Le ministère de la Santé annonce le retrait de 16 médicaments à base de Valsartan 

Valsartan
Les malades sous traitement doivent aviser leur médecin traitant. D. R.

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a annoncé jeudi sa décision de retirer, «sur la base du principe de précaution», les lots de 16 spécialités pharmaceutiques à base de Valsartan (seul ou en association), rapporte l’agence de presse officielle APS.

La décision de retirer ces lots des laboratoires Inpha Medis, Merinal, Nad Pharmadic et Taphco intervient suite à l’alerte internationale mettant en garde contre la présence d’une impureté appelée «N-nitroso diméthylamine (NDMA)» contenue dans une substance active fabriquée par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals, a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué. Cette impureté, qui a été identifiée au cours de la fabrication de la substance active par le laboratoire chinois, est classée comme probablement cancérogène mais ne représente pas de «risque aigu pour le patient», assure-t-on de même source.

A l’instar de ce qui se fait à l’échelle mondiale, le ministère de la Santé a instruit les directeurs de la santé et de la population des wilayas, la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), les fabricants locaux concernés, les officines pharmaceutiques ainsi que les opérateurs en charge de la distribution de procéder au «retrait immédiat des lots des 16 spécialités pharmaceutiques concernés par le défaut de qualité».

Le Valsartan est indiqué dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, de l’hypertension artérielle ou d’infarctus du myocarde récent. «Comme il s’agit d’un retrait basé sur le principe de précaution, les patients qui suivent un traitement à base de Valsartan ne doivent prendre aucune décision sans en référer à leur médecin traitant concernant la conduite à tenir», a préconisé le ministère.

R. N.

Comment (4)

    Ch'ha
    21 juillet 2018 - 15 h 56 min

    La politique et philosophie de l’industrie pharmaceutique ce n’est pas l’humanitaire sinon y’a longtemps qu’ils auraient développé un vaccin contre la paludisme qui touche uniquement l’Afrique, mais c’est le profit la renommée ensuite lorsque les laboratoires pharmaceutiques font des dons aux oeuvres caritatives c’est juste un coup de pub.
    Si le développement de médicaments halal avait un quelconque intérêt économique, les laboratoires pharmaceutiques se seraient jetés sur cette niche économique.
    Seuls un certain nombre de labos se partagent la part du gâteau, l’Inde a réussi à développer des labos pour la production de génériques uniquement.
    Après la recherche clinique est mondiale donc au pays et aux hôpitaux de créer des liens avec l’industrie pharmaceutique américaine et autres.
    Cependant dans tous les essais sur lesquels j’ai travaillés le pays n’y figurait pas pourtant j’y ai vu des pays comme la malaisie.

    farid
    21 juillet 2018 - 8 h 06 min

    à quand des medicaments « halal », decouverts et mis sur le marché par des musulmans. ou bien nous, les musulmans, restons des tubes digestifs jusqu´à la fin des temps. les juifs et les chretiens ont tout inventé et decouvert souvent pour le bien être de l´humanité, quelque fois pour son malheur. et nous? à part le costume demi-manche et la gandoura brillante…

    1
    2
      Ch'ha
      21 juillet 2018 - 15 h 47 min

      @Farid
      Que de pessimisme.
      Nombreux chercheurs sont du pays et autres pays musulmans.
      Je me rappelle d’un chercheur musulman dont la chef supprimait systématiquement le nom pour les publications scientifiques et s’en attribuait le mérite jusqu’au jour où elle est tombée malade il a dû la remplacer au pied levé et aller au congrès au Canada quand il s’est aperçu de la supercherie il a tout verrouillé bases de données et. Eetc etc il ensuite il esr’t retourné enseigner à la fac dans son pays d’origine sachant qu’en France il était payé à coup de lance-pierres et se retrouvait à découvert tous les mois pendant que les autres s’engraissaient grâce à son travail et s’en attribuaient le mérite et le succès.

    Ch'ha
    20 juillet 2018 - 20 h 38 min

    Excellent article.
    Merci AP.
    Si la FDA a rappelé les lots de et arrêt de la mise sur le marché du traitement les patients doivent contacter leur toubib.

    2
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.