Inondations à Constantine : le ministère de l’Intérieur accuse les services de la météo

météo
Inondations à Constantine, la semaine dernière. D. R.

Par Hani Abdi − Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales critique l’office national de la météorologie (ONM) qui dépend du ministère des Transports.

Intervenant aujourd’hui sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne, le délégué national aux risques majeurs au niveau du ministère de l’Intérieur, Tahar Melizi, accuse l’ONM de n’avoir pas fourni à temps aux autorités locales les données météorologiques détaillées sur les fortes précipitations qu’a connues la wilaya de Constantine. M. Melizi considère que l’absence d’un BMS détaillé a été la principale cause des inondations de Constantine. Si la météo, estime-t-il, avait averti les autorités locales à temps, elles auraient pris les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe enregistrée dans cette wilaya et dans d’autres régions.

M. Melizi souligne qu’il ne s’agit pas de la première fois. D’autres inondations, affirme-t-il, ont eu lieu à Aïn El-Kébira, à Sétif, à Tébessa, à Djelfa et à Chréa, dans la wilaya de Blida. Selon lui, même la diffusion de BMS se fait de «manière vague» en évoquant plusieurs wilayas sans fournir les précisions nécessaires pour les autorités. M. Melizi considère ainsi impératif de régler de manière définitive «ce défaut de communication» en réorganisant le travail de l’ONM. Il souligne néanmoins que les inondations qui ont affecté plusieurs régions du pays ces dernières semaines sont la conséquence d’«une situation inédite, due à des pluies torrentielles et des orages violents».

Le délégué national aux risques majeurs précise que les dégâts subis, au début du mois, sont dus à des «précipitations exceptionnelles». Tahar Melizi affirme qu’aucun bulletin météorologique spécial n’a été émis «pour prévenir contre les intempéries qui ont affecté Constantine». Selon lui, il a été enregistré un cumul de 80 millimètres de pluies en 25 minutes, soit l’équivalent de ce qui est observé sur une période de trois mois. M. Melizi souligne qu’il n’existe pas encore de cartographie exacte des zones inondables.

H.A.

Comment (15)

    Anonyme
    25 septembre 2018 - 9 h 00 min

    melizi
    « elles auraient pris les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe enregistrée dans cette wilaya  »
    ——————————————————————————————————————————————
    le wali de Constantine a décrété que ce n’était pas une catastrophe…….qui doit on croire ?

    Anonyme
    24 septembre 2018 - 23 h 09 min

    La fuite en avant, et la recherche d’un bouc émissaire, « pour rincer le couteau », continuent de plus bel,?!,…
    Tout le monde sait , dans quelle situation financière difficile (déficitaire) vit la majorité des A.P.C algériennes
    Il faut faire face aux problèmes, avec courage, esprit de confiance, et auto-critique
    Les inondations catastrophiques, et dramatiques de Bab El Oued, en Novembre 2001 sont elles
    Dues à la mauvaise prévision de la Météo, où à un cumul de carences, de manques d’anticipations
    D’inerties, de négligences graves dans la conformité des réseaux d’assainissements, en de ça des standards
    Et du manques d’investissements, et de rénovations, dans les V.R.D (voies, et réseaux divers,…..)
    Et leur vétusté, …..,depuis la nuit coloniale

    Anonyme
    24 septembre 2018 - 21 h 47 min

    Vous dites….M. Melizi considère que l’absence d’un BMS détaillé a été la principale cause des inondations de Constantine. Si la météo, estime-t-il, avait averti les autorités locales à temps, elles auraient pris les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe enregistrée dans cette wilaya et dans d’autres régions….. moi je vous dit r faux ..rien a avoir avec le bms ou le terfess..welou..allez voir du côté des curages des buses des eaux usées et du côté nettoyages des rue et le nettoyage des barrage et les oueds…allez voir les tonne de zAbel, bois etc…et sur ceci si milizi ..faites un constat avant d avancer des allegation infondés. Pauvre Algérie et pauvre moi…

    Zaatar
    24 septembre 2018 - 20 h 14 min

    Estez le ciel et les cumulo numbus en justice. Estez les éclairs et les orages. Estez la pluie et la grêle…vous verrez vous aurez plus de chance pour solutionner vos problèmes Monsieur le Ministre de l’intérieur.

    Chaoui Ou Zien
    24 septembre 2018 - 19 h 59 min

    Cette bevue trouvera surement toute sa place dans le grand bêtisier ou nos illustres ministres ne finissent pas de se surpasser. Apres celle de Hadjar voila Tahar Melizi qui lui repond: et pour te faire voir qu’autant je te surpasse.

    Anonyme1
    24 septembre 2018 - 19 h 34 min

    Ce jour là j’y étais au niveau de Djebel Ouahche (Constantine) sur les hauteurs, il pleuvait à torrent pendant quelques minutes. Le Hama qui se trouvait plus bas à encaissé les eaux venant de toutes parts des collines avoisinantes.
    Ici c’est aux services des voiries de déboucher les égouts, ont-ils fait leur travail comme cela se fait tous les ans à la fin de l’été pour préparer l’arrivée de l’hiver ou de l’automne avec ses pluies.
    Je connais des quartiers à Alger ou les avaloirs des égouts ont été volés il ne reste qu’un trou béant bouché par des détritus et des ordures.

    Microsoft
    24 septembre 2018 - 17 h 54 min

    Pendant qu on y est accuser plutot le ciel.l’incompétence criarde et planification nulle

    Cloé
    24 septembre 2018 - 17 h 12 min

    Bonjour ! J’ai comme l’impression que pour défendre les uns on critique les autres ! Quelqu’un a soufflé sur un site , que le lien de parenté qu’il y a entre le wali de Constantine et le ministre de l’intérieur fera effacer cet épisode !!! Et voilà que ça se confirme !!! Je n’aurai jamais écris un commentaire pareil si la chose ne sentais pas le brûlé !!! On accuse la météo c’est la meilleure ! Ça rappelle la blague : qui a cassé la vitre de la fenêtre de la classe ? Dit le prof !!! Un des élèves réponds : c’est le vent monsieur ! Le prof : le venttttt ramenez votre père demain avec vous sinon vous serez renvoyé !!! Excellente soirée à tous

    Abou Stroff
    24 septembre 2018 - 15 h 02 min

    « Inondations à Constantine : le ministère de l’Intérieur accuse les services de la météo » titre H. A..
    je pense que le ministère de l’intérieur devriat ester le plus rapidement possible, devant la justice, les services de la météo pour atteinte grave à l’ordre public. en effet, si les services de la météo avait averti à temps les services du ministère de l’intérieur, ces derniers auraient eu le temps de bétonner les zones à risque pour éviter les éboulements qui ont perturbé la paisible vie des « citoyens ».
    PS: dans l’univers algérien, même le pauvre Kafka se retrouverait sans voix.

    11
    Anonyme
    24 septembre 2018 - 14 h 55 min

    Quand tout va mal,c’est toujours la faute des autres

    12
    Anonyme
    24 septembre 2018 - 14 h 22 min

    Après avoir accusé les citoyens d’être responsables de l’accumulation des ordures dans nos rues, après avoir permis par son laxisme qu »un citoyen soit assassiné par un gardien de parking autoproclamé, que nos rues soient prises d’assaut tous les matin que le bon dieu fait par des brigands et le commerce informel, voila que c’est maintenant la faute à la météo si nos rues sont inondées. Je n’ai pour ma part qu’une seule demande à faire à Bedoui: Dégagez, rentrez chez vous. Il y a des milliers d’Algériens plus compétent que vous qui chôment.

    14
    Betrouni
    24 septembre 2018 - 13 h 38 min

    Aujourd’hui le pouvoir accuse l’office national de la météorologie (ONM) , demain il n’est pas exclu qu’il accusera Dieu lui-même , pourtant connu pour être miséricordieux et clément !

    15
    2
    Mouloud
    24 septembre 2018 - 13 h 16 min

    Responsable mais pas coupable, la doctrine de nos politiques en Algérie. Ou sont les hommes d’Etats?

    13
    Aile brisée
    24 septembre 2018 - 12 h 54 min

     » Si la météo, estime-t-il, avait averti les autorités locales à temps, elles auraient pris les dispositions nécessaires pour éviter la catastrophe enregistrée dans cette wilaya et dans d’autres régions »

    Un mensonge gros comme une couleuvre

    18
      @Aile brisées
      24 septembre 2018 - 13 h 09 min

      Ajoutons : qu’on nous a caché que les services de la météo sont dotés d’un pouvoir surnaturel d’arrêter les catastrophes ! et avant cela, qu’il sont chargés eux-mêmes de curer les avaloirs et de stopper les constructions anarchiques sur des oueds. Quant au wali et autres, il ne sont chargés que de prononcer les beaux discours.

      19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.