Le braqueur d’origine algérienne Redoine Faïd arrêté près de Paris

braquage Faïd
Le braqueur Redoine Faïd. D. R.

Par Kamel M. – Le braqueur Redoine Faïd a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi à Creil, dans l’Oise, un peu plus de trois mois après son évasion de prison en hélicoptère le 1er juillet dernier, rapportent les médias français. Outre le braqueur, trois hommes et une femme ont été arrêtés, dont un de ses frères. Aucun d’eux n’a opposé de résistance, ont indiqué des sources proches de l’enquête, toujours selon les médias français.

Né en 1972 en France, Redoine Faïd est issu d’une famille algérienne qui s’est installée dans le quartier Guynemer à Creil, dans la banlieue parisienne, en 1969.

«C’est en 1990 qu’il tombe dans la criminalité sérieuse. En terminale, le mini-gangster braque une agence du Crédit du Nord. Une première garde-à-vue. Au fur et à mesure de son avancée en âge, il passe des casses aux attaques de fourgons blindés», rapporte la journaliste qui rappelle que, le 20 décembre 1995, «avec des complices, il prend en otage la famille du directeur de la BNP de Creil et force ensuite le banquier à ouvrir le coffre de l’agence». «Pour cette opération minutieusement préparée, les malfaiteurs avaient revêtu des masques à l’effigie de politiciens français», écrivait une journaliste française qui s’était intéressée au parcours de l’«Ecrivain», comme l’appellent les policiers. Deux années plus tard, il attaque un fourgon blindé à Villepinte.

Redoine Faïd sera arrêté en décembre 1998 après trois ans de cavale et écopera d’une peine de 18 ans de prison pour vol à main armée et libéré en 2009 après 10 années de détention. Il publie alors un livre sur son expérience de braqueur repenti, intitulé Braqueur : des cités au grand banditisme. Bien qu’ayant affirmé qu’il avait tourné la page de cet épisode de sa vie, l’auteur, qui avait été invité sur les plateaux de plusieurs chaînes de télévision française, récidive en 2010 mais rate son braquage et occasionne la mort d’une jeune policière. Il sera arrêté une année plus tard mais réussit à s’évader de prison une première fois en 2013, après avoir pris quatre personnes en otage.

Recherché par Interpol, il sera interpellé et incarcéré au quartier d’isolement de Fleury-Mérogis où il purgeait une peine de 25 ans de prison.

Son évasion spectaculaire en juillet dernier avait défrayé la chronique, vu l’arsenal militaire utilisé par ses complices et l’usage d’un hélicoptère qui sera retrouvé à une soixantaine de kilomètres de la prison.

K. M.

Comment (12)

    Ch'ha
    5 octobre 2018 - 0 h 23 min

    C’est un français un pur produit de la France formé en IsRatHell !
    Il a entretenu des liens étroits avec la mafia israélienne à tel point qu’il a même songer se convertir au judaïsme. Il a eu des formations paramilitaires chez l’entité sioniste et a même investi chez l’entité sioniste puisqu’il souhaitait s’y installer et parle même l’hébreu.
    Donc aucun lien avec le pays.
    Français pur souche, pur produit français point barre.
    Comment a-t-il s’évader de manière aussi spectaculaire si ce n’est par une complicité étatique pénitentiaire manifeste.
    AP vous ne devriez pas lui consacrer le moindre article, les meRdias français ont pour coutume en bons racistes de lui coller l’étiquette origine algérienne SANS mentionner son appartenance plus manifeste à l’entité sioniste c’est tellement plus pratique un braqueur algérien qu’un braqueur français proche de la mafia isRatHellienne et de l’entité sioniste.

    2
    1
    Brahms
    3 octobre 2018 - 15 h 37 min

    C’est le colonialisme à la française qui donne ce genre de résultat avec notamment les discours haineux de Jean Marie Le Pen payé 15 000 €, par mois par l’Etat français pour vendre des discours haineux de 1962 à 2012 soit pendant 50 ans. Allez donc faire un tour dans les banlieues, très peu de pilote de ligne, très peu d’avocat, très peu de financier que des échecs scolaires car le colonialisme a préféré intégré les juifs dans son tissu économique en se servant des richesses de l’Afrique. Ce Rédoïne Faïd avait sûrement des parents analphabètes et par son comportement voulait les venger qui auraient pu devenir des médecins si la France n’était pas venue en Algérie et par voie de conséquence ne serait pas devenu un primo – délinquant puis un délinquant multi – récidiviste. On voit bien que c’est la France qui a retardé l’Algérie dans son développement économique et a généré tous ces délinquants qu’elle présente astucieusement comme des voyous alors qu’elle était la première racketteuse des algériens. On appelle ça, les conséquences dommageables du colonialisme à la française.

    10
    4
    chark
    3 octobre 2018 - 11 h 23 min

    IL doit être déchu immédiatement de sa nationalité Algérienne  » s’il en à une  » ?

    9
    5
    Anonyme
    3 octobre 2018 - 11 h 16 min

    C est un voyou français point barre….

    14
    5
    Tarass Boulba
    3 octobre 2018 - 10 h 33 min

    Redoine Faïd veut se prendre pour un Mesrine, alors qu’il en est très loin ! C’est juste une pure racaille des banlieues françaises ! Il s’est d’ailleurs fait arrêter comme un pur crétin de la pure espèce !

    12
    5
    timizar
    3 octobre 2018 - 10 h 19 min

    Ce type est un français point barre.

    14
    5
    Timizar
    3 octobre 2018 - 10 h 15 min

    Ce type n’a rien avec l’Algérie. C’est un français point barre.

    15
    3
    Kenza
    3 octobre 2018 - 10 h 08 min

    Dès qu’il s’agit d’un délinquant ou d’un terroriste, on revient à ses origines algériennes même s’il n’a jamais mis les pieds en Algérie et qu’il n’en a rien foutre de l’Algérie. Ce n’est jamais le cas avec un algérien qui réussit: Celui-là reste un bon français…

    21
    2
    Hakikatoune
    3 octobre 2018 - 9 h 16 min

    Ces complices qui sont également dans le grand banditisme ne sont pas algériens , mais la presse ne parle pas d’eux parce que justement ce ne sont pas des algériens ! Ceci étant le braqueur Redoine Faïd ne mérite qu’une seule chose … la prison à vie … après tout son parcours de grand délinquant,de bandit de grands chemins et d’animal à sang froid !

    13
    1
    BISKRA
    3 octobre 2018 - 9 h 04 min

    Il n’y a aucune fierté d’Algerien et criminel. Il ne represente nullement de l’Algérie. Il est né en France, c’est la société Française qu’il a éduqué et formé. Même s’il va y avoir un film c’est une fois de plus pour montrer du doigt les Algérien. Il est Français point à la ligne.

    15
    MOHAMMED BEKADDOUR
    3 octobre 2018 - 8 h 29 min

    Il y a Un Cinéaste derrière cette « histoire », car La France est synonyme d’une vieille histoire, les « sauvageons » des cités auront leur héros légendaire, La France se sait condamnée à avoir une dimension, un visage « arabe », et en attendant que « L’Arabe » la prenne en main, il y a cette étape, cette case, en fait la France navigue vers Un Port qu’elle ne peut pas nommer, « Secret Défense » !

    7
    3
    Yeoman
    3 octobre 2018 - 8 h 07 min

    Né à Creil, il comme ses premiers larcins à Creil, passe aux affaires « sérieuses » à Creil, se fait arrêter à Creil en compagnie de potes de Creil. Une foudre de guerre!

    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.