Limogeage de Hamel et Nouba : Bouteflika met fin à une guerre de clans

Nouba Menad
Les généraux Menad Nouba et Abdelghani Hamel. New Press

Par Sadek Sahraoui Difficile de ne pas lier le remplacement, hier, du général-major Menad Nouba par le général El-Ghali Belksir à la tête de la Gendarmerie nationale avec le limogeage, la semaine dernière, du chef de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel. En réalité, le lien avait été établi par l’ancien patron de la Garde républicaine lui-même lorsqu’il n’avait pas hésité à accuser publiquement son homologue de la Gendarmerie d’avoir tenté d’exploiter l’affaire de la cocaïne pour le fragiliser. Les choses n’ont pas été dites de la sorte mais c’est tout comme.

Sans nul doute donc, l’un comme l’autre payent aujourd’hui chèrement leur tentative de régler leurs petits comptes par des institutions sécuritaires interposées. Car il ne faut pas se tromper, le départ du général Menad Nouba a aussi toutes les allures d’une sanction. Après tout, qu’il a hérité du poste. La célérité avec laquelle ces deux personnalités importantes de l’échiquier sécuritaire nationale viennent d’être débarquées rappelle que l’Algérie est loin d’être ce bateau ivre où les «clans» passent leur temps à s’écharper avec des crocs de bouchers que se complaisent à décrire nos ennemis.

Et l’épée de Damoclès s’est abattue d’autant plus vite qu’en étalant publiquement leurs différends, Abdelghani Hamel et Menad Nouba ont justement participé à accréditer l’idée qu’il existe réellement une guerre de clans en Algérie. C’est là que le bât blesse. Les médias étrangers traditionnellement hostiles à l’Algérie n’ont d’ailleurs pas hésité à exploiter la situation pour s’en donner à cœur joie et présenter l’Algérie comme étant un pays au bord de l’explosion. Leur éjection du circuit prouve a contrario que guerre de clans ou pas, il y a un puissant arbitre capable de distribuer des cartons rouges et d’expulser les mauvais joueurs.

En se manifestant d’une façon aussi martiale, cet arbitre, ici la présidence de la République, donne une nouvelle fois la preuve qu’elle ne compte pas pour du beurre et qu’elle a les moyens de sévir quand le besoin s’en fait sentir. Le cas de Hamel et de Nouba a valeur d’avertissement à tous ceux qui auraient à l’idée de s’aventurer hors des rangs.

S. S.

Comment (30)

    jokerpic
    9 juillet 2018 - 1 h 00 min

    effectivement les déclarations des uns et des autres montrent bien que c’est une guerre de pouvoir et d’informations.En fin de compte le peuple finira par vaincre.

    Felfel Har
    6 juillet 2018 - 14 h 30 min

    La guerre des clans, puisque c’est ainsi que cela est présenté, obéit aux lois de la théorie des dominos, l’un faisant tomber l’autre jusqu’au dernier. Rien ne m’interdit de penser que ces changements, seuls, ne mettront pas fin à la lutte pour le pouvoir. Les couteaux sont désormais tirés et le combat cessera bientôt, faute de combattants, l’échéance des élections présidentielles approchant dangereusement. Pour les uns, comme pour les autres, its now or never (c’est maintenant ou jamais). Attendons donc la suite de ce feuilleton à rebondissememts. Vae victis! (Malheur aux vaincus!)

    16
    1
    Anonyme
    6 juillet 2018 - 14 h 06 min

    il devrai être impossible de limoger en Algérie, tout d abord Limoge se trouve en France et comme vous le savez le verbe « limoger » tire son origine d’une sanction administratif qui consistait à éloigner des fonctionnaires incompétents vers la ville de limoge a moins que ???

    5
    3
    Anonyme
    6 juillet 2018 - 11 h 52 min

    création des clans = divisé pour mieux régné

    2
    3
    hrire
    6 juillet 2018 - 4 h 57 min

    Ce président à cree tellement de clans que ça ne se terminera qu’avec don départ et seul le clan de l’Algérie est le seul et le grand perdant

    4
    5
    Moh
    6 juillet 2018 - 0 h 48 min

    Chers algeriens, les 701 kg de cocaïne, c’est 14% de la production annuelle de la cocaïne colombienne. Dois-je croire qu’en un seul voyage les frères devenus subitement milliardaires font transiter 14% de la production annuelle colombienne de cocaïne. Là c’est un vrai cartel, tel que celui détruit par la CIA pendant les années 90. Comment ça se fait que l’on a mis sur une balance la souveraineté de l’Algerie sur une balance de cocaïne. Savez vous que cela justifie une intervention dans notre pays pour défaire le cartel, tel que le cartel de Medelline.
    S’il n’y a pas un nettoyage de haut en bas des douanes, des services de police, de gendarmerie et de l’armée, nous risquons gros. Le fait d’avoir un president HS, cela a permis d’envoyer un message à ces trafiquant que la route est libre.

    9
    4
      yassine
      8 juillet 2018 - 19 h 16 min

      A Moh
      La production annuelle colombienne et d’environ 500 tonnes. c’est a peine 1,4 millieme et non 14%.

    Chibl
    6 juillet 2018 - 0 h 20 min

    Arrêtez de faire la comparaison entre le pouvoir algérien et la mafia, la mafia est avant tout issue de la même famille, de plus la mafia a un code d’honneur.
    ceux la sont des arrivistes, ploucs et sans aucun honneur, la mafia envoie ses fils dans les meilleures universités du monde alors que ces ploucs sont incultes.
    Vous imaginez un peu Ould Abbas mafia? lui qui sait même pas tenir un pistolet dans sa main, meme pas un canif, vous imaginez Drabki a la place de Don Carleone, ou Ouyahia dans la peau de Lucky Luciano. deja les noms sont plus beaux donc plus la peine de dire mafia, c’est que de vulgaires voleurs a sauvette.

    10
    7
    jokerpic
    5 juillet 2018 - 23 h 48 min

    Je trouve normale q’uen plein Alger au vue et au sus de tout le monde le baron chikhi négociant avec les barons de la drogue (devenue archi milliardaire comment ? et depuis quand ? et avec l’aide de qui ? ) ce baron de la drogue n’a pas pu être décelé ni inquiété par nos principaux services de sécurité ( police et gendarmerie ) je trouve tout a fait normale que les 02 principaux responsables soient relevés. Pour mettre a la place d’autres plus net et compétent.
    Trouvez vous normale que des milliard se prennent et se distribuent sans qu’il y’ai enquête poussé sur ces personnes. Au contraire c’est un avertissement a tout les responsable surtout sécuritaire.Nul n’est au dessus de la sécurité économique .Et tout le monde doit justifier de la provenance de ces fonds.

    5
    6
    On nous attaque avant les élections
    5 juillet 2018 - 23 h 40 min

    Une affaire qui nous rappelle comment le trafic de cocaïne en Amérique du Sud dans les années 80 était utilisé par la CIA pour financer les mouvements de guérillas qui luttaient contre les gouvernements de gauche anti-américains.

    5
    8
    mouatène
    5 juillet 2018 - 20 h 17 min

    mesdames et messieurs bonjour. BONNE FETE DE l’INDEPENDANCE à tous les algériens ou qu’ils soient à travers le globe. quant au remaniement au sein des corps de sécurité, je crois que le premier magistrat du pays a jugé utile de le faire à ce moment précis. je penses que son message est adressé à tous les actuels responsables à tous les niveaux qu’il est temps de se préparer à rentrer (retraite) et de laisser le flambeau à la jeunesse. tous ceux qui ont connu ces hommes vous diront que ce sont des patriotes intègres avec toute l’honèteté. le message est surtout adressé à ceux qui pensent perdurer dans la « fonction » alors que c’est le contraire qu’il faut opter. l’avenir très proche nous dira beaucoup.

    41
    13
    CITOYEN
    5 juillet 2018 - 19 h 07 min

    je pense qu’il exagéré de mettre ces changements de hiérarchie dans deux corps de sécurité national sur le compte d’une quelconque guerre des clans même si on doit concédé qu’il y a une véritable rivalité entre ces deux corps de sécurité d’essence complémentaires comme il y en a dans touts les pays et même des réputés les plus démocratiques. .Entre la CIA ET le FBI aux états unis d’Amérique , la DGSI et la DGSE en France et j’en passe . Dans cette affaire les choses ne pouvaient pas ce passer autrement car l’éviction de EL HAMEL est venue suite à ces déclarions jetant l’opprobre sur non seulement le corps de la gendarmerie mais aussi sur celui de la justice et un responsable ne devrait pas dire cela, suite à cela est venue l’éviction du général NOUBA qui en situation normale aurai subit un simple rappel à l’ordre mais dans ce cas son limogeage est devenu impératif pour des raison d’équilibres lié à la psychologie des troupes . Donc en accordant à cet événement une dimension plus grande d’une guerre entre deux clans non seulement on nourrit dans la tette du citoyen l’idée propagée par des cercles étrangers hostile à l’Algérie que le pays est dirigé par des clans possédant chacun sa propre armée au service de leurs propres intérêts ce qui l’amène à se désolidarisé de l’état d’ou la rupture constatée entre des gouvernants mal constitués il faut le dire et les giuvernés , d’un coté , de l’autre cela contribue à cacher l’état de dislocation sociale et de déliquescence généralisée du pays que cette affaire de cocaïne ; encore une fois ; met à nu , empêchant ainsi d’avoir une vision claire de la situation afin de mettre en place les solutions idoines pour un sursaut national national impératif . en effet nous célébrons aujourd’hui le 56 ème anniversaire de l’indépendance ou plutôt de l’affranchissement du colonialisme parce que lorsque nous importons la quasi totalité de nos besoin vitaux en comptant sur des ressources naturelles que nous extrayons grâce aux techniques qui nous viennent d’ailleurs on ne peut pas prétendre être indépendant .Je suis navré de faire le rabat joie moi qui prône la culture de l’optimisme .Je pense que nous avons épuisé le capital de la révolution de novembre et que nous devons jeter les base d’une REFONDATION nationale qui recapitalisera la révolution .une refondation souhaitée par le président : j’en suis convaincu ; à travers son appel au consensus depuis quelques années déjà mais qui ne viens pas . Peut être que les conditions n’étaient pas encore réunies .

    12
    6
    Alidoum
    5 juillet 2018 - 19 h 03 min

    Le mal est plus grave et ni le chef de la police ni le chef de la gendarmerie ne peuvent résoudre le problème,se sont que des boucs émissaires et ils payent les grands trafiquant et magouilleurs de la nation Algérienne,notre pays est condamné à supporter les caprices de ces hors la loi donneurs de leçons,comme leurs aînés les barbus

    11
    7
    Anonyme
    5 juillet 2018 - 18 h 46 min

    L ‘ opacité dans les structures du pouvoir et des milieux décideurs est la caractéristique principale de
    la gouvernance en Algérie , véritable inertie congénitale , héritage de l ‘ organisation révolutionnaire de la guerre d ‘ indépendance . Au sein de cette opacité savamment et ingénieusement élaborée se trouve le saint des saints du pouvoir réel et régalien que sont les services de renseignement et l ‘ état major de l ‘ A.N.P .

    9
    1
    [email protected]
    5 juillet 2018 - 18 h 45 min

    L ‘ opacité dans les structures du pouvoir et des milieux décideurs est la caractéristique principale de
    la gouvernance en Algérie , véritable inertie congénitale , héritage de l ‘ organisation révolutionnaire de la guerre d ‘ indépendance . Au sein de cette opacité savamment et ingénieusement élaborée se trouve le saint des saints du pouvoir réel et régalien que sont les services de renseignement et l ‘ état major de l ‘ A.N.P .

    10
    1
    rak
    5 juillet 2018 - 17 h 54 min

    Tout cela n’est que de la poudre aux yeux et du khorti, cela veut dire tout simplement que la guerre des gangs fait rage pour le positionnement en vu de la prochaine mascarade electorale de 2019…. et la communauté internationale surtout l’ue, l’onu et les usa ont le regard braqué sur l’algerie suite au scandale de la cocaine, donc il leur faut des gages et ils ont sacrifié ces 2 généraux tout en reglant leurs comptes personels….That’s all folks

    6
    7
    Algerien révolté
    5 juillet 2018 - 17 h 15 min

    Chez les mafiosos siciliens ,s’il t’embrasse par la bouche méfies-toi ! ça pourrait etre le baiser de la mort !

    12
    2
    Adda
    5 juillet 2018 - 16 h 17 min

    Je trouve cet article bizarre. Donc les deux généraux limogés ont fautés et ceux qui restent sont les bons!!!. C’est un peu simpliste comme analyse. En plus, on parle de la présidence et non pas du président c’est quand même nouveau cette terminologie et cela sent la simplicité d’analyse aussi… Finalement vous essayez de nous faire croire qu’il y avait deux méchants qui se chamaillaient et là on les a foutu dehors et tout est rentré dans l’ordre. Cette article vient de m’apprendre que ça va plus mal qu’on le croit moi qui rentre passer mes vacances en Algérie bientôt … Je vais quand aller passer mes vacances en Algérie car ça reste mon pays

    26
    6
    MELLO
    5 juillet 2018 - 16 h 08 min

    L’opacité demeure en la demeure, malgré ces décisions prises par El Mourait. En effet, deux institutions aussi sensibles que la DGSN et la GN se voient déshabiller comme de vulgaires entreprises sans en donner les tenants et aboutissants ou simplement les raisons de cette mise à l’écart sournoise. Si lutte de clans il y a ,alors dites le clairement : un tel travaille pour X et tel autre travaille pour Y, en définissant ,biensur ces X et Y. Si ces responsables ne donnent pas satisfaction , alors cette présidence doit nous donner les véritables raisons. Pourtant, Hamel était présenté comme successeur de Bouteflika à la tête du pays.
    Et si c’est la lutte de clans qui est dévoilée, ce n’est pas le limogeage de ces deux personnages qui mettra fin à cette guerre des tranchées, les différents clans ont des ramifications plus profondes. Les détenteurs du pouvoir sont encore aux aguets. Allah istor.

    10
    3
    Vangelis
    5 juillet 2018 - 15 h 48 min

    Fakhamatouhoum met fin à la guerre des clans afin de n’avoir que le sien et personne pour le combattre.

     » À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. « 

    20
    4
      L.tlemcen
      11 juillet 2018 - 14 h 26 min

      L’Algérie est devenue le pays de toutes les suppositions, aucune transparence et aucune visibilité pour les affaire touchant la sécurité économique. On voit que nous n’allons droit au mur mais c’est le mur qui vient vers nous!!!

    Blancheur
    5 juillet 2018 - 10 h 35 min

    Je ne le savais pas, mea culpa, que je n’étais qu’Un Alger_Rien, où suis-je, et pourtant je ne prends ni cocaïne ni rien, dites le café « Press » serait-il la cause ????? J’arrive à comprendre même Netanyahou, mais Alger ouallah Dieu ne m’a pas donné l’outil qui permet de comprendre, heureusement il y a 48 wilayas, avec un territoire presque cinq fois plus grand que Efrenssa, je vais me rapprocher des vrais chacals, comprendre un chacal est plus simple que se frotter à Alger : La Blanche blanche comme la Cocaïne, bien entendu !

    18
    42
      anti khafafich
      5 juillet 2018 - 13 h 36 min

      je détecte les esclaves MakhNazis depuis le pays d’Alcapone où je ne vois que des mokokos, un peu de twansas mais alors aucun algérien. Purée votre royaume est vide, arrêtez d’envoyer vos sujets partout dans le monde, vous êtes la risée du globe. marocchino povero !

      15
      23
      Gatt M'digouti
      5 juillet 2018 - 16 h 17 min

      @Blancheur
      Je compatis sincèrement et je te comprends parfaitement. Les séquelles, parfois laissent des traces qui influent durant le cours de la vie et forgent ta personnalité. Étant bébé et être bercé trop prés des murs, ça ne devait se terminer que de cette façon pour toi.
      Rabi ichafik !!!!!

      33
      4
    Abou Stroff
    5 juillet 2018 - 10 h 34 min

    « En se manifestant d’une façon aussi martiale, cet arbitre, ici la présidence de la République, donne une nouvelle fois la preuve qu’elle ne compte pas pour du beurre et qu’elle a les moyens de sévir quand le besoin s’en fait sentir. » conclut S. S..
    moua, avec ma naïveté légendaire, me pose une question et une seule: tout en étant malade et quasiment déconnecté de la réalité, notre bienaimé fakhamatouhou national a t il réellement les capacités de prendre des décisions aussi vitales pour notre devenir?
    Si la réponse est positive, je ne puis que souscrire à l’idée tout à fait logique, de demander à notre bienaimé fakhamatouhou, non pas de rempiler pour un cinquième mandat, mais de proclamer, haut et fort, l’avènement du deuxième émirat algérien (le premier étant celui de l’émir abdelkader) qu’il dirigera jusqu’à ce que le Bon Dieu le rappelle auprès de lui. en effet, les algériens et l’algérie, dans la conjoncture actuelle, ne peuvent guère se passer d’un homme de la trempe de notre bienaimé fakhamatouhou national, n’est ce pas?
    PS: notre bienaimé fakhamatouhou national ne sera point le premier à se métamorphoser en émir. rappelons que bokassa s’est jadis proclamé empereur de centrafrique.

    64
    12
    Raïna
    5 juillet 2018 - 8 h 51 min

    Il sagit d’une intoxe et non d une info crédible,il n y a aucune guerre de clan entre Menad et Hamel.Ces limogeages répondent tout simplement á une feuille de route et à un calendrier..
    La nomination de Beleksir à la tête de la GN est une insulte à ce corps de sécurité..
    Gaïd Salah a instrumentalisé l affaire de la cocaïne pour régler ses comptes et nommer ses proches fidèles à l instar de Beleksir

    44
    10
    icialG
    5 juillet 2018 - 8 h 41 min

    comment démêlé le vrai du faux qui croire? qui dit la vérité ?ou qui ment ?qui complote qui magouille qui informe qui fait de désinformation qui cache quoi qui protégé qui ,es du paranoïa, qui influence qui ,,qui prend les décisions ,??? ,quand a la liste des scandales elle fera rougir Larousse LES ALGÉRIENS ONT LE DROIT DE SAVOIR ,, VEULENT LA VÉRITÉ oui nous voulons savoir ??

    48
    2
      Algerien révolté
      5 juillet 2018 - 17 h 10 min

      Tu ne sauras jamais ! tout ce que l’on sait c’est que ce n’est pas beau !

    Anonyme
    5 juillet 2018 - 7 h 23 min

    Ce que renseigne cette farce est qu’il n y a pas de clans mais un seul clan. C’est juste une repprésentation d’un changement de personnes dans les postes pérpheriques du des institutions commandées pour consommer l’attente du changement subtantiel de régime. Un acte manqué.
    Avec cet acte le quotidien reprendra son cours et les « partis » du régime qui ne repprésentent meme pas 6% des algériens décideront de l’avenir des 42 millions malgré eux.
    5 juillet, couffin de ramadan, école arabe, import de voiture, tout est lié à l’armée. La nouvelle noblesse tire les ficelles longues ou courtes.

    31
    13
      nectar
      5 juillet 2018 - 12 h 50 min

      ça ne pourrait pas être aussi bien dit. Ce sont ceux qui ont les armes qui détiennent le pouvoir..Les autres ne sont là que pour faire la danse du ventre…C’est faire comme l’autruche (la tête sous terre et les fesses en l’air) pour croire au contraire…Ce charivari est un règlement de compte dans la même famille.

      18
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.