Salafissisme

mosquées Salafistes
Les mosquées doivent se cantonner dans leur rôle. New Press

Par Akram Chorfi  Les salafistes ont ouvert un front du bon côté de leur sphère de pouvoir car ils savent que leur audience n’est pas dans les partis politiques où la crédibilité a été éculée par presque deux décennies de pratique partisane stérile.

Bien entendu, c’est dans l’espace politique qu’ils comptent investir leur capital de popularité et de crédibilité pour convertir celui-ci en dividendes de pouvoir mais cela n’est pas pour aujourd’hui, l’enjeu étant d’abord de consolider et de poursuivre la conquête des espaces où l’écoute des croyants – citoyens acquis au discours religieux – est décuplée, nourrie qu’elle est par une éducation qui établit que dans les mosquées le discours de l’orateur-imam est incontestable, cat ce que ça parle est lui-même incontestable en tant que paroles divines ou prophétiques sacralisées.

L’Etat semble être mis à mal par ces imams qui ont noyauté les lieux de culte afin de continuer à asseoir leur emprise spirituelle et doctrinaire sur les croyants, et l’on sait comment un simple sermon du vendredi peut être investi de messages qui nourrissent subversion et fanatisme et qui chargent l’autorité publique de façon insidieuse, faisant ainsi de la mosquée un espace d’opposition politique qui a l’avantage de servir de tribune où une force politique peut s’offrir le luxe, très rare, de s’exprimer au nom de Dieu.

Compétition politique déloyale par laquelle les salafistes compensent leur marginalité partisane et de pouvoir, en avançant, de façon reptilienne, sur le plan religieux et des idées, se nourrissant de tout événement qui décrédibilise le pouvoir en place pour enfourcher le discours aguerri de la moralisation et surfer sur les consciences des citoyens.

La respectabilité de l’imam-militant, qui n’a pas peur de défier le pouvoir depuis sa tribune, versus la corruption de l’homme politique. Voilà l’antinomie sur laquelle repose le discours des salafistes qui construisent dans l’imaginaire citoyen l’image – ou tout simplement réactivent celle qui sommeille – de l’imam juste (al imamou l’âadil) qui est confondu, par et dans le discours, avec le gouvernant, celui qui doit légitimement régner sur les croyants.

Tels sont les enjeux qui fondent tout l’activisme qui se trame dans les mosquées algériennes que tente de contrecarrer le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs et, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, notamment les monarchies, où pouvoir et islamisme adverse investissent les mosquées dans une optique de manipulation idéologique, l’autorité républicaine en Algérie a toujours veillé à neutraliser la vocation politique de la mosquée au profit d’une vocation foncièrement religieuse, de portée sociale, l’enjeu étant de localiser le discours politique là où le situe la modernité démocratique, c’est-à-dire au sein des partis politiques.

A. C.

Comment (11)

    Anonyme
    11 juillet 2018 - 18 h 51 min

    Que de salive gaspillee !…
    tout ce quiproquo et ses degats collateraux nous viennent de l’article 2 de ce qui nous sert de constitution.
    c’est le noeud de tout ce qui nous arrive.




    3



    1
    ait ouaghlis samir
    11 juillet 2018 - 18 h 50 min

    Que de salive gaspillee !…
    tout ce quiproquo et ses degats collateraux nous viennent de l’article 2 de ce qui nous sert de constitution.
    c’est le noeud de tout ce qui nous arrive.




    3



    0
    Anonyme
    11 juillet 2018 - 13 h 54 min

    Les mosquées ,leurs tapis,leurs clim etc…Financé par Chikhi le boucher vont-ils être détruit ? Ou bien tous les mosquées mènent au paradis d’Allah même celles financées par l’argent des stupéfiants et la corruption ?




    1



    0
    Anonyme
    11 juillet 2018 - 4 h 05 min

    Les mosquées toutes appartiennent à Allah, tout qui se fait à l’intérieur doit être en relation direct avec Allah et son prophète, il ne doit y avoir aucune autre influence, y compris celle du ministre des affaires religieuses en dehors de Allah et son prophète, les fidèles en se rendant dans les lieux sacrés de l’Islam n y vont que pour adorer le Créateur et son prophète, tout le reste et à bannir, tout appartient à Lui en commençant par nous même, et beaucoup parmi nous sont rappelés vers Lui à tout moment, revenant à la réalité et arrêtant de parler de ihouns, ihounis, salafs , salafis etc ….et vouant exclusivement à l’adoration d’Allah.




    1



    6
      Anonyme
      13 juillet 2018 - 0 h 01 min

      Oui d’accord avec toi,ya qu’Allah et son prophète. Alors l’imam est un humain comme nous tous,sa parole n’est pas divine,et un imam peut dire des sottises ça ne reflète que ses opinions. On voit tellement de fetwistes de gens qui dictent leurs commandements comment prier comment s’habiller.. Dieu a créé l’homme libre,il lui a révélé le Coran et à lui de le comprendre et y obéir ou pas. Seul dieu est juge.




      1



      0
    Ch'ha
    10 juillet 2018 - 20 h 03 min

    Salafisme wahhabisme frères musulmans confréries turques et cie etc tous ces IDIOTS UTILES ….. servent les intérêts d’une seule et UNIQUE origine : l’ENTITÉ SIONISTE et alliés (axe atlanto-occidentalo-sioniste,Qatar, Arabie Yahoudite, etc….).
    Le reste c’est du bla bla.
    INTERDIRE tous ces groupes groupuscules et cie ça vaut pour le MAK = mossad et autres.




    10



    3
    Felfel Har
    10 juillet 2018 - 15 h 33 min

    Tout le monde connaît le dicton « l’appétit vient en mangeant », mêmes les islamistes toutes tendances confondues. Aprés avoir servi de marchepied au pouvoir, puis d’épouvantail pour tétaniser, pulvériser, atomiser et museler l’opposition, ils s’enhardissent maintenant et réclament l’islamisation totale de la société pour la conduire comme du bétail aux abattoirs salafistes et wahabites. Ils considèrent la passivité des autorités comme un blanc-seing à leur programme. Il suffit au pouvoir de taper du poing sur la table et de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur pour faire cesser cette sédition aux allures de trahison annoncée. Mobilisons-nous avec comme mot d’ordre NO PASARAN! (ils ne passeront pas!) C’est un ultime avertissement que la société leur donne.




    13



    3
      Gatt M'digouti
      11 juillet 2018 - 3 h 03 min

      No pasaran ! Le pire ennemi et le seul remède contre ces épouvantails déguenillés, affreux, sales et bêtes, reste l’authentique femme Algérienne ! la femme est l’avenir de l’homme clamait un poète ! Je demande,non je demande pas, je prie et je supplie les vraies et fehlat Algériennes, de se mobiliser pour un retour aux sources du terroir, préserver la mémoire de nos ancêtres et de lancer une opération :
      Haik et 3djar dans l’Algérois
      Mlaya dans l’Est
      Tenue et fouta en Kabylie
      Nailyates, targuiyates, sahraouiwates, mzabiyates, chawiyates parez vous de vos belles parures et effacez ces voiles importés !
      Une journée seulement et montrez au monde entier que NO PASARAN ! l’Algérie est riche par sa culture diversifiée et a nul besoin de copier des paumes du petit matin !
      Les combattantes Algériennes lors de la révolution n’étaient pas moutahadjibates !!!!
      Faites honneur à Hassiba, à Djamila , à toutes les combattantes et martyrs qui se sont sacrifiées pour que VIVE L’ALGERIE !!!!!!




      5



      3
    Slam
    10 juillet 2018 - 12 h 33 min

    L’Etat est le principal manipulateur de la religion. Il utilise la religion pour abrutir le peuple et le garder en état de tube digestif avec option psychopathe fi sabil allah. Les zaouias, les imams, les « oulemas fonctionnaires » et les zombies salafistes, tout ce beau monde s’abreuve de la Rente et vit aux dépens des subventions de l’Etat. Le Labeur, la Recherche, Le travail, sont des notions étrangères à leur conception libidineuse de l’Existence.(…) Un bon citoyen est un croyant qui ne réfléchit pas, qui récite et qui bouffe, qui bouffe beaucoup ! Subventions et gratuité des services ! La meilleure façon de fabriquer une génération d’assistés.




    59



    6
      Gatt M'digouti
      11 juillet 2018 - 4 h 33 min

      Tout a fait d’accord avec toi ! le dicton chinois dit : tu me donne un poisson je me nourrirais un jour mais si tu m’apprend a pécher je me nourrirais tous les jours ! maintenant la question qui se pose est : qui les as mandaté pour décider à ,notre place ? pourquoi pas toi ou moi? ils ont quoi de plus ?mandatés par Allah ? je ne crois pas ! la révolution? Toute le peuple Algérien a contribué à la révolution ! La décennie noire ? rabi itoutel l3mar dial Zeroual et Khaled Nezzar ( c’est pas un pub gratuite pour AP) ! …
      Vivement un militaire !!!!




      3



      2
    jean jacques ruisseaux
    10 juillet 2018 - 12 h 30 min

    C’est juste la facette supplémentaire du régime arabe….




    9



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.