Hadjar à l’APN : «Nous allons améliorer les prestations universitaires»

Hadjar
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar. New Press

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a réaffirmé, jeudi 13 septembre à Alger, la volonté de son département à améliorer les prestations universitaires et à pallier les lacunes enregistrées.

Intervenant à l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une séance consacrée aux questions orales, Hadjar a réitéré la volonté et l’attachement de son secteur à œuvrer à l’amélioration des prestations universitaires, en transport, hébergement et restauration, afin de permettre aux étudiants de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions.

Admettant l’existence de «certaines lacunes» en matière d’œuvres universitaires, le ministre a souligné la détermination de son département à les traiter et à les prendre en charge, faisant savoir que ses services s’attelaient à la cristallisation d’une «vision prospective participative» dans ce domaine.

Cette vision sera débattue lors d’une conférence nationale sur les œuvres universitaires avec la participation de tous les  acteurs de l’université, a précisé le ministre, mettant en avant la nécessité de la coordination entre les différents secteurs pour l’organisation de cette rencontre.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a indiqué, à ce propos, que son secteur œuvrait à la rationalisation de la gestion du dossier des œuvres universitaires, auxquelles est consacré un taux de 37% du budget global du secteur.

En réponse à une autre question sur le transport universitaire au niveau de la wilaya de Guelma, le ministre de l’Enseignement supérieur a affirmé que le secteur s’attelait à réunir le plus grand nombre de bus pour le transport des étudiants dans cette wilaya qui dispose, a-t-il rappelé, de «capacités importantes en matière d’hébergement dépassant les 10 000 lits, alors que le nombre des résidents dans les cités universitaires s’élève à quelque 6 000 étudiants».

R. N.

Comment (13)

    Anonyme
    14 septembre 2018 - 17 h 45 min

    En Algérie, malheureusement, le militantisme partisan (FLN, RND), l’incompétence aux moeurs corrompues
    Supplantent la compétence, le savoir faire, l’intelligence, et la création,
    C’est dommage, pour notre pays durement éprouvé ?!,…

    Abou Stroff
    14 septembre 2018 - 17 h 08 min

    moua, tout ce que je retiens des histoires des prestations universitaires est que les transporteurs d’étudiants ne peuvent devenir transporteur qu’en payant la koumisiou à qui de droit. d’ailleurs, il suffit d’observer la fortune d’un certain tahkout pour rêver jour et nuit d’être dans les bonnes grâces de ceux qui lui ont permis (moyennant kounissiou) de devenir transporteur.

    Anonyme
    14 septembre 2018 - 14 h 06 min

    La gestion des oeuvres universitaires, et de l’université est gangrenée, par des incompétents notoires,
    Des indus (étrangers à l’université, et leurs interventions dans ses affaires) , des corrompus (qui remportent les marchés, et d’autres qui envoient les « cadeaux, et quels cadeaux ?!?… », au ministère à Alger,
    Pour se maintenir à leurs postes de responsabilités, dans des universités en faillite morale,et culturelle
    En utilisant les cartes de militants des deux partis affairistes, les plus corrompus, et les plus
    Démagogiques-populistes, en Algérie, le FLN, et le RND , sources des malheurs, de la faillite,
    Et de la déchéance de la pauvre Algérie

    MALIK
    14 septembre 2018 - 0 h 36 min

    dégage ! il faut scanner ton bac et le publier ! aucune dignité !
    YA M. Ouyahya ayez pitié de l’université yarhamwèldikoum.
    sa tactique : il fait des assemblées nationales pour noyer le problème.
    c’est des voleurs et il place à la tête d’un maximum d’universités ceux qui volent avec lui ! hey hey ! faqou moundou les années de ton règne comme rictsour.

      Anonyme
      14 septembre 2018 - 15 h 05 min

      « il faut scanner ton bac et le publier… » Il est ministre de l’enseignement supérieur,il peut falsifier des bacs dans toutes les filières à son nom avec la mention « excellent »

    Anonyme
    13 septembre 2018 - 20 h 35 min

    Hadjar « ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ». Jamais dans toute l’histoire de l’Algérie de Juba 1er jusqu’à nos jours nous ne sommes tombé si bas

    Nour
    13 septembre 2018 - 19 h 34 min

    Et la qualite de l’enseignement ca vous parle ?!

    6
    1
    Anonyme
    13 septembre 2018 - 19 h 18 min

    Les prestations des oeuvres universitaires sont gérées par des barons, et des corrompus
    Qui se sont enrichis sur les budgets alloués par l’état aux universités
    La complicité des responsables des universités, et des centres universitaires avait aggravé
    La dilapidation des fonds publiques, les gaspillages divers, et de toute nature, et la mauvaise gestion
    Dans les mauvais projets sans rentabilité, sans rendement, et sans impacts sur la qualité à l’université

    8
    1
    Anonyme
    13 septembre 2018 - 19 h 02 min

    «Nous allons améliorer les prestations universitaires» pourquoi en faire puisque nos universités sont les meilleures au monde et on a que faire des prix Nobel que nous allons remplacer par le prix Hadjar.

    10
    2
    Slam
    13 septembre 2018 - 16 h 15 min

    Bravo Mr le Ministre, occupez vous de l’intendance et de la logistique et laissez la Science aux scientifiques. Vos qualités manuelles sont sûrement appréciées en haut lieu. Réparer les lits cassés et les compter à chaque rentrée, nettoyer un peu les cuisines, acheter un peu de viande chez El Bouchi pour garnir les plateaux repas et surtout aggrandir les salles de prière dans les campus !

    12
    6
    Vangelis
    13 septembre 2018 - 14 h 59 min

    C’est quoi déjà son poste ? A oui, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

    Ce monsieur parle de bouffe, de transport et de lits mais ne parle pas de ce pourquoi il en a la charge. L’université est parmi les deniers des classements mondiaux et au lieu d’améliorer ce dernier par des enseignements de qualité et des dotations à la recherche, comme tous ses collègues ne parlent de de panse et de cités dortoirs.

    Quelle misère !

     » Quel fléau que la richesse unie à l’ignorance !  » Euripide

    15
    6
    Kahina-DZ
    13 septembre 2018 - 14 h 58 min

    .
    OUI, l’Algérie doit améliorer les prestations universitaires…Mais sans vous.
    Il nous faut un compétent qui sait donner à l’université la place qu’elle mérite dans le développement de l’Algérie.
    NON À LA STÉRILITÉ UNIVERSITAIRE

    12
    5
    Anti khafafich
    13 septembre 2018 - 14 h 15 min

    Aucune dignité! A sa place même un ministre du fin fond de l Afrique aurait démissionné suite aux commentaires des algériens à son égard, mais lui il continue sans vergogne, akhkhkkh

    17
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.