Académie de tamazight : le HCA se félicite de l’adoption du projet de loi

Assad HCA
Si El-Hachemi Assad, président du HCA. New Press

Le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) s’est félicité mercredi de l’adoption, en Conseil des ministres, réuni mardi sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, du projet de loi organique relatif à l’Académie algérienne de tamazight.

« Cette décision historique et acquis national, concrétisés à l’initiative du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a permis, d’une manière incontestable, le parachèvement du processus de réhabilitation de tamazight dans notre pays », indique le HCA dans un communiqué, ajoutant que « l’aboutissement de ce processus fondateur ouvre à tamazight, langue et culture (patrimoine de tous les Algériens), des perspectives considérables en termes de travail à réaliser dans la durée et dans de multiples domaines ».

Le HCA considère que l’Académie algérienne de tamazight « est une entité constitutionnelle spécialisée et un édifice de référence scientifique national incontournable, porteur de projets de recherches pour la normalisation de tamazight et de son illustration, en faveur d’un enseignement accessible à tous, dont le savoir puise sa force de son double attachement à l’usage et à la norme ».

« Afin de mener à bien ses missions clairement prédéfinies, l’Académie algérienne de tamazight œuvre, dans une approche synergique de collaboration et d’échange, avec les établissements et organes publics, ainsi que les académies et institutions linguistiques similaires », souligne la même source.

Le HCA relève également que « les missions de réhabilitation et de promotion de tamazight conférées, distinctement et respectivement, au HCA et à l’Académie algérienne de tamazight impliquent, indubitablement, le concours complémentaire indissociable des deux instances, socle d’une entière réussite du processus de généralisation de tamazight et de sa socialisation ».

Le projet de cette loi organique définit les missions, la composition, l’organisation et le fonctionnement de cette instance, placée auprès du président de la République et dont la création est prévue par l’article 4 de la Constitution, amendée en 2016.

L’Académie est chargée notamment de recueillir le corpus national de tamazight dans toutes ses variétés linguistiques, d’établir la normalisation de la langue amazighe à tous les niveaux de description et d’analyse linguistiques, et d’élaborer un dictionnaire référentiel de tamazight.

La composition de l’Académie est fixée à 50 membres au plus, choisis parmi les experts et compétences avérées dans les domaines des sciences du langage et en rapport avec tamazight et les sciences connexes.

L’Académie disposera d’un Conseil, d’un président, d’un bureau et de commissions spécialisées.

D. R.

Commentaires

    Abbdelrahmane
    6 juin 2018 - 20 h 53 min

    je cite : » ajoutant que « l’aboutissement de ce processus fondateur ouvre à tamazight, langue et culture (patrimoine de tous les Algériens),…. ». Et pourquoi quand vous parlez de la langue et culture arabes, vous ne dites pas « patrimoine de tous les algériens » ?!

    12
    28

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.