Mohamed Aïssa appelle à l’ouverture des mosquées sur la société et ses institutions

mosquées ouvertes sur la société et ses institutions
Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Waqfs. D. R.

Le ministre des Affaires religieuse et des Waqfs, Mohamed Aïssa, a appelé dimanche à partir de Tiaret à l’ouverture des mosquées sur la société et ses institutions afin de leur permettre de remplir pleinement leur rôle dans le renforcement des liens sociaux, mais aussi l’exploitation de ses structures pour garantir des ressources financières permettant leur indépendance financière. Lors de sa visite d’inspection dans la wilaya de Tiaret, Mohamed Aïssa a souligné que «les mosquées sont des institutions sociales et religieuses qui doivent jouer leur rôle principal dans l’établissement des liens entre les différentes institutions de la société et de rassemblement des Algériens et de consolidation des liens qui les unissent».

«Les mosquées doivent acquérir une indépendance financière à même de leur éviter de solliciter les aides, et ce, par l’exploitation des salles de conférences et les différentes structures des mosquées pour accueillir les activités culturelles ainsi que les cérémonies organisées par les institutions se trouvant dans leurs voisinages», a-t-il souligné. Le ministre a indiqué que ces ressources financières peuvent être consacrées pour répondre aux besoins relatifs aux travaux d’entretien et de préservation des édifices des mosquées et la gestion de leurs affaires.

Mohamed Aïssa a instruit les responsables de son secteur à réaliser de nouvelles études concernant, à l’avenir, la construction des mosquées selon un modèle type valable pour toutes les mosquées du pays, ceci sans revoir la réalisation des mosquées construites précédemment. Lors de sa visite à la mosquée El-Habib-El-Mostafa, dans la commune de Gartoufa, considérée comme la seconde mosquée de la wilaya ayant bénéficié de la technique de traduction des prêches au profit des sourds et muets par l’utilisation des nouvelles technologies, le ministre a insisté sur la généralisation de cette technique à travers les mosquées du pays.

D’autre part, le ministre a souligné, lors de sa visite de la zaouïa Hadj-Abdelkader-Benmessaouda, dans la commune de Tagdempt, et la zaouïa Aoun-Allah, dans la commune de Tousnina, la nécessité d’aménager les voies menant aux zaouïas afin d’attirer le plus grand nombre d’étudiants et des disciples, car les zaouïas, a-t-il dit, «préservent la référence religieuse à travers l’étude du coran et œuvrent à la réconciliation et la préservation de l’islam modéré et luttent contre l’extrémisme, à l’ombre des plans visant la désunion du peuple algérien».

Mohamed Aïssa a indiqué que l’Etat algérien consent des ressources humaines et financières conséquentes pour aider les zaouïas, considérées comme de «véritables pépinières des Algériens, et ce, en exécution des instructions du président de la République qui donne une grande importance aux zaouïas». D’autre part, le ministre a visité plusieurs mosquées de la région et a posé la première pierre pour la réalisation de la mosquée Saâd-Ben-Abi-Waqas, dans le quartier Zaâroura, commune de Tiaret.

M. Aïssa présidera, par ailleurs, dimanche soir, la première rencontre nationale sur «le discours religieux, à la lumière des défis actuels entre tradition et exigences du renouveau» dont les travaux s’étalent sur trois jours.

R. N.

Comment (22)

    LOUCIF
    3 juillet 2018 - 11 h 46 min

    Cher compatriote @Amazighkan , je vous réponds qu’il faut résister et ne jamais capituler devant les fous de Dieu ! Pour l’instant je n’ai pas encore vu « l’ordre de mission » que Dieu aurait donné à ces écervelés d’extrémistes fondamentalistes islamistes. Tout ce qu’ils disent c’est du khorti , surtout quand ils veulent nous faire gober que c’est Dieu et le Prophète qui les ont désigné pour répandre l’islam sur terre !

    Respectons l’islam, comme toutes les autres croyances aussi, mais combattons l’extrémisme religieux islamiste, les fondamentalistes, les salafistes qui veulent régenter le pays à leur manière et imposer leur vision et leur idéologie à tous les algériens sans distinction ! Combattre pour la séparation du religieux et du politique ne signifie pas être contre l’islam !
    Bon courage mon frère !

    jjr
    26 juin 2018 - 17 h 19 min

    Algerie: « Polygamie / 94% des premières épouses ont accordé leur quitus » .


    C’est comme demander à l’ésclave s’il consentait que le maitre prenne un autre servant! Le ridicule ne tue pas.

    Le feodalisme repose sur l’oppression de la moitie des algeriens, les femmes.

    jjr
    26 juin 2018 - 15 h 44 min

    Le régime algeristanais veut le beurre et l’argent du beurre: promouvoir l’islamisme par le bas et par le haut tout en passant pour demokhrat.

    2
    1
    DYHIA-DZ
    26 juin 2018 - 15 h 01 min

    Ce ministre a déjà interdit la collecte d’argent dans les moquées, nous avons salué cette prise de conscience. ET maintenant, il ouvre les portes aux collectes qui risquent de devenir manipulatrices.

    Il faut interdire aux mosquées l’argent des wahhabites et des chiites. On ne veut surtout pas jouer à la bourse wahhabite et à la bourse chiite dans nos mosquées.

    LOUCIF
    26 juin 2018 - 13 h 45 min

    Dada Mohamed Aïssa appelle à l’ouverture des mosquées sur la société et ses institutions ! Eh bien, çà y est grand chef Aissa, vos ordres commencent a être appliqués sur le terrain !!

    En effet, dans la Wilaya de Jijel, le Président de l’APC d’El Aouana vient de publier un article qui va dans le sens justement de « l’ouverture des mosquées sur la société » ! Voici ce que j’ai lu dans la presse électronique algérienne ce matin :

    Article 1er de l’arrêté communal du 24 juin 2018 : « Il est interdit de se promener en short en ville, dans les zones résidentielles ainsi que dans les institutions et administrations publiques tout au long de la saison estivale de l’année 2018. ar le Président de l’APC d’El Aouana et daté du 24 juin. »

    Youpi, et au passage je dis « gars à vous !  » aux estivants qui se promènent en short et « gars ! » à ceux qui ne nagent pas en kamis ou en voile islamique sur les eaux azur de la belle corniche de Jijel !! Tout le monde est averti !!

    19
    LOUCIF
    26 juin 2018 - 11 h 53 min

    Cher @ Amazighkan 25 juin 2018 – 23 h 00 min , je suis d’accord avec tout ce que vous dîtes ! Mais attention cher compatriote, en Algérie il ne faut jamais utiliser le terme « laïcité » car le pouvoir et le islamistes pensent que la laîcité est un terme occidental , pourquoi un terme harki, et qu’il est inexistant dans leur jargon car c’est Haram, elle est contre Dieu et le Prophète et que c’est une notion créait par les kofars pour détruire l’islam ! Je vous promets !

    Il vaut mieux parler de séparation de la religion et du politique . Et encore, je ne sais pas si on peut les convaincre ! On a beau leur expliquer que l’Etat n’a pas de religion, que l’Etat n’a pas à avoir de religion , ils nous traitre d’hypocrite,de koufars, de harki et d’ennemi de l’islam ! Rien que çà !

    33
      Amazighkan
      26 juin 2018 - 18 h 21 min

      Cher Loucif, Azul fellak, les islamistes disent que l’islam est « dine wa dawla » cela veut dire qu’ils ne sont pas prêts pour la séparation du politique et du religieux. Ils ont un discours bien rôdé et ont des réponses à tout, ils sont en plus aidés financièrement et idéologiquement par des pays « frères ». Quelle est la solution ? Résister ou capituler ?

    on ne sait plus sur quel pied danser !
    25 juin 2018 - 23 h 22 min

    Alger smart city d’un coté , puis juste aprés zawiya city ?

    on s’attendait à une ouverture tous azimuts sur les nouvelles technologies , les IOT , les startups ..etc , et voilà qu’on nous catapulte à nouveau vers l’an 600 avec la surmultiplication des lieux de cultes , multiplication exponentielle du nombre des incultes salafistes , coupure du pays du reste du monde ….

    conclusion : je pense que c’est foutu pour encore tréééés longtemps , du moins un bon siécle …

    23
    1
    Amazighkan
    25 juin 2018 - 23 h 00 min

    Monsieur le ministre parle d’islam modéré, j’aurais voulu qu’il éclaire notre lanterne en faisant preuve de pédagogie en donnant des exemples et des contres exemples de ce qu’il appelle « islam modéré » Il faut être clair ya monsieur le ministre car les partis islamistes eux affichent clairement leur projet. Ils veulent un état théologique où les règles sont binaires : haram ou halal, yadjouz ou la yadjouz. Ils appliqueront la chariaa islamia dans toute sa splendeur ou son horreur, c’est selon. A mon avis, comme je l’ai déjà dit précédemment, vous êtes entrain de retarder l’échéance mais le processus est en marche et la fin est inéluctable. Les islamistes finiront par cueillir le pouvoir à cause de votre complaisance. Et pourtant, il suffit de clamer haut et fort que le citoyen Algérien est libre de croire ou de ne pas croire et que l’état a le devoir de protéger les croyants et les non croyants. Il me semble que c’est la définition de la laïcité.

    28
    3
    Hakikatoune
    25 juin 2018 - 12 h 03 min

    Monsieur Mohamed Aïssa , on vous demande juste , par les services de sécurité compétents interposés, d’arrêter et de juger selon la loi les islamistes fondamentalistes qui appellent à la violence et aux crimes aussi bien sur Internet , que dans les mosquées et dans nos quartiers. Même au sein même de nos institutions, il y en a à gogo de ces énergumènes ! Vous savez faire emprisonner les militants de la démocratie et de la liberté, mais vous avez peur d’en faire autant avec les islamistes ennemi de ces valeurs !

    On vous demande aussi de faire en sorte que ces personnes islamistes (salafistes, wahhabites ou autres) respectent la liberté des autres citoyens algériens de vivre comme ils l’entendent et pas comme ils le veulent eux ! Il faut qu’ils foutent la paix aux citoyens qui ne veulent pas vivre comme eux ! C’est simple non ? Déjà çà, parce que contrôler les mosquées pour imposer le courant religieux algérien (sunnisme malékite) c’est un travail difficile du fait que le cancer islamiste (wahhabite …. et autres) regagne du terrain et se réintroduit progressivement du fait de la passivité consciente et prémédité du pouvoir envers lui depuis quelques années !

    47
    3
    Anonyme
    25 juin 2018 - 11 h 34 min

    Et si l état arrêtait de s occuper de la religion,ce ne serait pas mieux?
    Combien de millions seraient consacrés à la culture et au bien-être de la population au lieu de payer des imams et des mosquées qui ne font qu abêtir notre population?
    Le syndicat des imams tunisiens a lui réagi d une manière responsable et plus intelligente en demandant carrément l annulation du Hadj 2018 pour des faits économiques et politiques,pourquoi ne pas avoir plutôt ce genre de propositions ??

    21
    2
    PREDATOR
    25 juin 2018 - 8 h 38 min

    « Mohamed Aïssa a indiqué que l’Etat algérien consent des ressources humaines et financières conséquentes pour aider les zaouïas, considérées comme de «véritables pépinières des Algériens »

    Pas pour moi
    Des zaouias où l’on vient laver ces péchés et rapines de tous genres
    Arretez votre baratin, seul Dieu tout puissant est juge

    39
    1
      LElKadreilat
      25 juin 2018 - 15 h 25 min

      Mr Aissa vient encore confirmer la thèse que L’État algérien version bouteflika ne ménage aucun effort pour renforcer la religion salafiste .Mr Aissa,vous faites appel à QUI.Pour les défenseurs de la liberté,du vivre ensemble,voue faites appel ;a la prison,pour les autres qui vous défient,vous leur faites appel afin qu’ils daignent (sans trop les bousculer) ouvrir les mosquées sur la société et ses institutions.C’est un véritable aveux soit d’impuissance,soit de laxisme,soit de la poudre aux yeux,soit tout simplement que les mosquées font dans le radicalisme plutôt que dans la diffusion de la morale et du civisme.Le régime actuel tient deux discours contradictoires.
      -L’un à l’international pour faire connaître l’expérience du régime dans la lutte anti-terroriste ,dans l’effort de la reconciliation et le vivre-ensemble .
      -L’autre pour l’intérieur ,qui,d’un côté persécute les voix discordantes de la pensée unique et de l’autre avec l’aide des salafistes,des zaouias,des oulémas tend progressivement à instaurer une islamisation totale de la société faite de violence,d’intolerance,du refus de vivre ensemble.C’est cela la feuille de route du régime bouteflika.

      25
      1
    PREDATOR
    25 juin 2018 - 8 h 34 min

    Nos tolbas et imams d’avant Allah yarhamhoum vivait de quelques dons du peuples au contraire de vos imams affairistes de takhir ezamen qui se la coulent douce
    Wallahi si j’étais président j’enlèverais ce ministère qui n’apporte rien à la nation

    37
    1
    iL ne reste que la méditérannée à traverser à 70 ans...
    25 juin 2018 - 2 h 26 min

    pour fuir ce cirque à ciel ouvert , c’est honteux , sur un millions de barbus ou niqabiyates salafisantes il n’y aurait que 1 à 2 recalés sur le plan études supérieures ..et ça veut nous donner des leçons de « bonne conduite  » …non mais ….


    moi je fais mes priéres chez moi depuis plus de 20 années …à part le vendredi à la mosquée et j’ai le sentiment d’être du moins pas rejeté par LE CREATEUR inchallah , ça me suffit . c’est beaucoup mieux que de me prendre pour celui qui est sorti momentanément du paradis pour prendre un peu l’air ici bas et d’aller à la rencontre des gens pour leur proposer de venir avec moi au paradis , en leur demandant de laisser pousser la barbe , mettre un qamis….etc
    si ça ce n’est pas de l’ignorance …

    37
    2
    LE GRAND CANYON
    25 juin 2018 - 2 h 16 min

    plus d’ouverture ???? parce qu’on pense qu’il n’ya pas assez de dégâts comme ça avec l’inculture et la mentalité salafiste qui règne majoritairement un peu partout dans le pays ?

    ce n’est pas moi qui le dit , mais les constats : Combien de docteurs en medecine il y’a dans 100 salafistes ? ZÉRO (à l’exception de belahmar si on peut appeler ça « medecin » spécialiste en charlatanisme ) , zéro car ils se sont tous reconvertis dans le fetwing ( l’art de la fatwa en Live ) par téléphone conçu par « les kouffar  » …

    bref …le coeur gros ….il y’a de quoi écrire des bateaux de livres sur la décadence mentale qui mine notre société depuis quelques décennies , c’était mieux dans la préhistoire avec Cro-Magnon

    43
    2
    Nasser
    25 juin 2018 - 0 h 00 min

    N’importe quoi! De l’activisme du à l’incompétence ou complicité !
    Il permettra ainsi aux prêcheurs de tout bord (le sien islamo-salafiste) d’activer légalement!
    On voit donc que ce ministre est soit dépassé, soit complice!
    On comprend pourquoi l’extrémisme gagne les mosquées de plus en plus (les « halkates » qui se font la nuit dans les mosquée sous sa tutelle). Il y a anarchie actuellement!
    Ce Ministre doit gérer les mosquées comme il se doit ou céder sa place!

    66
    3
    Anonyme
    24 juin 2018 - 23 h 04 min

    Bientôt une mosquée et un imam par famille, et bientôt les écoles publiques fermeront pour être remplacées par des écoles coraniques et des zaouïas.
    Benaissa ministre des mosquées et des zaouïas.

    51
    2
    brahim
    24 juin 2018 - 22 h 52 min

    Mais les mosquées sont déjas ouverte sur la société de l’aube jusque tard dans la nuit, vous trouvez que c’est pas suffisant?. « Alli kathar m’al 3assel yassmat ». L’excès en toutes choses est mauvais même et surtout en religion,

    63
    2
    Anonyme
    24 juin 2018 - 22 h 51 min

    Au début on avait cru à un ministre de l’islam de Cordoue ( bien que cet islam de Cordoue ne soit que le fruit de l’imagination de musulmans zélés et manipulateurs). Mais on découvre que l’islam est unique malgré les bonnes volonté d’en ressortir quelque chose de bon et que Pour connaître et comprendre le Musulman, il faut étudier l’Islam. Que pour connaître et comprendre l’Islam, il faut étudier le Bédouin d’Arabie. Que pour connaître et comprendre le bédouin, il faut étudier le Désert. Le milieu Désert explique la mentalité spéciale du bédouin, sa conception de l’existence, ses qualités et ses défauts. Il explique par
    conséquent l’Islam, sécrétion du cerveau arabe et il explique, en définitive, le Musulman,
    que l’islam a coulé dans son moule rigide.et stérile.

    26
    7
    Anonyme
    24 juin 2018 - 22 h 35 min

    Toute l’Algérie n’est devenu que mosquées et moussalates que veut-il de plus ce ministre de l’islam malékite ? Même les sourds-muets n’ échappent pas à cette frénésie paranoïaque de l’hyper-islamisation de la société. Bientôt même la faune sera islamisé et on donnera aux animaux des noms musulmans. Plus musulman que l’algérien tu meurs.

    87
    2
    Slam
    24 juin 2018 - 22 h 25 min

    Oh Nooo Pitié ! vous n’allez pas encore vous ouvrir sur la société ! vous avez déjà débordé ! il y a des fuites partout ! c’est l’inondation religieuse ! Formez plutôt des plombiers pour colmater les brèches ! pitié !

    83
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.