Les raisons légitimes du peuple sahraoui (II)

Sahara processus
A quand une solution définitive pour le Sahara Occidental ? D. R.

Par Luis Portillo Pasqual del Riquelme(*) Après tant de temps (43 ans), tant d’engagements non tenus, tant de crocs-en-jambe au processus décolonisateur, le Maroc continue de miser sur sa politique des faits accomplis : une fois le Sahara Occidental envahi et occupé militairement et sa population massacrée et délogée, ce qui se négociera entre les parties sera, comme maximum, quelques conditions de la prétendue autonomie et du processus correspondant ; le peuple sahraoui n’aurait qu’à accepter et souffrir, d’entrée, la soumission et l’annexion au Maroc, dont le régime politique a été, à l’époque, rejeté dans les urnes et fait l’objet de sévères critiques, y compris au sein même de la famille royale alaouite. Est-ce cela que le journaliste d’El Pais Bernabé Lopez Garcia (BLG) appelle «défendre la dignité» ? N’est-il pas établi dans la Charte et dans les multiples résolutions des Nations unies que la solution aux problèmes de décolonisation est le référendum d’autodétermination avec toutes les options ouvertes ?

Que ferions-nous, nous autres Espagnols dans une hypothèse similaire, à savoir, si «eux» (les Sahraouis) étaient les Espagnols et «nous» (les Espagnols), nous étions les Sahraouis et étions dans leur situation ? Qu’avons-nous fait quand les troupes napoléoniennes nous envahirent ? Avons-nous renoncé à notre indépendance ? Avons-nous laissé bafouer notre dignité ? Non. Le peuple espagnol s’est levé, a combattu et expulsé l’envahisseur, avec les horribles conséquences immortalisées par le génial Francisco de Goya dans Les fusillés du trois mai (1808). Aujourd’hui, plusieurs de ces milliers de patriotes qui se soulevèrent contre l’envahisseur sont honorés comme des héros dans le cimetière de la Florida à Madrid.

La RASD et le référendum

Précisément parce que le Maroc a refusé aux Sahraouis − premièrement avec l’invasion et l’occupation et ensuite avec la transgression systématique de la légalité internationale − la réalisation de ce que maintenant BLG et d’autres coryphées du Makhzen prétendent qualifier d’utopie, le peuple sahraoui n’a eu d’autre issue pour défendre sa dignité et sa survie comme peuple que de se proclamer République arabe sahraouie démocratique en exil, reconnue déjà par plus de 80 pays et par l’OUA, devenue UA, dont elle est membre fondateur de plein droit. Et, depuis la déclaration de cessez-le-feu en 1991, sous les auspices de l’ONU et de l’OUA, la RASD a opté pour la voie pacifique afin de procurer à son peuple un futur légitime et digne, qui passe nécessairement par le droit inaliénable à l’autodétermination.

Le référendum d’autodétermination était la contrepartie accordée en échange du cessez-le-feu en 1991. Si le Maroc ne tient pas ses engagements et si la communauté internationale n’exerce pas des pressions fermes sur les dirigeants marocains pour qu’ils les tiennent effectivement, devons-nous nous attendre à ce que le Front Polisario et le peuple sahraoui restent éternellement assis sur le sable du désert, les bras croisés, à contempler, impassibles, les cendres de leur république et les cadavres de générations de Sahraouis ? En outre, si l’injustice énorme perpétrée contre le peuple sahraoui n’est pas réparée, cela pourrait non seulement laisser en piteux état la principale institution internationale pour la préservation de la paix, mais de plus semer la haine dans la population blessée et constituer une source d’instabilité future au Maghreb, si ce n’est dans d’autres parties du monde.

Deux projets très différents

Il n’y a pas «sur la table deux projets cohérents qui reconnaissent le droit à l’autogouvernement du peuple sahraoui», comme le soutient BLG. Le document présenté au mois d’avril 2007 par le Front Polisario au secrétaire général de l’ONU, pour son débat au Conseil de sécurité, a pour titre «Proposition du Front Polisario pour une solution politique mutuellement acceptable qui assure l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental». En revanche, le titre du document présenté par les dirigeants marocains est bien différent : «Initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara». La proposition du Front Polisario affirme et défend la légalité internationale avalisée par les résolutions des Nations unies, alors que le projet du Maroc la nie et plus encore, la mutile considérablement.

Déjà, en avril 2006, dans son rapport au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l’ONU disait textuellement : «Dans les consultations bilatérales faites par mon envoyé spécial [….], le Front Polisario rappelait qu’en aucun cas il ne négociera aucun type d’autonomie sous la souveraineté du Maroc. Mon envoyé spécial a expliqué […] qu’il avait parlé de négociations sans conditions préalables afin d’aboutir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permettrait la libre détermination du peuple du Sahara Occidental. Le Conseil de sécurité ne pourrait pas inviter les parties à négocier sur une autonomie du Sahara Occidental sous la souveraineté du Maroc, étant donné que cela impliquerait la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental, ce qui était hors de question, tant qu’aucun membre des Nations unies n’aurait reconnu cette souveraineté.» Et dans la résolution déjà citée du Conseil de sécurité, du 30 avril 2007, les parties sont exhortées à «poursuivre les négociations […] sans conditions préalables et de bonne foi […] en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental». Mais il faut ajouter que le Maroc, allant à l’encontre de ce qui a été disposé par le Conseil de sécurité, a bien mis des conditions préliminaires (rien ne sera négocié hors de son «projet d’autonomie», selon les mots du roi Mohammed VI) et que, loin d’agir de bonne foi, comme le demandait l’ONU, il a déclenché une féroce répression contre la population sahraouie des territoires occupés du Sahara Occidental et du Maroc même.

Légalité internationale : utopie et laisser-faire

La légalité internationale est – avec toutes ses déficiences − l’ensemble de normes que les humains se sont données comme cadre de vie en commun, pour vivre en paix et résoudre les conflits par la voie pacifique. Mais encore faut-il la respecter et l’appliquer. Le Maroc ne la respecte pas (conformément aux dispositions du chapitre VI de la Charte des Nations unies) et la communauté internationale ne fait pas suffisamment pression pour l’appliquer (conformément au chapitre VII). Comme le souligne correctement BLG lui-même, «la légalité internationale est un cadre pour assurer le respect des droits des peuples». Mais respecte-t-on les droits légitimes du peuple sahraoui ? Est-ce que ce sont les Sahraouis qui auraient violé les droits du peuple marocain ? Si la RASD avait envahi et occupé le Maroc, comment aurait réagi la communauté internationale ? Le cas du Koweït et celui du Timor sont bien proches dans le temps. Restent les spéculations à ce sujet.

Si le Maroc a fait systématiquement obstruction à un référendum transparent et juste, c’est parce que ses gouvernants les plus récalcitrants craignent de le perdre. Ils nient ainsi, d’avance, la supprimant de la réalité, la prétendue «utopie» (la légalité internationale et l’indépendance) dont parle BLG, en même temps qu’ils maintiennent le peuple sahraoui dans la plus indigne des conditions de vie, l’exil et la misère. Ils espèrent ainsi gagner du temps, épuiser et démoraliser les Sahraouis, aliéner la mémoire historique des jeunes générations, vaincre par exténuation tout un peuple, avec la vaine espérance que, finalement, ils succomberont et accepteront ce qui leur est fait, noyés dans les contradictions que les obstacles injustes génèrent.

Le Maroc n’a pas, durant plus de 40 ans, pratiqué la «politique de l’autruche» comme le soutient BLG, mais la politique de la terre brûlée, des faits accomplis, violant impunément la légalité internationale depuis la tristement célèbre Marche verte (d’une population civile excitée et manipulée, d’un côté, et de tanks, d’avions et de troupes de l’autre), ourdie sous le conseil stratégique d’Henry Kissinger. Et l’Espagne et la communauté internationale ont laissé faire, regardant ailleurs, absorbées par d’autres affaires plus rentables et une vision myope, à courte vue, qui n’a que trop duré et qui est devenue insupportable.

Selon le droit international de la décolonisation, l’autodétermination ne signifie pas autre chose que la possibilité pour un peuple colonisé de choisir librement et démocratiquement entre diverses propositions : pleine intégration dans la métropole, libre association avec celle-ci, association avec un autre Etat ou indépendance. Ainsi donc, malgré les craintes et les arguties des dirigeants marocains, le droit à l’autodétermination ne présuppose pas, obligatoirement et nécessairement, l’indépendance, à laquelle les Sahraouis aspirent légitimement. Comme le souligne explicitement et textuellement le point 8 de la Proposition sahraouie, avec générosité et largeur de vues : «Le Front Polisario s’engage aussi à accepter les résultats du référendum, quels qu’ils soient, et à négocier avec le Royaume du Maroc, sous les auspices des Nations unies, les garanties qu’il est disposé à accorder à la population marocaine résidente au Sahara Occidental durant 10 années, ainsi qu’au Royaume du Maroc sur les aspects politiques, économiques et de sécurité, au cas où le référendum d’autodétermination s’achève par l’indépendance».*Comme le signalait récemment CEAS-Sahara, «la lutte pour faire valoir leurs droits sur une terre qui leur a été arrachée en 1975, la patience et la résistance, la foi en la justice et la confiance dans leur raison, c’est ce qui a fait que les Sahraouis, malgré les promesses jamais tenues, ont été capables de vivre tout ce temps dans une des zones les plus inhospitalières de la planète». Si maintenant, en ce moment, soufflent des vents nouveaux, c’est parce que l’élite gouvernante au Maroc a joué ses dernières cartes, parce que le peuple sahraoui a su résister dignement et maintenir son ferme respect de la légalité internationale (qui n’est pas une «utopie»), tissant un dense réseau de solidarité entre tous les peuples et portant sa cause dans tous les coins du monde. Et parce que la société civile – mais pas toujours les gouvernants- réclame, chaque fois plus, le respect et l’application de la légalité internationale.

L. P.

Traduit par Gérard Jugant et Fausto Giudice (Tlaxcala.org)

(*) Docteur en sciences économiques et ancien professeur à l’université Autonome de Madrid.

Comment (12)

    Anonyme
    6 octobre 2018 - 20 h 56 min

    Faisons la difference.dans la nomination …Ce n est pas le Maroc mais la Monarchie feodale du Maroc….Voila la veritable designation car la monarchie feodale de momo6 n a rien a cirer avec le Maroc profond qui est la proie et la victime des predateurs du Makhzen et leur chef

    10
    12
    Sidali
    6 octobre 2018 - 18 h 21 min

    L’indépendance de la dernière colonie africaine est très proche selon de nombreuses indiscrétions au sein de l’ONU comme au sein de très nombreuses Organisations et Institutions internationales et ou régionales (UA, UE, CEDEAO, OCDE, FMI etc….).

    19
    9
    ALI
    6 octobre 2018 - 17 h 09 min

    TOT OU TARD LE DRAPEAU DE LA RASD FINIRA PAR FLOTTER DANS TOUTES ES ENCEINTES INTERNATIONALES ET Y COMPRIS AU PALAIS DE MIMI6.

    19
    9
    RasElHanout
    6 octobre 2018 - 16 h 32 min

    Pourquoi le Site AP ne veut pas nous parler de la derniere gifle que vient de recevoir Mimi6 en annoncant officiellement a l’ONU qui va se mettre a la table des nagociations avec la RASD et sans conditions prealables ?

    24
    9
    Hafraoui
    6 octobre 2018 - 16 h 25 min

    La juste cause du peuple du Sahara occidental s’explique aussi par le fait que le Maroc a :
    1/- En 1975 : partagé ce pays avec la Mauritanie alors que tout le monde sait que partager son pays avec un voisin c’est comme si on partage son épouse légitime et mère de ses enfants.
    2/- En 1991 : accepté le Cessez-le-feu avec un engagement officiel de tenir le Référendum en 1992 d’où la mise en place de la MINURSO qui veut dire très simplement Mission des Nations Unies pour l’organisation du Référendum au Sahara Occidental.
    C’est à ce titre que je dis que le Glaoui H2 à piégé le Maroc et que son fils Momo6 a jeté son peuple dans la paupérisation et la pauvreté devenue endémique par la faute de son entêtement de mule et son arrogance démesurée encouragé en cela par la France, bien entendu.

    23
    10
    Ahmed ADDOU
    6 octobre 2018 - 16 h 04 min

    Merci pour cette genèse très instructive même si j’aurais aimé qu’elle rappelle que l’objectif vital de la «Marche Verte» de 1975 était pour feu Hassan II, d’éloigner du Maroc les généraux des FAR après les trois (03) tentatives de coups d’État militaire de 1971 ( Colonel Benabid), de 1972 (Général Oufkir) et de 1973 (Général Dlimi).

    25
    8
    Med Benhamou
    6 octobre 2018 - 15 h 53 min

    La lecture de ces deux (02) articles me fait dire à M6 « Quand on n’a pas les moyens de sa politique colonialiste, il est préférable d’appliquer la politique de ses maigres moyens».

    22
    10
    BabElOuedAchouhadas
    6 octobre 2018 - 15 h 48 min

    Certes la fin du calvaire du peuple sahraoui est toute proche mais cette indépendance aurait eu très certainement un meilleur goût si elle avait été arrachée les armes à la main.

    22
    9
    M'hamed HAMROUCH
    6 octobre 2018 - 15 h 43 min

    Il ne faut jamais être inquiet pour l’indépendance du Sahara occidental dès le moment où on sait que la France colonialiste disait durant 132 années que l’Algérie est française, et pourtant.

    Une autre manière de dire qu’on n’y peut rien contre la volonté des peuples.

    Pour preuve, M6 vient d’accepter de venir à la table des négociations directes avec le Front Polisario, comme exigé par la dernière Résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, alors qu’il avait toujours dit et juré au peuple marocain que négocier avec le Polisario était un LIGNE ROUGE.

    21
    9
    Ziad ALAMI
    6 octobre 2018 - 15 h 33 min

    Moi je continue à dire et à écrire que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple et que tout le reste n’est que du bla bla bla et une perte de temps que le le fils du Glaoui H2 est en train de mettre à profit pour un profond changement des populations autochtones grâce à la transhumance de centaines de milliers de colons marocains issus des zones les plus pauvres du Maroc et selon le modèle «israélien» en Palestine.

    22
    8
      admi
      6 octobre 2018 - 18 h 52 min

      ZIAD,la fleur au fusil ouwai

      4
      11
      Ch'ha
      7 octobre 2018 - 0 h 39 min

      @Ziad Alami
      Exactement ce qui rejoint également @Anonymeplus (I)
      Le makhnazi en bon vassal de Franssa et annexe de l’entité sioniste utilise les méthodes de ses maîtres notamment IsRatHell.

      4
      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.