Education : règlement de 67% des préoccupations soulevées par le partenaire social

La ministre de l’Education,
Mme Benghabrit a mis en avant les vertus de la concertation et du dialogue. D. R.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a fait savoir, samedi à Alger, que 67% des préoccupations soulevées par le partenaire social ont été réglées et que 11% sont en cours de traitement, insistant sur l’importance de la concertation.

Invitée au forum du quotidien El Moudjahid, la ministre a précisé que «sur 259 préoccupations soulevées par les syndicats, 67% ont été réglées et 11% sont en cours de règlement», affirmant «qu’il est temps de passer de la logique de protestation à la logique de concertation», car, a-t-elle ajouté, «l’école a besoin de stabilité pour aboutir à un enseignement de qualité».

Précisant que les préoccupations relatives aux statuts du personnel de l’Education représentent 16% et que 36% sont d’ordre général, la première responsable du secteur a indiqué que 21% des problèmes posés ne relèvent pas des prérogatives du ministère de l’Education nationale.

Par ailleurs, la ministre a fait savoir que sa relation avec les partenaires sociaux était «basée sur la transparence et le dialogue», puisqu’ils ont été associés à toutes les commissions, estimant que cette année scolaire sera «stable» car tous les dossiers ont été pris en charge.

S’agissant de la grève des intendants coïncidant avec la rentrée scolaire, la ministre a déclaré que l’écho de cette protestation «était faible et n’avait pas impacté le fonctionnement des établissements éducatifs». Abordant les résultats de sa rencontre, lundi dernier, avec dix syndicats et deux associations de parents d’élèves, Mme Benghabrit a cité la prorogation du mandat du Comité national des œuvres sociales afin de permettre aux syndicats d’aboutir à un consensus autour du mode d’élection. La ministre n’a pas écarté, à ce propos, la possibilité de consulter le personnel de l’éducation sur la méthode de gestion des œuvres sociales.

Par ailleurs, la ministre a indiqué que les résultats de la réunion relative aux examens de fin de cycle primaire et secondaire seront présentés en octobre prochain, relevant, à ce titre, que certains partenaires sociaux avaient demandé la réouverture du dossier de l’enseignement secondaire. Affirmant que l’introduction de nouvelles langues étrangères dans le cycle primaire n’était «pas à l’ordre du jour», la ministre a rappelé que l’anglais était enseigné, en tant que deuxième langue, à partir de la première année moyenne.

S’agissant du phénomène de cours particuliers, Mme Benghabrit a affirmé que son département s’attelait à former les enseignants et à tracer une méthodologie de prise en charge des élèves, assurant, dans ce sens, que les cours particuliers dispensés aux élèves du cycle primaire avaient «un impact négatif sur leur personnalité.

Interrogée sur le cas de parents ayant refusé que leurs enfants rejoignent les bancs de l’école en raison de la détérioration de certains établissements éducatifs à Tizi-Ouzou, la ministre a tenu à rappeler qu’il «existe des lois qui protègent l’enfance et que l’enseignement est obligatoire en Algérie». Les parents qui refusent que leurs enfants rejoignent les bancs de l’école doivent être «poursuivis en justice», a estimé Mme Benghabrit.

R. N.

Comment (16)

    Alerte
    16 septembre 2018 - 22 h 03 min

    Des dizaines d’écoles ont été fermées depuis qu’elle est arrivée principalement dans les régions de l’est sous prétexte qu’ils n’y avaient pas pas assez d’élèves, elles a proposé aux parents d’envoyer leurs enfants dans les écoles les plus proches or les plus proches se trouvent parfois a plus de 10 kilomètres sans leur offrir un moyen de transport.
    C’est un crime contre les générations futures.

    Un arabophobe en vu !
    16 septembre 2018 - 19 h 50 min

    Ya des non Algériens qui ce font à titre de manipulation un trip sur l’arabisation lol heureusement que tu ne vis pas en Algérie lol On aura tout vu sur ce site !!

    1
    2
    lol
    16 septembre 2018 - 12 h 29 min

    A la Franc maconnerie que du bonnheur lol

    2
    2
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 9 h 28 min

    L’arabe n’a jamais étè ma langue ni le serait jamais. Vous nous aurez pas par lassitude. Votre colonialisme a trop duré.

    3
    4
    BASTA
    16 septembre 2018 - 7 h 08 min

    DÉGAGE TOI ET TOUS CES SYNDICATS
    ELLE COMMENCE A NOUS TAPER SUR LES NERFS ELLE N’EST LA QUE POUR A LONGUEUR D’ANNÉE A TENIR DES RÉUNIONS AVEC CES SYNDICATS VOYOUS
    VOTRE CIRQUE N’A QUE TROP DURER

    6
    1
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 6 h 31 min

    il faut voir dans quel état se trouvent les écoles c est vraiment une honte elle s en fout elle a surement mis ses momes à l étranger

    MELLO
    16 septembre 2018 - 5 h 59 min

    Les parents seront poursuivis en justice s’ils n’envoient pas leurs enfants dans une porcherie, avec comme chaises des briques de parping et comme craie de la bouse de vache, tout en se couvrant de parapluie puisque les toits et plafonds n’existent pas, sans oublier la fosse commune servant de sanitaire. Voila l’école moderne de Mme la ministre. Nous sommes en 2018 , mon école de 1965 est dix milles fois meilleur. Doit on sacrifier ces chérubins pour faire plaisir aux lois de la republique ? Pourtant ces lois sont très claires, elles imposent une salle de classe bien propre, des tables et chaises conformes aux exigences normatives, un radiateur ou chauffage adéquat , une cour sans danger et des sanitaires propres. Alors, c’est a vous , Madame d’être poursuivie en justice.

    predator
    15 septembre 2018 - 22 h 58 min

    « qu’il «existe des lois qui protègent l’enfance et que l’enseignement est obligatoire en Algérie» »

    Depuis quand existent ces lois dans ce pays?

    PREDATOR
    15 septembre 2018 - 22 h 56 min

    On dirait une intendante
    Depuis qu’elle à ce poste elle ne s’occupe que du « social » au lieu de s’occuper à l’école qui est sinistrée où le niveau ne cesse de dégringoler

    Anonyme
    15 septembre 2018 - 21 h 28 min

    L’ arabisation est un acte barbare! Un crime identitaire.

    11
    6
      PREDATOR
      15 septembre 2018 - 22 h 52 min

      On v étudier avec ton dialecte pour décrocher la lune

      6
      7
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 7 h 35 min

        Mon dialecte est légitimé par l’histoire plusieurs fois millennaires! …

        8
        4
          PREDATOR
          16 septembre 2018 - 8 h 13 min

          légitimé par ta tribu

          5
          10
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 18 h 33 min

        L’arabisation est issue du coup d’Etat des agents du caire. D’une immoralité ne peut naitre de valeurs positives, on a donc pas à subir votre chimèrique monde arabe ni langue bedouine

        2
        1
          PREDATOR
          16 septembre 2018 - 19 h 59 min

          Vas y aboie encore
          On est dans notre pays et si tu es radjel viens nous déloger

          3
          3
          Anonyme
          17 septembre 2018 - 9 h 16 min

          Pas d’Etat arabe. Quand on vit dans un autre pays on adopte ses coutumes sa langue et on cherit son peuple. Vous colons sans culottes voudriez imposer votre chimere de subculture comme identité de rechange. Je ne te chasse pas, mais tu imposera pas ton arabisme au peuple plusieurs fois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.