Maroc : les détenus du Hirak refusent leur transfert vers les prisons d’Al-Hoceïma

Hirak
Nasser Zefzafi, l'un des prisonniers du mouvement Hirak. D. R.

Les 53 militants détenus du mouvement Hirak du Rif ont refusé leur transfert de Casablanca à différentes prisons de la région d’Al-Hoceïma. Ils ont été prévenus par la direction de l’établissement pénitencier qu’ils devront être séparés en groupes avant d’être dispersés dans différentes prisons, a annoncé le coordinateur du comité de défense des détenus, l’avocat Mohamed Aghnaj, cité jeudi par les médias marocains, rapporte l’agence de presse officielle APS.

Après avoir entamé puis suspendu une grève de la faim illimitée pour protester contre leurs conditions de détention, ainsi que les lourdes peines dont ils écopent (de 1 à 20 ans de prison ferme), les détenus du mouvement Hirak ont refusé, selon le coordinateur du comité de défense des détenus, leur transfert vers des prisons d’Al-Hoceima, ont ajouté les mêmes sources.

Leur ayant rendu visite, mardi dernier, l’avocate Asma Elouadie a confirmé, de son côté que la direction de l’établissement pénitencier avait distribué aux détenus des formulaires à remplir à cet effet. Ce qu’ils ont tous refusé catégoriquement, a-t-elle affirmé.

Le coordinateur du comité de défense des détenus du Hirak du Rif, l’avocat Mohamed Aghnaj, n’a pas écarté l’éventualité d’un transfert sous peu de ces détenus incarcérés actuellement à la prison de Oukacha (Casablanca) vers d’autres prisons. Selon cet avocat, «la direction pénitentiaire leur a demandé où ils aimeraient être transférés sous le prétexte de les rapprocher de leurs familles», ajoutant que la direction de la prison avait commencé à les préparer à ce transfert en les séparant en petits groupes distincts. L’avocat a fait savoir mercredi que le leader du mouvement, Nasser Zefzafi, se trouve dans «un groupe de 7 personnes dans l’aile 6 de la prison». «Un troisième groupe réunissant le même nombre de détenus et dans lequel se trouve le n°2 du mouvement Nabil Ahamjik est, lui, dans l’aile 4», a-t-il mentionné. «Cette répartition a été effectuée dans cette prison depuis le 6 juillet dernier» a soutenu Mohamed Aghnaj, qui s’est rendu mardi chez les détenus.

Le coordinateur du comité de défense du Hirak a fait savoir également que la direction de la prison avait invité les militants emprisonnés «à présenter des demandes de grâce royale», soulignant que «certains avaient accepté, alors que d’autres étaient contre cette proposition» vu qu’ils sont considérés comme des prisonniers politiques injustement condamnés. «Ceci a donné lieu à certaine division entre les militants», a encore confié l’avocat, dénonçant «une démarche visant à semer la zizanie» entre les acteurs du mouvement contestataire rifain.

Selon l’avocat, le procès en appel des détenus du mouvement Hirak est attendu probablement au mois de septembre prochain.

R. I.

Comment (10)

    Les Égarés
    22 juillet 2018 - 0 h 14 min

    Le Pouvoir Makhzen Maroc ne décide rien..il est téléguidé comme Momo 6 la Poupée qui dit oui oui et non non !…aussi simple que celà. .Le Pouvoir Momo 6 est un satellite de Otan USA Union européenne . .Si il s’acharne tant que ça sur le Sahara occidental Front Polisario , c’est par ce que l’OTAN veut le Sahara occidental..pour s’installer.

    Zenaty
    20 juillet 2018 - 5 h 45 min

    Les mêmes procédures que les Sionistes fascistes de la même vision coloniale de l Apartheid..

    4
    4
    Ziad ALAMI
    20 juillet 2018 - 2 h 35 min

    Il ne reste au peuple Rifain qu’à prendre les armes comme le fait le peuple du Yémen pour recouvrir son indépendance.

    La même chose pour les peuples palestinien et celui du Sahara occidental.

    6
    3
      le niveau
      21 juillet 2018 - 8 h 50 min

      mais non il ne vont pas prendre les armes !! ils vont attendre et attendre !! il faut le prendre les choses comme ca
      au mosquee il court tous pour prier au premier rang dans une guerre il reste tous derriere et te pousse d’aller a l’avant

    Les Égarés
    20 juillet 2018 - 1 h 34 min

    Et si Momo 6 goutait à la Prison..un petit séjour.. avec les puces et la poussière !!..et puis il lui serait confisqué ces Palais et sa Bentley décapotable !! .. Après celà il redeviendrai un Homme qui réfléchit et plein de sagesse ..tout ce qu’il lui manque !! .. être un Homme ça s’apprend , mais devenir Roi c’est sauter les étapes et rester l’enfant Roi …comme MBS Saoud !!..

    6
    3
    Zenaty
    19 juillet 2018 - 22 h 12 min

    Les mêmes procédures que les Sionistes fascistes.. Et aussi comme le régimes de l Apartheid….

    3
    4
    Amazighkan
    19 juillet 2018 - 20 h 46 min

    Aujourd’hui ce sont les militants du Hirak que le makhzen réprime, emprisonne dans le but de museler toute contestation, mais demain ça sera d’autres mouvements, d’autres régions qui subiraient le même sort si une forte solidarité ne s’exprime pas à travers tout le Maroc pour dénoncer cette hogra caractérisée.
    Une grève générale de quelques jours sans casse fera réfléchir sérieusement cette caste du makhzen qui joue la division pour continuer à régner et à s’enrichir sur le dos du peuple. Bravo aux militants du hirak qui ont déjà vaincu le mur de la peur.

    16
    5
    Le Marocain Republicain
    19 juillet 2018 - 17 h 50 min

    @Anonymous. « Reporters sans frontières (RSF) dénonce un verdict très sévère et demande la libération immédiate des six journalistes-citoyens. » dit l’article.
    Il ne devrait y avoir aucun verdict, aucune arrestation de journalistes-citoyens parce que la terre entière fourmille d’écrits sur le Net aujourd’hui. C’est absurde de procéder à des arrestations de gens qui manifestent leurs opinions par la parole ou par écrit, mais le régime marocain est absurde lui-même à vouloir nous faire gober par la force l’idéologie infecte de la monarchie avariée. La liberté, que diable !
    La liberté aux journalistes-citoyens ..!
    La liberté à tout citoyen.. !
    Et liberté nous aurons, que le système taré le veuille ou pas.. !

    15
    5
    Med Benhamou
    19 juillet 2018 - 17 h 38 min

    Si ces victimes de ce Regime MakhNazi refusent ce transfert c’est pqrce qu’ils savent ce qui les attend sur leur propre territoire de la Republique du Rif.

    18
    4
    M'hamed HAMROUCH
    19 juillet 2018 - 17 h 34 min

    Certainement qu’ils ont peur de finir comme le regretté Mahdi Ben Barka, a savoir : au 3ème sous -sol des geôles de Tazmamart et à l’intérieur d’un fut bourré de ciment.

    20
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.