Impiété et trahison ?

vote grand
Pour qui et pourquoi vote-t-on ? PPAgency

Par Bachir Medjahed – C’est toujours le grand embarras à la veille de chaque élection. Il ne s’agit pas de voter pour qui, pour quoi, mais surtout contre qui et contre quoi. Certainement ou probablement pour certains, on ne veut pas voter contre l’islam, comme on ne veut pas voter contre Novembre. Plus d’un demi-siècle depuis l’indépendance, nous en sommes encore à nous créer nos propres obstacles.

On parle d’alliance verte, c’est-à-dire des partis islamistes et en parler signifie qu’il est acceptable que cette alliance prenne en otage la religion. Sinon, pourquoi la couleur verte ? Il y a quand même un grand malaise quand un parti se présente au nom de l’islam pour conquérir le pouvoir central et local. Même seulement une APC. Voter contre ce parti signifierait-il voter contre l’islam ? Faudrait-il accepter d’autres amalgames après celui qui veut que soit confondu l’islam avec le terrorisme ?

Il n’y a pas que l’islam. Il y a également l’histoire de la guerre de Libération nationale. Il y a un grand malaise quand un parti se présente comme celui qui a conduit et gagné la guerre d’indépendance pour conquérir le pouvoir central et local. Même une APC. Voter contre ce parti signifierait-il voter contre la Révolution de Novembre ?

Refuser de voter contre l’alliance verte et tout parti autoproclamé portant seul le fardeau de la foi en Dieu ou contre tout parti disant emmagasiner tout l’amour pour la nation au titre de monopole, serait-ce à la fois blasphémer et être harki ?

Depuis la constitutionnalisation de la langue amazighe, de l’institutionnalisation de Yennayer, en principe, le pays est mis à l’abri de l’ethnicisation des relations intercommunautaires, donc de la politisation de l’identité. En principe.

B. M.

Comment (45)

    Souk-Ahras
    29 septembre 2018 - 14 h 11 min

    Bonjour Karamazov, Zaatar, sans oublier Abou Stroff,

    Nous savons tous que la piété est une invocation à « Rahmat Allah » et si il y a vote de cette piété, celui-ci ne saurait s’exprimer autrement que dans l’individualité et pas dans le partage.
    Il en va de même pour la trahison qui émane d’une spécificité propre à l’individu qui la pratique. Le vote de la trahison est exercé par l’intérêt propre et sans partage de l’individu.
    Dans les deux cas, il y a une similitude à l’individuation.

    L’être humain est une machine hautement complexe qui a évolué et qui évolue , avec les apports technologiques, matériels, et macroéconomiques que nous connaissons et pratiquons, vers l’individualisation outrancière. C’est inscrit dans le cours naturel de l’évolution et il n’en faut pas faire une dramaturgie.

    L’individuation humaine est concentrée dans la formation, à la fois biologique, psychologique et sociale, de l’individu toujours inachevé. L’individuation humaine est triple, c’est une individuation à trois branchess, car elle est toujours à la fois psychique ( je),collective (nous) et technique (milieu qui relie le Je au Nous), milieu concret et effectif, supporté par des mnémotechniques.

    C’est un paradoxe de notre temps maintes fois relevé : l’individualisme de masse ne permet pas l’individuation de masse. C’est la force des technologies de gouvernances néolibérales que d’avoir réussi à priver l’individu de son individuation, au nom même de son individualité. L’individualisme est un régime général d’équivalence où, chacun valant chacun,tout se vaut ; à l’inverse, l’individuation engage une philosophie où rien ne s’équivaut. L’individualisme répond à une logique où l’individu réclame sa part dans le partage des ayants droits (partage entre particularités, entre minorités) ; à l’inverse, l’individuation répond à une philosophie qui brise cette logique de l’identification, et pour laquelle il n’est pas de partage qui ne soit participation et pas de participation qui ne mène l’individu à dépasser ce qui le départage. On l’aura compris : l’individuation n’est pas l’individualisation – et l’individualisation, au sens où l’entend l’individualisme consumériste, est une désindividuation.

    Que faut-il en retenir de toute cette marmelade technico-philosophique ?
    Que l’individu est singulier dans la mesure où il n’est pas particulier. La particularité est reproductible, la singularité ne l’est pas : elle ne peut pas être un exemplaire – mais elle est un exemple de ce que c’est que s’individuer. Un individu est singulier dans la mesure où il n’est pas substituable : sa place ou son rôle ne peut pas préexister à son être. Il y a donc de quoi s’inquiéter des standardisations industrielles productiviste puis consumériste qui transforment le singulier en particulier, ou de ce marketing croissant qui assaille un cerveau de plus en plus formaté et de moins en moins formé.
    Pour conclure, je dirais que toutes les armes de l’individuation sont devenues obsolètes, face à celles de l’individualisme conquérant en ce 21ème siècle.

    Quant au squatt d’un trou noir, je cherche les moyens sûrs et fiables qui nous aideraient à éviter de croiser la trajectoire boutéflikiènne « éthérée ». Je me fais aider pour cela, par Euler pour calculer une trajectoire X = (x, y, z, phi, theta, psi) dans laquelle phi, theta et psi sont les angles (d’Euler lui-même) qu’on choisira au pas de tir.

    Bien à vous amis intervenants.

      Zaatar
      29 septembre 2018 - 15 h 01 min

      Brave Souk Ahras,

      Tu travailles toujours à 33° 52′ 2.953″ S et 151° 12′ 25.164″ E? C’est Euler moi aussi qui m’a mis sur la trajectoire. Et puis, le fait de mentionner la singularité de l’individu et son comportement qui peut être particulier me met également sur la voie. La complexité de l’évolution est partout, de la moindre particule élémentaire jusqu’aux astres et les galaxies à des degrés diverses. Je viens d’apprendre qu’il n y a pas longtemps notre protection magnétique et notre atmosphère ont failli être soufflées par une éruption d’un magnétar situé à une soixantaine d’années lumière. L’énergie qu’a dégagé cette éruption a été classé à « 32 sur l’échelle de Richter » sérieux, avec une extrapolation (car on sait que l’échelle de Richter va uniquement jusqu’à 9). Je te fais confiance pour les angles d’Euler, les cordes c’est bien ton domaine. Salut l’ami.

        Souk-Ahras
        30 septembre 2018 - 10 h 33 min

        Bonjour Zaatar

        Non, je ne vis plus dans la localisation géographique indiquée. Je profite tranquillement d’une retraite bien méritéE « at home » comme le disaient mes anciens hôtes. À Souk-Ahras et ailleurs.

        Cadavres d’étoiles, magnétar, pulsar, sursaut gamma, énergie dégagée monstrueuse (1000 mds de fois celle de notre soleil) ; il n’y en a pas tant que ça dans notre galaxie. Les irruptions en question sont de très courte durée, elle va de la ms à la mn, Ce qu’il faut bien retenir c’est que le magnétar est engendré par la torsion des lignes du gigantesque champ magnétique d’un pulsar. Les astrophysiciens éloignent la possibilité qu’une telle catastrophe puisse toucher notre planète, Selon eux, la probabilité que la sursitaire Eta Carinae, située à 8000 AL de nous, pointe son sursaut gamma dans notre direction est très faible.

        P.S. Aux dernières nouvelles, un pulsar à énergie néfaste localisé dans la galaxie Algérie, serait, apparemment en fin de cycle.

      Abou Stroff
      30 septembre 2018 - 13 h 34 min

      erreur mon cher Souk-Ahras, ce n’est guère un pulsar à énergie néfaste qui serait en fin de cycle mais une naine blanche.
      quant à cette histoire d’individuation, je reconnais que le système capitaliste conquérant nivelle tout, y compris les individus, qu’ils fassent partie des couches dominantes ou des couches dominées (le hamburger de Tokyo a exactement la même saveur que celui de New Delhi.

    FAUX
    29 septembre 2018 - 0 h 13 min

    Depuis la constitutionnalisation de la langue amazighe, de l’institutionnalisation de Yennayer, en principe, le pays est mis à l’abri de l’ethnicisation des relations intercommunautaires, donc de la politisation de l’identité. En principe.

    Archi faux, ça a causé la division
    be soyez pas hypocrites

    1
    3
      MELLO
      29 septembre 2018 - 9 h 36 min

      Merci, puisque depuis la constitutionnalisation de Tamazight, les valeurs revendicatives se sont tues. Puisque la véritable opposition,il ne faut pas se le cacher, vient de ce bâton kabyle. Maintenant, si division il y a ,elle ne peut que provenir de ceux qui sont contre Tamazight. L’identité Algérienne saura se remettre sur rail, l’avenir nous le dira.

    Mohamed
    28 septembre 2018 - 21 h 53 min

    Je suis musulman, et totalement fier de l’être, et je ne voterai jamais pour un parti qui ne reconnaît pas la législation islamique en Algérie. En 1962 l’islam s’est débarrassé des français et d’une partie seulement des harkis.

    2
    16
      manman1954
      29 septembre 2018 - 7 h 13 min

      @Mohamed
      Eh Marroqui, va semer la fitna chez toi, le royaume du prédateur Mohamed VI.

      Zaatar
      29 septembre 2018 - 8 h 09 min

      Va vivre alors en Arabie yahoudite ou dans la péninsule arabique tu ne te porteras que mieux qu’ici.

    MELLO
    28 septembre 2018 - 20 h 56 min

    La Politisation de l’identité nationale reste un vecteur sur lequel tout autre activité politique devrait se greffer. En Algérie, malheureusement, ce vecteur est combattu afin de faire taire toute voix démocratique en imposant un contrepoids qu’est l’islamisme politique. Effectivement, comme la société Algériennes est restée attacher aux principes de l’islam, il s’en est sorti les résultats des années 90. Beaucoup plus un vote sanction qu’un choix politique. Les événements des années noires étant, l’autre aile politique se revendiquant de la légitimité révolutionnaire, un parti qui a embourbé durant de longues années ce pays , se remet sur rail afin de se placer en alternative, sommes nous aussi amnésiques ? Les années de plomb de 1962 à 1988 ainsi que les années noires de 1992 à. ….,doivent nous orienter dans notre démarche politique. Le parti islamiste à été dissous, mais pourquoi le parti du front de libération nationale ne l’à pas été ? Pour le bien de l’Algérie, le blasphème et la trahison, dans ce cas, doivent être de vigueur.

    4
    3
    keddabine
    28 septembre 2018 - 19 h 46 min

    Pour ma part, je ne voterai jamais pour un parti representant une religion, une ethnie ou une frange de l’histoire.
    Je me base sur les candidats qui présenteroint un programme réaliste et sérieux.
    Pas du genre on va augmenter les retraités, on va libérer la femme, on va donner, donner, donner.
    Bien au contraire je choisirai celui de la rigueur et de la garantie d’une justice dure et indépendante, celui qui a un plan contre la DEMOGRAPHIE ET LE VOILE, celui des bases militaires de la Chine et de la Russie…
    Démocratie ne veut pas dire que même les criminels auront le droit d’avoir leur candidat.

    Karamazov
    28 septembre 2018 - 14 h 55 min

    Ya Akhi Abou Stroff.

    Tissi byen que nul n’en profite en son pays. Je ne prêchais pas a des convertis , hélas !

    Pour ce qui est de l’ascenseur spatial de note bien aimé Fakhamatouhou, je n’ai pas encore mon compte de prières pour postuler. Les voies du Seigneur me sont impénétrables. Même pas un sarfatika de baptème pour te dire. Et que je sache le trou noir où je voudrais aller n’est pas sur leur trajet. Houma lillahi wa illayhi radji3oun, moua c’est l’inverse. Il y a incompatibilité.

    Pour l’individuation, et la seule voie qui y conduit : je n’ai qu’une prière à son sujet: que son règne vienne et que sa volonté soit faite dans le siècle des siècle, amen !

    1
    10
      Zaatar
      28 septembre 2018 - 16 h 53 min

      Cher Karamazov,
      On sait très bien que nul n’ en profites dans son pays. Mais là c’est une chance unique d’intercepter apophis. L’ascenseur spatial que te propose notre ami Abou Stroff à été conçu pour. Maintenant, même si tu n’as pas ton compte de prières tu peux te rattraper en achetant ou en cotisant pour les années manquantes. L’ascenseur spatial fonctionne à tout heure.

      1
      4
        Karamazov
        28 septembre 2018 - 17 h 42 min

        Non, je préfère votre vaisseau. Pour l’argent je vous paierai à l’arrivée , en billet verts ( martiens, cela s’entend)

        Ipi tu vois tous les pouces en bas qu’on se récolte de leur part. Manifestement ils ne nous aiment pas. Pas un seul ne me vendra ne serais-ce qu’une tarawih inachevée .

        Comme dit l’adage , s’il faut partir avec eux je préfère les laisser partir. Pourvu qu’il y est de la place pour tout le monde. Peut être que s’ils partent tous il poussera un autre gazon sur Terre.

        Sinon, si t’as une idée pour construire un aspirateur géant, comme notre Fakhama, pour attirer Apophyse, je suis partant. Enfin je veux dire je suis restant pour l’idée.

          Zaatar
          28 septembre 2018 - 18 h 33 min

          Cher Karamazov,

          Pour partir c’est sans souci, j’ai disserté sur le vaisseau en question dans un post que j’ai mis en bas. Maintenant il est vrai qu’ils ne nous aiment pas, pourquoi? pour moi la réponse est simple du moins en en qui me concerne, c’est parce que je chante les chansons de Brassens « Ahaha P… de toi », « le Mécréant » et le « Gorille » à la guitare. Alors ils voudraient bien se débarrasser de moi. Aussi et tu as raison, s’ils veulent partir , nous bien sur on reste, et crois moi, on aura juste après leur départ un nouveau Adam et une nouvelle Eve tu vois le topo. Quant aux pouces en bas, il n y a qu’un seul qui les distribue ici et c’est très facile de s’en rendre compte, il est l’un des seuls sinon le seul à avoir une balance extra positive entre les pouces en haut et les pouces en bas dans tout ce qu’il met comme post, il est arrivé à dépasser la centaine de pouces en haut…et puis, il me voit partout, sous tous les pseudos alors tu vois, et si tu lis ses posts t’en aura une parfaite idée du formatage de son cerveau.

          2
          5
          Abou Stroff
          29 septembre 2018 - 9 h 54 min

          de quel vaisseau parlez vous, mister Karamazov? mister Zaatar m’aurait il doublé?
          en effet, nous sommes tous les deux (Si Zaatar et mon auguste personne) censé gérer l’ascenseur spatial de notre bienaimé fakhamatouhou, pensé par les allemands, construit par les chinois et fierté de tous les faux dévôts!
          PS: vu mon âge, il est fort probable que je me retrouve entre les mains de 72 houris avant que ce fichu Apophyse égratigne la terre. conclusion imparable, j’espère que le passage d’Apophyse provoquera un tsunami qui emportera le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui domine la formation sociale algérienne, qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien.

    lhadi
    28 septembre 2018 - 13 h 40 min

    La première certitude, la première vérité que nous fait découvrir le doute est celle du moi pensant, du cogito ergo sum, « je pense, donc je suis ». Pendant que je doute de tout, je suis certain de l’existence de ma pensée qui doute. Ainsi nous ne saurions douter sans être, et ce constat est l a première connaissance certaine, le premier principe absolument vrai. L’être ou l’existence de l’âme, de la pensée, est le premier principe à partir duquel vont être déduits deux autres principes : l’existence de Dieu et la véracité divine.

    Ayant la certitude du cogito, nous ne sommes cependant assurés d’aucune autre chose encore. Le moi pensant ne sait pas encore si les choses dont il a en lui les idées existent bien hors de lui. Il n’y a pas alors de connaissance possible de choses extérieures à soi, du monde.

    Or parmi toutes mes idées, dit Descartes, il y a une idée dont je ne puis être la cause, à savoir l’idée de Dieu. Par l’idée de Dieu « j’entends, dit-il, une substance infinie, éternelle, immuable, indépendante, toute connaissante, toute puissante, et par laquelle moi-même et toutes les autres choses qui sont (…) ont été créées et produites » (Ibid., iii méd., p.68).

    L’idée d’un être infini et parfait ne peut tirer son origine de moi seul « car, dit Descartes, encore que l’idée de la substance soit en moi, de cela même que je suis une substance, je n’aurais pas néanmoins l’idée d’une substance infinie, moi qui suis un être fini, si elle n’avait été mise en moi par quelque substance qui fut véritablement infinie » (Ibid., iii., p. 69). Il faut donc nécessairement conclure que Dieu existe.

    La deuxième preuve de l’existence de Dieu est, chez Descartes, la preuve ontologique, qui consiste à conclure l’existence de Dieu, de l’analyse même de son essence : de l’idée de Dieu, être souverainement parfait, on doit conclure que Dieu existe, car si Dieu ne possédait pas l’existence, il lui manquerait une perfection. « Dans le concept d’un être souverainement parfait, la parfaite et nécessaire (existence) y est comprise » (Réponses aux deuxièmes objections. Axiomes ou notions communes, x, in méditations métaphysiques, éd. citée.) L’essence de Dieu implique son existence, comme l’essence du triangle implique que ses trois angles soient égaux à deux droits.

    Le second principe qui permet de fonder la connaissance objective du monde est le principe de la véracité divine, découvert par la seule considération de la nature de Dieu. En effet, Dieu souverainement parfait et tout-puissant ne saurait être trompeur, car vouloir tromper est une imperfection et « dépend nécessairement de quelque défaut ».

    La découverte de la véracité divine nous délivre donc du doute et, en garantissant notre connaissance, fonde la science, la connaissance objective du monde. « D’où il suit, dit Descartes, que la faculté de connaitre que (Dieu) nous a donné, que nous appelons lumière naturelle, n’aperçoit jamais aucun objet qui ne soit vrai en ce qu’elle aperçoit, c’est-à-dire en ce qu’elle connait clairement et distinctement. » (Principes de la philosophie, art 30, p. 73).

    La véracité divine garantit ainsi notre connaissance des sévérités mathématiques, mais elle garantit également notre inclination à croire que nos sensations sont produites par des corps, nous permettant ainsi d’affirmer l’existence des corps hors de nous. La véracité divine nous permet donc de retrouver le monde et les corps et de les connaitre. « Si nous apercevons le monde et les corps et de les connaitre, soit en veillant, soit en dormant, pourvu que nous séparions ce qu’il y aura de clair et de distinct en la notion que nous avons de cette chose de ce qui sera obscur et confus, nous pourrons facilement nous assurer de ce qui sera vrai. » (ibid., art. 30, p. 74.)

    Les principes de la métaphysique : le cogito, l’existence de Dieu, la véracité divine sont donc les principes de la philosophie toute entière. Sans la connaissance de ces vrais principes, nous ne pouvons connaitre autre chose au monde. Les principes des sciences, la connaissance de toutes les choses qui sont au monde doivent être déduits de ces vérités que sont les principes métaphysiques. La métaphysique est bien, pour Descartes, le fondement de la science.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    5
    17
      Vector
      28 septembre 2018 - 14 h 42 min

      Zhuangzi rêva qu’il était un papillon qui ne savait pas qu’il était Zhuangzi ou un papillon rêva qu’il était Zhuangzi qui ne savait pas qu’il était un papillon ?

      6
      13
        lhadi
        28 septembre 2018 - 16 h 43 min

        Etre heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections. Aristote.

        fraternellement lhadi
        ([email protected])

        5
        3
    karimdz
    28 septembre 2018 - 12 h 28 min

    Dans une démocratie, toutes les sensibilités ont le droit de se représenter, qu’elles soient libérales, progressistes ou même religieuses, c’est pas propre à notre pays, il n’y a qu’à observer des pays dits démocratiques.

    Maintenant chaque parti décide de son sigle de sa couleur, en europe le vert est utilisée par les écologistes, en Algérie, ce sont les partis religieux qui l’utilise, ils font ce qu’ils veulent.

    Ceci dit, il aurait été bien que ces partis dit religieux évoluent vers une tendance plus acceptable, du style partis démocrate musulman ou encore libéraux musulmans , . On peut se revendiquer des valeurs de l’islam, mais aussi du respect de la démocratie, des valeurs humaines etc, et pouvoir aussi être une force de proposition et présenter un programme.

    Par contre les partis sectaires, régionalistes, extrémistes, ne devraient pas être tolérés, car source de division et de danger pour la démocratie, quand bien même notre pays n’est pas encore une référence en la matière.

    15
    8
      Vector
      28 septembre 2018 - 13 h 57 min

      Vous confondez démocratie, droits de l’Homme, État de droits et libéralisme économique !
      L’islamisme est l’ennemi des droits de l’homme mais pas de la démocratie, de l’État de droits et du libéralisme économique !
      L’ennemi du socialisme c’est seulement le libéralisme économique !!!

      9
      16
        karimdz
        28 septembre 2018 - 15 h 38 min

        Vous devriez enlever vos œillères, zaatar vector, je dis tout le contraire de ce que vous écrivez. Toujours aussi insidieux et prompt à dire des inepties.

        Donc dans une démocratie selon vous, il n y a pas de droits de l’homme, ni d’état de droit. Ta définition donc de la démocratie, c’est le despotisme, nous ne sommes pas effectivement sur la même longueur d’ondes.

        Quand au programme d’un parti, il peut être libéral ou sociale, voir les deux.

        La vérité t’agace et tu es loin d’être un expert en la matière.

        13
        4
          Vector
          28 septembre 2018 - 15 h 54 min

          Aux USA, le Texas a organisé un referendum sur le mariage LGBT et le refus l’a emporté ( = démocratie) mais la Cour Suprême (état de droit) a forcé tout les états de l’union a accepter le mariage LGBT au nom des droits de l’homme !

          6
          12
          karimdz
          28 septembre 2018 - 16 h 17 min

          Je vais te citer la Suisse en exemple zaatar vector, qui est beaucoup plus sérieux que ton exemple, il existe dans ce pays la démocratie directe, et ce sont les citoyens qui ont le dernier mot.

          Je l’avais dit, nous n’avons pas les memes valeurs, ni les memes référence, l’amérique mdr !

          3
          3
          Zaatar
          28 septembre 2018 - 17 h 26 min

          Tu fais une obsession l’ami, tu vois zaatar partout peut être même que tu te l’imagine et que tu lui met une figure, un visage. …

          2
          2
          karimdz
          29 septembre 2018 - 9 h 29 min

          zaatar l’bouloune vector et bien d’autres anonymes, tu te crois rusé, mais il y a toujours plus intelligent, ness fakou !

        lhadi
        28 septembre 2018 - 16 h 36 min

        Il y a « un bon et un mauvais socialisme » Le premier concilie « la communauté et la propriété, la solidarité et la liberté », selon le précepte évangélique : « aime ton prochain comme toi même. » D’où la nécessaire « union du libéralisme et du socialisme ».

        Le libéralisme ne désigne pas la doctrine des économistes, mais l’idée du libre arbitre issue du cogito cartésien : « je pense, donc je suis », a dit le père de la philosophie moderne. Descartes eut pu ajouter : « je pense donc je suis libre ». C’est dire que le « socialisme ne commence qu’avec l’amour de la liberté, avec le libéralisme ». Aussi, « les opposer l’un à l »‘autre, comme on le fait quelquefois, n’est-ce pas opposer le tout et la patrie ? ».

        En vérité « tout socialiste éclairé s’honore du nom de libéral ; tout libéral sincère est socialiste ».

        On confond à tort le libéralisme et l’individualisme, car la liberté de l’homme, loin de le détacher de ses semblables, nourrit la sociabilité. Il faut donc distinguer « socialisme libéral » et anarchisme. : « une liberté amie de l’ordre, un ordre compatible avec la liberté, voilà ce qu’exige le bonheur des Etats, voilà le voeu d’un socialisme libéral. »

        Quant au communisme, son tort est d’imposer, au-dessus des individus, « le lien commun », tarissant ainsi la source de la fraternité qui périt avec la liberté et l’égalité : c’est un faux socialisme. Seule la doctrine dite du ‘spiritualisme ne sacrifie ni l’individualité ni la société : « posant comme également réelles, également inviolables, l’individualité et la communauté, il doit appliquer partout le vrai libéralisme et le vrai socialisme, le libéralisme social, le socialisme libéral ».

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])

        4
        3
    awrassi
    28 septembre 2018 - 11 h 39 min

    La foi et Dieu ne doivent pas nous faire oublier qu’un pays se gouverne avant tout par un programme économique. Dieu, par exemple, nous dit que la terre ne nous appartient pas, qu’Il nous en donné l’usufruit et qu’il nous incombe de la travailler. Commençons par faire accepter cela par tous les musulmans ! Seul un socialisme fondé sur le Coran pourrait nous aider à bien vivre matériellement et spirituellement. L’Enfer nous guette tous; juste une question de temps et de durée du séjour !!! La charia devrait concerner tous les aspects matériels et immatériels de la vie (économie, travail, commerce, etc.). Pas uniquement les pêchés « moraux » (fornication, adultère, assassinat, etc.). J’attends qu’un parti « islamiste » ou « laïc » nous fasse des propositions globales qui allient économie, politique internationale et morale musulmane … Je vais attendre longtemps !!!

    9
    11
      Vector
      28 septembre 2018 - 14 h 04 min

      « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon » Jésus

      J’ai une question a vous posez :
      Imaginons que vous avez un local à louer :
      Monsieur A vous propose 1000 euros par mois pour y installer une mosquée
      Monsieur Z vous propose 10 000 par mois pour y installer un bar gay
      Qui aller vous choisir ?

      15
      10
        Abou Stroff
        29 septembre 2018 - 9 h 42 min

        comme le rapport dominant les rapports sociaux du moment est le rapport argent, et comme l’hypocrisie est une caractéristique que j’abhorre, je choisirais, sans hésiter, la deuxième option, point, barre.

    Gatt M'digouti
    28 septembre 2018 - 9 h 21 min

    Allah voulait l’Islam comme religion, mais les véreux hypocrites menteurs et veules en voulaient faire une politique.
    Une politique qui leur permettra de s’enrichir en jouant sur le sacré et en trompant les naïfs croyants.
    Les exemples sont légions: les fils Abassi Madani en Angleterre, les dénonciations du fils de feu Mahfoud Nahnah, Amar Ghoul l’Oreal, ce qui ne les différencient pas des affamés du FLN, RND et autres microscopiques partis opportunistes.
    To be or not to be ??? la question est posée !

    15
    1
    oumaazedine
    28 septembre 2018 - 9 h 20 min

    السلام عليكم ورحمه الله وبركاته
    لا حزبية في الدين قد أمر الله سبحانه وتعالى بالتحاكم إليه وتحكيم شرعه وحرّم الحكم بغيره كما يتضّح ذلك في عدد من آيات القرآن الكريم ومنها ما تضمّنته سورة المائدة التي اشتملت على عدد من الآيات التي تتحدّث عن الحكم بما أنزل الله ومواضيعها تدور على ما يلي :

    ـ الأمر بالحكم بما أنزل الله كما في قوله تعالى : ( وأن احكم بينهم بما أنزل الله ) آية 49

    ـ التحذير من التحاكم إلى غير ما أنزل الله كما في قوله عز وجل : ( ولا تتبع أهواءهم ) آية 49

    التحذير من التنازل عن شيء من الشريعة مهما قلّ كما في قوله تعالى : ( واحذرهم أن يفتنوك عن بعض ما
    أنزل الله إليك ) آية 4ه

    2
    5
    Lady Faria
    28 septembre 2018 - 9 h 14 min

    Si au moins l’alliance verte rassemblait des formations écologistes soucieuses de l’environnement et non pas des partis islamistes faisant valoir le salut de nos âmes, elle séduirait de potentiels électeurs dans la masse des abstentionnistes. Mais comme il s’agit de religion, à plus forte raison d’un islam réducteur dont les représentants oublient d’adorer Allah à force de craindre sheytan, eh bien ils récolteront seulement les voix de ceux qui ont peur d’aller griller en enfer. Les vrais croyants savent qu’il faut se méfier des partis de Dieu. Car ceux-ci ne posent pour vérité que ce qu’ils croient être la vérité. Ce qui relève donc de la foi. Et la foi n’est pas une affaire politique mais personnelle.
    Côté FLN et consorts, quel exploit ! Perpétuer un système obsolète depuis des décennies et prétendre aujourd’hui encore avoir le monopole du patriotisme, l’Algérie dans le cœur, le peuple dans l’âme et l’Histoire dans le foie… De quoi et de qui pourraient-ils bien nous libérer aujourd’hui, si ce n’est d’eux-mêmes ?
    Pour la question de l’unité nationale, il est vrai que quelques concessions ont été faites. Mais il y a encore du boulot. « Peut mieux faire. Persévérez! », voilà mon appréciation. Les risques de manipulation politique via la fibre identitaire sont loin d’être écartés.

    10
    1
      Karamazov
      28 septembre 2018 - 10 h 59 min

      « Les risques de manipulation politique via la fibre identitaire sont loin d’être écartés. »

      Je n’en suis pas si sûr ! En disant cela je ne dis pas que la tentation de manipuler à ce niveau n’existe pas. Je dis qu’il y en a qui ont essayé sans résultat. De plus ce filon est épuisé et combien certains seraient tentés de le réactiver, il sera sans effet dans un jeu où ils ne pèsent rien et où les seuls acteurs sont les islamistes et les tenants si tenté qu’on puisse vraiment les différencier ou qu’il puisse y avoir une réelle opposition entre eux plus qu’une alliance objective.

      Les identitaires comme vous vouliez les appelez ,
      pour ne pas dire les Kabyles, puisque c’est essentiellement d’eux qu’ils s’agit, sont hors jeu, du moins de ce jeu-là.

      Hélas, la Kabylie qui naguère se singularisait politiquement par ses postures en surfant sur la fibre identitaire a rejoint le cortège national et aujourd’hui s’identifie plus parce qui caractérise toute la société algérienne que parce qui jadis la singularisait.

      La donne véritable est claire : il n’y a aucun choix parce qu’il n’y a pas d’alternative . Pas d’alternative crédible , ou pas d’alternative pouvant avoir un poids dans ce jeu .

      Le poids des islamistes et des rentiers pèse plus lourd non pas parce qu’il est massif mais parce que de l’autre côté de la balance l’opposition éventuelle ne pèse rien.

      Nous savons que les trois quarts des algériens ne votent pas , mais ceux qui votent votent essentiellement pour les islamistes ou pour le système par clientélisme ou par adhésion .

      Quand aux écolos, chez, nous, je n’ose même pas y penser quoi que je ne vous cache pas, que revenu, de tout, ils sont là ou je vis ma planche de salut. Ou mon radeau de la méduse, je ne sais plus !

      Ipi, ontarnous, il faut sortir , de cet enfermement où nous a réduit l’absence de perspective. Noir c’est noir touzazimuts!

      Moua, j’ai fini de désespérer et je me suis converti au trounoirtisme. J’attends Que Souq Ahras et Zaatar aient fini leur vaisseaux et j’embarque avec eux s’ils voudraient bien me faire une place. Sinon, comme alternative, je guette qu’Apophyse nous frôle pour sauter dessus, ou qu’elle en finisse !

      4
      1
        Lady Faria
        28 septembre 2018 - 12 h 35 min

        Bonjour Karamazov
        En fait, à propos de fibre identitaire, je voulais évoquer celle qui est en chacun de nous, en chaque algérien, pas spécifiquement les Kabyles. Et quand j’écris qu’il reste beaucoup à faire, c’est sous-entendu pour conforter la cohésion nationale et le sentiment d’appartenance à un seul et même pays. Afin de limiter justement les risques de discorde sur ce terrain-là.
        Concernant le peu de poids de l’opposition, je suis tout à fait d’accord. Aucun parti démocrate, ni même aucune alliance excluant les islamistes et le système n’a suffisamment de consistance pour rallier les voix. Ce qui leur fait défaut étant effectivement la représentativité et/ou la crédibilité.
        De là à s’exiler dans le cosmos… Bon voyage intersidéral en compagnie de vos deux compères!

        5
        1
          Karamazov
          28 septembre 2018 - 13 h 11 min

          Pardonnez-moi de vous avoir mal compris. C’est que je ne crois pas à une fibre identitaire individuelle ou autonome. Car justement c’est de ça que nous souffrons, le processus d’individuation n’a jamais été enclenché , Nous ne savons nous identifier qu’au sens d’altérité, oh pardon, au sens grégaire, ou si j’osais : en l’autre. aux autres. Et comme disait Sartre : l’enfer c’est justement les autres.

          Pardonnez moi d’insister sur ce processus d’individuation que d’autres traduiraient par individualisme. Mais je pense sincèrement que pour échapper à ce choix salomonesque le salut de notre société est dans un processus d’individuation qui responsabiliserait les citoyens quant à leur choix , à leurs comportements.

          Enfin, c’est mon sentiment.

          Je ne reviendrai pas sur la décision de prendre le vaisseau De Souq Ahras et Zaatar.

          5
          2
          Lady Faria
          28 septembre 2018 - 14 h 55 min

          Le jour où, dans nos écoles, on apprendra, ou plutôt on permettra aux enfants de faire usage de leur imagination et de leur raison au lieu de malmener et d’encombrer leur mémoire avec du pseudo savoir, on enclenchera un mécanisme d’individuation.
          Tant qu’on leur demandera de répéter, de réciter, de reproduire fidèlement si ce n’est à la lettre le contenu de leurs livres et de leurs cahiers, on les empêchera de se distinguer les uns des autres, on entravera le développement de leur personnalité propre et la prise de conscience que chacun est un être unique et qu’à ce titre, il se singularise des autres, même de ceux dont il partage l’appartenance à un groupe, à une famille, à une communauté, à une culture et à tout ce qui est censé rassembler. L’école étouffe toute velléité d’individuation car les citoyens responsables de leur choix et de leur comportement n’ont pas leur place dans la société.

          P.S. Peut-on solliciter une petite place sur votre vaisseau si on se sent un peu paria ici bas ?

          Zaatar
          28 septembre 2018 - 17 h 22 min

          @Karamazov et @Lady Faire,
          Chers amis.
          J’ai toujours pensé qu’il y avait une relation entre l’école et les élections. J’ai cherché cependant mais je n’ai pas trouvé. Ma cervelle de moineau des fois se met à picorer au lieu d’établir des réseaux de neurones. Au point où j’ai fait la liaison entre les deux juste par le fait que les élections se passent dans les écoles. Pas pour les cours bien sûr mais pour les burnes…heu non les urnes. Résulta c’est Benbouzid qu’on a chargé de monter l’éducation, il est allé en Russie pour ça puis est revenu la corde au cou décoré avec beaucoup de galons, à la soviétique d’antan. 20 ans durant Benbouzid malaxa l’éducation, même le général moscovite en a eu marre. C’est pourquoi que les contrats d’achats d’armes russes ont failli capoter. Mais bon Benbouzid à mis en place un système infaillible que tout le monde connaît mais qu’on garde secret. Le vote se passe toujours dans les écoles en attendant, mais je n’ai toujours pas trouvé le lien avec l’éducation…peut être Benbouzid. Sinon le vaisseau est quasi prêt comme l’arche de Noe et il y a de la place pour tous. Mettez les pieds en canard c’est la chenille qui est au départ, en voiture les voyageurs la chenille part toujours à l’heure.

          Lady Faria
          28 septembre 2018 - 18 h 26 min

          Salut Zaatar
          J’ai toujours rêvé d’une odyssée spatiale ! Au premier portail spatio-temporel, vous me déposerez. Je m’engouffrerai dans le vortex et je verrai bien où ça me mènera.
          Pour le lien entre l’école et les élections, ne vous en faites pas, vu d’en haut, il vous apparaîtra dans toute son évidence. Assis bien droit sur votre siège, près du hublot, les chakras parfaitement alignés, vous accéderez à la super conscience et le secret se révélera de lui-même.
          Alors, c’est quand qu’on embarque?

          Zaatar
          28 septembre 2018 - 19 h 59 min

          A mes amis,
          La première escale du vaisseau sera incontestablement la constellation d’Orion. Pourquoi celle là eh bien parce que moi je la trouve sublime. 4 étoiles formant un trapèze délimitent cette constellation qu’on peut observer sans lunettes le soir. Elle défile dans le ciel de l’ouest en est côté sud de 18h jusqu’à 1h ou 2h du matin. 4 étoiles nommées Betelgeuse pour la plus grosse, etoile rouge car elle s’est dilatee après avoir consommé tout son combustible hydrogène, notre soleil fera pareil aussi quand il n’aura plus d’hydrogène. Ensuite il y a les trois jeunes étoiles bleues, j’ai nommé Saint, Rigel et Bellatrix. Toutes trois bleues car jeunes. Par la suite elles jauniront comme notre soleil puis rougiront comme Betelgeuse. A l’intérieur du trapèze il y a les 3 rois mages, Melkior, Baltimore et Gaspard. 3 étoiles brillantes formant la ceinture d’ orion. Et juste en dessous, et là il faut une lunette ou un telescope, il y a le nuage de ma gel l’an, une pouponnière d’étoiles. Un endroit où naissent des étoiles à foison pour ensuite se disperser dans l’espace intersidéral. La prochaine escale sera la galaxie d’Andromede, une galaxie qui file vers nous à plus de 200 mille km/h et qui finira par fusionner avec notre voie lactée.

          Lady Faria
          28 septembre 2018 - 21 h 12 min

          Quel programme époustouflant Zaatar, ta description est fort alléchante! OK pour la constellation du chasseur, mon vortex attendra.

          1
          1
        Abou Stroff
        28 septembre 2018 - 13 h 58 min

        pisk ti feu bartir, qu’attends tu pour t’inscrire dans la liste d’attente de l’ascenseur spatial (le minaret de la grande mosquée de boutef) de notre bienaimé fakhamatouhou national.
        quant à cette histoire d’individuation, je pense que, jusqu’à preuve du contraire, seule la domination sans partage du mode de production capitaliste est en mesure de déclencher et d’affermir ce procès.

        3
        2
        Zaatar
        28 septembre 2018 - 16 h 02 min

        Salut karamazov,
        Je commencerais par te dire que le vaisseau est en voie de finition. Souk ahras est en train de peaufiner les dernières retouches. Pour l’info apophis passera ou nous frôleras en 2029. Si tu le rates pas d’inquiétude il reviendra nous faire coucou de plus près en 2036. Mais d’ici là je pense plutôt qu’on approchera de notre premier trouver noir, car t’auras été notre premier client à embarquer avec souk ahras.
        On laissera ici les votants contre qui et les pour qui. En général cela se décide à la chkara. Tu dois connaitre le sac noir. Qu’est ce qu’ il est important chez nous ce sac noir. Même GUESS n’ en fabrique pas des comme ça. Voter pour ou contre lui? Ou bien voter pour et contre lui? Wallah même la marée verte a perdu sa chlorophylle. Ce qui fait qu’elle ne fait plus de photosynthèse et l’énergie qu’ elle reçoit du photon qui lui arrive elle le renvoie au soleil. Elle n’ à pas accepté de faire la prière et de porter le hidjab. Je lui ai dit dommage t’aurais pu profiter d’un terrain à bâtir ou d’un logement AADL. Et ça se passe en général en novembre pour faire coïncider une date symbolique, tu connais, celle avec laquelle ils nous ont eu…enfin, ils espèrent eux aussi avoir le plus de suffrages. A l’universel, mais là nous on sera loin, on aura déjà exploré notre première supernovae, on aura vu quelques quasars, et on aura surtout visité ORION en attendant d’aborder notre premier trou noir, et on se sera rendu compte à quel point notre voie lactée est magnifique.

    صالح/ الجزائر
    28 septembre 2018 - 8 h 54 min

    quand un parti se présente au nom de l’islam il faut voter contre les usurpateurs de l’islam et non contre l’islam .
    quand un parti se présente comme celui qui a conduit et gagné la guerre d’indépendance il faut voter contre les Taiwan , et les usurpateurs du patrimoine national , et non contre la prestigieuse oeuvre des braves qui devrait rester éternelle .

      riri
      3 octobre 2018 - 15 h 19 min

      Enfin un commentaire sain et lucide!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.