Mebarki : «Une quarantaine de nouveaux centres d’enseignement et de formation à la prochaine rentrée»

centres, Mohamed-Mebarki
Le réseaux national des établissements pour satisfaire la demande économique. New Press

Une quarantaine de nouveaux centres de formation sont prévus à l’ouverture à la prochaine rentrée professionnelle, attendue pour le 25 septembre prochain, a annoncé, lundi à Blida, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki.

«Ces nouvelles structures de formation vont atténuer la pression existant au niveau de nombreux centres disséminés à travers le pays», a estimé le ministre dans une déclaration à la presse, en marge d’une visite d’inspection dans la wilaya, dans le cadre des préparatifs de la prochaine rentrée professionnelle. A titre indicatif, Mebarki a cité l’ouverture attendue de trois instituts d’enseignement professionnel à Bouira, Laghouat et Blida (Bouguerra), et un Institut national spécialisé à Boufarik (Blida), inauguré, par lui, à l’occasion de cette visite.

De nouvelles spécialités de formation, fixées par les partenaires économiques dans l’objectif de couvrir les besoins de l’environnement économique en main d’œuvre qualifiée, ont été également créées à la faveur de cette nouvelle rentrée, à l’instar des techniques de vente, de l’électronique industrielle, du traitement des eaux, et de la transformation du plastique, a précisé le ministre, signalant que la nouvelle nomenclature nationale des métiers compte 23 filières économiques et 478 spécialités.

Aussi, a-t-il fait part de nombreuses incitations décidées par la tutelle au profit des établissements de formation de jeunes, et ce en vue du lancement de campagnes d’information en direction des parents afin de les informer des différentes spécialités de formation assurées par eux et des opportunités d’emploi pouvant en découler une fois leur stage fini, ceci d’autant plus qu’un taux de 50% des jeunes chômeurs «n’ont de qualifications dans aucun métier», a ajouté Mebarki.

L’opportunité a donné lieu à la signature d’une convention entre les directions respectives de la formation et de l’enseignement professionnels et du logement et de l’urbanisme, stipulant la garantie d’un stage dans les métiers du bâtiment et de l’urbanisme d’une part, et la formation de travailleurs en bâtiment dans le mode apprentissage, d’autre part.

Cette visite a permis l’inauguration, pour cette rentrée également, de l’Institut national spécialisé de Boufarik.

R. N.

Comment (4)

    guelel
    23 août 2018 - 15 h 49 min

    URGENT FORMEZ NOUS DES BOULANGERS.
    Croyez moi Monsieur le Ministre nous trouverons plus de pain dans les poubelles

    ON N’ A PAS BESOIN DE TAPISSIERS.

    Merci Mr le Ministre

    fadel
    23 août 2018 - 15 h 15 min

    la quantite c est ce serait plus intéressant d ameliorer la qualité

    MELLO
    21 août 2018 - 13 h 49 min

    Le seul commentaire qui mérite d’être soumis, c’est celui de fusionner les deux ministères : la formation professionnelle et l’education nationale. Sous une même tutelle, des passerelles existeraient,plus facilement, entre l’enseignement général et la formation professionnelle. Les centres de formation professionnelle accueilleront , naturellement, les élèves de la 9e AF qui n’arrivent pas a decrocher et le BEF et la 1e AS, ainsi que les élèves de 3e AS qui échouent au BAC pour un autre niveau professionnel.

    4
    1
    zernadji
    21 août 2018 - 12 h 34 min

    Il ne s’agit pas de diplômer et de former si c’est pour que l’occident en bénéficie !
    Lorsque celui qui ne travaille pas arrive à vivre mieux que l’employé, c’est que l’un des deux doit imiter l’autre !
    C’est ça le résultat de l’impunité et du laxisme envers la corruption…
    Si je ne risque pas grand chose alors je magouille ! et puis il y a la mecque pour se faire (arnaquer) pardonner…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.