( BRC), la compagnie mixte d’engineering algéro-americaine, qu’il dirigea contre Sonatrach,et contre son pays. Factures pharaonique, pour budget pharaonique.
    Monsieur Ould-kaddour,
     » le moi est haïssable »
    ( Blaise Pascale), car le « moi » voudrait être le tyran de tous les autres.
    Pour rappel aux lecteurs, TOUS les top managers de Sonatrach ont été formé au MIT du Massachusetts, et un nombre impressionnant de MA
    (en langue anglaise) en forage et exploitation ont été formés par des formateurs Algériens,et Ecossais à l’Institut Algérien du Pétrole de Boumerdes,en mode formation à distance, dans le cadre d’un partenariat avec l’Université d’Aberdeen( Écosse).
    Tous nos ingénieurs ont des capacités extraordinaires,certains sont des petits génies, et plusieurs ont été mention très honorable par Aberdeen, qui reste bouche bée devant tant de potentiel. Tous,humbles, bosseurs, très bien éduqués, majoritairement issus de familles modestes du petit peuple de nos villes de l’intérieur. Un capital humain hors norme. C’est pour cela que toutes les compagnies étrangères les embauchent en fin de contrat,pour de bien meilleurs salaires (près de 3 fois plus que celui offert au même poste à Sonatrach).
    Ces jeunes, j’atteste et je le jure, pour les avoir aidés dans la rédaction de leur thèses,et pour avoir travaillé avec eux pendant de longues années, sont un capital extraordinaire pour le pays,et Wallah, à eux seuls déjà, ils peuvent relever tous les défis de ce pays, pour en faire une grande nation.
    Rendez à César, ce qui appartient à César, monsieur Ould-kaddour,au lieu de fanfaronner. Vous, et votre Chakib Khelil aviez mis cette valeureuse institution(IAP, Boumerdes) à genoux,aviez fermé tous les laboratoires, et les départements vitaux du gaz,et de la chimie,et aviez provoqué la fuite de ses cerveaux.
    Ce ‘grand institut a pu échapper à son effondrement totale,grâce à la volonté, et à l’intégrité de ses enseignants. Une institution qui pourrait être une très grande école à l’échelle africaine, si vous le vouliez vraiment.

    22
    2
    Anonyme
    4 juin 2018 - 11 h 55 min

    On achète pour deux milliards de dollars par an de carburants. Jusqu’à quand !», dites-vous. Ma réponse est: « Jusqu’à ce que vous vous décidiez à investir dans des raffineries sur le sol national et en utilisant les myens locauxet non en achetant une raffinerie existante à l’étranger, une solution de riche d’autant plus inopportune que nous traversons une crise pétrolière. De plus, vous feignez d’ignorer que c’est une de vos propres filiales qui a réalisé TOUS CORPS D’ETAT la raffinerie de Hassi Messaoud.
    Quand à vos diplômes que vous n’avez de cesse de nous rabâcher, sachez que « la culture, c’est comme la confiture : Moins on en a, plus on l’étale ….. ».
    De plus , le M.I.T vous a enseigné une philosophie substantialiste, fondée sur les faits, et non essentialiste, basée sur ce que vous êtes. En affirmant sans cesse ce que vous êtes, vous montrez au monde que vous avez été un mauvais élève de la prestigieuse université américaine. Ou peut-être n’osez-vous pas nous dire ce que vous avez fait tout au long de votre carrière, de peur de faire resurgir les nombreux actes de corruption que vous avez commis et qui attendent d’être jugés ……

    23
    2
    Anonymeplus
    4 juin 2018 - 11 h 31 min

    Quand Ould kadour dit qu’il sait ce qu’il fait, cela se traduit comme suit:
    Je mange
    Je mange
    Je mange
    Je mange
    Je mange
    Ils mangent…les miettes
    Comprenne qui voudra.

    5
    1
    Dzézaïr
    4 juin 2018 - 10 h 16 min

    En général tout les conseils provenant des occidentaux notamment Européens.
    Quant ils nous disent ceux ci où ceux là est pas bon pour vous , c’est que en réalité c’est vraiment bon pour nous. C’est le contraire que nous devons faire.
    Et l’inverse c’est pareil ,s’ils nous disent que c’est bon pour nous d’après leurs conseils, c’est que en réalité c’est mauvais pour nous.
    Ils nous veulent que ce qui nous dévalue , nous fait reculer , nous affaiblie, nous appauvri , et nous divise et nous remonte les uns contre les autres.
    Depuis l’indépendance ils se sont engraisser sur nôtres dos et de surcroît ils nous mépriser avec toupet trahisons et arrogance.

    4
    1
    Zaatar
    4 juin 2018 - 8 h 57 min

    Ah! moi aussi j’ai fréquenté les grandes écoles, je ne suis pas la référence pour autant en matière d’honnêteté, de crapulerie, d’égoïsme, d’hypocrisie…etc. je suis comme tout le monde et je ne peux avoir aucune prétention sur quoique ce soit.
    Ceci dit, si Ould Kaddour avec toutes ses références tout en étant un intime de khelil lekhla, pourquoi alors du temps ou khelil lekhla était ministre de l’énergie et lui PDG de BRC il n’a pas eu l’idée de construire des raffineries pour l’Algérie alors le baril trustait et même dépassait les 100 dollars? pourquoi a t’il fallu attendre que khelil lekhla soit démasqué dans ses agissements par la justice italienne et que lui fasse de la prison pour ensuite être libéré pour qu’il s’entête à acheter une vieille raffinerie à exxon? je parie tous mes diplômes des grands écoles et des universités que j’ai fréquenté que Ould Kaddour est en train de jouer un sacré numéro pour le compte de khelil lekhla.

    8
    1
    Algerienne
    4 juin 2018 - 7 h 40 min

    Il me semble et j’espère du fond du cœur qu’on ne va pas acheter une m..de afin d’arrêter les poursuites contre ….
    espérant que je divague

    7
    2
    Anonyme
    4 juin 2018 - 7 h 16 min

    tu es le PDG mais pas le maître la société ne t appartient pas et toute algérien a le doit de posé des questions au quelles tu doit répondre , pour moi tu doit dégager t a les chevilles qui gonflent jusqu’aux genoux

    8
    3
    Anonyme
    4 juin 2018 - 7 h 02 min

    «J’ai passé 25 ans à étudier, je suis diplômé en génie chimique de l’Ecole nationale polytechnique d’Alger, j’ai fait MIT (Massachussets Institut of Technology), Harvard University (…). Avec toutes les écoles que j’ai fréquentées, on vient me dire aujourd’hui n’achetez pas ! De quoi se mêlent les étrangers ? (…) On est des professionnels !»……. mais monsieur votre parcours universitaire ne veut rien dire. C bien de faire les bancs de ces institution mais rien ne remplace l expérience business. Si vraiment vous êtes un professionnel et tu as l expérience pourquoi, à chaque fois , vous cherchez couverture sous vos présumées diplômes de MIT etc… l important c de démontrer aux algériens votre Business case pour l achat de cette usine. Dites aux journalistes combien ça va coûter cette usine en incluant tout les coûts et dites nous comment vous allez récupérer cette argent et combien de temps ça va prendre… voilà ce que vous devrez faire et tout le monde va comprendre..mais continuer à…’running for cover under your credentials does not help’.. cette usine est très vieille et demande des grands coûts opérationnels..enfin votre choix ya mokh

    10
    2
      tikouk
      4 juin 2018 - 7 h 42 min

      Les cours dispensés à Hrvard ne sont pas meilleurs de ceux des universités Francaises et anglaise en terme de notion academiques.
      Cei dit, il faut reconnaitre le potentiel humain et pas subordonner ces ressources aux politiques , qui n’ont aucun resultat probant.

      5
      2
      Babali
      4 juin 2018 - 10 h 13 min

      Je l’ai eu comme élève avant que Hadj Slimane parrainé par Belkheir ne l’envoie aux US

      pas très futé , mais

      Imbu de sa personne car se sachant protégé

      7
      1
    Lestat
    4 juin 2018 - 0 h 41 min

    C’est quoi ce p….. de pays comme ou on gère les affaires d’état comme on gère une épicerie du quartier, Mr Kaddour machin chose, ce n’est pas votre argent, ou celui que votre père vous a légué pour jouer au casino avec, quoi que si c’était le cas, vous allez y réfléchir a vingt fois avant de mettre un penny dans cette affaire. Admettons je ne sais par quel miracle, vous savez ce que vos faites, répondez aumoins aux experts et autres qui vous ont dit avec preuves que vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude, de grâce… démissionnez, laissez place même vacante est mille fois mieux que de voir votre sale gueule de corrompu.

    23
    3
    Je Tatz
    3 juin 2018 - 23 h 08 min

    Hadda c le meilleur de tous au lieu d argumenté cette affaire il nous parle de ses diplôme .mahsoub mange ta soupe et reste tranquille .awouah l Algérie restera dans les annales

    18
    2
    Mme CH
    3 juin 2018 - 22 h 40 min

    J’espère que Sir Ould Kaddour sait vraiment ce qu’il fait…! Mais, il devrait ajouter une autre phrase, si jamais ça foire, je serais le seul responsable et mettez-moi en prison…!
    En cas où, il devrait exiger qu’une bonne partie de la main d’oeuvre soit algérienne…!
    Let us wait and see…!

    10
    2
    Lghoul
    3 juin 2018 - 19 h 46 min

    Pour ceux qui parlent de MIT, il est très facile de vérifier si une personne est passée par là. De même pour l’ENPA département de chimie, il y a 25 ans ….
    Apparemment beaucoup ne sont pas passés par là.

    21
    1
      Geronimo
      4 juin 2018 - 6 h 51 min

      Mais il n’est pas le premier, ni le dernier à avoir fait MIT et Harvard? Il y en eu d’autres Algériens qui étaient sortis major de promotion de ces écoles, étaient entrés en Algérie pour offrir leur service au pays, mais ont été « chassé » par nos responsables pour qu’ils ne leur fasse pas de l’ombre. Ils étaient obligé de repertir d’où ils étaient venus et occupent actuellement des postes importants dans les universités et les sociétés américaines. Vous n’avez qu’à voir la diaspora algérienn de la célèbre « Silicon Valley » en Califonie. Je n’ai pas mentionné les autres cadres qui étaient passés parles célèbres institutions que sont Caltech, Columbia, Princeton, Colorado School of Mines et d’autres que je ne peux pas toutes citer.

        Lghoul
        4 juin 2018 - 8 h 45 min

        Tout a fait d’accord. Un vrai professionel ne dit JAMAIS qu’il a fait telle grande école ou telle université. Les résultats du travail seuls font sa propre publicité.
        En plus il a un master … Ce qui n’est vraiment pas grand chose a chahuter sur les toits a la premiere occasion.

    Anonyme
    3 juin 2018 - 17 h 52 min

    il faut aller sur Internet et visionner les reportages sur la localité et le sentiment de la population les élus les citoyens le corp médical ils envisagent de toutes délocalisés sonatrach va juste payer la facture un vrai gouffre financier il vaudrait mieux arrêter hémorragie en jetant l’éponge

    39
    4
    Anonyme
    3 juin 2018 - 17 h 39 min

    C’est avec ce genre de réflexion «Je sais ce que je fais !» que l’Algérie en est arrivé là ou on est . Un pays immensément riche avec une population pauvre n’ayant comme voie de salut que le fanatisme religieux .

    25
    5
    Argentroi
    3 juin 2018 - 17 h 17 min

    Ceux qui parlent au nom du peuple, ont-ils fait au moins un sondage ou bien ont-ils organisé des manifestations monstres dans chaque coin de l’Algérie ou bien ont-ils lancé une pétition qui a recueilli des centaines de milliers de signatures ? Non, chacun de ses commentateurs croit détenir la vérité si ce n’est pas quelqu’un qui veut manipuler l’opinion. Et ce Bouabssa dont l’auteur de l’article nous vante l’expertise très pointue n’est-il pas ce chef d’entreprise allemande spécialisé dans le solaire et qui mène depuis belle lurette une campagne tous azimuts contre Sonatrach et ses choix stratégiques comme l’exploitation du gaz de schiste dont le lobby du solaire composé de Cevital et ce Bouabsa n’en veut pas pour que l’Algérie s’occupe exclusivement du solaire; business quand tu nous tiens! Ould Kaddour a été mis en prison quand le lobby du solaire fréquentait les plus hautes sphères de l’état. Et il faut croire Ould Kaddour quand il dit qu’il est entré en prison sans papiers et qu’il en est sorti sans papiers sans aucun dossier. On veut casser Sonatrach la seule entreprise qui marche en Algérie et qui nous fait vivre.

    11
    21
      Anonyme
      3 juin 2018 - 22 h 35 min

      «Sonatrach.. qui nous fait vivre» ?!
      On comprend maintenant mieux le sens de votre post. Alors b’sahetkoum ! Profitez à fond de cette Sonatrach qui vous fait vivre.
      Et si je comprends bien, pour vous, les partisans de la Sonatrach, du pétrole et du gaz de schiste et les raffineries carcasses de la Sicile… le solaire n’est pas bon. Je présume que c’est certainement parce qu’il ne rapporte pas assez, ne pollue pas la nappe phréatique, préserve les gigantesques réserves hydriques du Sahara (dont l’Algérie aura le plus grand besoin dans quelques années), n’offre pas la protection des Dick Cheney et compagnie… et ne vous ferait donc pas vivre si bien que ça, n’est-ce pas ?
      ————
      P.S.: Ce n’est pas pour vous allécher, mais il faut savoir que seulement 1% (un pour cent !) de la surface du Nord du Sahara algérien peut, en l’état actuel de la technologie du solaire, fournir la consommation quotidienne de l’ensemble de la planète terre en énergie électrique.
      Mais vos amis semblent plutôt préférer tout puiser et tout vendre afin de faire rentrer de l’argent selon le principe «Ched-Med».
      On se demande d’ailleurs pourquoi ils sont si pressé que ça !

      17
      2
        Argentroi
        4 juin 2018 - 9 h 45 min

        Mais cessez votre enfumage ! Vous parlez de 1% de la surface qui fournira l’ensemble de l’énergie nécessaire à la planète mais vous ne dites pas un mot des centaines de milliards qu’il faut investir, 500 milliards de dollars pour alimenter qu’une partie de l’Europe. Et même, combien faut-il attendre, trente, quarante ou bien cinquante ans, pour tirer les dividendes de cet investissement titanesque que l’Algérie à elle seule ne peut supporter ne serait-ce que le centième? Et qu’est ce qui empêche le Maroc, la Tunisie, l’Égypte, l’Espagne, ou la Jordanie, qui ont le même potentiel solaire, de se lancer dans cette industrie balbutiante du solaire, pourquoi ? Cela vous ne le dites pas aussi. Comme vous ne dites pas pourquoi le fait que le projet foireux de Desertec, avec lequel on a enfumé un certain temps Bouteflika, a capoté et a laissé Rebrab avec un trou de plusieurs centaines de millions de dollars investis dans le solaire parce qu’il a été lui aussi embobiné.
        Et c’est quoi ce fallacieux argument de  » laisser cela aux générations futures » quand vous parlez de l’exploitation du gaz de schiste et de l’Albien; on n’a jamais vu cela dans l’histoire de l’humanité. Et quand il s’agit d’un pays en crise à cours d’argent où tout est à l’arrêt, où toute la réaction arabe attend que l’Algérie flanche, vous menez une campagne d’astroturfing pour qu’on n’exploite pas le gaz de schiste bien qu’une dizaine de pays le font déjà sans qu’on entende parler d’un accident notable de pollution. Et vous vous étonnez pourquoi nos gouvernants sont si pressés quand ce principe peut s’appliquer aux chantres du solaire: pourquoi vous êtes si pressés pour une industrie qui n’a pas encore fait ses preuves et dont l’Algérie n’a ni les moyens financiers ni humains ni technologiques. Pourtant, c’est le contraire qui serait non pas étonnant mais ridicule: voilà un pays qui a des réserves gigantesques de gaz de schiste et qui s’abstient de les exploiter quand d’autres pays des plus riches le font le plus normalement du monde et, qui de plus, ce même pays, en l’occurrence l’Algérie, a grandement besoin d’argent pour que son peuple continue à vivre décemment, n’est-ce pas ridicule ! Et les chantres du solaire de connivence avec l’oligarchie monopolistique qui a fait un mauvais choix en s’engouffrant rapidement dans l’investissement dans l’industrie balbutiante du solaire veulent qu’on crève de faim en attendant que eux prennent le pouvoir pour remédier à tous les maux de l’Algérie. Nous, qui vivotons, nous faisons avec ce qu’on a !

        1
        3
    Far-West-Republic
    3 juin 2018 - 16 h 38 min

    Monsieur, Exxon-Kaddour;ce n’est pas votre argent ni vos intéréts;c’est l’argent du peuple Algérien,mais ce n’est pas aussi de votre faute,c’est la faute a ceux qui vous ont nommé a ce poste;malgré vos antécédents entachés des irrégularités et des magouilles;l’Algérie est orpheline depuis que vos amis ont pris le pays en otage

    48
    24
      LeilatElKadr
      3 juin 2018 - 17 h 15 min

      Au moins,lui,il parle et se justifie en public.Il y en a par contre d’autres qui saignent l’Algérie en privé sans que personne ne les connaisse.

      24
      16
        Anonyme
        3 juin 2018 - 22 h 43 min

        Et on devrait peut-être l’en remercier ? Après tout, il est détenteur d’un Ph.D du MIT, comme il était mentionné sur le site de la Sonatrach. Mais après avoir découvert que le MIT n’a jamais délivré aucun Ph,D au nom de ce monsieur, cela a subitement disparu du site de la Sonatrach du jour au lendemain. Qu’il viennent nous dire qu’il a été arrêté, jugé et emprisonné pour rien et qu’il est innocent de tout… C’est très difficile à gober, sachant par qui il a été placé à la tête de la Sonatrach.

        18
        2
      LeilatElKadr
      3 juin 2018 - 17 h 37 min

      Dans notre pays,quand on prend son courage à deux mains pour faire bouger les choses,on nous tombe à bras raccourcis pour dénigrer et crier au scandale,sur la base d’analyses de pseudo-experts douteux en mal de visibilité qui font dans la critique sans rien proposer en retour.Quand on ne fait rien (seulement de la figuration) comme la plus part de nos élites,alors on crie à l’incompétence.Dans le domaine des affaires et de la gestion,QUI NE RISQUE RIEN N’A RIEN!!.SI ON N’AVANCE PAS ON RECULE!!.Alors preferez-vous prendre des risques pour faire avancer les choses ou se contenter de la petite routine ( bouffer,enfanter et aller à la mosquée en laissant les chinois faire le travail pour vous à coup de devises.).Et quand nos puits de pétrole s’assèchent que ferez-vous pour les êtres innocents que vous avez enfantez dans l’insouciance

      16
      15
        Anonyme
        4 juin 2018 - 2 h 49 min

        Ya M Argentroi,vous accusez(sans preuves) bouabsa, pourquoi votre ould kadour ne l’affronte pas dans un debat télévisé,et on jugera!! C si simple,et vous pourrez y participer,moi j’y viendrai avec plaisir meme n’étant pas du domaine. Mais je demanderai simplement à Oukd kadour pourquoi PDG de BRC il n’a rien realisé dans son domaine,qu’il explique la rentabilité de son gaz de shit,et que c à cause de lui et chakib khelil qu’on importe milliards$ d’essence pour n’avoir pas construit de raffineries!! Nous avons construit raffineries et complexes pétrochimiques avec les vrais nationalistes stratèges années 70 de BOUM le grand! ça fait plus de 40 ans!!

          Argentroi
          4 juin 2018 - 13 h 22 min

          Ce que vous semblez oublier, c’est que les besoins de la consommation en carburant s’est multipliée en moins d’une décennie, exponentiellement et soudainement et que la production locale n’y suffisait plus et que la construction de nouvelles raffineries demandait au moins cinq ou six ans. Je vous laisse le soin d’imaginer aussi ce qui serait passé si on n’avait pas eu cette autoroute d’est en ouest ou le renouvellement du réseau routier en partant des routes nationales jusqu’aux chemins vicinaux et des périphériques. Mais pour les raffineries, ce n’était pas tellement urgent à cette époque vu que d’autres secteurs étaient prioritaires. L’Algérie des années 70 où on émerveillait à la vue d’un gros engin et ou on ne voyait passer qu’une voiture à chaque quart d’heure dans certains endroits de la capitale, c’est une image d’Épinal qui ne peut servir d’argumentation en 2018. Les preuves que vous recherchez sont sur la Toile que je me ferais un plaisir d’apporter si AP le désire bien puisqu’on me censure à chaque fois que je m’étale sur ces preuves. Sinon, elles sont faciles d’accès, il suffit d’avoir l’esprit critique et en premier dites-vous, quand vous voyez quelqu’un de si véhément, qu’est ce qui le fait d’être aussi catégorique. Tenez, si votre poulain demande dans une autre intervention qu’on démonopolise Sonatrach, une première mondiale je suppose, rien ne m’empêche de penser qu’il désire qu’on lui confie la direction d’une entreprise nationale concurrente à Sonatrach. Dans le milieu des affaires et du business, on ne parle pas pour ne rien avoir ! Le profit, toujours le profit.

          2
          3
        Anonyme
        4 juin 2018 - 2 h 56 min

        A leilet. Si vous pensez que les experts qui se prononcent contre,pourquoi ould kadour ne les invite pas à debat piblic télé?? C si simple,et on verra les arguments des uns et des autres! Une question simple sur ce gaz de shit: sait il le montant des investissements nécessaires,les couts de production,les quantités récupérables?? Et c coûts comparés à des investissements équivalent dans le solaire??

        6
        1
          Anonyme
          5 juin 2018 - 2 h 54 min

          Argentroi,g proposé à votre ould kadour poliment d’affronter bouabsa,ou d’autres comme rab ah réghis ferhat ait Ali….’en débat télévisé,et le public jugera. Et je vous invite à me rejoindre meme di je suis pas du domaine. G ruen contre Oukd kadour ou khelil, mais ils ont la manie de parler tout seul et fuient les débats contradictoires comme on en voit en Occident.

      libre
      3 juin 2018 - 18 h 21 min

      il a dit que la vérité les militaire de l’époque il sont tué l’Algérie avec les belkhire et compagne et compris la France

      15
      6
    Anonyme
    3 juin 2018 - 15 h 54 min

    Mais Mr Ould-Kaddour souvenez-vous bien, Moumen Khalifa aussi savait ce qu’il faisait et on a bien vu le résultat : des milliards de dollars partis en fumée.
    Votre accointance avec les américains est bien connue, d’ailleurs c’est vous qui le rappeler, vous êtes un produit du MIT et en tant que tel vous leur devez quelque chose en retour par exemple le rachat d’une raffinerie obsolète devenue pour eux un fardeau dont il faut se débarrasser au plus vite.
    Non, non , on ne sent pas la bonne affaire , car si tel était le cas comment elle aurait échappé aux Italiens? ça sent plutôt l’arnaque des stations de dessalement des eaux de mer importées par Khalifa mais qui se sont révélées n’être que de la ferraille usée.

    40
    13
    Bouzorane
    3 juin 2018 - 15 h 20 min

    « 25 ans à étudier, diplômé en génie chimique de l’Ecole nationale polytechnique d’Alger, MIT, Harvard. Avec toutes les écoles qu’il a fréquentées, M. Oueld Kaddour ne connait toujours pas les bases de la communication de crise!!
    Il fallait lever les doutes et rassurer. Argumenter et répondre point par point aux réserves évoquées (vétusté, pollution, prix, donner des garanties, expliquer le processus d’acquisition, la stratégie, donner des chiffres précis du business plan,…)
    Il fallait surtout éviter de rester dans un flou arrogant et agressif!
    Et cette bonne blague de Harvard et MIT!!!
    Des universités prestigieuses certes mais qui n »hésitent pas à délivrer aux étudiants étrangers des diplômes bidons, type « phd », qui ne permettent absolument pas de décrocher le moindre emploi aux usa. Des pseudo-diplômes qui servent à se venter dans le pays d’origine…c’est exactement ce qu’a fait le pdg de sonatrach!!

    47
    14
    Moh
    3 juin 2018 - 15 h 20 min

    Au trou !

    28
    11
    Selecto
    3 juin 2018 - 15 h 16 min

    Les Dalton en liberté vont faire de gros dégâts à l’Algérie.

    32
    8
    karimdz
    3 juin 2018 - 14 h 57 min

    Il a pas tort ould kadour quand il rappelle que l Algérie, ce qui est un comble, est dans l obligation d importer du pétrole raffiné !!! Nous sommes indépendants depuis 56 ans, et nous en somme encore à importer des produits raffinés, alors que nous devrions en exporter !

    Je ne suis pas expert, mais il me parait logique que notre pays multiplie ses capacités de rafinage du pétrole, cela passe par la construction de raffineries, en cours mai aussi d achat pourquoi pas.

    Et ceux effectivement qui critiquent ce choix, et sont apparemment silencieux sur le fait que notre pays importe du pétrole raffiné, souhaitent que notre pays demeure toujours à la traine.

    33
    11
      Anonyme
      5 juin 2018 - 0 h 48 min

      C’est la même équipe dirigeante qui est au pouvoir depuis bientôt 20 longues années. Pourquoi tous ces cerveaux, qui pensent être les seuls à avoir étudié, n’ont-ils même pas été capables d’avoir une vision, d’extrapoler et de planifier la construction de raffineries durant les vingt dernières années ? À quoi étaient-ils alors occupés à part pomper au maximum les puits de pétrole et s’ingénier à manigancer pour privatiser la Sonatrach ? etc… etc…
      Ils n’ont jamais été là pour le bien du Pays, mais seulement pour s’enrichir et enrichir les leurs.
      Alors arrêtez de nous raconter des salades. Vous n’avez aucune crédibilité et votre parole ne vaut rien. Taisez-vous ! Allez vous en ! Partez, nous n’avons pas besoins de vos diplômes ni de vos connaissances en magouilles, en détournements, en fraude et autre triturages de Constitution…

    Rayés Al Bahriya
    3 juin 2018 - 14 h 23 min

    Tout le problème de sonatrach …
    Un état dans l’état.
    Tout le monde case tout le monde dans ce foutoir.
    Ils se sont arrogé la sonatrach.
    Arrêtez de nous berner.

    84
    12
    TARZAN
    3 juin 2018 - 14 h 23 min

    contrairement aux avis de la majorité qui pensent que ce rachat est une arnaque ou une mauvaise affaire, et les marocains en rajoutent en jetant de l’huile sur le feu sur les sites sociaux, ces gens là se trompent lourdement. oui, sonatrach a fait une excellente affaire et le ministre a totalement raison de procéder à cette opération d’acquisition. je préfère ne pas dire pourquoi ce rachat est une bonne affaire du moment que les cadres de sonatrach n’ont pas voulu donner plus de détails et explications, mais je réconforte mes compatriotes que ce rachat est une bonne affaire, qui peut être même excellente! en tant que patriote je suis content pour’ mon pays et les algériens!

    37
    43
      Chita
      3 juin 2018 - 16 h 06 min

      @Tarzan
      Si les marlots mettent de l’huile sur le feu c’est que c’est une bonne affaire.
      Et je doute qu’après les sorties de « specialistes » pour contrecarrer le rachat c’est que c’est un bonne affaire s.

      16
      11
        TARZAN
        3 juin 2018 - 20 h 12 min

        wallah que tu as tout compris, et malheureusement je ne peux pas dire plus, le maroc et israel et un autre pays que je ne cite pas s’inquiètent beaucoup de ce rachat

        5
        5
      Anonyme
      3 juin 2018 - 22 h 02 min

      Ben toi aussi je vais dire que je suis algerien que je te vend ma voiture poluante et qui ne roule plus mais si tu vx la faire rouler va falloir que tu remplaces énormément de pièces neuves pr être aux normes européennes et pouvoir la faire rouler normalement au bt du compte elle te coutera presque le prix d ne neuve parce que je te la vend en Europe ma voiture en fait ; tu l achète ou pas Tarzan ma voiture qui roule pas? Mais la on parle de ma voiture et ni d une villa d occasion mas bien une raffinerie d occasion polluante selon les articles d AP et ses enquêtes journalistiques ben ils font leur job ;ils nous informe ;nous préviennes ; c est aussi des étrangers ou des marocains ? Je pense que ttes multinationales occidentales ou du Golf se seront jetés dessus et auront mis l argent si c etait une si bne affaire comme tu le dis ; moi je suis pas expert et toi no plus mais ni toi ni moi ni lui l aurait acheté si cetait notre propre boite , on aurait fait le choix d une neuve et ca aurait fait plaiir a tt les algériens et ca n aurait surement pas créée de polémiques ; maintenant il assume son choix mais demain si ca pue il ne sera plus de la partie et ne sera surement plus en Algerie va savoir et ns diras que meme lui ne vlait pas mais c etait des ordres d en haut , on n en sait rien l avenir nous le diras .

      8
      1
        TARZAN
        4 juin 2018 - 17 h 11 min

        et si je te réponds que sonatrach a pris en compte les réparations necessaires et que l’intéret est ailleurs. vous parlez comme les ennemis de l’algréie qui sont contre cet achat

    Red
    3 juin 2018 - 13 h 56 min

    Ya siiiii Ould-kaddour,

    Rien n’est plus discréditant qu’une pareille déclaration ! Apparemment, il n’y a pas que Madjer qui devrait être interné en hôpital psychiatrique

    La SONATRACH, … est loin d’être ..votre bien immobilier personnel.

    Quoiqu’il en soit , cela reste un problème avec votre conscience. Avez-vous une conscience ???? toute problématique est là…

    65
    15
    Abou Stroff
    3 juin 2018 - 13 h 44 min

    «Je sais ce que je fais !» claironne ould kaddour.
    je ne puis qu’approuver le boss de la sonatrach.
    en effet, qui mettrait en doute une telle sentence? personne ne peut mettre en cause une telle affirmation, pour la simple raison que ould kaddour ne clarifie pas ce qu’il fait.
    supposons qu’il soit au service d’intérêts étrangers (exxon, par exemple) et que l’achat par sonatrach de la raffinerie serve essentiellement les intérêts du vendeur qui se débarrasse d’un quincaillerie obsolète. ould kaddour ne ment pas en clamant qu’il sait ce qu’il fait, n’est ce pas?
    moralité de l’histoire: quand on parle pour s’écouter soi même, on ne peut qu’entendre l’écho de sa propre voix.
    PS1: quant aux diplômes de missiou oul kaddour, nous ne pouvons que lui rappeler que les diplômes ne sont guère un gage de patriotisme. en effet, on peut avoir un diplôme de l’école polytechnique d’alger, un master du MIT, un Ph.d de Berkeley, un Ph.d de tataouine les bains, un doctorat de Paris-Dauphine et enfin, un certificat d’études approfondies en vanité, cela n’empêche guère d’être un agent au service de l’étranger.
    PS2: pourquoi ould kaddour qui était déjà aux postes de commande du temps de khellil n’a t il pas entrepris (avec son mentor) de construire une ou plusieurs raffineries du temps où le prix du baril dépassait les 100 dollars?

    56
    12
    Anonyme
    3 juin 2018 - 13 h 14 min

    Cet homme vient nous dire normal ….que la Sonatrach perd 8 milliards chaque année selon un article d AP sans savoir ou va cet argent….Non faut qu il arrête ensuite je sus pas étranger mais algerien et sans diplôme mais je le dis et redis cet homme si c était son propre fric et sa propre boite il en aurait acheté une neuve. a l entendre cet homme ne doit de compte a personne meme pas aux contribuables algérien ; faut le viré si l acheté cette raffinerie alors que tt le monde lui dit non et le peuple algerien le premier. On tt cas il pourra ps nous dire à l avenir qu il ne savait pas si c est une catastrophe ; ensuite j aime pas ceux qui avce leurs diplômes alors qu ils n ont rien prouvé et surement ils les ont acheté pr prétendre a des postes importants et faire une carrière , il serai meme pas livreur de fuel chez TOTAL ; jamais les européens ou occidentaux les responsables qd ils entreprennent un achat douteux vont parlé d leurs diploes ou de leurs formations ; c est typique chez nous cette arrogance svt alors que le mec est surement une arnaque un peu comme Ould Abbes avce ses etudes ds la mme école que la chancelière , ancien combattants emprisonné ; désolé dans un pays européen ou avancé vs ne pourrez le faire et il s apercevrai directement de vos insuffisances et de vos incompétences au travail ; vs n existerai meme pas ds l échiquier politique encor moins avec de responsabilité donc ca vs pouvez le racontez qu aux algériens et algériennes ; vs achetez une maison vs allez la visiter avec votre femme surement et je suis sur qu elle a son mot a dire et c est légitime et l expertise plus contrôle en cas de vices cachés avt de signer l achat ben la c est pire parce que c est pas une maison mais une raffinerie vétuste polluante en l état avec l argent du peuple des algerien(nes) et non le tiens ou celui de ta femme . on l a averti en tt cas ; on te loupera pas si c est un échec et vs rendrez des comptes au nouveau président installé par le patron « le peuple algerien » en 2019.Tout ceux qui ont joué avec l argent des algériens devrait en répondre devant les algériens ou leur justice qui rend les verdicts en son nom et nos irons vous chercher la ou vs vs trvez par tt les moyens légales que ns disposerons . achète ce que tu veux maintenant.

    54
    8
    Anonyme
    3 juin 2018 - 13 h 12 min

     » J’ai passé 25 ans à étudier… »
     » Mais de quoi se mêlent ils? »
    Quelle arrogance ! Comme si SONATRACH était son propre bien.
    La mafia est présente à tous les niveaux de la classe politique. Pus solidaire que jamais pour casser le peuple et piller le pays.

    55
    14
    DYHIA-DZ
    3 juin 2018 - 12 h 32 min

    «On achète pour deux milliards de dollars par an de carburants, jusqu’à quand !»,

    Ehhh oui, pourquoi avez vous attendu jusqu’à ce jour ????? C’est ça la vraie question !! C’est ça le vrai mystère Sona-pompage ???

    En plus, cette idée de la raffinerie a été proposée pour la première fois sur ce site AP par des lecteurs de AP.
    Vous avez pris l’Idée, vous n’avez pas eu l’idée.
    L’idée d’installer une raffinerie ne vous a jamais effleurée l’esprit ??? Vous êtes depuis quand à la Sona-pompage ???

    MAIS pourquoi pas une raffinerai en Algérie ?????

    56
    10
      Gatt M'digouti
      3 juin 2018 - 14 h 17 min

      Bonne question l’ami
      Monsieur le ministre Mokh 25 ans d’études, il ne faut pas sortir de saint Cyr pour savoir qu’il faut arrêter dépenser 2 milliards de dollar par an alors qu’un projet national a presque le même cout !
      Avec les 16 milliards dépensè depuis 2011, l’Algérie aurait pu construire 6 autres raffineries avec toutes les retombées en matière d’emploi et gain de devise!

      TIARET : 2.5 milliards de dollars pour le projet d’une raffinerie
      M. Abdessalem Bentouati, wali de Tiaret, en visite au grand chantier du projet de réalisation de la raffinerie n’a pas caché sa grande satisfaction considérant que le choix du Gouvernement est prometteur d’une part et d’autre part c’est un reflet d’une stratégie réfléchie et fructueuse à long terme.
      Ce projet s’étend sur une superficie de 500 hectares et qui procure, lors de la période de réalisation 15.000 emplois et quelques 800 autres postes de travail lors du démarrage avec 1000 autres postes de travail indirects et pour simple rappel le taux de réalisation du projet s’estime à 60% et pour l’heure, ce grand projet à utilité publique implique l’acteur citoyen pour les procédures d’indemnisations.

      55
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.