Contestation du limogeage du SG de l’APN : Ould-Abbès enfonce Bouhadja

APN
Djamel Ould-Abbès. New Press

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, enfonce le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), qui fait face à une contestation de sa décision de limoger le secrétaire général de cette institution législative.

En marge de la réunion du groupe parlementaire du FLN, Ould-Abbès met en garde contre tous ceux qui «franchiraient la ligne rouge», lui qui s’est réuni avec les députés du parti qui se sont élevés contre le limogeage du secrétaire général de l’APN dont le chef du groupe parlementaire de l’ex-parti unique, Mouad Bouchareb. Ce dernier a accusé Saïd Bouhadja d’avoir refusé d’exécuter une directive du président Abdelaziz Bouteflika, estimant que le président de l’APN «a franchi la ligne rouge».

Djamel Ould-Abbès estime, pour sa part, que «celui qui sortirait de son allégeance au président Bouteflika ne peut pas rester au FLN». Ould-Abbès affirme avoir installé un comité au niveau de l’APN, composé de députés afin de parer à toute éventualité et de faire face à toute situation urgente.

Djamel Ould-Abbès affirme qu’il ne s’immisce pas dans les affaires de l’Assemblée ni dans celles de son président, Saïd Bouhadja, également du FLN. Il est à souligner que Saïd Bouhadja, en sa qualité de président de l’APN, a limogé le secrétaire général de l’Assemblée et l’a remplacé le jour même par un intérimaire. Une décision qui n’a pas été du goût de la direction du FLN.

Dans un communiqué, l’Assemblée affirme que la décision récente prise par son président «s’inscrit en droite ligne de ses prérogatives et sur la base de données d’appréciation». Le cabinet de Bouhadja a beaucoup insisté dans son communiqué sur la conformité de cette décision avec la législative et sur sa «normalité».

H.A.

Comment (10)

    K. DZ
    27 septembre 2018 - 3 h 38 min

    Pourquoi il n’y a que les députés fln qui contestent la décision de Bouhadja ? le Sg/apn est lui aussi fln ? Les autres députés se sentent-ils concernés ou bien attendraient-ils eux aussi des #directives#, après tout, le sg/apn est au service de l’institution apn pas fln.

    @ kahina-dz
    26 septembre 2018 - 23 h 00 min

    lol ..mais malheureusement ce sont pas moins de 99% du ghachi qui est zawiyiste justement , et tout le probléme est dans cette mentalité islafo-obsurantiste qui a empiré la paralysie qui caractérise le citoyen lambda déja acquis « naturellement » mais inconsciemment à la cause islamiste à défaut de juste simple musulman. c’est foutu..il faut une autre vie…lol

    15
    Lghoul
    26 septembre 2018 - 21 h 24 min

    En Algerie on a eu des nouveaux musulmans, des messages de Dieu et recemment de nouveaux Dieux qui punissent toute personne qui depasse la ligne « rouge » sauf que voler ouvertement et en plein jour des milliards est une ligne verte. A 84 ans on devient facilement Daltonien. Qui sont tous gens ? Comment beneficient ils le pays ? Est ce que leur travail est simplement d’idolatrer ?

    19
    2
    Kahina-DZ
    26 septembre 2018 - 21 h 07 min

    «celui qui sortirait de son allégeance au président Bouteflika ne peut pas rester au FLN »

    C’est quoi ce vocabulaire des Zaouïas ?? Le FLN est un parti politique et non pas un temple religieux.

    Une Vraie Khalouta fi l’Algérie.

    16
    1
    Felfel Har
    26 septembre 2018 - 20 h 48 min

    Certains Algériens seraient-ils intouchables? Bénéficieraient-ils d’exceptions aux lois du pays? Si Mr. Ould Abbes révisait ses leçons d’Histoire, il se rappellerait que la première exigence des révolutionnaires français en 1789 concernait l’abolition des privilèges et la fin de l’impunité. Nos juristes, si chatouilleux quant à la stricte application des lois, devraient s’élever pour rappeler que NUL N »EST AU-DESSUS DES LOIS! La classe politique et la société civile devraient joindre leurs voix pour le rappeler à l’ordre. Menacer, invectiver, défier les lois, ne sont-ce pas là des appels aux troubles, à déstabilisation? Celà devrait lui valoir un séjour en prison!

    10
    Anonyme
    26 septembre 2018 - 20 h 18 min

    Le tour viendra …..pour Djamel Ould Abbes, histoire d’un congrès exceptionnel, …..
    …..,Où d’une « session extraodinaire » du comité centrale du FLN, où d’autres coups montés, manoeuvres
    ….., Et « coups d’état scientifiques », dont seuls les « militants » du FLN, connaissent leurs secrets,…..
    D’un parti de clans, d’opportunistes, de magouilleurs, de comploteurs, et de conjonctures politiques
    Avec les plus forts du moment, et non d’un parti de principes, de programmes, et de vrais militants-opposants
    Histoire de l’arroseur arrosé,…..sera au rendez vous, des prochaines réunions du comité central

    11
    Tredouane
    26 septembre 2018 - 18 h 06 min

    Ligne rouge,aucun savoir, les citoyens civilisés parlent de constitution et lois ,et vous des lignes rouges;c’est une question purement organique interne à L’A.P.N ,règlements et prorogatifs.Mr Peuple vous vois en rouge.

    19
    Anonyme
    26 septembre 2018 - 17 h 50 min

    Dans les pays qui se respectent, les assemblées nationales et autres parlements sont composés de membres élus, mais fonctionnent avec une administration et des fonctionnaires indépendants des partis politiques. Mais en Algérie, c’est toujours autrement que cela fonctionne et c’est certainement la raison pour laquelle tout fonctionne de travers !

    17
    Anonyme
    26 septembre 2018 - 17 h 38 min

    C EST UNE MISE EN SCÈNE DE SÉNILES DU SYSTÈME ! EMBARQUEZ LES A L HÔPITAL FRANTZ FANAND SVP !

    28
    aplatventristes couchez vous!
    26 septembre 2018 - 17 h 28 min

     » celui qui sortirait de d’allégeance… » hahaha

    21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.