Affaire Chikhi : l’enquête avec trois députées presque finalisée

APN Chikhi
L'immunité parlementaire, le nœud gordien. New Press

Par R. Mahmoudi L’enquête menée avec les trois députées interpellées dans le cadre des investigations sur l’affaire Chikhi se poursuit inexorablement et toucherait à sa fin, révèle le quotidien arabophone El-Bilad.

La même source rapporte également que les députées sont élues à la circonscription d’Alger. Il s’agit de deux députées RND et d’une députée FLN soupçonnées d’avoir bénéficié d’avantages de la part de Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire des 701 kg de cocaïne saisis fin mai dernier au port d’Oran.. Mais, à ce jour, aucun des deux partis dont elles sont issues n’a commenté cette affaire. Pour une histoire similaire, le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, avait annoncé, il y a quelques semaines, la radiation irrévocable d’un sénateur de son parti, arrêté en flagrant délit de corruption.

La même source révèle que l’une des trois députées impliquées dans cette affaire, qui est à son deuxième mandat parlementaire, est soupçonnée d’implication dans un autre gros scandale qui reste à révéler.

Le problème qui demeure posé en ce qui concerne le cas de ces trois députées est celui lié à l’immunité parlementaire, devenue un véritable obstacle pour l’institution législative comme pour la justice, car on ne sait pas encore si les trois députées vont être arrêtées, au terme de l’enquête, pour être traduites en justice avant d’attendre une levée de leur immunité parlementaire, comme cela a été le cas du sénateur de Tipaza, Malik Boudjouher, arrêté à la mi-août dernier.

Face à ce dilemme, des observateurs n’excluent pas que les autorités introduisent d’abord, cette fois-ci, une demande de levée de l’immunité parlementaire au bureau de l’APN, dont les trois députées sont membres, pour procéder ensuite à leur arrestation.

R. M.

Comment (16)

    Brahms
    30 septembre 2018 - 12 h 57 min

    La cocaïne (drogue dure) a fait réagir le gouvernement mais le haschisch reste très dangereux pour la jeunesse algérienne que le voisin essaie d’affaiblir via ce poison. Une opération des commandos serait utile et nécessaire chez les trafiquants de type (labesse) car il y en a ras le bol.

    Abdessmad
    23 septembre 2018 - 19 h 21 min

    Si je comprends bien l’intitulé de votre article, la commission d’enquête a travaillé main dans la main AVEC les trois députées, ce qui veut dire que ces députées étaient partie prenant de l’équipe des enquêteurs.

    Mais en lisant le corps de l’article, je me suis interrogé : comment une commission d’enquête menée AVEC les trois députées peut-elle enquêter sur les mêmes trois députées ? A moins qu’il ne s’agisse d’une enquête menée par les trois députées sur trois autres députées ? Ou alors d’une seule et même enquête ou les trois députées ont enquêté SUR ELLES-MÊMES ?

    J’ai bien relu le titre de l’article et j’ai finalement penché pour cette dernière lecture. Après tout, rien n’est impossible ici. Normal.

    6
    1
      Anonyme
      23 septembre 2018 - 19 h 47 min

      Les 3 députés sont à la fois juges et parties .Ce qui est tout à fait naturel en Algérie.

      2
      1
    Larnaque
    23 septembre 2018 - 16 h 19 min

    Le titre de l’article prête à confusion. Il aurait fallu écrire « … l’enquête sur trois députées presque finalisée » et non « … l’enquête avec trois députées presque finalisée ».

    10
    Lady Faria
    23 septembre 2018 - 15 h 48 min

    Étant donné le haut niveau d’inculture politique de nos députés, leur incommensurable inconscience professionnelle assortie du plus profond mépris de ceux-là même qui les ont élus, quoi d’étonnant qu’ils ne fassent parler d’eux que pour leurs bourdes et leurs agissements?
    Leurs motivations (avant et après leur élection), gravitent exclusivement autour de leurs intérêts personnels. Le dévouement au service de leurs concitoyen n’a jamais figuré dans leur agenda. Dès lors, quoi de surprenant si leur devise est « tant qu’on ne se fait pas attraper, il n’y a aucun mal à voler »? Et quand bien même ils se feraient prendre la main dans le sac, ils croient qu’il suffit de sortir la carte de l’immunité parlementaire pour se faire blanchir en un claquement de doigts.
    Bon, trois brebis galeuses se sont fait choper et devront peut-être rendre des comptes. Mais quid du reste de la bande? Sûr que si on soumettait toute la population de l’APN à une enquête minutieuse, on mettrait au jour une sacrée ribambelle d’affaires louches et passibles des tribunaux.

    14
      Zaatar
      23 septembre 2018 - 17 h 21 min

      @Lady Faria,
      Totalement d’accord avec vos propos sauf un, nos valeureux députés n’ont jamais été élus, ils ont brigué des mandats par la chkara. Pour l’info, un sac noir de billets de 2000 DA pesant 1 kg vaut 1 milliard.Le même poids d’un sac noir de billets de 1000 DA vaut 500 millions.

        Lady Faria
        23 septembre 2018 - 18 h 14 min

        Ah les fameux sachets noirs! Les sacs poubelle pleins d’argent sale! Oui, bien sûr, certains ne répugnent devant rien pour arriver au strapontin, quel que soit le prix, c’est un investissement fructueux, ils savent qu’ils décupleront très vite la mise.
        Je maintiens toutefois que d’autres, trop radins ou moins filous, ont bel et bien été élus par les citoyens. Des électeurs crédules peut-être mais qui ont délibérément fait usage de leur droit de vote.

    karimdz
    23 septembre 2018 - 13 h 43 min

    Les autorités judiciaires prennent en compte l’immunité parlementaire, notre pays s’engage sur la voie démocratique. Biensûr, nous sommes loin des états démocratiques occidentaux, mais c’est un indicateur révélateur.

    Il serait bien, question de crédibilité, que les partis politiques concernés, demandent à ces députés, qu ils démissionnent

    16
    4
    Rascasse
    23 septembre 2018 - 9 h 30 min

    Quelle justice ? Quelle parlement ? Quelle immunité ? Quelles députés ??quand le cabinet noir décide dieu s’exécute

    29
    1
    Rabah
    23 septembre 2018 - 8 h 05 min

    Et la conclusion de l’enquette de Milan, aucune reaction ?à

    23
    1
    Zaatar
    23 septembre 2018 - 7 h 44 min

    Condamnez les rapidement, il faut bien jeter en pâtures quelques un pour démontrer les bonnes volontés du pouvoir à combattre la corruption. Eh bien ces Messieurs députés ont mal calculés leurs coups, ils pensaient s’enrichir avec le pouvoir et se retrouvent à la fin sous le coup d’une guillotine. Mais c’est ça le pouvoir. C’est sans pitié lorsqu’il s’agit de rester aux commandes. Les sacrifiés il va peut être encore y en avoir, le tout c’est de démontrer que la « lutte contre la corruption » y est et que ça donne des résultats. Par contre, les khelil lekhla, bedjaoui, hemch, habour que la justice italienne vient de démontrer leurs culpabilité et qu’elle les a condamnés, eh bien, on verra par la suite avec la justice Algérienne. Et ne vous inquiétez pas, on va nous sortir des règles et des textes de lois pour les innocenter.

    27
    1
      Argentroi
      23 septembre 2018 - 9 h 47 min

      Restons précis et circonspects, Ckekib Khalil, alias khelil lekhla, n’a pas été condamné, ni même cité, par la justice italienne.

      8
      3
        Zaatar
        23 septembre 2018 - 11 h 29 min

        Oui pour la précision sur le fait, mais restons aussi objectif et pragmatique sur ce genre d’événement, d’après vous ce genre de malversation se passe sans que le premier responsable du secteur ne soit au courant? D’après vous le ministre de l’énergie ne peut pas être au courant de tous les faits sur des contrats d’une valeur de 8 milliards de dollars au point il n’est même pas cité? cela ne vous interpelle pas? ou dit autrement, celui dont rien ne se fait sans son consentement n’est pas cité dans une affaire de malversation grandiose où tout s’est s’est déroulé sous ses yeux, cela vous parait normal? allons donc, je ne crois pas que vous tétez votre pouce à ce point.

        21
          Argentroi
          24 septembre 2018 - 0 h 25 min

          Pour moi, les malversations en Algérie, ce n’est pas quelque chose d’étonnant ni d’inhabituel mais ce qui m’étonne et m’interpelle est le fait qu’un proche, un très proche du président de la république se trouve incriminé, jeté en pâture et lynché. Donc les puissants sont aussi ailleurs et ce n’est pas parce que Chakib khellil a volé ou reçu des pots-de-vin qu’il fait l’objet d’une telle insistante campagne mais à cause du fait qu’il fait partie du cercle présidentiel. Cette vérité appelle à se poser une autre série de questions qui, elles, trouveront réponse au moment où l’on arrivera à définir la nature du système de gouvernance algérien.
          Donc s’attaquer aux seuls proches du cercle présidentiel et omettre les autres qui contreviennent aux lois d’une manière encore plus criarde, c’est encore donner du crédit à ce système que paradoxalement tout le monde dénonce et veut s’en débarrasser. Ce système se joue de nous tout le temps puisque à chaque crise, il nous désigne un coupable factice pour se dérober et ainsi se renouveler : la même rengaine depuis 1962.

          Zaatar
          24 septembre 2018 - 8 h 28 min

          On est d’accord sur le fait qu’on est un pays de corrompus. Cependant le fait qu’un proche du cercle présidentiel soit interpellé prouve qu’il y a une lutte de clans. Aussi, les citoyens que nous sommes en tirons tout de suite des conclusions. Si le proche du président interpellé est blanchi, cela voudra dire automatiquement qu’il bénéficie d’une protection solide et pour khelil lekhla on s’en rend compte que c’est le cas. Mais cela n’exclue pas que de puissants clans existent à côté, et ça a l’air d’être le cas. D’ailleurs les remues ménages opérés récemment le prouvent. Mais il est utile de savoir une chose, la lutte pour le pouvoir peut être sanglante au sein d’un même système, mais la sauvegarde du système est préservée systématiquement. Autrement dit par rapport au peuple et aux citoyens, les clans en lutte intestine à l’intérieur du système sont formidablement unis afin de préserver tous les acquis depuis….

        Souk-Ahras
        23 septembre 2018 - 16 h 56 min

        Avant que la justice italienne ne se prononce sur cette affaire, des très gros contrats ont été signés entre Sonatrach et Eni.
        Vous en pensez quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.