Tidjani Hassan Haddam : «La présentation de la carte Chifa à l’hôpital servira à lutter contre le travail informel»

Chifa CNAS
Tidjani Hassan Haddam, DG de la Caisse nationale de Sécurité sociale. New Press

Par Hani Abdi − Le directeur général de la Caisse nationale d’assurance sociale (CNAS), Tidjani Hassan Haddam, tente de clarifier les propos du ministre du Travail, Mourad Zemali, sur la présentation de la carte Chifa à l’entrée des établissements de santé publics. Le DG de la CNAS dément ainsi les rumeurs selon lesquelles cette mesure vise à empêcher les non-assurés sociaux d’accéder aux soins.

Tidjani Hassan Haddam rappelle la gratuité des soins et son irréversibilité. Il précise cependant que la présentation de la carte Chifa à l’entrée d’un établissement de santé n’a «rien de mal», bien au contraire. Selon lui, cette mesure va aider la CNAS à pister les personnes non déclarées à la sécurité sociale et donc à lutter contre le travail informel. «Tout travailleur a droit à une protection sociale en Algérie et par conséquent la déclaration du ministre du Travail et de la Sécurité sociale doit être interprétée correctement. Le système de sécurité sociale doit être équilibré. Le ministre du Travail s’attelle à trouver cet équilibre pour pérenniser ce système. Il œuvre constamment à trouver un moyen de le rendre plus viable. La carte Chifa est un moyen d’identification ; la présenter à l’hôpital servira à lutter contre le travail informel et la non-déclaration à la sécurité sociale», assure le DG de la CNAS. Pour M. Haddam, «le système de sécurité sociale, solidaire, est la propriété de tous». Le déséquilibre financier que connaît la CNR constitue une menace pour la pérennité de ce système, rappelle-t-il, estimant que ce déséquilibre est dû à la non-déclaration. «C’est la CNAS qui au détriment de sa trésorerie a, durant trois années, aidé la CNR à assurer le paiement des retraites». Il précise, de plus, que cette «aide» fournie en 2015, 2016 et 2017, s’est chiffrée en tout à 800 milliards de dinars.

Il n’est pas possible d’avoir un système de sécurité sociale viable avec deux cotisants pour un retraité. Tidjani Hassan Haddam explique qu’il n’existe actuellement que deux cotisants pour un retraité, enfermant notamment la Caisse nationale de retraite dans des difficultés de gestion et l’empêchant ainsi de pérenniser le versement des pensions à leurs ayants droit. Le DG de la CNAS estime donc qu’il est aujourd’hui plus aisé d’identifier ceux qui activent dans l’informel à travers leur non-possession d’une carte Chifa. Le DG de la CNAS intervient donc pour clarifier la déclaration du ministre du Travail, qui a suscité la colère et l’incompréhension des citoyens et a contraint le ministère de la Santé d’apporter un démenti et de réitérer l’accès libre aux hôpitaux et la gratuité des soins.

H. A.

Comment (5)

    Anonyme
    20 septembre 2018 - 20 h 38 min

    Simple: faire participer avec 150 DA (seulement) la consultation (chez les médecins privés elle est de 1000/1500 DA) les patients qui n’ont pas de carte « chiffa » » »

    Nasser
    20 septembre 2018 - 0 h 41 min

    Ce DG Tidjani Hassan Haddam nous prend pour des tarés: cette mesure ne vise pas à empêcher les non-assurés sociaux d’accéder aux soins pourquoi alors doit-on présenter la carte ? le Ministre n’a rien donné comme précision!…. Pour débusquer les gens qui travaillent dans l’informel? Soit! Je vais à l’hôpital (s’il m’accepte car ce n’est pas évident) et je n’ai pas de carte et ma réponse sera je ne travaille pas et alors? Ou ma réponse sera je travaille au noir chez X qui niera et alors? …C’est de la stupidité et de l’incompétence! Le problème est ailleurs plus complexe qui demande du courage politique et de la compétence! Déjà que la CNAS ne rembourse pas plus de la moitié des médicaments ainsi que l’acte médical (oui l’acte médical n’est pas remboursé! Vous payez officiellement l’acte entre 1000 et 1500 DA pour se voir rembourser 80% d’un tarif entre 100 et 150 DA …c’est à dire rien en plus de faire la queue une demie journée….ce n’est pas se moquer du peuple?) …Allez voir la gestion des CNAS et la pléthore due aux recrutements par piston! Allez voir la CNR aussi et l’octroi des pensions sans cotisations….etc etc etc…….C’est simplement de l’activisme du à l’incompétence………….

    Bon initiative
    19 septembre 2018 - 19 h 28 min

    C’est du bon sens! Pas de carte chifa pas de soins, cela obligera à déclarer tout les salariés afin de protéger leurs droits et de lutter contre l’informel. Bravo pour cette position et ne lâcher pas. Il faut communiquer aux citoyens pour expliquer une approche de bon sens qui sert leurs intérêts et pour lutter contre les patrons voyous. Nous devons revenir à un Etat de Droit coûte que coûte, il ne faut pas faillir par populisme sur ces sujets.

    1
    1
    Gatt M'digouti
    19 septembre 2018 - 19 h 26 min

    Moi on me prélève à la source 33 % de mon salaire brut ! Je cotise donc j’existe ! mais en aucun cas je ne payerais pour un gus qui fait dans l’informel, ne paye aucun impôt et profite des mêmes privilèges que moi !
    Je suis d’accord avec le fait de présenter sa carte Chiffa pour accéder aux soins gratuits !

    Anonyme
    19 septembre 2018 - 16 h 44 min

    Tout est question de moyens et de hoix.
    L’Algérie doit faire comprendre aux citoyens qu’il est possible d’avoir des soins totalements gratuits pour tous…
    Seulement, il faut supprimer les subventions aux produits de 1ères nécessité, à coût équivalent.
    Vous voulez des avantages, Alors compensez en faisant économiser aux pays :
    Tri selectif, respect des poubelles, interdiction des sachets (sacs en tissu), lait en briks ou en bouteilles en verre recyclable, amende à qui jette du pain ou crache par terre…

    5
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.