Ronronnements

ronronnement partis politiques
Vue intérieure de l'APN vide. D. R.

Par Sadek Sahraoui La classe politique a-t-elle déjà décidé de baisser le rideau et de partir en vacances ? Il y a tout le lieu de le penser. Pourtant, ce ne sont pas les débats aussi urgents que cruciaux qui manquent. Exit la récente saisie astronomique de cocaïne qui a entraîné dans son sillage l’éclatement d’un tas d’autres affaires de corruption, il y a moult sujets sur lesquels l’opinion aurait souhaité entendre les partis politiques. Il y a, par exemple, ces inquiétantes informations sur la possible faillite de la Caisse nationale des retraites qui provoquent déjà des nuits blanches aux contribuables.

Bien que nous soyons là face à une véritable bombe, pas un leader de parti n’a encore daigné s’exprimer sur la question. Par rapport à ce dossier sensible des retraites, il n’est pas attendu uniquement des partis la publication de communiqués incendiaires, mais toutefois très généraux contre «le pouvoir». C’est enfoncer des portes ouvertes que de dire que la raison d’être de militants politiques est également de préconiser des solutions. Et peu importe qu’elles soient prises en compte ou non. L’essentiel est d’en faire. Mais pour le moment, c’est le silence radio. Il est, d’ailleurs, à se demander si les questions de ce genre les préoccupent vraiment.

Force est de constater que sur d’innombrables dossiers, tout le monde s’embourbe très souvent dans les généralités et le combat idéologique stérile. Le discours de la classe politique sur les problèmes sociaux et économiques du pays est des plus indigents. Personne n’a encore donné la preuve qu’il avait une maîtrise réelle des dossiers. Certains pourront certainement dire qu’il faut faire preuve d’un peu d’indulgence à l’égard des partis du moment où ils n’ont pas toutes les données en main. C’est, certes, un argument qui peut être recevable. Après tout, qui veut, peut. Aussi, cet argument ne saurait excuser complètement l’insoutenable amateurisme dont ils font preuve actuellement. Les partis politiques ne doivent pas perdre de vue que le diable se cache dans les détails.

S. S.

Comment (7)

    Anonyme
    5 juillet 2018 - 20 h 00 min

    M Sahraoui,les partis de l’opposition sont fatigués de parler,prêcher dans le desert. M Sahraoui,c partis ont ils accès aux médias télés réservés aux partis pouvoir?? Où voulez vous qu’ils s’expriment?? Les journaux? Vous savez bien que l’information de masse c la télé. Si j’étais à leur place je dissous les partis et que chacun se débrouille,les algeriens ne s’intéressent pas à la politique,le seul moyen de les y amener,de les sensibiliser c la télé,àvec des débats contradictoires sur politique,social,economie… Je défie ould Abbas d’affronter sofiane djilali en debat. Ou tout autre ministre face à benbitour,a ferhat ait Ali…. Le pb est là M Sahraoui.




    0



    0
    Yeoman
    3 juillet 2018 - 6 h 25 min

    Cette apathie n’est pas nouvelle et elle n’est pas propre à notre classe politique ni à la période estivale. Personnellement, je commence à avoir des doutes sur l’origine de ce sentiment de lassitude, voire d’abattement qui ronge les algériens. Certains disent (et ils ont certainement raison en partie) que tout cela est dû au fait que le travail, qui est le principal facteur de bonheur, est dénaturé chez nous et que par conséquent nous ne disposons d’aucune source de satisfaction morale. Mais, dans certains de mes délires, je me demande si notre peuple n’est pas tout simplement en train de se faire empoisonner. Après tout, nous importons notre nourriture, souvent acquise au-près de gens dont nous ne sommes pas certains qu’ils ne nous veulent que du bien. Le pain vendu en Algérie…. mon dieu! Et, bizarrement, ce sont tous les pays arabes qui souffrent de cet esprit de cette sorte de dépression collective. Tous sauf ceux qui n’ont pas les moyens d’importer leur blé et leur riz (Soudan, Mauritanie, Yemen…) et qui produisent leurs propres produits de subsistance.




    6



    0
      PREDATOR
      3 juillet 2018 - 12 h 55 min

      @yeoman
      Vous avez tout dit et vous l’avez si bien résumé
      Bénis soit le beau vieux temps, Dieu du ciel comme nous étions heureux
      La « baraka » nous a quitté




      0



      0
    Felafel
    2 juillet 2018 - 22 h 52 min

    De nombreux retraités français ayant payé des fonds pension pour leur retraite se retrouvent sand leur dû et ont saisi la justice faute d’impayés.
    Ça rappelle la situation en Grèce et la faillite des banques laissant la populas sans accès à leur argent…privés de leur maison car saisirs etc etc etc
    À chaque fois que j’écoute cet économiste qui analyse critique décortique le système bancaire français européen international….franchement je me dis qu’il faut retirer son fric de la banque c’est affolant et sa critique de l’économie européenne …la France et d’autres arriveront à la Grèce.
    C’était un aparté par rapport aux retraites, je sais hors thème de l’article mais je pense utile à connaître.




    1



    2
    MELLO
    2 juillet 2018 - 19 h 43 min

    Monsieur Sahara oui, je voudrais savoir si vous suivez réellement l’activité de ces partis d’opposition. A mon avis, vous venez d’écrire et d’étaler votre vision qui n’est pas aussi véridique. Les partis comme le FFS ou le RCD se sont exprimés sur la situation du moment , bien qu’ils n’aient pas toutes les cartes entre les mains. Les deux partis ne s’arrêtent pas aux constats, mais proposent des opportunités de sortie de crise. Mais au grand dam des ces paris , le pouvoir s’entête à faire cavalier seul pour mener ce pays dans un précipice,. Justement, c’est grâce à la présence et aux positions de ces deux partis politiques que notre pays n’a pas basculé vers l’irréparable. Vous savez que ce pouvoir a, maintes fois, pris des propositions de ces partis , mais en les vidant de leur âme, de leur vrai sens. Chiche pour ce pouvoir d’organiser une conférence de consensus national avec la participation de tous les acteurs politiques.




    5



    3
    Chaoui Ou Zien
    2 juillet 2018 - 16 h 08 min

    « They may as well. » De toutes les facons, ils n’ont jamait fait leur boulot. Des aboyeurs de oui. C’est tout




    4



    1
    PREDATOR
    2 juillet 2018 - 12 h 54 min

    « La classe politique a-t-elle déjà décidé de baisser le rideau et de partir en vacances ? »
    Depuis quand ces voix de leurs maîtres ont ils travaillé?
    Ya si sadek Sahraoui ils sont toujours en vacances!!!! rahoum yaklou fiha bel messek
    Hamdoulilllah je n’ai jamais voté, j’ai la conscience tranquille




    11



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.