Trump perd l’Asie

Valdimir Trump
Vladimir Poutine avec le Premier ministre indien Narendra Modi. D. R.

Par Sadek Sahraoui –La politique basée sur le chantage, les menaces et le racket, initiée par Donald Trump depuis son arrivée à la Maison-Blanche, vient de connaître un revers retentissant. Si les Etats-Unis ont pris pour habitude de faire la pluie et le beau temps au Proche-Orient où ils comptent d’ailleurs de nombreux larbins, ce n’est pas le cas, en effet, en Asie où des pays comme l’Inde ont décidé d’ignorer superbement leur «ligne rouge», à commencer par l’interdiction d’acheter des armes russes qui leur a été signifiée.

La presse russe a rapporté, à ce propos, hier, que la Russie a signé avec l’Inde un accord d’un montant de 5,2 milliards de dollars portant sur la livraison de systèmes de défense antiaérienne S-400. Leur livraison doit débuter d’ici fin 2020. Ce contrat, qui intervient à l’occasion de la visite à New Delhi du président Vladimir Poutine, est effectivement un véritable pied de nez aux Etats-Unis qui se sont jurés de mettre à genoux l’industrie de l’armement russe afin de punir Moscou pour ses ingérences présumées dans l’élection présidentielle américaine et son annexion de la Crimée. Pour ce faire, le Congrès américain s’était arrangé d’ailleurs pour adopter à la vitesse de l’éclair, en 2017, une loi imposant des sanctions économiques contre toute entité ou pays qui conclut des contrats d’armement avec des entreprises russes.

Aussi, est-il certain que le refus de l’Inde d’«obtempérer» au tir de sommation américain a été ressenti comme un suprême affront par l’administration Trump, surtout que New Delhi est un allié des Etats-Unis. Plus que cela, les spins doctors à Washington craignent maintenant que ce désaveu indien provoque un effet boule de neige et marque un début de révolte de la communauté internationale contre le vil et abject diktat américain.

Leur crainte est d’autant plus grande qu’ils savent que tout le monde a compris que derrière les sanctions contre Moscou se cache en réalité une tentative sournoise du complexe militaro-industriel américain de débaucher les clients de la Russie, d’imposer son hégémonie sur les marchés de l’armement et d’empêcher que certains pays se donnent les moyens de défendre et de rester autonomes.

S. S.

Comment (9)

    صالح/ الجزائر
    7 octobre 2018 - 9 h 02 min

    « Mon premier voyage à l’étranger comme président des États-Unis sera pour l’Arabie Saoudite … » .
    L’heur ou le malheur du président des États-Unis , et du Monde entier , c’est que son premier voyage à l’étranger l’a commencé par l’Arabie Saoudite où il rencontra le Roi serviteur et fait connaissance avec les autres Rois et Emirs du Bahreïn , Émirats Arabes Unis , et du Qatar … , tous ravis de voir l’Amérique se tournait vers eux plutôt que vers l’Iran , et de recevoir les ( compliments et louanges ) du président tels que : « Nous protégeons l’Arabie saoudite. Vous diriez qu’ils sont riches », « Et j’adore le roi, le roi Salmane. Mais je lui ai dit : Roi, nous vous protégeons – et vous ne seriez peut-être pas là plus de deux semaines sans nous –, vous avez à payer pour votre armée. » ; « Eh bien, vous savez, si vous voulez que l’on reste, peut-être que vous allez devoir payer »» ; «Je viens de parler au roi Salman de l’Arabie saoudite et je lui ai expliqué, qu’en raison de la tourmente et la désactivité en Iran et au Venezuela, je demande que l’Arabie saoudite augmente la production pétrolière, peut-être jusqu’à 2.000.000 barils, pour faire la différence… Prix trop élevés! Il a accepté!» … .
    Après cette première visite et l’acceptation , avec joies , des ( compliments et louanges ) par les larbins du Golfe , le président devrait croire que tout le monde est semblables à des marionnettes et tonneaux de pétrole du Golfe utilisés comme coffre-fort et pour détruire et déstabiliser le monde arabo-musulman pour servir les intérêts des pays occidentaux de l’OTAN , de la Turquie et d’ Israël.

    11
    MELLO
    6 octobre 2018 - 16 h 11 min

    Trump se  » trumpe » de direction et de vision, car l’Inde et la Russie ,au même titre que le Brésil et l’Afrique du Sud se retrouvent déjà dans ce marché commun qu’est le BRICS. Il ne doit pas oublier non plus que les échanges économiques se font en monnaies nationales et bientôt en Yuan, la monnaie chinoise. Le BRICS détournera tous les rapports économiques des USA et de l’Europe occidentale, c’est un marché de plus de deux milliards d’individus. Trump n’à pas perdu l’Asie, mais ne l’à jamais conquise.

    11
    1
    socrate
    6 octobre 2018 - 12 h 48 min

    Bravo aux Indiens de ne pas céder au chantage américain . Trump est un grand supporter de la « souveraineté » mais les américains ont une conception très extensive de celle-ci lorsqu’il s’agit de leur chère patrie. Le dollar leur offre des possibilités quasi sans limites de dicter aux autres nations ce qu’elles doivent faire sous peine de lourdes sanctions. Cela ne peut pas durer ainsi très longtemps.

    17
    3
    Ch'ha
    6 octobre 2018 - 11 h 14 min

    Les USA et l’Inde sont alliés détrompez-vous et ont pour but intérêt commun de contrebalancer la montée en puissance de la Chine en Asie.
    L’Inde n’a pris aucun risque en achetant Russes et ne se désolidarise pas des USA.

    11
    8
      no news
      6 octobre 2018 - 17 h 47 min

      bien dit Ch’ha.
      l’inde est hypocrite et l’ami d’israel contre les mususmans. les usa ne feront rien car c’est deja regler avec israel.

      5
      3
    Karamazov
    6 octobre 2018 - 11 h 03 min

    « Leur crainte est d’autant plus grande qu’ils savent que tout le monde a compris que derrière les sanctions contre Moscou se cache en réalité une tentative sournoise du complexe militaro-industriel américain de débaucher les clients de la Russie, d’imposer son hégémonie sur les marchés de l’armement et d’empêcher que certains pays se donnent les moyens de défendre et de rester autonomes. »

    Je dirais même plus: Le fait que l’inde très rigoureusement minutieuse et pointilleuse quant à ses achats d’armes aient PREFERE l’armement russe, ce qui dénote la qualité de cet armement et le retour en force de la Russie sur ce marché mais aussi sa dangerosité, est plus qu’une menace à la suprématie et au dictat américain. Trump en s’attaquant à la Russie a oublié que celle-ci n’est pas l’Iran et l’Inde dont il ne pas dire qu’elle n’est pas une démocratie aussi , surtout que ce sont ses nationalistes qui la gouvernent maintenant et que ceux-ci ne sont pas dupes des desseins américains.

    14
    1
    Anonyme2
    6 octobre 2018 - 9 h 20 min

    Les seuls larbins et esclaves de service qui restent collés aux États Unis et au Royaume Unis sont les pays pays du Golf, comprenant l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Bahrein, le Qatar, ceux qui pourrissent le monde arabe et musulman. Ceux qui sont derrière les coups tordus et le terrorisme.

    22
    2
      Norebi
      6 octobre 2018 - 15 h 32 min

      Anonyme2 vous avez oublié la France caniche des USA.

      50
      1
        tivavoir
        6 octobre 2018 - 20 h 01 min

        Et le petit maroc qui ne s’appartient plus d’ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.