Les médecins résidents décident de geler leur grève à compter de dimanche

résidents gel grève
Il s’agit d’un gel et non d’un arrêt définitif de la grève. D. R.

Les médecins résidents, en grève depuis plus de 8 mois, ont décidé, vendredi soir et à la majorité, de geler leur mouvement de contestation et de reprendre le travail le dimanche 24 juin, a-t-on appris auprès du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra).

Cette décision a été prise au terme d’une assemblée générale tenue tout au long de la journée, en présence des délégués nationaux des médecins résidents, a précisé à l’APS le délégué du Camra pour la wilaya de Sétif, Nazim Soualili.

«Sur les 13 facultés de médecine, 10 ont voté pour la reprise du travail et le gel de la grève», a-t-il détaillé, faisant savoir que les délégués des facultés de Tizi-Ouzou, Blida et Batna se sont opposés à cette décision.

«Cela étant, les médecins relevant de ces facultés seront amenés à suivre la décision de la majorité», a-t-il commenté, avant d’insister qu’il s’agit d’un «gel» et non d’un «arrêt définitif» de la grève.

R. N.

Comment (10)

    AHCENE
    24 juin 2018 - 22 h 16 min

    Ce sont de tristes personnes ces résidents! N’en déplaise à ce Zaatar qui est connu dans son entreprise d’être un tir au flanc, n’est-ce- pas Hamou?, il faut les sanctionner durement pour que ces maitres-chanteur ne prennent plus, ou tentent de prendre en otage la société! Il ne faut pas céder sur les résidents licenciés. Il ne faut rien céder et le ministre doit retirer toutes les offres faites. Allez au diables, faussaires, tricheurs

      Zaatar
      25 juin 2018 - 7 h 22 min

      Les tirs au flanc restent toujours cachés avec leurs sarbacanes et leurs flèches sont empoisonnées. Leurs bosquets les protègent 60 ans durant presque. Mais il arrive qu’ils envoient un bouc émissaire se prendre une raclée. Traiter de Maîtres Chanteurs des personnes qui sauvent des vies dans un univers géré par des vampires est tout simplement simple d’esprit. Un univers glauque dans lequel nagent des suceurs de sang qui ont spolié toute les richesses d’un peuple maudit par son sort et qui ont fait lever les un contre les autres dont on voit encore les traces de quelques esprits bien atteints. vivement non la fin du monde, mais celle des diables opportunistes.

    Mourad
    24 juin 2018 - 20 h 31 min

    Ils sont revenus sur leur lieu de travail comme un troupeau de moutons sans que personnes le leur demande.
    Merci a vous Mr le Ministre pour votre fermeté face a ces maîtres chanteurs pensant prendre en otage le secteur de la santé et les patients.

      Zaatar
      25 juin 2018 - 9 h 14 min

      On devine aisément ce que signifie pour vous les mots Maître chanteur et « prendre en otage le secteur de la santé »… S’il y avait de vrais responsables de la santé, et qu’ils avaient vus vraiment que les médecins sont dans leurs tort, ils n’auraient pas hésité à les licencier tous comme ils sont et les remplacer par d’autres s’ils en ont la capacité. Malheureusement l’état d’un secteur quelconque du pays est l’image ou à l’image de ses dirigeants et ses responsables. Et ça la plupart d’entre les Algériens comme vous par exemple feignent l’ignorer . C’est dommage. Pourtant on dit bien qu’on n’a jamais de mauvais soldats mais de mauvais généraux. Vous aurez beau avoir les meilleurs soldats au monde, les plus vaillants, les plus féroces, les plus intelligents, si les généraux qu établissent les plans de bataille sont défaillant, toutes les guerres seront perdues…A méditer cher ami.

    Kader
    23 juin 2018 - 21 h 33 min

    Les pouvoirs publics doivent rester fermes et équitables a commencer par maintenir les 800 décisions de licenciement.

    5
    11
      Zaatar
      24 juin 2018 - 12 h 37 min

      Parce que vous, vous ne faites pas partie des licenciés. Je le comprend parfaitement. Parce que vous, vous avez un parti pris, celui des dirigeants responsables du secteur de la santé et responsables de l’état dans lequel il se trouve. Parce que pour vous, le manque de moyens dont tout le monde crie dans le secteur de la santé et notamment les résidents passe inaperçu. Parce que vous, je suppose alliez régulièrement voter à chaque scrutin et que vous mettez dans l’urne l’enveloppe qu’il faut pour maintenir un système illégitime au pouvoir depuis l’indépendance à nos jours.

      8
      3
    RasElHanout
    23 juin 2018 - 21 h 30 min

    Espérant que l’actuel Ministre de la Santé va les traiter comme ils le leritent eux qui refusent d’aller soigner nos frères du Sud dont la richesse de leur sol a permis de payer leurs études.

    6
    10
      Touabel
      23 juin 2018 - 23 h 12 min

      Les etudes and co sont payer par le contribuable.

      8
      5
      Zaatar
      24 juin 2018 - 12 h 50 min

      En premier lieu les richesses de notre sous sol (source de notre malheur soit dit en passant) appartiennent à tous les Algériens… et donc il est tout à fait normal que cette richesse soit apte à payer les études à tout le monde.
      En second lieu, les médecins résidents n’ont jamais refusé d’aller soigner les gens du sud. Si les gens du sud ne sont pas soignés correctement c’est par la faute d’absence de moyens et des équipements nécessaires. Je ne sais pas si vous connaissez le sud (pour ma part je l’ai parcouru en long et en large), si à Alger, le matériel fait déjà défaut, vous pensez bien ce que ça doit être dans le sud.
      Enfin sachez que ces médecins ne font que demander leurs droits d’Algériens, celui d’être traités comme tous les Algériens comme par exemple les exempter du service national pour les plus de 30 ans comme tous les autres Algériens. Comme par exemple bénéficiez d’un minimum dans le sud pour effectuer le service civil (les inciter plutôt à partir qu’à les obliger) au même titre que les agents de sonatrach par exemple qui vont travailler dans le sud…

      9
      3
    Anonyme
    23 juin 2018 - 21 h 15 min

    Nous espérons que le langage du dialogue primera.

    6
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.