Affaire de la cocaïne : le RCD dénonce «une gestion dictée par le secret et le népotisme»

RCD, Mohcène Belabbas
Mohcène Belabbas, secrétaire général du RCD. New Press

Par R. Mahmoudi – Dans un communiqué rendu public samedi, le RCD a commenté le limogeage du patron de la DGSN et l’affaire de la cocaïne. D’emblée, le parti de Mohcine Belabbas considère que ce limogeage d’Abdelghani Hamel «n’est pas le premier signal de l’intenable politique de statu quo infligée au pays par un système politique qui a mué en sectes concurrentes, otages de leurs propres agissements».

S’agissant du scandale de la cocaïne, le RCD met en exergue le fait que «des institutions régaliennes ou névralgiques «(soient) l’objet de pressions qui les livrent à des arbitrages relevant d’intérêts privés».

Dénonçant l’opacité qui a, selon lui, entouré l’affaire depuis son éclatement, le RCD estime qu’«une fois de plus, l’opinion est désemparée et ne retient de ce nouveau feuilleton qu’un règlement de comptes dans le sérail pour livrer le pays à un clan ou à un autre, y compris par la violence, à la veille du plus important rendez-vous électoral constitutionnel du pays».

Dans le même registre, ce parti juge que «si une information régulière et complète avait été donnée, à temps par les agents habilités pour le faire, la rumeur et la distillation de  «scoops» auraient été moins prégnantes sur une opinion largement désabusée et fragilisée par une guerre de succession qui n’en finit pas».

Et de mettre en garde contre les retombées néfastes de la gestion actuelle sur la vie publique et l’avenir du pays, en soulignant que «l’arrogance et maintenant les affrontements qui prennent le pas, à plusieurs niveaux de la décision, sur la responsabilité et le patriotisme dans la conduite et la gestion des affaires de l’Etat témoignent du naufrage d’une gestion dictée par le secret et le népotisme»

R. M.

 

Comment (5)

    Boumediene
    1 juillet 2018 - 7 h 11 min

    Argentroi
    30 juin 2018 – 23 h 48 min

    D’apres ton message et au nom de la décennie noire il faut fermer la gueule et leur laisser le champs libre et piller le pays de plus belle, jusqu’à quand allons nous terrer comme des rats d’égouts et leur laisser le champ libre
    Il faut chasser cette pègre il y va de notre survie et celle de nos enfants, se taire et laisser faire c’est de la lâcheté
    Les partis soi disant politiques ont montré leur limite, faibles et sans aucune assise, on ne les voit que lors de ces élections bidons pour faire figure de lièvres soumis et pour amasser quelques miettes (argent)

    10
    3
    Gatt M'digouti
    1 juillet 2018 - 1 h 13 min

    Sbah el khir ou saha n3asskoum!

    6
    6
    Argentroi
    30 juin 2018 - 23 h 48 min

    Non, il n’ y a pas de clans qui s’affrontent au sein du pouvoir ! Il y a des institutions constitutionnelles d’une part et des factieux d’autre part. Celui qui milite pour un état de droit n’a pas à inventer d’autres positions que celle-là. Se prêter à ce jeu de mots en voulant opposer soi-disant un clan contre un autre n’a pour but que de légitimer la sédition en mettant sur le même pied d’égalité les institutions constitutionnelles clairement définies et des cercles obscurs qui n’ont aucune existence légale. Ayons la présence d’esprit d’être clairs pour éviter l’aventure politique et une autre décennie noire pleine de chaos et de malheurs !

    3
    14
    Gavroche
    30 juin 2018 - 19 h 57 min

    Parti de M….. manipulé par des mains obscurs pour juste semer la zizanie entre Algérien sur des sujets comme l’Amazaghité et.ou la laciëté. Ce parti ne sert à rien et n’est pas crédible.

    7
    24
      Anonyme
      1 juillet 2018 - 1 h 36 min

      En tout cas, ce qu’il dit est on ne peut plus vrai ! Et ceux qui sont entrain de semer la zizanie en Algérie, et jouer aux dés son avenir, ce sont bien ceux que le RCD dénonce dans son communiqué rapporté ci-haut.

      13
      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.