CR Belouizdad : «Bouhafs n’a pas encore été destitué»

bouhafs
Mohamed Bouhafs, le président contesté du CRB. D. R.

Le président du CSA du CR Belouizdad, Karim Chettouf, a affirmé mardi 14 août que le patron du Conseil d’administration de la SSPA du club, Mohamed Bouhafs, n’avait pas encore été destitué, annonçant la tenue prochaine d’une assemblée extraordinaire des actionnaires «pour prendre une décision» à ce sujet.

«Bouhafs n’a pas encore été destitué de son poste de président. Notre priorité actuelle est d’abord de régler les dettes du club pour permettre à l’équipe de bénéficier des licences de ses nouvelles recrues en vue du match face au Paradou AC samedi 18 août. Il y aura prochainement une assemblée extraordinaire des actionnaires qui prendra une décision concernant Bouhafs», a indiqué à l’APS le président du Club sportif amateur (CSA), actionnaire majoritaire au sein de la Société sportive par actions (SSPA) du CRB.

Le CRB a déclaré forfait samedi 11août au stade du 20-Août-1955 d’Alger pour la réception de l’AS Aïn M’lila lors de la 1re journée du Championnat de Ligue1.

L’arbitre du match Mustapha Bassiri a attendu les 15 minutes réglementaires avant de constater l’absence de la formation belouizdadie qui n’a pu affronter son adversaire du jour en raison du non-paiement des droits d’engagement pour le compte de la saison footballistique 2018-2019, ainsi que des frais d’assurance des joueurs.

Le détenteur de la Coupe d’Algérie 2016-2017 n’a pas présenté également à la Ligue de football professionnel (LFP) les dossiers médicaux des joueurs de l’équipe des réserves avec lesquels il devait affronter le nouveau promu.

En outre, le club de la capitale n’avait pu obtenir les licences des nouveaux joueurs engagés lors du mercato estival (raison pour laquelle il allait jouer avec les réserves), à cause des dettes cumulées au niveau de la Chambre de résolution des litiges (CRL) qui dépassent les dix millions de dinars (un milliard de centimes). Des licences qu’il a finalement obtenues mardi 14 août matin.

En conséquences, le Chabab a perdu par pénalité (3-0) son match en plus d’une défalcation de trois points dont il a écopé lundi 13 août. Outre cette sanction, le club algérois devra s’acquitter d’une amende financière de 1.000.000 dinars et sera privé aussi de la quote-part due au titre des droits de télévision pour le match en question.

Arrivé à la tête du CRB en 2016-2017 en remplacement de Réda Malek, Mohamed Bouhafs n’a jamais fait l’unanimité autour de lui et est accusé d’être à l’origine de tous les maux du club en raison de sa gestion chaotique des affaires du club, même s’il avait permis au Chabab de remporter la Coupe d’Algérie au terme de la première saison de son mandat.

R. S.

Comment (2)

    Anonyme
    17 août 2018 - 8 h 41 min

    Il faut poser la question aux « hommes » qui dirigeaient le grand CRB à l’arrivée de ce monsieur. Comment un inconnu au bataillon foot et à BELOUIZADAD, arrive à l’hôtel la veille d’un derby contre le Nahd et but en blanc, propose une prime au joueur. Qui est le plus grand fautif, est-ce ce Bouhafs arrivé d’une autre planéte ou les dirigeants de l’époque qui pour éviter de mettre la main à la poche, accepte qu’un inconnu donne une prime à leurs joueurs??????

    LALMAS
    14 août 2018 - 14 h 57 min

    regardez cette grosse tète de …….qui ose présider a la téte d’un grand cub du CRB !!
    qu’est qu’il attend cet arriviste, khobziste et escroc de bouhafs de dégager du grand CRB ??
    je ne sais pas d’où ce parvenu de bouhafs avait atterri au CRB ??
    ce charognard de bouhafs qu’il quitte le club et qu’on en parle plus de cet intrus.
    le CRB appartient aux belcourtois et aux belouizdadis et non pas aux arrivistes assoiffés de pouvoir
    bon débarras !!

    4
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.