La Gendarmerie nationale intercepte 9 candidats à l’émigration clandestine

émigration, Harragas
On peut dire que ces jeunes n'ont pas été interceptés, mais sauvés de la noyade. D. R.

 

Les services de la Gendarmerie nationale ont mis en échec une tentative d’émigration clandestine de 9 individus à Bomo Plage dans la commune de Bousfer (Oran), a-t-on appris lundi du groupement territorial de ce corps de sécurité.

Les éléments de la 4e section de sécurité et d’intervention de la Gendarmerie nationale ont intercepté dimanche à 3 heures du matin ces harragas originaires d’Alger qui s’apprêtaient à prendre le large à partir de Bomo Plage, a-t-on indiqué.

Ces jeunes ont été remis à la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale pour poursuivre l’enquête et seront présentés prochainement devant la justice, a-t-on ajouté.

 

 

Comment (4)

    Anonyme
    26 septembre 2018 - 22 h 37 min

    ils ne veulent pas rester en Algérie ; et ils ont leurs raisons alors laissez les partir sans les stopper par la force ! ils vont prendre des risques ! que peut offrir ce systeme et ce pouvoir a cette jeunesse pour y rester ? rien ! mieux les hommes du systeme sont le mauvais exemple pour cette jeunesse puisque c est eux qui trafiquer et transférer le trésor du peuple algérien a l étranger ! alors arrêtez l hypocrisie et laissez ces harraga face a leur destin et dieu est avec eux !

    Brahms
    25 septembre 2018 - 23 h 25 min

    Bombe à retardement en Algérie. Ces personnes n’ont rien fait à l’école, pas de diplôme, pas de formation, pas de métiers dans les mains. La plupart ne savent même pas écrire une lettre. Ils vont faire quoi de leurs vies : Cambriolages de villas, agressions, vente de drogue, harragas pour finir en prison en Europe, terrorisme. Ce sont leurs parents qui sont responsables de leurs situations c’est à dire qu’ils ont fait des enfants en pensant que ce serait les autres citoyens qui éduqueraient ou s’occuperaient de leurs enfants.
    Ces futurs délinquants vont juste causer des problèmes sur problèmes et ce, durant toutes leurs vies à la société civile algérienne car ils sont incapables de travailler (handicapés).

    2
    1
    Gatt M'digouti
    25 septembre 2018 - 15 h 42 min

    Embauchez les de force a récolter la pomme de terre a ain defla !!!! la main d’œuvre manque cruellement !!!!

    3
    3
    Anonyme
    25 septembre 2018 - 4 h 01 min

    Savent pas qu’il y a du boulot sur les chantiers de construction, ces bacs moins 10 ? Veulent pas se faire des ampoules aux mains, préfèrent balader leurs tronches dans les rues de Cologne?

    11
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.