Rituel décalé

rituel, Aïd fête
A l'impossible, nul n'est tenu. New Press

Par Akram Chorfi Une fête de chez nous n’est pas un rituel du gaspillage et de la dépense ruineuse. C’est du moins ainsi qu’elle a été conçue et qu’elle devrait se pratiquer, contrairement à la réalité qui est tout autre, le signe d’une dérive sociale où le consumérisme d’émulation l’emporte sur la retenue raisonnable des petites bourses.

On imagine bien le malaise que ressent actuellement le chef de famille qui, éprouvé certainement par les dépenses des vacances d’été, affronte les exigences de la fête du mouton, tout en continuant à penser au moment très contraignant de la rentrée scolaire qui imposera également son lot d’achats incompressibles, chaque année plus lourds financièrement que la fois précédente du fait de la dérive inflationniste.

Dès lors, revenir à l’esprit de fête tel qu’on est censé vivre celle-ci, avec ses élans de solidarité, son sens du partage, ses pensées altruistes envers ceux qui ne passeraient pas, sans notre générosité, un moment de joie familiale, serait un juste retour aux vraies valeurs et la reconnaissance d’une réalité qui semble aujourd’hui faire l’objet d’un déni, à savoir que la fête, sans le mouton, est malgré tout une fête car le sacrifice n’est nullement imposé à ceux qui n’ont pas les moyens de le pratiquer.

Comment comprendre alors ce qui est demandé, à savoir consommer un tiers, offrir un tiers à un proche et faire charité du dernier tiers ? Sinon comme l’acceptation du fait que seuls ceux qui peuvent se permettre le mouton de l’Aïd doivent consentir le sacrifice et partager le mouton avec autrui.

Et puis, comment accepter qu’une fête se transforme, le temps d’un sacrifice, en théâtre de pollution urbaine et d’insalubrité organisée au nom d’une pratique rituelle qui a ses espaces dédiés dans les abattoirs prévus à cet effet ?

En conclusion, et sans vouloir faire dans l’exégèse religieuse, il faut bien reconnaître que la réalité sociale de la pratique sacrificielle est en décalage avec l’esprit du rituel et même avec l’esprit de la fête, nos concitoyens et, néanmoins aussi coreligionnaires, tenant absolument à faire de la fête de l’Aïd El-Kebir une grande orgie de sang, de foin, de chair et de laine de mouton.

Bonne fête, tout de même.

A. C.

Comment (8)

    Hakikatoune
    18 août 2018 - 10 h 58 min

    Cher @Akram Chorfi , il sera très difficile de faire admettre à nos concitoyens algériens la nécessité et l’obligation de ne pas transformer nos espaces verts, nos placettes de villes et villages, nos rues, nos bas d’immeubles , nos cages d’escaliers en étables ou en sorte de porcherie ! Impossible ! Celui qui se met à critiquer cet état de fait est tout de suite taxé d’être contre l’islam , Dieu , le Prophète, le Coran et la Oumma !

    Chez nous en Djézédie (ouen tou tré viva l’angéré) l’Islam , Dieu , le Prophète, le Coran, attention ! pas touche , on l’interprète comme on veut. Tout ce qu’on fait est dicté par le « sacré » et donc tout est permis !! Même le pouvoir et l’État ne s’y aventure jamais, au contraire ils laissent faire ! C’est à peine si ce pouvoir fait semblant chaque année d’obliger de pôvres boulangers ou épiciers à ouvrir durant les fêtes religieuses mais pour le reste …. « Dieu reconnaîtra les siens » … (… sans le début de cette expression consacrée, bien sûr).

    5
    1
    pragmatisme
    17 août 2018 - 20 h 41 min

    moi je pense que le sacrifice du mouton a perdu son sens religieux en Algérie,je me rappelle dans les années 60 le prix du mouton varie entre 70 et 150 DA pour les plus gros contre un salaire moyen de 240 DA c.à.d le salarié moyen pouvait acheter 3 moutons et il lui resterait 30 DA de sa paie alors qu’actuellement il ne peut acheter qu’un 3/4 de mouton avec sa paie et encore à l’époque les autres frais étaient moindres par rapport à nos jours;j’en conclus que beaucoup d’Algérien achètent le mouton par suivisme à contre cœur que par conviction religieuse ce qui ressemble plus un fratricide qu’à un sacrifice.

    14
    Gatt M'digouti
    17 août 2018 - 17 h 29 min

    Moi je fais le constat suivant :
    En Algérie, application des préceptes de l’Islam ne s’appliquent qu’au petit peuple seulement.
    Ramadhan : Hausse vertigineuse des produits alimentaires
    Aid El Fitre : Même hausse pour les vêtements enfants.
    Aid el Adha : Prix du mouton inaccessible !
    Sans compter El mawloud enaboui et Achoura
    A croire que ces préceptes ne s’appliquent pas aux commerçants !
    Apparemment pour être un bon musulman il faut être immensément aisé financièrement !
    Acheter un mouton à 60 000 Da et offrir aux plus démunis les 2/3 du mouton je le veux bien mais le hic c’est que tout le monde est de plus en plus démuni, vu la destruction de l’outil industriel du pays et son remplacement par les containers et le chômage !
    Situation pareille à la caisse de retraite : Il n’y a pas assez de cotisés pour payer les retraités !

    15
    Med
    17 août 2018 - 15 h 26 min

    Les rites musulmans peuvent avoir des origines diverses, inhérentes à la santé de l’individu, d’ordre économique ou moral.
    La fête du sacrifice, d’origine abrahamique, fut à l’origine une mesure appliquée au sein de la communauté abrahamique en vue de faire « tourner » la machine économique en vogue à cette époque historique. Le moteur de l’économie était justement l’élevage et un tant soit peu l’agriculture et l’artisanat. Cette mesure, enveloppée d’une dimension spirituelle et mystérieuse – l’offre d’Abraham de son propre fils à Dieu en signe d’obéissance- avait en effet toutes les chances d’être suivie et adoptée par les humains.
    De même la consommation de viande de porc a été interdite, aussi bien dans la tradition juive que dans la tradition musulmane, pour des raisons immédiates de santé, la viande porc étant fort peu indiquée pour les conditions climatiques de cette région du monde, mais essentiellement pour des raisons économiques. Le porc, étant un animal qui consommait beaucoup d’eau, ne pouvait être adopté dans l’élevage dans ces régions désertiques.
    De nos jours, plus que jamais, la fête du sacrifice est devenue un signe manifeste du consumérisme et de la spéculation.

    18
    2
    Ch'ha
    17 août 2018 - 10 h 33 min

    Le sacrifice de l’agneau iu mouton est inscrit dans le Coran tout comme la sadaka.
    Donc ceux qui en ont les moyens comme textualisédans l’article doivent partager avec les nécessiteux.
    Rien dans le Coran ne pousse au consumérisme à l’opulence.
    Le Coran machallah est très clair et bien fait machallah.
    Je ne reviens pas sur la qualité de la viande selon l’abattage musulman etc etc confirmé et prouvé scientifiquement par les éminents professeurs de l’INRA de France.
    Donc cessez de stigmatiser.
    Cet article parle de partage et de don sakat et d’opulence excessive contraire à l’islam.

    3
    23
    Abou Stroff
    17 août 2018 - 9 h 43 min

    je pense que cette histoire de sacrifice du mouton est un vestige païen qui ne mérite aucune considération.
    en effet, il faut être complètement débile pour croire, un seul instant, que le Bon Dieu, avec son omnipotence et sa toute-puissance, attende du minus qu’est l’être humain une quelconque offrande.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune, à part le constat irréfutable que l’ignorance est la valeur la mieux partagée au sein, aussi bien de l’élite « intellectuelle » algérienne que de la populace qu’elle est censée éclairer.
    ….

    29
    3
    Vangelis
    17 août 2018 - 9 h 02 min

    Les algériens se sont ruer sur le consumérisme sans retenue ni discernement en vidant le sous sol afin de remplir leur panse. C’est ainsi que fakhamatouhoum opère par paternalisme afin de conserver son koursi et régner sur sa cour.

    En outre, lé dérive islamiste depuis les années noires ont fait que ces mêmes algériens dans leur grande majorité n’ayant pas une connaissance des principes de l’Islam en dehors des racontars faits par des illuminés et par ailleurs ayant peur de ces mêmes islamistes qui ont pignon sur rue, préfèrent dans le doute, conserver un fakhamatouhoum adepte du népotisme et plus encore potentat.

    Ainsi va la vie entre galère pour remplir la panse et galère pour remplacer un régime.

    26
    1
    Zaatar
    17 août 2018 - 7 h 38 min

    L’analyse de Monsieur Chorfi converge vers le fait que toute religion ne peut être reflété que par ses adeptes. Et cela ne saurait être différent par le passé. Il n y a que les esprits des société qui ont évolué. La religion est ainsi « matérialisée » par ses croyants. L’image d’une religion est une fonction d’une variable qu’est l’état d’esprit de ses adeptes. On en tire pas mal de conclusions en toute objectivité ainsi sans risque de se tromper.

    24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.