Belabbas : «Les clans cherchent un successeur de façade à Bouteflika»

Présidentielle Belabbas
Le président du RCD, Mohcine Belabbas. New Press

Par R. Mahmoudi – Dans une interview à l’agence allemande DPA, le président du RCD, Mohcine Belabbas, estime que le pouvoir cherche à pousser le président Bouteflika à briguer un cinquième mandat «mais en cas d’imprévu qui viendrait compliquer l’état déjà précaire du Président, dit-il, les clans au pouvoir seraient contraints de désigner une façade qui puisse leur assurer le maintien du contrôle du pays».

Dans le même sillage, le chef de file du RCD prévoit «une parfaite parodie au printemps 2019, avec des concurrents peu crédibles face au candidat des clans du pouvoir, avec ou sans Bouteflika, pour renvoyer une belle image à l’opinion internationale», souligne-t-il, tout en écartant une éventuelle candidature du chef d’état-major de l’ANP, le général Gaid-Salah, ou celle d’Ahmed Ouyahia ou du frère du président, Saïd Boueflika.

En revanche, le pouvoir, en guise de candidat de substitution, pourrait recourir à une personnalité oubliée et à laquelle personne ne s’attendrait. «Le régime algérien nous a tellement habitués à nous sortir des noms inattendus. Qui s’attendait à ce qu’un Chadli Bendjedid succédât à Houari Boumediene ou à ce qu’un Bouteflika succédât à Zeoual ?» s’interroge Belabbas.

Dans un autre registre, le président du RCD ne croit pas que les derniers changements survenus dans les corps de sécurité visent à «anticiper un coup d’Etat». «L’ère des coups d’Etat est révolue», juge Mohcine Belabbas qui y voit un mouvement ordinaire exploité par le pouvoir pour faire peur aux populations civiles, en les dissuadant d’organiser des manifestations hostiles au cinquième mandat.

Par ailleurs, Belabbas accuse le pouvoir d’instrumenter certaines positions litigieuses avec la France, comme la question des harkis, «pour paraître comme le grand défenseur de la souveraineté nationale».

Interrogé sur la polémique suscitée par les propos de l’ex-ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet, le chef du RCD considère que l’absence de réaction officielle «dénote une volonté de ne pas amplifier le tapage médiatique autour de l’état de santé du Président», et que ce qu’a dit le diplomate français est connu de tous les Algériens. «Nous savons tous qu’il est incapable même de parler», assène-t-il.

R. M.

Comment (13)

    Anonyme
    29 septembre 2018 - 22 h 47 min

    Pour une fois belabbas fait une analyse juste. Mais les partis rcd,pt,ffs,l’opposition en général oublient d’insister sur le fait que le champ médiatique leur est fermé ainsi qu’au peuple. C cette fermeture du champ médiatique en amont et en aval,comme le dit..,qui fait que c partis ne sont pas connus,que les citoyens sont infifferents à la politique. Les médias sont réservés exclusivement aux partis du pouvoir qui sont tout le temps en campagne électorale. C d’ailleurs pour cette raison que belabbas d’adresse à l’algérien à travers un média étranger. Mouwatana est même interdit de rue!! Comment voulez vous dans c conditions que les citoyens se fassent une opinion sur tel ou tel parti?? Pas de débats d’idées,sur l’économie,la politique,le social…ruen. On ne parle que du 4 eme puis du 5 eme…mandat. C partis du pouvoir n’ont aucun programme autre que la continuité,avznt c’était la stabilité,demain ce sera la finition….du programme du predident…pour nous mener à la faillite et à la mise sous contrôle du FMI.

    Yacine
    29 septembre 2018 - 17 h 24 min

    @MELLO : Ou vous avez la mémoire courte , ou vous avez la mauvaise foi , ou alors les deux réunies !
    Car , je vous rappelle que seul le RCD jusqu’au jour d’aujourd’hui et comme toujours bien sur , fait des propositions et de bonnes propositions !
    Mais alors , que pensez -vous de la proposition qui préconise l’ouverture du champ politique et médiatique en amont et en aval de tous les rendez-vous électoraux et l’institution d’une COMMISSION INDEPENDANTE D’ORGANISATION ET DE GESTION DES ELECTIONS en parfait accord avec les textes fondamentaux du pays , notamment la constitution ?
    Ceux qui appellent à empêcher un 5eme mandat de Bouteflika roulent pour un autre clan du pouvoir et ne font aucune proposition de sortie de crise !
    Ceux qui appellent à un consensus qui n’a jamais existé et n’existera jamais sont entrain de mener le peuple algérien en bateau !
    Il ne reste qu’une seule et vraie solution ! Rendre la parole au peuple , qui est et qui devrait rester source de tout pouvoir , par le respect de la liberté et la démocratie en organisant des élections à tous les échelons de l’état (communes , wilayas , parlement et présidence de la république ) organisées et supervisées par une commission qui ne sera pas contrôlée par le pouvoir fraudeur !
    C’est la seule manière de savoir ce que pèsent toutes les forces politiques et juger la légitimité du pouvoir , et instaurer définitivement la volonté populaire au pouvoir !
    Le retour à l’expression du peuple résoudra définitivement la question de la souveraineté et la légitimité du pouvoir !

    14
    3
      Soldat schweik
      29 septembre 2018 - 19 h 46 min

      Vous etes bien placés pour dire qu’il faut  » rendre la parole au peuple » aleluha !!! mieux vaut tard que jamais, enfin vous avez retrouvé votre societé sur laquelle  » vous vous etiez trompés » et a laquelle vous avez amplement contribués a « confisquer la parole »… il vous a fallu 26 ans mais ma3lich, une faute avouée est déjà à moitié pardonnée n’est ce pas?

    MELLO
    29 septembre 2018 - 15 h 55 min

    Mohssein s’adresse à un média occidental pour leur parler d’un régime qu’ils connaissent mieux que lui. Le chef du RCD peut se targuer de tous les constats et de toutes les suppositions , mais il nous laisse sur les quais de la gare en ne faisant aucune proposition de sortie .

    5
    16
      Farida
      29 septembre 2018 - 16 h 25 min

      Et le FFS qu’a t-il fait il depuis 63 ?

      12
      6
        Metek
        29 septembre 2018 - 20 h 04 min

        Le FFS n’a peut etre rien fait, mais il n’a jamais contribué a sauver la ripoux-blique des gininars pour venir s’en plaindre 26 ans après!!!

        1
        2
    Zaatar
    29 septembre 2018 - 15 h 19 min

    Le président du RCD n’a pas tort, notre pouvoir machiavélique a toujours eu plus d’un tour dans son sac. Et puis de vous à moi, vous pensez vraiment que le pouvoir en place va se tirer une balle dans le pied? vous croyez qu’il va organiser des élections libres pour faire plaisir à tous au risque de voir la rente pétrolière lui échapper et surtout au risque de se voir appeler en justice par le nouveau régime qui sera dit démocratique pour qu’il rende des comptes de toutes les malversations passées du temps de son pouvoir? Et puis, connaissant ce pouvoir depuis 62, vous pensez qu’il ne réfléchit pas, et qu’il ne se dit que celui qui viendra derrière lui fera exactement comme lui et donc sera au pouvoir juste pour s’enrichir? allons donc les amis, la chose qui est sur c’est que ce régime de bananes pourries fera tout pour se maintenir au pouvoir. Comme il a la main mise sur toutes les administrations, les élections seront obligatoirement truquées quoi que vous fassiez. rajoutez y qu’il fait la loi et les règles, et surtout qu’ils les appliquent constamment en sa faveur. …

    18
    3
    Anonyme
    29 septembre 2018 - 11 h 55 min

    ça va être comme a Cuba mais on est pas a Cuba,, cuho comme au Venezuela mais on est pas au Venezuela cumou comme au Maroc mais on est pas marocain ,,ça va ête le pochette surprise ,,le tirage au sort,, parachute,,,concours de beauté ,,sinon a la grâce du TOUT PUISSANT ça a bien marcher jusque là

    8
    1
    Geronimo
    29 septembre 2018 - 11 h 06 min

    Ne t’attends surtout pas à prendre la place de Bouteflika! Va plutôt chez Momo 6 pour quémander un poste de conseiller, du moment que tu milites pour l’ouverture des frontières.

    15
    23
    Tredouane
    29 septembre 2018 - 10 h 49 min

    Des réponses plus que stérile ,des spéculations;je pense que la seule raison d’être de beaucoup de nos parties politique est la critique, et encor dans l »imaginaire,sans le moindre apports de solutions;sans aucune capacité d’analyse de ce qui es le quotidiens de leurs concitoyens,ou leurs revendications, plus encor même pas une vision d’avenir.
    D’autres part quant un partie accrédite des attaques qui visent clairement l’État ALGÉRIENNE SOUVERAINE ,moi je suis en droit de me demander de quel coté de la barricade vous êtes,on ne banalise pas l’Histoire de la lutte d’une Nation,une question de principe.
    Personnellement je mise sur toutes les catégories de mes compatriotes,qui travail au quotidiens en silence,moi je mise sur la grande majorités silencieuses,finalement elle seul est le partie politique crédible.

    12
    16
    Djena
    29 septembre 2018 - 9 h 30 min

    L’État n’a pas répondu à la polémique de Bajolet et Franssa car c’est du même Caniveau que le makhNazi sioniste, de l’Algérie bashing pur et simple.
    Quant à la question des harkis elle est inexistante, c’est un faux problème faux débat. Les harkis sont purement un problème franco-français. La colonisation est terminée pour rappel. Mais l’esprit postcolonial est toujours dans toutes les têtes françaises, françafrique, et surtout néocolonialisme sioniste.

    Je n’ai JAMAIS vu un seul gouvernement français baver et cracher sur la narcomonamone pédophile makhnazi pas même une simple critique depuis le GRAND AMI DE TOUJOURS de la France Hassassin II à la majesté actuelle.
    Le Président Bouteflika embarrasse beaucoup de pays.

    13
    11
    awrassi
    29 septembre 2018 - 7 h 42 min

    Je soutiens un coup d’Etat par un militaire patriote issu du peuple, qui vivra par lui pour lui ! A bas la démocratie bourgeoise (ploutacracie) que l’on essaie de copier des Occidentaux …

    34
    17
      Ch'ha
      29 septembre 2018 - 9 h 18 min

      @Awrassi
      Ploutocratie qui n’a d’ailleurs rien d’une démocratie puisque aucune démocratie en occident un leurre. Pierre Desproges a dit « La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l’on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l’enfant croit au Père Noël. L’adulte non. L’adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote ».

      11
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.