A Washington, Messahel plaide pour la diversité et la tolérance religieuses

sommet inédit sur la liberté religieuse à Washigton
Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères. D. R.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a plaidé jeudi pour la tolérance religieuse et la diversité culturelle lors d’un sommet inédit sur la liberté religieuse, organisé par le département d’Etat.

Intervenant lors de la session plénière de ce grand rassemblement qui a regroupé 80 délégations, en présence du vice-président américain, Mike Pence, et du secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie algérienne a rappelé l’histoire de l’Algérie «trois fois millénaire marquée par une diversité culturelle». C’est à ce titre qu’il a souligné également devant ce rassemblement le modèle algérien de tolérance et de vivre-ensemble, relevant que l’Algérie terre d’islam a donné à la chrétienté l’illustre théologien Saint Augustin, et à l’humanité l’Emir Abdelkader, qui a sauvé des milliers de chrétiens lors de son exil à Damas. L’Algérie, a-t-il enchaîné, a honoré la mémoire de Saint Augustin, en organisant en 2001, à l’initiative du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, un imposant symposium international sur son œuvre et sa contribution à l’enrichissement de la pensée et la foi chrétiennes.

Et de rappeler aussi lors de ce plaidoyer en faveur de la paix, la diversité et la réconciliation, les garanties constitutionnelles des libertés de conscience, d’opinion et d’exercice du culte en Algérie. Soulignant que la religion ne doit en aucun cas «devenir un espace de confrontation», le ministre a expliqué que «la pratique de la foi est une forme importante d’expression de la liberté individuelle qui doit être protégée contre les attitudes d’intolérance et d’exclusion». Mais il a estimé, pour autant, que «la liberté de culte ne doit en aucun cas servir de prétexte pour porter atteinte à l’ordre, la sécurité ou à la morale et les droits fondamentaux d’autrui». Au cours de son intervention, M. Messahel a tenu à relever que cette réunion ministérielle intervenait dans un contexte international marqué par la montée de la xénophobie, de l’islamophobie et aussi par un amalgame dévastateur entre la religion musulmane et le fléau du terrorisme.

Cette rencontre de trois jours s’est achevée jeudi sur une déclaration et un plan d’action, annoncés par l’administration américaine, pour soutenir les minorités religieuses vulnérables et les victimes de persécutions.

Multiples entretiens avec les responsables de l’administration américaine 

A la veille de sa participation à la réunion plénière de cette conférence internationale, le chef de la diplomatie algérienne a multiplié les rencontres avec de hauts responsables du Congrès et du gouvernement américain. Mercredi, le ministre s’est entretenu avec le conseiller à la Sécurité nationale du président Trump, John Bolton, une rencontre s’inscrivant dans le cadre de la concertation régulière entre l’Algérie et les Etats-Unis. L’entretien a été l’occasion pour les deux parties de procéder à une évaluation de la coopération algéro-américaine, notamment dans le domaine politique et sécuritaire. M. Messahel a évoqué avec le chef du Conseil de la sécurité nationale (NSC), la situation dans les régions du Maghreb et du Sahel, notamment au Mali et en Libye ainsi que les derniers développements que connaissent ces deux pays et les processus politiques de règlement. A ce titre, Il a informé son interlocuteur des efforts que l’Algérie déploie dans le cadre du règlement de la crise en Libye et au Mali.

Le ministre a également eu des discussions avec le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, Devin Nunes, centrées sur la coopération bilatérale et les questions sécuritaires. L’entretien avec Devin Nunes a permis un échange de vues sur les situations de crise et de conflit, en particulier au Sahel et en Libye.

En parallèle, sa rencontre avec Mme Tina Kaidanow, assistante du secrétaire d’Etat, en charge des Affaires politiques et militaires, a été l’occasion d’évoquer les moyens de renforcer les relations bilatérales, notamment dans le domaine sécuritaire. Ces relations ont été également au centre de ses discussions avec le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Ed Royce. Les deux responsables ont réaffirmé, au cours d’un entretien tenu au Congrès, la volonté de l’Algérie et des Etats-Unis de travailler ensemble pour renforcer ces relations et les diversifier en matière d’économie, de commerce, de formation et de coopération parlementaire.

R. N.

Comment (17)

    HOMBRE
    28 juillet 2018 - 12 h 34 min

    parler de tolerance c est deja etre intolerant !!!!!!

    Tolérance ?
    28 juillet 2018 - 11 h 17 min

    s’il y’avait tolérance ..etc , on devrait alors enseigner briévement les 3 religions monothéistes à nos bambins à l’école et leur laisser le choix …sinon elle est où la tolérance et la « biodiversité » lol?

    3
    1
    Anonyme
    28 juillet 2018 - 3 h 03 min

    Quelle hypocrisie! Les salafistes ne tolèrent même pas les femmes musulmanes sans torchon sur les cheveux, alors que dire d’un chrétien ou d’un juif? Tolérance zéro pour tout ce qui pourrait être différent. Le pays a bien changé.

    5
    2
    Neva
    27 juillet 2018 - 20 h 18 min

    La religion est une affaire personnelle, privée, puisqu’il appartient à chacun d’en décider
    « Nulle contrainte en religion! Les gens sont libres de choisir la vérité ou l’erreur ».
    Selon la constitution « La liberté de culte ne doit en aucun cas servir de prétexte pour porter atteinte à l’ordre, la sécurité ou à la morale et les droits fondamentaux d’autrui « .
    A mon avis le niveau actuel culturel, intellectuel de CERTAINS peine à prendre conscience que tout culte religieux doit se pratiquer dans la sérenité et le respect réciproque d’autrui.

    Anonyme
    27 juillet 2018 - 17 h 47 min

    Assez de mensonge ,l’Algérie est la Mecque de l’intolérance .Sortez avec une croix au cou ou une bible à la main et vous saurez c’est quoi le « vivre ensemble »

    23
    4
    Rayés Al Bahriya
    27 juillet 2018 - 17 h 27 min

    Oui c’est vrai….mais la tolérance religieuse à Washington…
    Toute la supercherie est là…
    El fahem yefhem…

    16
    3
    Anonyme
    27 juillet 2018 - 16 h 19 min

    Tolerance veut dire qu’ il y a un tolere’ donc un tolerent, une hierarchie parmi les citoyens du meme pays. L’ Egalite’ serait renoncer au statut de religion d’ Etat que l’ islam s’ offre, mais aussi cesser d’ imposer la charia a’ l’ ecole et ne pas imposer a’ toutes les femmes le Tuteur.
    Or le regime est consubstantiel a’ l’ islamisme.

    16
    3
    Abou Stroff
    27 juillet 2018 - 16 h 16 min

    « A Washington, Messahel plaide pour la diversité et la tolérance religieuses » tire R. N..
    il faut reconnaitre que notre ministre des ZAE sait de quoi il parle.
    en effet, reconnaissons qu’en algérie, tous les cultes sont permis et il suffit d’interroger Aïssa, ferkous, hamadache, chemsou, benhadj, etc. et toutes les chaines au service de la vermine islamiste pour s’en convaincre.
    PS: heureusement que le ridicule ne tue pas, autrement, messahel aurait été foudroyé par la foudre.

    16
    4
    Anonyme
    27 juillet 2018 - 16 h 11 min

    Y’a si Messahel, on connait un bout de votre tolėrance et le vivre ensemble, des jeunes n’ayant pas jeûnė se sont retrouvės en taule!!! Allez raconter vos salades ailleurs, quant à Berner les amerloques, faudra revenir plus tard!
    Pas la peine de pėrorer sur les garanties constitutionnelles des libertės d’opinion, les blogueurs incarcerės sont comme une verrue sur vos gueules dėjà bien arrangėes par dame nature!!!!

    19
    4
    Anonyme
    27 juillet 2018 - 14 h 50 min

    @aux 3 premiers commentaires
    Allez faire un tour en France vous verrez qui a liberté de culte : uniquement les judéosionistes.
    Même les catholiques sont tricards.
    France culture a porté plainte contre un évêque qui a tenu des propos conformes à son dogme religieux, rien de malsain ni malveillant.
    Hicham Hamza journaliste indépendant a échappé à une tentative de meurtre et est mis en examen pour avoir démontré les attentats sous faux drapeau: Hyper asher, Charlie hebdo, Bataclan, etc… l’origine sioniste et israélienne le terrorisme sioniste (Terrorisme islamique = MYTHOLOGIE) TERRORISME SIONISTE = RÉALITÉ INTERNATIONALE DAECH Al Qaïda Front Al Nosra etc ..FIS GIA et cie = sionisme.

    9
    16
      Anonyme
      27 juillet 2018 - 15 h 16 min

      PS : en + de Panamza je rajoute Alain Soral et pas des moindres condamné frauduleusement à de nombreuses reprises pour antisémitisme VIRTUEL (site égalité et réconciliation).

      5
      12
      Mon opinion
      27 juillet 2018 - 18 h 53 min

      Salam,
      @Anonyme
      27 juillet 2018 – 14 h 50 min.

      Vous avez tout à raison, beaucoup de gens ne savent pas se qui se trime derrière leur dos par ignorance ou indifférence et finirons par payer chèrement ce j’menfoutisme.
      Juste un exemple l’ affaire Tarik Ramadan, histoire grossièrement bricolée et montée de toute pièce, hautement politique et extrêmement dangereuse pour l’avenir de tout simple musulman lambda qui veut vivre sa foi tranquillement.
      Même un étudiant en droit de première année aurait du mal avaler une telle supercherie a moins que ce soit un idiot, sinon alors là… nous sommes en pleine idiocratie!!!

      …..

      7
      6
    mergou
    27 juillet 2018 - 14 h 36 min

    Son auditoire a sûrement bien ri sous cape. Les americains qui rédigent chaque année des rapports sur l’intolérance religieuse en Algérie sont sûrement restés ébahis devant tant de paroles qui ne reflètent guère la réalité….

    22
    5
    Peace
    27 juillet 2018 - 14 h 04 min

    L’Islam est une très belle religion, il sufit de lire le Coran et de ne pas sortir des versets de leurs contextes comme à chaque fois pour nuire à l’Islam ! De plus l’Europe dois revenir rapidement à la Bible d’autre fois il y a urgeance pour nos frères de l’occident qui ce sont fait progressivement retirer le Christianisme à des fins douteux.

    11
    14
    Rayés Al Bahriya
    27 juillet 2018 - 13 h 46 min

    Aucunes tolérance religieuse en Algérie.
    C le pire des tabous… Hyoocrites!!

    29
    5
    Algérien
    27 juillet 2018 - 13 h 22 min

    Quelle bande d’hypocrite, ils osent parler du vivre ensemble, de tolérance religieuse, de la diversité culturelle alors que l’on emprisonne des blogueurs, des journalistes, des pratiquants d’autres religions, des combattants de de la diversité,… Quelle honte de pouvoir mentir à ce point et de ne pas avoir peur du ridicule.

    28
    7
    Anonyme
    27 juillet 2018 - 13 h 07 min

    Sûrement il a dit aux americains que l algerie construit une mosquee plus grande que celle de Hassan 2 au Maroc et qie zaouia tijania est algerienne et non marocaine bhal le couscous

    14
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.