Mohamed Aïssa : «Le niqab n’a pas sa place à l’école»

Mohamed Aissa
Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa. D. R.

Par Hani Abdi Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, assure que le gel du renouvellement des associations religieuses vise à faire échouer les tentatives d’éléments subversifs d’accaparer la gestion des mosquées.

S’exprimant dimanche 16 septembre sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, le ministre des Affaires religieuses a longuement parlé des courants et des rites religieux venus d’ailleurs qui portent atteinte au référent national et qui pervertissent le vrai visage de l’islam.

Mohamed Aïssa évoque le wahabbisme et ses déclinaisons ainsi que d’autres courants qui sèment les germes de la fitna et qui favorisent la haine et la violence.

Il affirme que l’Algérie possède «un héritage civilisationnel, basé sur le juste milieu et la modération, celui de Médine à l’époque du Prophète Mohamed et de ses compagnons». «Nous menons une bataille sur tous les fronts afin de contrer ces dérives venant d’individus cultivant  l’extrémisme et la radicalisation».

Selon lui, des efforts ont été faits par son département pour protéger les espaces religieux de ces courants extrémistes. Cela à travers notamment l’assainissement des centres de formations des imams et des mosquées. Il y a aussi le renforcement du contrôle des lieux de prières.

Mohamed Aïssa affirme que l’imam doit impérativement être modéré et cultivant le vivre ensemble et bannissant «les discours de haine et de stigmatisation».

Il assure que son département ne badine pas avec ces principes et tout imam qui sortira de «ce juste milieu» sera sévèrement sanctionné.

Le ministre des Affaires religieuses estime ainsi inacceptable les prêches contre les femmes et assure que son département travaille d’arrache-pied avec d’autres départements ministériels, notamment celui des télécommunications, afin de contrer ces radicaux sur internet qui nuisent au référent religieux national et poussent à la radicalisation.

Il s’agit de phénomènes «étrangers aux traditions religieuses algériennes et au discours rétrograde, ignorant et extrémiste».

Interrogé sur la décision de la ministre de l’Education d’interdire certains habits religieux couvrant totalement le visage des établissements scolaires, Mohamed Aïssa dit applaudir des deux mains une telle décision. Car il s’agit là d’habits étrangers à nos traditions et à notre culture.

«Le niqab n’a pas sa place à l’école», souligne Mohamed Aïssa.

Il dénonce en outre «des programmes de réislamisation de l’Algérie en installant des rites étrangers à celui que nous avons hérité, au point de faire émerger de maintes sectes et autres tendances islamo-politiques qui ont voulu s’installer en Algérie».

H. A.

Comment (54)

    Anonyme
    17 septembre 2018 - 22 h 46 min

    Hėė zoro !!
     Yo ti signale que les bonnes soeur ne se font pas exploser comme tes soeurs kamikaz  , tou  vas compare mere teresa a ta oumou soheib el firenci . ..ti deconne hein ?

    salim31
    17 septembre 2018 - 22 h 41 min

    Non le nikab n est pas un habillement normal ,  le nikab tel qu il porte
    aujoud hui a vu le  jour en  syrie  plus precis à rakaa et der-ezzour les capitales de daech ou le nikab est
    l uniforme officiel des femmes des combattants de  daech   il s est ensuite  propage  dans le monde musulman , donc le nikab est ne a rakaa et porte les memes  ideaux  de rakaa  _ 
    nous voulons pas que daech  habille  notre societe ; nous avons nos propres habillement  tradirionnel ou civilise et nous faite pas ke coup de la mini jupe pour nous complexe il ya des limites a tout  ;
     les femmes algerienne instruites et bonnes famille n ont pas de lecon a recevoir en matiere d habillement

    Identique
    17 septembre 2018 - 17 h 20 min

    Pourquoi ne pas laisser les gens s’habiller comme ils le souhaitent du moment que ca soit déscent,
    Je ne pense pas que ca soit une question de religion n’en déplaise a certain qui voit en ce genre d’articles l’occasion de deverser leurs haine refoulée.

    Musulman ou non mussulman, je suis pour le vivre ensemble

    1
    3
    Vroum Vroum 😤
    17 septembre 2018 - 16 h 30 min

    @Annonyme 18h17…je crois que le Coran te déplait gravement et par médisance tu sort les versets de leurs contexte..de la sorte a deformer le Coran..quand on ne sait pas on parle cuisine ou Foot Ball…parle nous du Talmud !!..tu rougis !!..Le Coran n’a jamais appeler à la guerre ni au massacres ni à forcer les gens croire…mais dans certains cas il appel à se défendre contre les agressions ou attaque des Hypocrites…Le Coran n’appelle pas à la haine espèce de menteur !..au contraire :  » Pas de contrainte en Religion « ..ect ! ..Donc cher Annonyme parle bien ou tais toi .. ton ignorance te perdra.

    2
    3
    Vroum Vroum 😤
    17 septembre 2018 - 14 h 34 min

    La Secte pseudo Salafistes mais Wahabites se compose en trois partie..une Scientifique intelectuelle, une Islamo Politique et une Djihadiste..ils ont tous la même Croyance Antropomorphiste extrémiste…Les Wahabites (Ikhwans) ont de tout les temps attaqués les musulmans et mis à l’abris les Ennemis de l’islam …Les Pseudos Salafistes Mais Wahabites se disent le Groupe Sauvé qui ira au paradis et tout Musulman refusant leur Croyance est Appostat et ira en Enfer . .Nikab et Kamis crânes rasés moustaches rasés longue Barbe et Pantacourt sont leur tenues réglementaires ( Sounna selon leur croyance) .

    Anonyme
    17 septembre 2018 - 6 h 42 min

    L’arabisation/islamisation forcennée de la société servent à cacher la pauvreté fruit de l’injuste répartition des richesses. Le hidjab est le premier pas vers le nikab comme l’islam dit modéré est la marche utile vers l’Etat islamique des fouets. La republiquette islamique en cravatte n’est pas mieux que celle en gandoura. …

    19
    7
    c'est tout
    17 septembre 2018 - 0 h 20 min

    l’Algérie est musulmane  » thebou ouala takerhou »
    PS/ Dezou maahoum
    je me suis cru sur un journal français xénophobe à voir tous ces commentaires pro syadkoum

    6
    44
      Si Khouna
      17 septembre 2018 - 9 h 44 min

      l’Algérie sur le papier d’accord. Mais pour le reste, les individus, la religion n’est pas obigatoire.
      Pour « syadkoum », le disque est rayé. Allez plutot vous faire osculter chez belahmar car le virus wahabite est dans votre sang.

      18
      5
      Anonyme
      17 septembre 2018 - 9 h 48 min

      svp laisse la religion et l islam en dehors de tout ca .

      6
      8
      Anonyme
      17 septembre 2018 - 10 h 13 min

      C est toi qui devrait réfléchir,on ne peut pas décréter la foi d un individu même si tu le tortures…
      tu ne sauras jamais qu elle est sa vraie croyance même s il se déguise en Kamis et Djelbab…
      Toi même on ne sait pas si tu es un vrai croyant ou si on t y a obligé….

      9
      2
    salim31
    16 septembre 2018 - 22 h 12 min

    C est meme pas la peine de classe ces pratiques dans la religion encore moins islamique parceque les religions sont une philosophie  spiritualite alors que ses acoutrement nikab- barbekamis -ne  sont qu ‘un habillage d’ automates ou  de robots moches de 1er generation  qui fontionne au systeme binaire halal haram , normalement leur cas depend plus du ministere de la recherche scientifique _la femme a chute de status de femme au status de femelle dans l echelle de l evolution humaine , sous l oeil degoute des societes et civilisations moderne ;
     _tout ca parce l islam n ‘a rien changer aux  koreichs qui enterrer deja leur femmes vivante  ils sont restes toujours koreichs mais avec  la fetwa pour la bonne consience en plus .

    28
    6
    HOUMTY
    16 septembre 2018 - 19 h 58 min

    SALAM KHAWA…… @ Le Français… Tout a fait Mr, ça s’appelle le haïck, ma mére ( ALLAH Yarhamha ) en porté un. Je rejoins a 100/100 les écrits de @Anonyme 16/09/18 a 17h52 le niquab n’a pas ça place en ALGERIE….un point c’est tout. VIVE LA MÉRE PATRIE L’ALGERIE ET SONT A.N.P

    90
    6
    Aile brisée
    16 septembre 2018 - 19 h 54 min

    qu’il s’occupe de ses imams trabendistes

    9
    54
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 18 h 48 min

    Je ne suis pas pour le nikab et je le dis je dis aussi parlez nous de la jupe de la mini jupe et des soeurs catholiques qui vous ont donne des cours.
    Signé ZORO. …Z….

    11
    40
      Apache
      17 septembre 2018 - 9 h 52 min

      Celles qui portaient les jupes, les mini jupes et les soeurs catholiques étaient beaucoup plus agréables à regarder que celles portant ces niqabs de malheur et qui balaient toute la saleté du sol en marchant. Elles ressemblent à des corbeaux et devraient être placées dans des champs de maïs pour effrayer et éloigner les oiseaux.

      18
      3
        ZORO
        17 septembre 2018 - 15 h 59 min

        Les soeurs catholiques etaient agreables et je les respecte ,je sais que dans les cours quelles vous donnaient ,la jupe et la mini jupe n etaient pas conseillées à faire porter a vos femmes et a vos filles. Qui vous a donc instruit à defendre de telles tentations n etait ce Satan et ces adeptes parmi vous!!!

    Abou langi
    16 septembre 2018 - 18 h 37 min

    Ya Misyou le Ministre,

    Kiskici l’école ? Et comment le niqab aurait-il sa place partout sauf à l’ikoul ? Vous trouvez normal qu’on ait tous des kardintiti biométriques bessif avec groupe sanguin à l’appui , mais que des Six-toyènes avancent masquées publiquement alors que nous autres nous sommes obligés de montrer pattes blanches et nos tarins à tout le monde, bessah : le niqab n’aurait pas sa place à l’école.

    Ayez le courage de l’interdire partout : à pied , à cheval, en voiture , ipicitou !

    Ipi kheliwna m’les « traditions religieuses algériennes » ! Mwa janimar qu’on m’interpelle par là!

    33
    9
      Aile brisée
      16 septembre 2018 - 22 h 26 min

      il faut aussi interdire les pantalons les mini jup contraires à nos traditions vestimentaires et importées à l’ancien colonisateur
      n’est – ce pas?

      7
      35
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 18 h 17 min

    « …le juste milieu et la modération, celui de Médine à l’époque du Prophète Mohamed et de ses compagnons».
    Au contraire c’est à la Mecque que l’islam était tolérant. Parce qu’à la Mecque là où Mohamed a commencé sa nouvelle religion dans l’année 610 après J.C, il n’était pas encore fort. Pour être accepté par tous les gens, il a présenté une image de l’Islam de paix et d’amour influencé par des chrétiens nestorien comme Waraqa bnou nouffel cousin de Khadidja et le prêtre Bouhayra en évitant toute mention de violence et voici quelques citations du Coran de cette première étape :
    On a dit que Mohamed a été patient avec ses adversaires dans la Sourate Al Muzzammil (73:10) : « Et endure ce qu’ils disent ; et écarte-toi d’eux d’une façon convenable’ (avec dignité) ».Après le déplacement de Mohamed à la ville de Médine dans l’année 622 après J.-C. et que ses disciples avaient grandi par la force et le nombre, il est devenu un guerrier impitoyable avec l’intention de répandre sa religion par l’épée. C’est à l’époque médinoise que les versets les plus violents ont été « révélés » et c’est le message qui existe encore maintenant. Voici quelques évidences du Coran de cette étape : Le verset dit de l’épée (Sourate At Tawba/V5) qui a abrogé (nassakha) 124 versets de la tolérance de la période mecquoise et le verset 29 S9,ainsi que Le verset 4 (ou 4-5) de la sourate 47 « verset du jihad » : il abroge tous les versets
    Appelant à la paix. Le prophète a prétendu que Dieu lui a dit de tuer ses adversaires dans la Surah Al Baqarah (2:191) : « Et tuez les où que vous les rencontriez…

    9
    16
      PREDATOR
      16 septembre 2018 - 20 h 11 min

      laanet Allah alik
      Voilà que vous vous prenez au prophète
      Regarde ce qu’ont dit les grands de ce monde à propos du prophète:
      « Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens et l’immensité des résultats sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Muhammad »                                                                                          LAMARTINE « Le Prophète Muhammad »

      «Muhammad est réellement un personnage historique… Muhammad nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine. Ses affections étaient sincères, son caractère, en général, porte à la bienveillance»
                        Ernest RENAN (Ecrivain) – Etudes d’histoires religieuses

      «S’il faut juger de la valeur des hommes par la grandeur des œuvres qu’ils ont fondées, nous pouvons dire que Muhammad fut un des plus grands hommes qu’ait connus l’histoire.Des préjugés religieux ont empêché bien des historiens de reconnaître l’importance de son œuvre.»
           Gustave Le Bon (1884) La civilisation des Arabes.
       
      Merci de publier ces gens veulent porter atteinte au prophète (SAAWS)

      23
      9
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 21 h 27 min

        Supposons que ces auteurs ont bien déclaré ce que tu as écris bien que les propagandistes islamistes font des miracles en faisant dire aux célébrités ce qu’ils n’ont pas dit. Ces auteurs ne connaissent pas la vraie nature de l’islam qui ordonne le combat contre l’humanité toute entière jusqu’à ce que celle-ci reconnaisse l’Islam.Et son fondateur le dit clairement :
        « Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’il déclarent qu’il n’y a d’autres divinités qu’Allah et que Mohamed est Son Messager, qu’ils accomplissent la prière et s’acquittent de la Zakât (aumône obligatoire). S’ils s’y conforment, ils préserveront de moi leur vie et leurs biens, sauf infraction punie par l’Islam. Il appartient ensuite à Dieu de les juger. » [ Sahih Al Boukhârî (cf. hadith n°25, 2946, 6924, 392, 1399, 7284) ; Sahih Mouslim (cf. hadith n°20, 21, 22]
        أمرت أن أقاتل الناس حتى يشهدوا أن لا إله إلا الله وأن محمدا رسول الله ، ويقيموا الصلاة ، ويؤتوا الزكاة ، فإذا فعلوا ذلك عصموا مني دماءهم وأموالهم إلا بحق الإسلام ، وحسابهم على الله

        7
        8
          PREDATOR
          16 septembre 2018 - 23 h 47 min

          Anonyme
          16 septembre 2018 – 21 h 27 min
          Supposons que ces auteurs ont bien déclaré ce que tu as écris bien que les propagandistes islamistes font des miracles en faisant dire aux célébrités ce qu’ils n’ont pas dit

          Ce n’est pas des suppositions tu n’as qu’à voir les références
          Votre haine vous rend aveugle
          Ne mélange pas entre ces islamistes de pacotille (les daesh al nosta et bien d’autres) au service de l’empire à l’Islam il y a une sacrée différence

          8
          8
      Argentroi
      17 septembre 2018 - 8 h 28 min

      @ Anonyme du 16 septembre 2018 – 18 h 17min
      Tu tords le coup à l’histoire et à la logique d’un esprit cohérent ! Effectivement c’est à partir de Médine que l’Islam devient guerrier et conquérant car auparavant il était persécuté à la Mecque. Et c’est encore les associateurs mecquois qui voulaient encore le déloger de Médine malgré son exil et non son déplacement comme tu essayes de nous le fourguer. Ainsi, le jihad s’est imposé aux musulmans presque de lui-même, Dieu l’a prescrit en toute logique ! C’est simple comme bonjour. Ce jihad originel n’a rien à voir avec le jihad belliciste des extrémistes sanguinaires d’aujourd’hui car le concept du jihad s’est fortement métamorphosé aux mains des hommes et au fil de l’histoire.
      Et puisque tu montres de l’érudition, tu dois bien savoir que lorsque le ministre parle de l’Islam de Médine, il fait référence surtout à l’imam Malek qui était établi dans cette ville qui était le plus important centre spirituel musulman de l’époque.
      Cette approche de vouloir combattre le terrorisme et l’extrémisme en s’attaquant à l’Islam est anhistorique et inefficace surtout quand on s’adresse aux musulmans. Ce n’est pas l’Islam qui nourrit le terrorisme mais les subsides en dollars des régimes réactionnaires arabes des émirs et roitelets soutenus par la cupidité et l’inconséquence de l’Occident qui a peur d’être doublé au Moyen-Orient ou en Afrique.

      6
      3
        Anonyme
        17 septembre 2018 - 11 h 12 min

        @Argentroi; Tu dis « Ce jihad originel n’a rien à voir avec le jihad belliciste des extrémistes sanguinaires d’aujourd’hui » Vous avez beau vous démener pour innocenter l’islam mais ses sources vous contredisent. Lorsque nous nous tournons vers les sources théologiques de l’Islam et les écrits historiques (Coran, Hadith, Sira, et Tafsir), nous trouvons une façon très didactique ou comment l’islam, à petit pas, à bas bruit, fait son nid quand il est encore très minoritaire et comment, ensuite, il impose son pouvoir totalitaire sur le territoire où il s’est installé.(Tu n’as qu’à aller sur le site d’El Azhar et saisir sur « search » [مراحل الجهاد] .Il y a trois étapes dans l’appel du jihad, selon le statut des musulmans dans une société :.
        1 étape : Quand les musulmans sont en nombre inférieur et ne peuvent pas gagner une confrontation physique avec les infidèles, ils doivent vivre en paix avec les non-musulmans et prêcher un message de paix et de tolérance. Exemple de cette étape, lorsque Mohamed et ses disciples étaient une minorité persécutée à La Mecque Il, reçut à cette époque des révélations (par exemple: «A vous votre religion, et à moi ma religion») appelant à la tolérance religieuse.
        2 étape : Quand il y a suffisamment de musulmans et de ressources pour défendre la communauté islamique, les musulmans sont appelés à s’engager dans un (((Jihad Défensif))). Ainsi, lorsque Mohamed avait formé des alliances avec divers groupes en dehors de la Mecque et que la communauté musulmane était devenue assez grande pour commencer les combats, Mohamed reçut cette révélation Coran 22:39-40.
        3 étapes : Quand les musulmans sont majoritaires et atteignent le pouvoir politique dans un lieu, ils ont pour ordre de s’engager dans le (((Jihad offensif))). Ainsi, une fois la Mecque et l’Arabie sous contrôle de Mohamed, il reçut l’appel à combattre tous les incroyants. Dans la sourate 9:29, nous lisons: « Combattez ceux qui ne croient pas en Allah et au Jour Dernier, n’interdisent pas ce que Allah a interdit ainsi que Son Messager, et ne pratiquent pas la vraie religion (l’islam) parmi ceux qui ont reçu le Livre (juifs et Chrétiens) jusqu’à ce qu’ils versent la capitation (al djizia) de leurs mains dans l’humiliation. »

        3
        1
          Anonyme
          17 septembre 2018 - 12 h 12 min

          Adolf Hitler n’était pas fasciné par l’islam pour rien.

          4
          1
          Anonyme
          17 septembre 2018 - 13 h 01 min

          Ce verset parmi d’autres est une atteinte grave contre les droits de l’Homme et puni par la cour internationale pénale crime pour contre l’humanité .

          1
          1
    LOUCIF
    16 septembre 2018 - 17 h 55 min

    Cher compatriote internaute @merci , ce n’est le Ministre des Affaires religieuses ou de l’Éducation Nationale Benghebrit qui ont le courage d’affronter les salafistes ou qui ont le courage de prendre cette décision ! C’est au plus sommet du pouvoir qu’on a pris cette décision, c’est clair ! Et donc il faut applaudir « le » pouvoir, car chez nous un Ministre ne peut rien faire et n’a aucun pouvoir ni initiative personnelle, c’est connu !

    Par conséquent, pour une fois qu’on ne tape pas dessus sur ce sacré pourvoir et qu’on peut l’applaudir de nos 80 millions de mains, eh bien ne nous retenons pas !

    43
    7
      De Merci à Loucif :
      16 septembre 2018 - 18 h 18 min

      d’où juste l’utilisation du verbe  » affronter  » qui sous entend que c’est lui (ministres n-1) qui endosse la responsabilité , tout en sachant que tout est décidé à n-0 .

      9
      4
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 17 h 52 min

    Le nikab n’a sa place ni à l’école ni même dans l’espace public où il peut représenter un danger et un moyen de commettre n’importe quelle infraction ou crime sans que la personne qui le porte puisse être identifiée….ça a été le cas des terroristes qui , pour passer inaperçus, se faisaient passer pour des femmes en nikab…Au fait, une femme en nikab qui conduit ( il y en a) peut-elle être contrôlée? et si c’est le cas, elle doit montrer son visage; donc, pourquoi dans ce cas là le cacher?
    Le nikab c’est un moyen d’écraser la femme et d’abrutissement de la société.

    47
    3
    Souk-Ahras
    16 septembre 2018 - 17 h 31 min

    C’est un fait désormais avéré : une fois que la religion islamique est implantée dans sa tête, le porteur effectue sa mutation rapide vers un état semi végétatif primaire. Il vit, « pense », s’agite, se révulse, se pâme, éructe, rêve, se projette, se jette, se rue, s’immerge et se noie dans des « mille et une nuit » obscurément religieuses. Dieu et son prophète lui ont dit, décrété…
    C’est ça la magie « divine », qui, en plus d’être assénée dans l’espace vital, et pour être entendue du grand nombre, est beuglée par force décibels nuisibles à travers des hauts-parleurs assassins.

    Il n’y-a-pas que le nikab qui doit disparaître de l’école ; l’enseignement de la religion doit en être banni pour permettre aux enfants de s’éveiller à une vie de progrès, de savoir et d’évolution.

    49
    6
      Zaatar
      16 septembre 2018 - 18 h 13 min

      Salut Souk Ahras,

      Ce que tu décris est un véritable fléau de société, d’une contagion extrême sur les sujets sensibles et faible de caractère. L’environnement qui façonne facilement les gènes non codant des protéines sert de support à l’expansion de ce fléau. L’enseignement est une des bases de cet environnement. Et donc je suis naturellement en accord avec ton idée, qu’il faut bannir l’enseignement religieux de l’école. la religion est une affaire personnelle… Brassens chantait « la foi viendra d’elle même ou elle ne viendra pas » c’est dans la chanson « le mécréant »…

      17
      6
        Souk-Ahras
        17 septembre 2018 - 9 h 49 min

        Tu as parfaitement compris que la religion islamiste et sa langue « arabislamiste » est une fonction strictement monotone, non dérivable, descendante, qui part de « rien » et qui tend démentiellement vers le point de non retour appelé mort, que ses adeptes attendent furieusement en invoquant invariablement les bism’illah, hamdoul’illah, 3ala mourad’illah, macha’illah… Dans une oisiveté gargantuesque, il va sans dire !
        Le musulman a cette faculté innée introuvable ailleurs dans notre univers connu : il naît sans trop savoir pourquoi, et attend de mourir avant d’avoir vécu.

        3
        1
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 17 h 13 min

    En effet, ces tenues islamiques sont insupportables lorsqu’elles recouvrent des jeunes filles et des jeunes femmes. Mais je connais bien des femmes mûres pour qui le port de la tunique constitue un cache-misère qui les dispense de s’habiller à la dernière mode ou de passer leur vie chez leur coiffeur.
    Cette tunique-foulard simplement noué qui a remplacé le haïk dans les années soixante dix s’est révélée à l’usage bien commode pour les femmes des classes populaires, sans connotation religieuse, en particulier pour les femmes rurales âgées qui n’ont pas porté dans leur jeunesse le pantalon ou la jupe et qui sont mal à l’aise avec une tenue « occidentale. » Et puis ce vêtement purement utilitaire pour économiquement faibles a été récupéré par les salafistes et maintenant on assiste aux excès que l’on voit dans les rues d’Alger et qui littéralement transforment la gent féminine en Romanichelles.

    23
    5
    LOUCIF
    16 septembre 2018 - 16 h 33 min

    Moi sur ce sujet ( le voile intégrale) je refuse toujours de m’entraîner dans le jeu des islamistes et je rejette catégoriquement le débat philosophique ou religieux sur ce que Dieu a dit, sur ce que dit ou pas le Coran ou les chouyoukh ou El Azhar etc… etc… sur ce sujet. Pour ce purée de Nikab ou de voile intégral importé d’ailleurs, on n’a pas besoin de parler d’islam algérien ou de tradition religieuse musulmane algérienne ou de je ne sais quel courant ou doctrine musulmane : une femme qui pénètre dans l’école de la République (ou même dans un lieu public) et dont on ne voit pas le visage est un danger potentiel pour les élèves (et la société) puisqu’on ne peut pas l’identifier ! Demain un autre professeur peut venir donner le cours à la place d’un autre sans que le chef d’établissement directeur ou les élèves ne s’en rendront compte ! De même qu’un fou ou un psychopathe peut pénétrer à l’école sans qu’on puisse l’identifier !

    Et donc, avant de parler de Coran, de Médine, du Prophète ou de je ne sais quoi, il faut d’abord parler de sécurité et de sûreté dans l’enceinte de l’École de la République ! Même en dehors de l’école, et donc dans l’espace public, ce grave problème de sécurité se pose car on ne sait pas à qui on a affaire ! Un être humain sans visage n’est pas un être humain ! C’est un « oua3’che  » , un « monstre » , un extra terrestre ! Donc ce purée de voile intégral islamique ou islamiste est dangereux non seulement pour l’école mais pour la société en général. Avant d’évoquer la question de la religion, de Dieu, du Coran et du Prophète, il y a donc la question de sécurité,de sûreté, d’ordre social qu’il faut poser !

    NB : Et dire que l’islam politique veut imposer même dans les pays de « kofars » non musulmans, ce « sacrée » voile islamique intégral ! Où on va-t-on, où !!!! Il était temps que le pouvoir se réveille car tout çà remonte déjà aux années 80 avec une aggravation durant les années 1990 ! Et çà continue ya bou guelb ! Pardon d’être trop long et à ceux qui me le reproche !

    46
    2
    HOUMTY
    16 septembre 2018 - 16 h 27 min

    SALAM L’KHAWA….. Trés sage decision Mr le MINISTRE .
    @FRANCE BIS…. Comme disait mon Pére ( ALLAH irahmou ) Pérsonne a le monopole de l’islam , notre belle religion et universel, porté une barbe , une djélaba ou un niqab pour une dame ne fait pas de lui ou d’elle un saint (e) l’habit ne fait pas l’imam ! on peux être en costard cravate ou en jean et être saint de l’interieur et éprouvé de l’empathie envers son prochain, je sent dans tes écrits que si tu pouvais te téléporté a l’époque de la decennie noir, tu le ferais avec grand plaisir ALLAH YAHDICK…VIVE LA MÉRE PATRIE L’ALGERIE et L’ A.N.P

    190
    7
    DYHIA-DZ
    16 septembre 2018 - 16 h 22 min

    Pour régler le problème une bonne fois pour toute, il fallait dire:

    Le NIKAB n’a pas de place en ISLAM !!!

    L’islam exhorte une tenue descente et propre, c’est tout.
    Le prophete (SAWS) demandaient aux musulmans de s’occuper de leur apparence.

    58
    5
    merci
    16 septembre 2018 - 16 h 04 min

    enfin un ministre qui n’a pas peur d’affronter les salafistes ennemis de DIEU mais amis des abu et abi …merci mr.le ministre

    57
    5
    Abou Stroff
    16 septembre 2018 - 15 h 51 min

    je pense que l’attitude du ministre des affaires religieuses ressemble étrangement à l’histoire du tonneau des Danaïdes.
    en effet, si nous partons de l’hypothèse vérifiable que, dans les textes religieux, on trouve toujours la chose et son contraire, sur quelles bases peut on dire que telle interprétation de la religion est « juste » alors que telle autre est « fausse »?
    je pense que la seule politique viable et apte à contrecarrer les desseins des idéologues du « monde ancien » qui ne veut pas mourir est de favoriser la propagation du discours anti-religieux qui relativisera la pensée archaïque des gardiens du temple.
    PS: qu’on le veuille ou non, il arrivera un jour où la religion retrouvera sa juste place, c’est à dire la sphère privée (les sociétés développées nous en donnent un aperçu). par conséquent, pour accélérer, un tant soit peu, ce mouvement de transformation inéluctable de la société algérienne, autant commencer, dès à présent à critiquer la religion. car, « la critique de la religion est la condition préliminaire de toute critique » (K. Marx)

    26
    5
      Zaatar
      16 septembre 2018 - 16 h 44 min

      C’est toujours en religion qu’il est difficile d’être en accord avec soi même lorsque l’on tient un discours. C’est encore Beaucoup plus criard lorsque l’on veut confronter un discours religieux avec un autre scientifique. La deraison fait tout de suite son apparition.

      11
      4
    Abou Lahab
    16 septembre 2018 - 15 h 38 min

    A l’ère du net il n y a plus rien à cacher ,les gens peuvent lire sans la censure qui avait fait les beaux jours de l’islam , les livres islamiques,(الثرات الإسلامية) ,la sira ennabaouiwa d’Ibn Khatir,Ibn Hicham ,assira al halabia (السيرة الحلبية ) ,l’histoire des califes et ils découvrent que  » le vrai visage de l’islam » est celui de Frankenstein.

    19
    7
    zgharits
    16 septembre 2018 - 15 h 33 min

    Voilà ! Merci Monsieur !
    C’est cela les premiers pas vers le développement .
    Je crois que le pays commence à prendre la bonne direction, grâce à des hommes courageux .
    Les solutions sont claires, il suffit de les appliquer .
    Aller je fais une danse…
    Les rabats-joie et les séparatistes, applaudissez pour une fois.
    Vive l’Algérie active, son peuple intelligent et son Armée .

    36
    5
    Le Français
    16 septembre 2018 - 15 h 28 min

    Le voile blanc que mettaient la plupart des femmes algériennes avant n’avait pas de liens avec l’islam ?

    47
    13
      Anonyme
      16 septembre 2018 - 15 h 48 min

      Non le voile locale algérien n’a aucune connotation religieuse il est strictement culturel car fait parti de l’accoutrement local

      26
      7
      abdel
      16 septembre 2018 - 16 h 09 min

      le voile blanc faisait partie des traditions algeriennes et ne choquait personne dans le décor des rues algeriennes contrairement a ce voile noir d’importation, par ailleurs un peuple qui abandonne ses traditions et sa culture au profit d’autres venues du moyen orient mérite ce qui lui arrive aujourd’hui,et après tout a quoi ont servi 8 ans de guerre de libération si pour finalement adopter d’autres moeurs?

      26
      3
      Aile brisée
      16 septembre 2018 - 16 h 29 min

      Non il était spécifique à la femme Algérie

      13
      4
      Numi
      16 septembre 2018 - 18 h 35 min

      Ce voile blanc dont tu parles n’a pas de connotation religieuse. Ce vêtement fait partie du patrimoine vestimentaire et culturel algerien. On l’appelle el haïk, il a d’ailleurs une importance historique importante à alger . Il est noir à l’est du pays et appelé « el Mleya ». La decennie noire a détruit beaucoup de choses et laisser pas mal de mauvaise choses dans la tête des gens. Le wahhabisme n’a rien à voir avec l’islam et bravo à ce ministre.

      14
      4
    FRANCE BIS
    16 septembre 2018 - 15 h 23 min

    La fin de l’Algérie pour une France bis et bientôt pas de signe religieux à l’école et un apprentissage sexuel pour les enfants des leurs plus tendre age tout comme en France ?!!! Pitoyable !, l’ALGÉRIE EST UN PAYS MUSULMAN CELUI QUI N’EST PAS CONTENT QUI AILLE AULLEUR ! OUI À L’ISLAM ET NON AU SATANISME !

    7
    456
      Anonyme
      16 septembre 2018 - 15 h 30 min

      La France bis, c’est celle des traitres de ton acabit qui ont vendu l’Algérie au Saoudien c’est exactement ce que la France voulait, voir l’Algérie sombrer dans l’intégrisme religieux et le terrorisme islamiste. Pov bougre

      41
      6
      Anonyme
      16 septembre 2018 - 17 h 14 min

      Pourquoi vous pensez tout de suite au sexe, espèce d’obsédé !

      18
      3
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 18 h 42 min

        Leur seule obsession c’est le sexe,c’est pas pour rien qu’ils s’acharnent sur la femme à la couvrir comme si c’était une souillure,à l’effacer de l’espace public et la confiner à la maison pour en faire une bête de procréation et de corvées ménagères. ,

        21
        4
          PREDATOR
          17 septembre 2018 - 0 h 03 min

          Anonyme
          16 septembre 2018 – 18 h 42 min
          Leur seule obsession c’est le sexe,c’est pas pour rien qu’ils s’acharnent sur la femme à la couvrir comme si c’était une souillure

          C’est plutôt le contraire
          Tu dis quoi de la femme occidentale qui n’est qu’un objet de plaisir et qu’on exhibe dans une vitrine telle une marchandise ou telle une bête

          https://www.afrikmag.com/wp-content/uploads/2016/08/prost.jpg

          2
          9
    Anonyme
    16 septembre 2018 - 15 h 21 min

    l’EXTREMISME RELIGIEUX DOIT ÊTRE COMBATTU COMME ON COMBAT UNE MALADIE MORTELLE NON SEULEMENT DANS LES MOSQUÉES, LES ÉCOLES ET SURTOUT AUSSI DANS LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE AU SEIN DE LAQUELLE IL S’EST INCRUSTÉ DANGEREUSEMENT, À VOIR TOUTES CES FEMMES VOILÈES EN ALGÉRIE, UN VOILE QUI N’A RIEN À VOIR AVEC NOS COUTUMES ET NOS ACCROUTEMENTS NATIONAUX. LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE EST MALADE DE L’INTÉGRISME RELIGIEUX QUE LE RÉGIME DE BOUTEFLIKA À FAVORISÉ, À LA FAVEUR DE L’AMIISTIE DE TOUS LES CRIMINELS ISLAMSITES DE LA DÉCENNIE NOIRE, POUR DÉTRUIRE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE L’ALIÉNNER ET LUI FAIRE PERDRE SES REPÈRES IDENTITAIRES, CULTURELS, RELIGIEUX.

    102
    7
      Anonyme
      16 septembre 2018 - 16 h 01 min

      Vous n’avez pas vu la nouvelle mode ? Les femmes algériennes maintenant ne portent plus le hijab qui était une tunique ou un élégant tailleur long de divers coloris tombant au dessus des chevilles avec un foulard élégamment drapé, ( tout le monde a le droit de s’habiller comme il veut, la pertinence de ce vêtement n’est pas la question ici), maintenant elles se déguisent en mendiantes machrekis: informe abaya noire sous le talon trainant obligatoirement dans la poussière, à récolter la morve et les crachats du chemin.
      Vive l’hygiène islamiquement correcte !

      26
      3
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 16 h 38 min

        S’habiller comme on veut mais ne pas singer les accoutrements étrangers comme ceux que tu décris tunique et foulards etc… même ces accoutrements ont une connotation religieuse qui n’a rien à voir avec la culture, l’identité, l’islam de nos ancêtres. Les tenues tuniques et foulards est une mode intégriste, un peu moins choquante que le voile noire saoudien ce dernier est de tradition juive, toutes ces tenues qui nous vient d’ailleurs sont à bannir d’autant plus qu’ils ont une connotation extremiste religieuse.

        21
        4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.