Panique dans un avion d’Air Algérie à cause d’un décollage interrompu

AH décollage
Les incidents se multiplient de façon inquiétante sur les avions d'Air Algérie. D. R.

Par R. Mahmoudi – Les passagers du vol AH 4062 de la compagnie Air Algérie assurant la liaison Alger-Dubaï ont vécu dimanche des moments de panique suite à un décollage raté.

Selon le quotidien arabophone Ennahar, qui rapporte l’information, l’avion d’Air Algérie s’est brusquement arrêté en plein milieu de la piste pour des raisons qui restent inconnues, ce qui aurait provoqué un incendie sur l’un de ses réacteurs. Mais le pilote pourrait avoir interrompu le décollage tant que c’était encore possible en raison de l’incendie qui se serait déclaré dans un des deux moteurs au moment où s’apprêtait à prendre son envol.

La même source a indiqué que tous les passagers, au nombre de 250, ont été évacués, pour être dirigés vers un appareil de substitution.

La compagnie aérienne nationale multiplie les incidents de ce genre où, heureusement, il y a souvent plus de panique que de mal. Le dernier en date remonte au 20 juillet dernier.

Ainsi, un avion d’Air Algérie, qui avait décollé de l’aéroport Charles-de-Gaulle a été obligé, au bout de cinq minutes de vol, de tourner au-dessus de Paris pendant 48 minutes avant d’être autorisé à atterrir sur le tarmac du même aéroport. Aucune explication n’a été fournie aux membres de l’équipage.

Des observateurs avaient estimé que si l’avion a dû faire demi-tour au bout de cinq minutes de vol, cela signifie que les pilotes avaient signalé une défaillance technique qui aurait dû pousser les contrôleurs aériens à libérer une piste en urgence pour qu’ils puissent poser l’appareil au plus vite.

R. M.

Comment (32)

    Anonyme
    18 septembre 2018 - 13 h 37 min

    Il n’y a pas un domaine dans le monde qui soit aussi balisé par une réglementation rigoureuse que celui de l’aviation civile, l’OACI* y veille. De ce fait, ceux qui savent disent, et ceux qui ne savent pas devraient dire seulement  » ALLAH OUMA ZIDNA ÎLMANE « . Ainsi il apprendront, cela ne veut pas dire qu’ils se départissent totalement de leur esprit critique. Mais ne pas mettre en doute tout ce qui est dit par les autres en se basant sur leur instinct profane. C’est le but premier des forum de discussion, n’est ce pas?

    * Organisation internationale de l’Aviation Civile.

    2
    2
    Lghoul
    17 septembre 2018 - 21 h 36 min

    La maintenance bien faite est la priorite des priorites. La securite autour des avions en maintenance est primordiale car il se pourrait que le but est de faire peur pour chasser les clients vers d’autres compagnies quoique les services clients d’AA laissent a desirer ainsi que l’organisation chaotique des enregistrements a alger. AA ne fait rien dans ce domaine pour retenir ses clients le jour ou la competition sera feroce. Pour le moment il y a les subventions.

    nagui mohamed
    17 septembre 2018 - 21 h 29 min

    je lis des articles et ecoute les tv privée sur des sujets qui sont abordes sincerement je suis sidéré ils ne maitrisent rien ,ils posent des questions a leur interlocuteur,puis tout de suite ils repondent a leur place comme quoi ils maitrisent le sujet : un journaliste ne peut pas parlé d’un avion ayant un probleme quelque soit la gravité il faut qu’il dise d’apres les dires de tel specialiste d’aviation,au faite les journalistes tv d’ennahar se prennent pour des journalistes d’investigation mon oeil !!!!,ils n’arrivent meme pas a ecrire sans fautes d’orthographes les bandeaux alerte infos !!!!! si chacun s’occupe de son domaine l’algerie ne serai pas ce qu’elle est !! vous m’avez compris;

    5
    3
    Y a-t-il un pilote dans l'avion?
    17 septembre 2018 - 20 h 32 min

    La réponse est connue depuis belle lurette : non! Dans ces conditions, que fait le bateau ? – il coule.

    2
    5
    Cheik
    17 septembre 2018 - 18 h 13 min

    Faut arrêter de dite n’importe quoi au risque d’instaurer une méfiance des usagers envers air Algérie qui a ma connaissance n’a jamais figuré sur une
     » black liste  » des organismes de contrôle internationaux présents dans tous les aéroports du monde ( sauf si vous doutez aussi de leur niveau de formation !!! ) Faut savoir aussi que c’est le pilote qui décide de la priorité de l’urgence ( en fonction de son avarie ) et non le contrôleur au sol. S’il a donc accepté de tourner pendant 48 minutes c’est sans doute qu’il n’y avait rien de grave et que par mesure de sécurité a préféré ne faire courrir aucun risque à ses passagers .

    7
    8
      karimdz
      17 septembre 2018 - 20 h 15 min

      Cheik, je suis d accord que nous ne devons pas saboter l image d Air Algérie, déjà bien égratigné non pas du fait des usagers mais de certaines pratiques qui ont du mal à disparaitre.

      Par contre, sur le fait que l avion est demeurée 48 minutes en l air, je ne partage pas ton point de vue. Quand il y a un incident technique, et on a pu l observer avec des faits précédents, l avion regagne l aéroport de départ, ou le plus proche, car il y a urgence.

      On ne minimise pas un incident technique, car il peut s aggraver et entrainer le risque de faire un crash. Si c est le pilote qui a décidé de patienter, pour moi c est une grave erreur, et si c est l aéroport, c est tout simplement criminel.

      25
      4
        Kassaman
        17 septembre 2018 - 21 h 06 min

        Non Karim, juste après un décollage un avion de ligne, pour des raisons structurelles, ne peut juste ré-atterrir, il faut absolument qu’il s’allège en larguant du carburant ou en tournant en rond pendant un certain temps, d’où, probablement ces 48 minutes.

        8
        7
          Abou Loune
          17 septembre 2018 - 21 h 20 min

          te casses pas trop la tête Kassaman, ça résonne creux et c’est trop compliqué pour leur faire comprendre. Larguer du carburant, alléger l’avion et tout le reste ça ne peut pas être assimilé tout comme qu’on ne comprendra jamais qu’il s’agit d’un aéroport où toutes les minutes il y a un avion qui atterri ou qui décolle. Et donc l’aiguilleur du ciel se doit de faire tourner l’avion qui vient de décoller s’il veut ré atterrir. Mais c’est difficile pour certaines têtes, c’est comme ça..

          2
          21
          karimdz
          18 septembre 2018 - 13 h 20 min

          Kassaman, sans aucune méchanceté, mais l avion a consommé du kerosene pour etre plus léger, mais pas larguer au dessus de paris, à la rigueur au dessus de la mer ou d une forêt…

          Cela peut être une des explications, mais suis pas tres convaincu par une si longue station en l air, de mémoire, un avion en juillet dernier, avait fait demi tour sur l aéroport de marseille au bout de vingt minutes, un autre qui avait quitté Alger, je me souviens plus de la direction, il me semble que c est sur AP, était revenu au bout de 5 minutes.

          Cela n enlève rien aux réels problèmes techniques rencontrés par la compagnie Air Algérie, qui dispose pourtant d un flotte récente en grande partie.

          16
          karimdz
          18 septembre 2018 - 13 h 22 min

          abouloun, le perroquet de service qui ne faillit pas à sa réputation mdr.

          15
    Drici
    17 septembre 2018 - 16 h 55 min

    Vous savez quoi !
    Vous pouvez essayer de donner n’importe quelles explications sur les différents incidents survenus ces derniers temps ,moi je pense qu’il est temps de renouveler la flotte d’AIR ALGÉRIE avec en moyenne des avions de plus de 25 ans de vol.

    8
    7
      Anonyme
      17 septembre 2018 - 17 h 14 min

      Non monsieur , la flotte AH est très jeune et à été renouveler. Le problème est le laisser aller du management..les fonctionnaires font ce qu ils veulent …au fait lebhim rakeb moulah. Aussi à voir des commandant de bord fumer en cabine et les hôtesse se foutent des clients …ça donne une idée claire sur air couscous. Ne parlons pas du classement mondial d air couscous . Ne parlons pas des techniciens maintenance qui se croient des bon dieu…alors dites moi que faire avec ce titi caca..je sais mettre toute la racaille dehors avant qu un grand accident arrive …allah youster

      9
      5
    Richard
    17 septembre 2018 - 16 h 07 min

    Oula faut arrêter de parler aviation quand on n’y connait rien !!! L’ article est écrit par quelqu’un qui n’a aucune notion de l’aéronautique et quand je vois les commentaires des pseudos experts ici je me marre. Si un pilote veut se reposer en urgence (feu non contenu ou fumée), il déclare une urgence et les contrôleurs aériens lui donne priorité pour se reposer en dégageant tout traffic susceptible de le gener. Si c’est un problème technique autre mais que pour des raisons de sécurité l’avion ne peut continuer vers sa destination, il n’y a pas lieu de paniquer et de se reposer immédiatement d’où les 48 minutes d’attente. L’avion peut être trop lourd pour se reposer et va donc se délester de son surplus de carburant avant de revenir se poser….

    12
    4
    Zaatar
    17 septembre 2018 - 13 h 09 min

    Si le transport aérien n’est plus sur maintenant que nous reste t’il? moi je crois avoir trouvé. Il faut aller à la pêche et ne pas ferrer un Requin.

    8
    12
    Kad
    17 septembre 2018 - 13 h 06 min

    Lorsqu’on ne maitrise pas un sujet tel que le pilotage d’aéronef ou la navigation aérienne, on est susceptible de dire n’importe quoi. Et ce n’importe quoi pourrai stigmatiser et porter préjudice à notre compagnie nationale AIR ALGÉRIE, ceci sans le vouloir bien entendu. Alors dans ces cas là, le mieux c’est de se rapprocher de la compagnie pour avoir les explications techniques. Sans être pilote mais ayant quelques rudiments en la matière, je vais tenter une explication sommaire. Un aéronef se met sur le bout de piste V0 (vitesse nulle) puis dès qu’il obtient l’autorisation de décollage de la tour de CTL, alors il pousse la manette des gaz jusqu’à atteindre la vitesse de décision V1. Avant cette vitesse il peut interrompre le décollage à tout moment en cas de pépin, certains paramètres tels que le type d’avion ou la longueur de piste peuvent l’amener a interrompre le décollage à V1 si le pilote juge qu’il peut le faire en toute sécurité et d’autres fois il est obligé de continuer la procédure de décollage même avec un moteur en moins ou en feu. Après V1 vient le VR (vitesse de rotation) c’est à dire que l’avion bascule son nez vers le haut sur son axe transversal, tout de suite après c’est V2 (il a quitté le sol et se trouve à 35 Ft. Quant à l’incident à Charles De Gaule l’avion a probablement constaté une anomalie ou a entendu une alarme alors qu’il avait dépassé V1 d’où l’obligation de continuer le décollage tout en signalant l’incident à la tour de CTL, s’il exprime le désir d’atterrir en urgence, la tour lui désigne une zone pour aller déverser les tonnes de carburant car l’aéronef ne peut pas atterrir avec tout ce poids en plus, c’est le crash assuré. C’est pour ça qu’il a tourné pendant une vingtaine de minute avant d’atterrir de nouveau.
    Aussi, il y a eu un incident il y a quelques mois, un avion avait piqué en pleine méditerranée, en fait le pilote avait eu une alarme de dépressurisation alors qu’il se trouvait à une altitude de près de 10.000 mètres. C’est une procédure normale de piquer jusqu’à l’altitude de 5000 mètres pour que les passagers puissent respirer. D’ailleurs à 10.000 mètres les masques à oxygène tombent d’eux même au dessus des passagers. Pour l’anecdote, il y a quelques années un avion de la compagnie grecque avait eu un dépressurisation à 10.000 m les masques étaient tombés mais les réserves d’oxygène n’avaient pas été renouvelé, même les bouteilles des pilotes étaient vides, tout le monde avait succombé en vol et l’avion avait continué à errer jusqu’à ce qu’il n’y est plus de carburant, il s’était crashé sous les yeux des pilote de chasse qui avait pour instruction de le détruire s’il menaçait de tomber sur une agglomération. J’espère que ces explications sommaires empêcherai la stigmatisation de notre compagnie nationale car certains du coté de l’ouest sont toujours prompt reprendre à leur compte ces incidents les transformant en médisance sournoise.

    24
    8
      Anonyme
      17 septembre 2018 - 17 h 27 min

      Ya si Mohamed, la question n est pas si le pilote a suivi les procédures ou pas..la vrai question est pourquoi tant de mal fonction sur les avions air coucous? La est la question on s en fout de la procédure de décollage et Check list que tout le monde doit suivre. Votre explication ne tient pas la route..les avions de nos jours sont informatiser pour ne pas faire de bêtises. La question demeure pourquoi les avions ont beaucoup de malfunction et aussi les retards et les mauvais services au sol et en cabine..ya si Mohamed arrête de faire l apologie pour ah. Salam

      7
      7
    karimdz
    17 septembre 2018 - 12 h 18 min

    Tout d abord, je suis scandalisé par le fait qu un avion en detresse ait été maintenu 48 minutes au dessus de paris, avant d avoir l autorisation d attérir suite à un incident technique, c est criminel !

    En tout cas la question de la maintenance se pose, pourtant d importants investissements avaient été faits. Soit ce n est pas suffisant en terme de logistique, soit les agents de maintenance ne sont pas suffisamment formés, soit et là ce serait plus grave, il y aurait démission, laisser aller, des agents de la maintenance dont on connait les revendications syndicales qui n en terminent plus.

    Une sérieuse enquête doit être diligentée, car çà commence sérieusement à poser problème.

    43
    11
      Abou Loune
      17 septembre 2018 - 13 h 06 min

      Ce qui aurait été criminel c’est d’avoir fait atterrir l’avion en détresse en faisant prendre des risques à d’autres et faire une catastrophe en bonne et due forme. Si tu crois que les aiguilleurs du ciel ne savent pas faire leurs boulot. Ils t’auraient attendu de leur dire que c’est criminel de laisser l’avion en « détresse » (y avait pas autant de détresse que cela puisqu’il a pu atterrir 48 mn après) et de leur dire ce qu’il faut faire. En outre ce n’est point un problème de maintenance. la probabilité qu’un incident arrive sur n’importe quel avion le mieux entretenu possible sur la planète n’a jamais et ne sera jamais nulle. Même si on fait tous les investissements possible et imaginables sur terre. Il y a plus de chance qu’on fasse un accident de la route que d’être dans un accident d’avion. Enfin il est impossible que les agents de maintenance soient mal formés ou pas assez formés car la formation est standardisée à l’international. Ne touche pas un appareil pour maintenance n’importe qui.

      14
      28
        karimdz
        17 septembre 2018 - 13 h 48 min

        Les aiguilleurs du ciel gèrent justement le traffic, et ils auraient du faire tourner les autres avions autour de la capitale francaise, au lieu d imposer à l avion algérien une longue attente, cà me semble plus logique et plus pertinent, sauf pour toi.

        Quand il y a un accident de la circulation sur la route, les secours n attendent pas à ma connaissance, que le trafic routier baisse, ils y vont franchement…

        Quand à l origine des problèmes techniques, il faut explorer toutes les pistes, aussi bien celle du constructeur, que celle de la maintenance.

        Je ne doute pas qu en matière de maintenance, notre pays a sacrément investi, et je l ai écris, mais pour ma part, je pense plus, du fait des grèves répétées, que la maintenance n est pas faite correctement, et cela est grave.

        30
        8
          Abou Loune
          17 septembre 2018 - 21 h 11 min

          Et toi tu penses que c’est comme à l’aéroport Houari boumediène, ou un avion atterri toutes les demi heures voire toutes les heures si ce n’est plus. dans les grands aéroport il y a un avion qui décolle ou qui atterri toutes les minutes quasiment. Ce qui laisse penser qu’il devait y avoir 4,5 voire 6 avions ou plus soit en décollage ou atterrissage. Et tu penses que l’aiguilleur du ciel va prendre le risque de faire cracher deux avions. T’as beaucoup encore à apprendre on voit que tu tètes encore ton pouce tu compares un accident de la circulation à un accident aérien!! ouais si tu veux.Et tu penses aussi que les grèves ont un impact sur les accidents d’avions, comme si un avion mal entretenu à cause d’une grève est autorisé à voler. Ce qu’il ne faut pas lire. Mais bon, tu ne perds rien pour attendre tu n’apprends rien et tu ne nous apprends rien.

          6
          19
          karimdz
          18 septembre 2018 - 19 h 59 min

          Qu il y ait 50 ou 10 avions en l air, les aiguilleurs se chargent de gérer la file d attente, ce sont eux qui se chargent de la sécurité et de la fluidité du trafic.

          Chaque avion en l air est sur un pallier d attente, rien n empeche l aiguilleur du ciel, d autoriser un avion en détresse à atterir avant les autres, c est une pratique courante fort heureusement.

          Dieu merci que tu n es pas aiguilleur du ciel, il y en aurait des crashs d’avions…,

          Abou Loune
          18 septembre 2018 - 22 h 16 min

          ils ont bien géré l’affaire, ils ont maintenu l’avion 48 mn en l’air et tout est rentré dans l’ordre sans incidents. Donc ils savent bien ce qu’ils font, et que l’avion en détresse pouvait rester encore en l’air en attendant de compiler les appareils en cours de décollage et d’atterrissage. C’est bien ce qui s’est passé.

          karimdz
          19 septembre 2018 - 13 h 32 min

          Il parait que le boulon était desserré… mdr !

    issam
    17 septembre 2018 - 11 h 18 min

    Si un simple avion a des problèmes technique,ça veut dire que le pays tout entier est malade

    8
    10
    Anonyme
    17 septembre 2018 - 10 h 40 min

    Je crains qu’un jour, on ira vers l’irreparable.

    14
    5
    AmiAhmed
    17 septembre 2018 - 6 h 39 min

    Si les faits sont avérés, l’Algérie devrait rompre ses relations diplomatique avec la France, c’est très grave de laisser des Algériens en danger de mort pendant 48h

    10
    33
      KACI
      17 septembre 2018 - 10 h 53 min

      48 minutes pas 48 h y a VOUKAROU

      15
      3
        anonyme
        17 septembre 2018 - 20 h 47 min

        Pas la peine de lui sauter dessus comme une hyene aux abois. C’est une erreur qu’on aurait tous pu faire par megarde. Tu aurais pu le corriger sans insultes « ya voukarou. » Ca s’appelle le dialogue civilize, celui dont tu ne sembles pas etre capable.

        3
        3
      Le Français
      17 septembre 2018 - 12 h 23 min

      Il faut savoir qu’un grand aéroport comme Charles de Gaulle doit gérer énormément d’atterrissages et décollages, il y a des créneaux à respecter, le ciel est également très chargé en avions, l’aéroport ne va quand même pas mettre des vies en danger pour les beaux yeux du pilote/copilote et des passagers de cet avion.
      S’il fallait arrêter les relations avec un pays pour un évènement comme celui-ci, tout le monde serait en guerre contre tout le monde.

      14
      6
      moh_blida
      17 septembre 2018 - 14 h 50 min

      C est bien de parler d’aviation, mais aussi c est bien aussi de savoir lire correctement et ne pas écrire des bêtises.

      4
      2
    awrassi
    17 septembre 2018 - 6 h 25 min

    Dubai, c’est beaucoup plus cher que Barcelone ou Paris … Il y a des Algériens qui ne manquent visiblement de rien !

    31
    9
      Ch'ha
      17 septembre 2018 - 16 h 41 min

      @Awrassi
      😉 c’est que je me suis dit Dubaï …

      3
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.