Le mouvement Mouwatana contre l’utilisation de la religion à des fins politiques

Benbitour Mouwatana
Ahmed Benbitour, ancien Premier ministre et l'un des fondateurs du mouvement Mouwatana. ©Anis New Press

Par Hani Abdi – Le mouvement Mouwatana «Citoyenneté-démocratie», qui milite pour un changement du système, a rendu publique aujourd’hui sa charte de valeurs et principes fondamentaux.

Avant d’élargir la concertation à toutes les forces vives de la nation, ce mouvement, initié par des personnalités bien connues telles que l’ancien Premier ministre Ahmed Benbitour, l’avocate Zoubida Assoul ou encore le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, fixe les règles de conduite mais aussi le chemin pour provoquer le changement voulu. «Ce mouvement, créé en vertu de la volonté de ses membres initiateurs, cosignataires du communiqué du 10 juin 2018, s’est fixé comme objectif la contribution à un changement du système de gouvernance par la mise en place d’un Etat de droit par des voies démocratiques avec l’épanouissement de la citoyenneté», souligne-t-on dans le texte de la charte, assurant encore une fois qu’«il est ouvert à l’ensemble des citoyens algériens ainsi qu’aux partis politiques, associations ou syndicats qui le souhaitent et qui paraphent cette charte».

Mouwatana affirme donc qu’il agira pour «la protection de la souveraineté nationale, de l’unité de la nation, de l’intégrité du territoire et du caractère républicain de l’Etat algérien». Il agira également pour «le respect des valeurs démocratiques, du pluralisme politique et de l’alternance au pouvoir». Le mouvement Mouwatana va également œuvrer pour un Etat de droit par la séparation et l’équilibre des pouvoirs et l’impartialité des institutions de l’Etat et de l’administration.

Autres principes fondamentaux de ce mouvement : le respect des libertés individuelles et collectives, en particulier la liberté d’association et la liberté d’exercice de l’action politique et syndicale, le non-recours à la violence, dans toutes ses formes, dans la pratique politique, le respect des droits humains et la liberté d’expression et d’information. A cela s’ajouteront la liberté de conscience, combattue par les islamistes, l’égalité de tous les Algériens devant la loi, sans aucune distinction, de sexe ou de culte, la reconnaissance de la diversité humaine et culturelle de notre pays en tant que richesse qu’il convient de protéger.

Le mouvement Mouwatana annonce dans sa charte son refus de toute utilisation d’une spécificité liée à cette diversité à des fins politiques, comme il refuse l’utilisation de la religion à des fins politiques. Ce mouvement a adressé, le 10 juin dernier, une lettre ouverte au président Bouteflika l’invitant à capituler et à organiser une transition démocratique.

H. A.

Comment (19)

    Constitution
    17 juillet 2018 - 15 h 39 min

    Messieurs et mesdames les Mouwatinins , vous n’empêcherez personne d’utiliser la religion à des fins politiques tant que la constitution algérienne stipule « l’islam est la religion » (article 2) , le candidat à la présidence de la république doit être de confession musulmane (article 87).

    Seule la séparation du politique du religieux ce qui s’appelle en clair « la laïcité » pourra garantir la liberté de « conscience » comme vous l’écrivez si bien. et toutes les autres libertés par ailleurs. Cependant j’adhère à votre démarche , c’est toujours un pas en avant . Avec tout mon respect.

    13
    1
    Samir Bendjeloud
    17 juillet 2018 - 12 h 51 min

    Monsieur l’internaute @LOUCIF , absolument d’accord avec vous ! Si nos citoyens, nos personalités politiques, nos intellectuels, nos patriotes, nos hauts gradés de l’ANP n’ont pas cette vision politique prospective en permanence dans leurs cordes (donc cette vision qu’on trouve chez le mouvement Mouwatana «Citoyenneté-démocratie» et que vous partagez), je ne crois pas que le pays progressera comme le souhaiterait un peuple éclairé, averti et clairvoyant !

    27
    2
    Anonyme
    17 juillet 2018 - 12 h 05 min

    Très bon programme qui ne peut réussir que si on supprime « islam religion d état » sinon ce n est que du bla bla…
    N importe qui va se baser sur cet article de la constitution pour continuer à empêcher les libertés individuelles et de conscience et on le vit malheureusement actuellement même si « soi disant « notre constitution assure la liberté de culte et l égalité des sexes.

    25
    3
      Hakikatoune
      17 juillet 2018 - 13 h 14 min

      @Anonyme 17 juillet 2018 – 12 h 05 min , absolument d’accord avec vous ! Si on n’enlève pas ce verrou, ce piège de « islam religion d’Etat » , plus rien n’est passible en matière d’avènement de la démocratie et des libertés individuelles et collectives !

      Ce n’est pas un hasard si les pays arabo-musulmans sont en retard dans la mise en œuvre de la démocratie politique et de l’évolution de leur société !

      Evolution, progrès, ouverture, universalité, modernité ne veut pas dire dépravation de la société ou mort de la religion !!

      13
      2
    PREDATOR
    17 juillet 2018 - 12 h 05 min

    « Ce mouvement a adressé, le 10 juin dernier, une lettre ouverte au président Bouteflika l’invitant à capituler et à organiser une transition démocratique »

    Désolé et vous le savez très bien Que Mr Bouteflika ne tient plus les rennes du pouvoir, il est entre les mains des prédateurs
    il faut agir sur le terrain et non par des communiqués de temps en temps sur la presse
    Il faut agir et vite très vite avant qu’il ne soit trop tard
    J’ai entière confiance en Mr Benbitour mais je le trouve un peu mou il faut foncer on est avec vous

    6
    15
    LOUCIF
    17 juillet 2018 - 10 h 33 min

    C’est absolument dans l’esprit de cette charte proposée par ce mouvement Mouwatana «Citoyenneté-démocratie», qu’il faut concevoir l’Algérie de demain ! Le crédo des patriotes algériens, de la société civile, des hommes politiques, des démocrates républicains, des progressistes, des intellectuels, des hommes libres devrait être : Etat de droit, République démocratique, République de la liberté d’opinion, République de la liberté de conscience et de culte , République des libertés syndicales , République de la liberté de la presse , République de la justice indépendante, République de la liberté d’association, République du respect des minorités. !

    Projet certes très difficile à réaliser, mais tout est possible par la pédagogie politique, la persévérance du militantisme positif et désintéressé ! Mais tout cela restera encore insuffisant si on ne résout pas deux autres CONDITIONS PRÉALABLES FONDAMENTALES : 1/- séparation du politique et du religion 2/- séparation du politique et du militaire. Oui , il est de notre devoir de citoyens et de notre intérêt à TOUS de réfléchir dans cette direction, la meilleure pour l’avenir du pays !

    37
    2
    Personne n'a rien vu !
    17 juillet 2018 - 10 h 02 min

    comment depuis le temps , ne pas s’etre rendu compte que personne ne pouvait ni ne devait s’arroger le droit de prendre en otage la religion et d’en faire un ou des partis avec ???

    c’est comme si moi aujourd’hui je décide de créer un parti ( méme si je ne suis pas politicard ) et de le nommer :  » Le Parti de ceux qui aiment l’algérie  » !!!!!!!!!!!!!! (mais tout les algériens aiment l’algérie , ce n’est pas une particularité d’un groupe de personnes ..)

    la religion , et particuliérement l’islam par son envergure universelle , ne peut etre réclamé par un groupe d’individus à l’insu du reste de la population , il y’a une flagrante MANIPULATION pas les fis , le mokerie …etc dans le seul but de faire graviter (inconsciemment ) tous les algériens autour d’eux !!! (

    44
    2
    LE NUMIDE
    17 juillet 2018 - 3 h 48 min

    CITOYENS ALGERIENS OU MAWALIS OMMEYADES ( 1) : les valeurs et les principes de ce mouvement algérien MOUWATANA sont respectables et même très généreux et procèdent d’un idéalisme de certaines élites et personnalités algériennes éclairées et amoureuses de la promotion de leur peuple vers la citoyenneté et l ‘émancipation et vers les valeurs républicaines d’unité , de fraternité , de paix , d’égalité et des droits de l’homme .. Messieurs Benbitour , ou Sofiane Jilali ne nous font pas peur , au contraire leurs parcours leurs idées et leur intentions ont louables et patriotiques .. MAIS … Nous préférons être vigilants et nous recommandons aux nationalistes et patriotes algériens et aux algériens en general de ne jamais oublier et de ne jamais faire confiance aux pièges de la fausse « Démocratie » Ommeyade de 92 et aux diables de la guerre civile et de la guerre de conquête wahabiste qui guettent dans les ténèbres la dépouille de la Nation Algérienne ….. Comment ? ( A SUIVRE )

    14
    7
    Ali-Mentation
    17 juillet 2018 - 2 h 15 min

    Comment voulez-vous que les inventeurs de l’esclavage et la corruption puisse gouvernés une nation impossible;il faut que les pays Arabes soient gérés par d’autres personnes;comme des Allemands Japonais;coréens;ou hindou;c’est vraie pour la fètes et dépensé sans compter l’argent des autres nous sommes les meilleurs,pour le reste Allah ghaleb nous sommes limité

    14
    5
    NASSER
    16 juillet 2018 - 23 h 19 min

    La Constitution Algérienne assure bien plus que cette charte de « Mouwatana »! Le gros problème est que si certains principes de la Constitution (Démocratie et libertés) sont appliqués sans aucune restriction , comme le souhaite cette charte « Mouwatana », les islamistes (Frères, wahabistes, salafistes) prendront le pouvoir haut la main dès le lendemain et cette « Démocratie » et « libertés » disparaîtront ainsi que « Mouwatana » et assimilés la semaine qui suit ! Malgré que les islamistes ne cessent de le déclarent sans le cacher, il est certain qu’ils obtiendront la majorité ! Le peuple est encore ignorant et manipulable pour lui confier ce « pouvoir » et les islamistes sont encore trop forts par leurs manipulations et discours religieux, par les soutiens extérieurs (golfe et occident). …. Les monarchies rétrogrades et riches du golfe financeront nos islamistes, mettront leurs TV à leur disposition, l’occident manipulera sournoisement selon ses objectifs stratégiques….Une fois le pouvoir entre leurs mains ils leurs dicteront ce qu’ils doivent faire (en politique extérieure: contre la Russie, en faveur d’Israël, contre les palestiniens, l’ouverture de l’Algérie aux multinationales, affaiblir l’Armée etc etc etc) sous peine d’intervenir avec le prétexte « Démocratie et libertés, droits de l’homme » en fomentant des révoltes populaires……………Ainsi, on ne sortira jamais de la colonisation! .

    22
    2
    Yemmi
    16 juillet 2018 - 22 h 27 min

    Bonsoir.

    Où peut on lire cette charte?

    Merci

    11
    2
    Gatt M'digouti
    16 juillet 2018 - 21 h 48 min

    Le loto gagnant :
    Président : Ramtane Lamamra
    1ier Ministre : Ahmed Benbitour
    Ministre AE : Amar Belani
    Ministre de la defense : Khaled Nezzar
    DRS et sécurité : Mohamed Medienne
    Ministre de l’intérieur : Noureddine Bedoui
    Ministre de la justice : Abdelmadjid Tebboune

    6
    16
    BABALI
    16 juillet 2018 - 21 h 14 min

    Encore des rêveurs nostalgiques !!!

    Combien même leurs intentions sont louables et leur projet politique et sociétal ( charte non encore publique ) idéalisé, la réalité est tout autre, ils devraient trouver les solutions pour y arrive
    1/ quels sont les moyens, méthodes pour ce débarrasser de ce avion furtif à géométrie variable qu’est le pouvoir actuel , ou vider le Club des Pins et des environs de tous ces saprophytes, corrupteurs et corrompus qui ont gangrené les coins les plus reculés d’Algérie avec toutes ces Zaouiates, ces karmas FLN les takfiristes, salutistes et tous ces Cheikhs qui ont pour unique fantasme l’euro et la femme, sous couvert d’une religion et d’une culture importée d’un Moyen Orient L’Algerien est plus proche d’un Maltais d’un espagnol; d’un marseillais que d’un émirati ou Saoudi
    Devinette à un dollar

    Que fait un Moyen Oriental quand sa femme accouche d’un BB ? Il fait un test ADN pour voir s’il est bien de lui?
    La seule solution pour y arriver est de sensibiliser est de faire bouger toutes les Algériennes et Algériens qui constituent la majorité silencieuse. et les forces du travail dans ce pays, à cette charte pour les faire adhérer
    et aujourd’hui les réseaux sociaux le permettent
    Tenir un discours a tous ces millions des jeunes diplômes ou non , pour leur redonner de l’espoir, l’amour du pays
    User at abuser des réseaux sociaux, occuper tous les espaces médiatiques, publics en Algérie et à l’Etranger
    etc…..

    Ce n’est pas en restant avec des idées généreuses dans des salles de réunions ( Voir CNLTD

    14
    17
      Hakikatoune
      17 juillet 2018 - 13 h 37 min

      @BABALI , vous écrivez « qu’il faut sensibiliser et de faire bouger toutes les Algériennes et Algériens qui constituent la majorité silencieuse. » C’est justement ce qu’essaye de faire le Mouvement Mouwatana «Citoyenneté-démocratie». Dans le fond, ce mouvement a de bonnes intentions, à mon avis ! Mais vous avez raison d’évoquer de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique née à Mazafran (CNLTD) qui a été saboté de l’intérieure et qui est parti en vrille. Mais il faut reconnaître que Sofiane Djilali, pour ne parler que de lui, à claquer la porte à cette coordination dès qu’il a senti sa dérive et son changement de trajectoire ! Désormais, il y a donc la leçon de cette CNLTD qui peut jouer. Cette nouvelle charte proposée est plus précise et plus complète que les autres plateformes à mon avis ! Enfin, chacun est libre de faire en son âme et conscience !

      5
      4
    Mohamed
    16 juillet 2018 - 18 h 58 min

    Il est bien vrai que la religion est utilisé à des fins politiques en Algérie comme avec l’état envers les juifs, les chrétiens voire même les ahmadiyas ou sinon ce sont des islamistes qui utilisent l’Islam afin de refaire une deuxième guerre civile. Merci au mouvement al Mouwtana de reconnaître ce fait qui doit être intolérable en Algérie.

    20
    5
    Anonyme
    16 juillet 2018 - 18 h 14 min

    ces messieurs n’arrivent plus à rougir. les nouvelles générations ont besoin d’etre dirigées par des jeunes de 40/45 ans, universitaires ( docteurs si possibles ). les plus de 50 ans sont rares à avoir fréquenter les grandes écoles. c’est l’ère des technologies avancées. et le future président étant jeune peut prétendre à un deuxième mandat s’il a donné satisfaction pendant le premier. allons, allons messieurs un peut de retenues. permettez au peuple de respirer. et la retraite, pour vous, c’est quoi !!!

    8
    13
      Anonyme
      16 juillet 2018 - 21 h 37 min

      Monsieur anonyme ..pour moi je suis pour un dirigeant qui a de l expérience du monde et a aussi le charisme pour mener les jeux politiques. Ils ya beaucoup de docteur mais pas d expérience donc vaut mieux laisser le démon qu on connaît que d avoir un autre démon qu on connais pas….

      5
      13
        mouatène
        17 juillet 2018 - 8 h 34 min

        tout d’abords je m’excuses d’avoir omis involontairement de m’identifier. Maintenant, Monsieur, je vais vous faire une confidence que rares sont les honnetes gens qui vous le disent. à partir de 50 ans d’age, dans la fonction publique, on ne travaille plus correctement, on ne fait que penser à la situation de sa progéniture. et celui qui vous dit le contraire n’est certainement pas dans le vrai pour ne pas dire autre chose. bien à vous et amitié.

        6
        3
    Anonyme
    16 juillet 2018 - 17 h 52 min

    Je vais adhérer à ce mouvement aymanène wa ihtissabène.

    9
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.