Crise à l’APN : Bouhadja pose ses conditions avant de démissionner

APN déclarations
Saïd Bouhadja toujours à la présidence de l'APN. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Le président de l’APN poursuit sa contre-offensive, en multipliant les déclarations à la presse, à un moment où ses adversaires attendent de lui qu’il lâche prise, après avoir épuisé tous les moyens pour le déboulonner.

Dans un entretien accordé au quotidien Echorouk, paru samedi, Saïd Bouhadja s’en prend ouvertement au ministre des Relations avec le Parlement, Mahjoub Bedda, en l’accusant d’être le principal instigateur de cette fronde contre lui. Bouhadja souligne que tout a commencé lorsque le ministre avait voulu intercéder au profit d’un administrateur que Bouhadja venait d’écarter. Le président de l’APN accuse également ce ministre d’avoir essayé de le menacer, en venant lui annoncer qu’il était porteur d’une décision de limogeage de la présidence de la République.

Saïd Bouhadja a aussi révélé qu’il avait passé un accord avec les chefs de groupes parlementaires qu’il avait reçus, selon lequel ces derniers retireraient leurs accusations contenues dans la motion qu’ils avaient signée en contrepartie de quoi il consentirait à démissionner. Mais il a changé d’avis lorsqu’il a vu que ses détracteurs n’ont pas tenu à leur parole, en accusant le chef du groupe parlementaire du FLN d’avoir repris, dans une déclaration à la presse, tous les griefs retenus contre lui dont la mauvaise gestion et le népotisme.

Se montrant intraitable, Saïd Bouhadja affirme qu’il ne démissionnera que dans un cadre légal, et qu’il ne permettra pas à une «cellule partisane» de décider du destin d’une institution de l’Etat. S’adressant à ses adversaires, il lancera : «A ceux qui veulent me faire peur, je dis qu’un moudjahid n’a jamais peur et ne cède pas aux pressions.» Et d’enchaîner : «Je ne m’inclinerai que devant la partie qui m’a désigné !» allusion au président de la République. Pour l’instant, il ne croit pas à l’hypothèse selon laquelle les pressions qui s’exercent sur lui à l’APN sont inspirées par les hautes autorités, parce que, dit-il, «ce n’est pas leur méthode».

Enfin, le président de l’APN se dit prêt à reprendre langue avec ses détracteurs et à démissionner s’ils décident de retirer leurs accusations et d’abandonner leur méthode.

R. M.

Comment (40)

    Anonyme
    7 octobre 2018 - 8 h 46 min

    Députés ou déboutés !!

    #Les clowns demandent d’être pris au sérieux#
    Quand on transforme toutes les règles de la démocratie en une boite à outils de corruption entre les mains des bergers ( avec mes respects aux vrais bergers ) on récolte brutalement de la violence…

    Nasser
    6 octobre 2018 - 22 h 30 min

    C’est le Président qui décide de la dissolution ou non de l’APN…selon ses analyses en fonction des intérêts du peuple et la continuité des institution! S’il y a blocage c’est au Président de juger!

    3
    1
    Nasser
    6 octobre 2018 - 22 h 01 min

    M Bouhadja a raison!
    Ne démissionnez pas!
    Comment expliquer qu’il est plus difficile de « déboulonner » des députés ayant commis des crimes que de faire démissionner un Président d’APN par pétition pour le « crime » « d’avoir » limogé son SG (qui est dans ses prérogatives de Président! …….
    A la Place de M. Bouhadja je resterai Président jusqu’à pousser à la dissolution de l’APN, ce qui serait un acte salutaire que souhaitent les algériens, surtout pour cette APN est connue pour ses éléments corrompus, ignorants, des « beni oui oui » et de la « chekara » ……

    11
    2
    K. DZ
    6 octobre 2018 - 21 h 36 min

    Ça n’en a peut-être pas l’air, mais çà ressemble à une guerre de tranchées, d’un côté Ammi Said avec un vieux Mauzer allemand, et de l’autre toute la cavalerie qui charge à pleine chevauchée. Ammi Said refuse d’agiter le drapeau blanc car on lui a promis des renforts pour bientôt, il y a l’ONM mais ils sont armés que de vielle mitraillette, mais il résiste quand même car il est sûr que la grosse artillerie n’est pas loin derrière.

    صالح/ الجزائر
    6 octobre 2018 - 20 h 28 min

    Cette Crise à l’APN démontre pour la enième fois que l’Algérie est malade de sa classe politique dominante .
    cette classe , qui a rendu les différentes institutions du pays inutiles , est en train de porter atteinte à la cohésion nationale déja malmenée .
    un proverbe populaire dit l’eau stagnante s’altère .
    la solution est dans la dissolution .

    Anonyme
    6 octobre 2018 - 19 h 42 min

    Said Bouhadja du haut de ses 80 ans et de son passé de moudjahid, a déclaré clairement qu’il voulait nettoyer les écuries d’Augias qui puent à des kilomètres ( 3 à 5 voitures chez certaines brebis galeuses, recrutements abusifs et inutiles, voyages et fais de mission de complaisance, fausses déclarations, etc…).
    Aucun de ses détracteurs n’a pu le démentir.
    Pour avoir dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, Said Bouhadja qui avait déjà notre considération en sa qualité d’ancien moudjahid, mérite amplement notre respect.

    15
    Karamazov
    6 octobre 2018 - 19 h 40 min

    Amigos Souq Ahras et Zaatar

    Si c’est un feu de gort , je comprends pourquoi tout cet enfumage.

    Quand je vous parlais des mystères de la physique qu’on tique , je ne m’attendais pas à ce qu’il s’épaississe encore plus sous les coup de Bouhadja qui vient de jurer encore sur ses grands dieux qu’il ne partira pas. Même le chat de Schrödinger était moins mystérieux que ça. C’est quand il est parti qu’il est toujours là.

      Anonyme
      6 octobre 2018 - 20 h 22 min

      Très vieux et seul contre tous, ya 3ajaba , il résiste et leur tient tête, bien fait pour leurs gueules !

      Zaatar
      6 octobre 2018 - 22 h 51 min

      @karamazov,
      Mon ami tu viens de tout décrypter dans cette affaire de fumée et de signaux indiens. Le chat de shrodinger est teleportable , bouhadja aussi, sauf que bouhadja est comme la lumière ou l’électron, il est tantôt onde tantôt corpuscule. Et il va d’un endroit à un autre par deux passages distincts en même temps…il est phénoménal ce bouhadja.

    CITOYEN
    6 octobre 2018 - 18 h 56 min

    je pense que cet affaire de la crise de l’APN ; dans sa déraison va finir par aboutir à la raison à savoir la restitution du FLN à la nation .Ce qui le libérera de ses politiciens squatteurs et par la même l’évincement de tout le personnel politique qui a démontrer son incompétence à mettre le pays sur la voie du progrès et qui ont dilapider tout le capital de la révolution .Heureusement que les vrais moudjahidines sincères veillent .

    CITOYEN
    6 octobre 2018 - 17 h 38 min

    je pense que cet affaire de la crise de l’APN ; dans sa déraison va finir par aboutir à la raison à savoir la restitution du FLN à la nation .Ce qui le libérera de ses politiciens squatteurs et par la même l’évincement de tout le personnel politique qui a démontrer son incompétence à mettre le pays sur la voie du progrès et qui ont dilapider tout le capital de la révolution .Heureusement que les brais moudjahidines sincères veillent .

    صالح/ الجزائر
    6 octobre 2018 - 17 h 38 min

    «Je ne m’inclinerai que devant la partie qui m’a désigné !» .
    Mes respects et ma confiance vont vers vous , ni vers le ministre des Relations avec le Parlement , ni vers le secrétaire général du FLN , ni vers le premier ministre depuis 2017 , mais Monsieur le président de l’APN comme vous êtes le troisième personnage , c’est-à-dire vous êtes au milieu des arcanes du pouvoir , donc vous devriez ne pas croire sincèrement que ces zombies accusateurs/accusés utilisent leurs propres têtes .
    Si «ce n’est pas leur méthode» qui a fait donc démissionner l’autre moujahid , le président du Conseil de la Nation , en 1999 ?

    Trump perd l'Asie – News
    6 octobre 2018 - 17 h 28 min

    […] Article précedent […]

    Anonyme
    6 octobre 2018 - 16 h 44 min

    Un Said qui tien tête au Said

    Kahina-DZ
    6 octobre 2018 - 14 h 05 min

    Il serait profitable au pays ( au peuple) de dissoudre cette APN qui couve des trabendistes, des bras cassés et des analphabètes. L’APN a besoin d’une rénovation profonde.
    Quoi faire d’une APN incapable de représenter les intérêts des citoyens. L’APN est devenue un coin de sieste stérile…Lieu de rencontre des baznassa.

    42
    2
      Mohamed
      6 octobre 2018 - 20 h 05 min

      Salam aleikoum,

      Il serait naïf de croire que cet assemblée de la chambre basse appelée APN représente un poids sur l’échiquier politique, elle n’est qu’une caisse enregistreuse, ou plutôt comme dans un sitcom où des spectateurs sont présents dans un plateau de tournage soit pour applaudir, rire ou s’exclamer…
      Il serait naïf de croire que notre assemblée a le même poids que les assemblées dans les pays démocraties, ou les représentants du peuple peuvent interpeller des ministres pour leur demander des explications ou faire face au président qui a dévié, accepter ou refuser les nominations des hauts fonctionnaires choisis par le président, vote la mise en accusation d’un haut fonctionnaire du gouvernement, dont le procès se tient par la suite devant le Sénat, et leur comités d’enquête ou groupes parlementaires pèsent lourds, aux USA, certains préfèrent être sénateur au congres ou parlementaire à la chambre des représentants qui représentent le pouvoir législatif séparé des autres pouvoirs.
      Donc même sur le papier, y a séparation de pouvoir chez nous et que l’assemblée représente le pouvoir législatif, mais dans la pratique ce n’est que du vent, c’est pour cela qu’elle est pleine de trabendiste, ceux qui font la sieste, des comiques, des Don Quichotte qui se battent contre le moulin à vent car sérieusement qu’elle fonctionne ou pas, elle ne sert à rien.
      Pourquoi elle ne sert à rien ? Normalement, théoriquement, le président est élu par le peuple (??????), la chambre des représentants est élu par le peuple (??????) pour représenter les intérêts du peuple (??????) donc ces représentants défendent le peuple devant le gouvernement et le président qui ont été choisis par le peuple (????????).
      PS : j’ai mis les ????? exprès car je ne sais pas par quel processus les candidats sont élus

    MELLO
    6 octobre 2018 - 12 h 42 min

    Ils agissent ,comme de coutume, à leur guise,alors pourquoi nous impliquer ,nous petit peuple,dans une affaire qui se trame en haut lieu. Depuis des années, le système est ce qu’il est et ce n’est pas aujourd’hui qu’il va changer ou tenir compte de notre avis. Les coulisses de ce pouvoir sont opaques, impossible de savoir ou de comprendre ce qui s’y joue. Que Bouhadja demissionne ou pas ,ce n’est qu’une entracte d’une pièce qui se joue sur le dos du peuple qui est bien installé en sa qualité de spectateur. Qui pourra nous éclairer sur les tenants et aboutissants de cette affaire ? Pourquoi le faire démissionner, pourquoi tergiverse t il ?

    17
    Ayweel
    6 octobre 2018 - 12 h 41 min

    Sobhane allah, achkoun gal,… où sont les militants des années 1920, 1930,…et ceux des années 50, ou sont ces militants authentiques pour la cause algérienne et pour l’indépendance de l’Algérie. Heureusement qu’ils ne sont pas là au risque d’être foudroyé par une crise cardiaque ou un avc en observant ce zoo d’animaux ultrasauvages et enragés qui s’entre-déchirent entre eux et que la nation aille au diable. L’APN est devenue un café maure de rehbette ajmal , il manque que le bendir et le gassabe, rouuuuh yazmane rouuuuh.

    18
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 11 h 55 min

    j espère qu ils feront jamais parti de l histoire d Algérie sinon comme de corrompus de voleurs d escrocs tricheurs d abus d incompétents d incapables de violeurs de coureurs de pouvoir de faux jetons d ignorants de gâteux de prétentieux de hautains ext ext ,,,,,,,,,,mal/heureusement nos chouhada ,,,sont morts sans savoir pourquoi

    14
    Karamazov
    6 octobre 2018 - 10 h 20 min

    Sek moua y’en a vouloir comprendre c’est: au delà du spectacle , de ce qu’on nous donne à voir, qu’est ce qui se trame dans les coulisses. Jusque-là ce monsieur n’avait pas plus d’utilité qu’un pansement sur une jambe de bois et l’assemblée nationale réagissait automatiquement, et son président n’était là que comme l’imam l’est pour la prière: diriger tout le monde vers la qibla.
    Sur le plan purement organique et politique rien ne changera concernant cette assemblée. Alors pourquoi tout ce foin?

    13
    1
      Souk-Ahras
      6 octobre 2018 - 15 h 01 min

      « Alors pourquoi en faire un foin ? »
      Nous y voilà cher ami, oublieriez-vous déjà que nous sommes des kar3ine m’3iiz en attente d’une distribution gracieuse de diss ou guendoul ? Les pâturages vitaminés à la rente sont soumis à réservation préalable, la table y est à un prix inabordable.
      Bon appétit à nous tous hors rentiers.

      Zaatar
      6 octobre 2018 - 15 h 23 min

      @Karamazov,@Souk Ahras,

      El Gorte les amis, vous oubliez El Gorte, je ne sais pus combien vaut la motte mais dieu qu’est ce qu’elle est demandée et est importante…

    Mouloud
    6 octobre 2018 - 9 h 58 min

    Gérontocratie, oligarque véreux, incompétence, corruption, médiocrité, régionalisme/clanisme et faillite économique, politique et sociale sont le bilan de 20 ans de gouvernance du président. Il a failli et mis en faillite le pays qui est sclérosé, immobile et obsolète à son image.

    59
    2
    Djeha Dz.
    6 octobre 2018 - 9 h 11 min

    Ce qui est curieux également dans cette histoire aussi intrigante qu’honteuse, c’est le silence du pharaon.
    D’habitude ne ratant aucune opportunité pour manifester son autorité par des prises décisions rapides et sans recours.
    Alors FAKHA MATOUHOU ne sait rien de ce qui se trame dans sa cour ? ou bien il se délecte en silence, le spectacle offert par les bouffons du palais vaut la peine d’être vu jusqu’à son couronnement ?
    Ubuesque!!!

    20
    1
    Lady Faria
    6 octobre 2018 - 9 h 01 min

    Puisqu’il semble voué à démissionner, à quoi bon tergiverser? Qu’y a-t-il d’honorable à rendre son tablier sur injonction suprême? Le dénouement est imminent, il va falloir lâcher l’affaire. Autant que ce soit de son propre chef, même si l’ego doit en pâtir.

    13
    14
      Zaatar
      6 octobre 2018 - 10 h 21 min

      @lady faria,

      Avec cette espèce il ne faut pas espérer que ça lâche aussi facilement que ça donner avoir l’air. Même s’il sait d’avance que son sort est scellé il tentera de tenir le plus longtemps possible tant qu’il voit qu’il y a du profit derrière. Par exemple, conserver les voitures, les résidences…etc jusqu’à la dernière et ultime seconde. C’est de cette espèce qu’ont été forgés tous nos indélicats représentants du peuple.

      56
      3
        Lady Faria
        6 octobre 2018 - 11 h 40 min

        L’avidité Zaatar, ce doit être ça, en effet. Je me doute bien qu’il ne lâchera qu’en dernier recours, « à l’insu de son plein gré » et non pas dans un sursaut de dignité.

        7
        5
          Zaatar
          6 octobre 2018 - 15 h 47 min

          @lady faria ,
          Dans notre système, basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, c’est comme la meute de loups ayant chassé une proie. Après que le mâle alpha et sa femelle se soient rassasiés, les membres de la meute finissent le tout et ne se font pas de quartiers. Tant qu’ il reste un morceau à arracher ils se font la guerre sans merci. C’est juste pour faire cette analogie avec notre système dont la proie, la rente pétrolière, ne sera jamais lâchée.

    Anonyme
    6 octobre 2018 - 8 h 47 min

    En tant que membre de l’opposition, je considère cette APN comme non représentative du peuple et donc illégitime. Mais, encore une fois, je conseille à l’homme du perchoir de ne pas céder aux pressions de ces voraces de députés. Tôt ou tard, ils se degonfleront comme des ballons de baudruche car, à l’horizon, pointe le risque de la dissolution de cette institution. Et, de toutes les façons, c’est tout le mal qu’ on souhaite à cette pauvre Algérie. En effet, tout le monde sait que cette APN bugetivore ne sert absolument à rien.

    39
    3
      Yes
      6 octobre 2018 - 21 h 35 min

      A anonyme,membre de l’opposition: pourquoi votre opposition n’a jamais dénoncé tous c privilèges de députés qui ne servent à ruen?? Pourquoi n’avoir jamais dévoilé c histoires de 3, 5 voitures,40 millions salaire, tous frais payés,missions qui ne servent à rien,..club des pains..etc..etc…?? C en éclairant le peuple sur c privilèges et passes-droit qu’on lui fait prendre conscience. A moins que vous aussi profitez de c privilèges. Vous êtes complices.

    Belaid Slaouti
    6 octobre 2018 - 8 h 38 min

    En tout cas des peaux de bananes comme celles là de part et d’autre de l’APN montrent au pauvre citoyen qu’effectivement ils ne représentent pas le peuple noble .Ce peuple assiste impuissant devant des scénarios de BALTADJIAS à l’affut des privilèges et des profits malsains et ne dispose pas de médicaments à leur prodiguer pour soigner et juguler ces gabegies qui ternissent l’image de marque de nos institutions . Malgré tout ils nous empêcheront pas de rêver à une Algérie qui puisse se redresser de ces corruptions qui gangrènent le pays sous les yeux des orateurs qui prétendent des compétents !

    20
    3
    nectar
    6 octobre 2018 - 8 h 26 min

    Le feuilleton « Dallas » à l’algérienne continue…Bouhadja a de la matière pour écrire ses mémoires de patriote engagé et sauveur de l’Algérie…Pauvres de nous, qui donnons une image piteuse et de la matière aux étrangers pour rire……

    13
    3
    RasElKabous
    6 octobre 2018 - 8 h 09 min

    Moi je connais personnellement au moins 12 députés actuels dont cinq du FLN qui ont leurs enfants en France en train de poursuivre leurs études dans des lycées français grâce à l’argent du contribuable algérien.

    27
    2
      Apache
      6 octobre 2018 - 12 h 27 min

      Des noms, nous voulons des noms ya si RasElKabous! C’est aussi un geste patriotique de les dénoncer publiquement.

      20
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 8 h 07 min

    A mon humble avis la présidence se doit de virer ce petit monde en dehors du cercle de la gouvernance et prendre des gens sérieux qui veulent travailler pour l Algérie ,des personnes de bonne foi il doit en rester quelque uns capables compétant et d une confiance a toute épreuve

    15
    2
    Soldat schweik
    6 octobre 2018 - 8 h 05 min

    La comedia del arte continue pour donner l’illusion d’une grave crise
    A qui voulez vous faire croire qu’un Bouhadja au pouvoir depuis 56 ans puisse refuser les ordres et « resister »?
    A qui voulez vous faire croire qu’un ould abes et ses « depités » el mounbatihine puisse bouger sans avoir été instruit de le faire?
    A qui voulez vous faire croire que toute la smala predatrice des partis des mouwalate puisse bouger du jour au lendemain comme un seul homme sans en avoir recu l’ordre?
    Le pouvoir maffieux a un probleme avec les élections de 2019, vu l’etat de fakhamtouhoum ils ne peuvent le presenter a des élections ne serait ce que pour son impossiblité a preter serment apres son intronisation, sans compter l’image catastrophique qe ca donnera au reste du monde.
    Donc tout ce cinema n’est fait que pour dissoudre l’assemblée et ouvrir grande la voie au report aux calendes greques des élections présidentielles.
    Ainsi ils auront « el istimrariya » avec fakhamatouhou’m jusqu’à ce que le Bon Dieu le rappelle a lui, comme il en a l’obsession : mourir sur le trone

    31
    3
      Mohamed
      6 octobre 2018 - 12 h 38 min

      Salam aleikoum,

      Oui bonne analyse, je suis entièrement d’accord, personne ne bouge sans avoir reçu les instructions, comme cet avion avant de décoller reçoit bien l’autorisation de la tour du contrôle.
      Donc toutes ces agitations de tous ces acteurs, ont reçu des instructions et nous assistons au « carnaval fi dechra » afin d’envenimer la situation pour que l’APN soit dissoute et l’élection présidentielle reportée à une date indéfinie.
      Ou bien la deuxième hypothèse, le roi est absent et ce sont les personnes de sa cour qui s’agitent.

    Madjid
    6 octobre 2018 - 8 h 03 min

    J’ai honte de savoir que cette meute d’analphabetes légifère en mon nom et décide de l’avenir de mes enfants.

    23
    3
      Apache
      6 octobre 2018 - 12 h 32 min

      DEs députés qui ne savent pas ce qu’est une « balance commerciale » et qu’on invite à voter des lois de la République! Nous sommes devenus la risée du monde. J’ai honte d’être Algérien.

      11
    Rascasse
    6 octobre 2018 - 7 h 35 min

    Le miracle algérien ; 80 ans ne lache pas l’os, des députés voyous avec immunité absolue de spolier , des ministres profitant de l’absence de la voix pour faire la gorge, seule l’arrivée d’une équipe patriote et sincère enlèvera l’Algérie des mains de cette mafia

    41
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.