Sidi-Saïd : «L’UGTA compte près de 3 millions d’adhérents»

sidi UGTA
Abdelmadjid Sidi-Saïd, patron de l'UGTA. New Press

L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) compte près de 3 millions d’adhérents au mois de septembre, a annoncé, dimanche à Alger, le secrétaire général de la centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd. «Nous avons enregistré jusqu’au mois de septembre 2,9 millions adhérents au sein de notre organisation syndicale», s’est-il réjoui devant les responsable syndicaux, lors d’une réunion de la direction de l’UGTA et de ses différentes instances.

Il a appelé dans ce sillage «à préserver la démocratie et la lutte syndicale car elles représentent la base de tout le travail pour avoir ses droits», même si, a-t-il reconnu, «les travailleurs rencontraient parfois des difficultés». Pour lui, la réussite de l’action syndicale justement revenait à respecter le parcours militant, le dévouement et l’abnégation en tranchant l’élection des syndicalistes par les urnes en toute démocratie, relevant que «le népotisme, le favoritisme et les passe-droits doivent être bannis».

Evoquant l’histoire de l’UGTA, qui puise ses racines dans le mouvement national, il a assuré que cette dernière avait, depuis sa création même, la double vocation : la défense des intérêts des travailleurs et les intérêts suprêmes de la nation. Concernant l’institut national des études de la recherche syndicale (INERS) d’El-Achour, le premier responsable de l’UGTA a indiqué que celui-ci avait permis de former durant les dix dernières années 200 000 syndicalistes dont 45% consacrés à la formation de la femme travailleuse. Ces éléments ont permis à l’UGTA d’être à l’avant-poste dans les différentes luttes syndicales et d’être présente au front social et dans la société civile, en faisant prévaloir le dialogue et la concertation pour arracher les acquis des travailleurs, dira-t-il.

Par ailleurs, les dirigeants de l’UGTA ont adopté à l’unanimité une motion spéciale pour la création du «front populaire», en soutenant «la poursuite de l’œuvre du moudjahid Abdelaziz Bouteflika qui a généré, et générera encore, des avancées majeures qu’elles soient économiques, sociales, démocratiques ou républicaines». L’UGTA «se déclare mobilisée autour de l’appel du président de la République à construire ‘’le Front populaire solide’’ pour contrecarrer autant toutes les manœuvres politiciennes et tentatives de déstabilisation de nos rangs par des interprétations erronées ou en opposition aux préceptes de notre religion que pour faire face de façon déterminée à tous les fléaux, et en premier lieu la corruption et la drogue», peut-on lire dans la motion spéciale.

Il a mis à l’index, dans ce sillage, ceux qui veulent semer «la zizanie» dans les rangs de l’UGTA, en s’attaquant en premier à sa personne, en le donnant comme partant et retraitable, relevant n’avoir rien à cacher sur sa maladie, un cancer qu’il soigne actuellement. «Ils disent que je suis retraitable, partant et malade. Oui, je suis malade et ce n’est pas une honte, j’ai un cancer que je soigne», a-t-il dit.

Citant les réalisations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, notamment la réconciliation nationale, le paiement par anticipation de la dette extérieure, l’officialisation de tamazight et la consécration de Yennayar comme fête nationale, Sidi-Saïd a indiqué qu’elles avaient permis à l’Algérie d’être dans sa phase de paix et de stabilité.

R. N.

Comment (15)

    Gatt M'digouti
    17 septembre 2018 - 17 h 21 min

    Trois millions d’adhérents actifs pour trois millions de retraités, voila votre politique de soutien au patronat et aux containers ! Normalement pour 3 millions de retraités vous devriez avoir au moins 12 Millions d’adhérents qui relanceront l’économie et l’industrie et cotiser pour la caisse de retraite ! Maintenant vous pouvez vous retirer avec le sentiment du devoir accompli, à savoir trahi les travailleur et vous pouvez aller gouter aux fruits de votre retraite …..dorée !
    Retraite en Espagne ? il parait que l’air la bas est bon pour les malades !

    DYHIA-DZ
    17 septembre 2018 - 13 h 58 min

    Je crois aussi que c’est l’opération  » sauve qui peut ».
    Une façon à Sidhoum Said de sortir sans un coup de pied.

    LOUCIF
    17 septembre 2018 - 13 h 28 min

    Alalala !!! Ya el khaoua, je viens d’apprendre que lors de la réunion de l’état-major de l’UGTA, qui s’est tenu hier à El Achour (Alger) , Sidi Saïd qui a présidé la séance a démenti vouloir partir ! Il a même crié haut et fort son soutien au président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat présidentiel. Efhème oula keta3h houaeudjek (traduction : comprends ou déchire tes habits) !!

    1
    2
    Zaatar
    17 septembre 2018 - 13 h 18 min

    Maintenant que l’UGTA est à plat, que les caisses de retraite et de sécurité maladie sont à problèmes, eh bien il s’en va. Il a fait son boulot. Démerdez vous semble t’il dire à tout le monde. Moi j’ai ma ration et celle de mes enfants et la suite… à vous ce qui reste.

    1
    1
    Anonyme
    17 septembre 2018 - 12 h 19 min

    en réalité il y a 6 millions, pas 3 millions de cartes d adhérant comptabilisées mais pas déclarées. vous savez compter ?,,,et avec l épuration qui galope,c est du sauve qui peut ,chacun pour soi, normal qu il tombe malade du coté porte monnaie!! je me trompe peut être, va savoir…

    Anonyme
    17 septembre 2018 - 10 h 34 min

    c est des propos de l hère brejnevienne ! si ce chyatt avait réellement 3millions d adhérents , il serait président de la république sans concurrent ! l UGTA est devenue une coquille vide elle est la cause avec ce spécimen de la disparition et la faillite des milliers d entreprises ! ouyahia, haddad et sidi said se sont mis d accord pour mettre l Algérie a genou . il a le cancer et il veut rester encore comme fakhamtouhou ! la folie du koursi hbel comme on le dit chez nous !bon débarras et la dissolution est impérative de cette instrument maudit du systeme qu est l UGTA !

    4
    1
    Anonyme
    17 septembre 2018 - 9 h 31 min

    reste 2 999 999 adhérents ça va tout n est perdu

    2
    1
    Kahina-DZ
    16 septembre 2018 - 22 h 38 min

    3 millions de figurants…
    Sidi-Said glorifie le nombre et non pas l’efficacité et les bilans.
    Il est temps de faire le contraire… Glorifier les bilans et l’efficacité

    9
    2
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 22 h 14 min

    Sidi-Saïd : «L’UGTA compte près de 3 millions d’adhérents»
    Est ce que ces 3 millions d’adhérents sont de vrais adhérents, où seulement 3 millions….. de cartes ?
    Comme les bulletins de vote qu’on les piétine, par désintéressement électoral total, et qu’on les décompte
    Comme « participants au vote »
    L’UGTA, l’antichambre du système bourgeois, s’est rangée du coté du FCE,
    Et du coté de la bourgeoisie naissante, illégalement- injustement riche,incompétente-parasitaire, Impopulaire en abandonnant son prolétariat
    qu’il l’a fait naitre, par opportunisme politique, par conjoncture des rapports de forces, …et par ingratitude?!

    8
    2
    bedraham
    16 septembre 2018 - 20 h 09 min

    effectivement l’UGTA comptait a la mort de Ben Hamouda 3 millions d’adherents, mais depuis ta succession a ce jour il ne reste que toi et 300 000 adherents dont 290 000 totalement opposes a ta politique qui a ruiner le syndicalisme et la transformer helas en une institution de l’etat aux ordres du gouvernement, heureusement que tout a une fin, Rabi yechfik mais les syndicalistes ne te pardonnerons pas la mise a genoux de l’UGTA.

    7
    1
    Aile brisée
    16 septembre 2018 - 19 h 44 min

    je n’ose même pas commenter tellement il me donne des nausées

    10
    1
    Tredouane
    16 septembre 2018 - 19 h 37 min

    Excusez moi je délire,trois millions d’adhérents,non monsieur vous n’avez pas trois millions d’adhérents sur terrain,l’U.G.T.A étais un symbole révolutionnaire hélas aujourd’hui qu’en es t il ?,un outil avec le quel on fait des affaires ? des affaires ici et la bas ? ou autre part? excuse moi je délire ,mais je suis pour une épuration de centrale syndicale et un pluralisme syndicale aussi.
    que les syndicalistes intégré et honnête dans la centrale syndicale et/ou excluent et/ou encor en marge ne se sente pas visés.

    12
    1
    Zaatar
    16 septembre 2018 - 18 h 05 min

    Trois millions de sangsues qui profitent des richesses du pays planqués sur un hamac à se dorer au soleil à longueur d’années. A s’acheter des appartements à Séville, valence, Palma, Paris et autres en Amérique et à Dubaï. Trois millions de vendus agrippés aux basques du pouvoir en thuriféraires affirmés et toujours affamés sans jamais laisser la moindre miette. Trois Millions de trublions ayant massacré toutes les industries du pays à leur naissance et certaines avant même qu’elles naissent. Trois Millions de suceurs de sève de notre patrie ayant confisqués toutes les caisses de cotisations des travailleurs les rendant leurs au bénéfice de leur personne et de leurs proches… .

    14
    1
    lhadi
    16 septembre 2018 - 17 h 59 min

    Le syndicalisme d’encadrement est un élément du système algérien. Ce qui le caractérise, par rapport au syndicalisme libéral, ce sont les liens étroits avec le pouvoir politique.

    Le syndicalisme libéral est indépendant de l’Etat et du patronat, tandis que le syndicalisme d’encadrement, au contraire, bénéficie d’emblée d’un statut officiel et du monopole de l’organisation professionnelle afin de remplir les taches que lui fixe l’Etat.

    L’U.G.T.A est un organe de participation à l’intérieur de l’appareil étatique. Cette centrale syndicale se caractérise en terme d’agent d’une politique économique centralisée.

    Comment devons nous affronter, avec ambition, ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste ? Comment faire pour relever le défi de la mondialisation si le système politique algérien perdure dans sa moulure idéologique du siècle dernier ?

    Il importe que le système politique algérien s’affranchisse de tout dogme idéologique et de saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités qu’offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru aussi ouvert, prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    6
    3
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 17 h 27 min

    3 millions de larbins, de corrompus, de vendus comme lui qui ont ruiné le peuple en pillant la rente pétrolière. La corruption gangrène la société algérienne à cause de ces voleurs qui sont au pouvoirs depuis l’indépendance de l’Algérie.

    17
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.