Le Maroc quitte une conférence à Tokyo la queue entre les jambes

Maroc Tokyo
Bourita. Du fiasco au Mozambique à l'humiliation au Japon. D. R.

Par Houari A. – La diplomatie marocaine vient d’essuyer un nouvel échec à l’occasion de la réunion ministérielle de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad), qui se tient dans la capitale japonaise les 6 et 7 octobre.

En effet, les travaux de cette réunion ont constitué une nouvelle occasion de confirmer la solidarité des pays africains à la cause sahraouie, en mettant en échec les manœuvres politiques soutenues entreprises par le Maroc en vue d’empêcher la participation de la RASD à cet important événement.

Les travaux de la réunion de Tokyo ont été, dès le départ, marqués par des tensions politiques accrues, exacerbées par la position marocaine de vouloir dénier à la RASD tout statut de participant. Face à cette attitude marocaine, les pays de l’Union africaine ont tenu à faire preuve de solidarité avec la RASD, en refusant d’entamer les travaux de la réunion des hauts fonctionnaires en l’absence de cette dernière. La tenue de cette réunion a ainsi été retardée de plus de 24 heures.

Par cette position, les pays de l’Union africaine ont tenu à rappeler leur ferme attachement au strict respect des résolutions pertinentes adoptées par les chefs d’Etat, liées au droit légitime de tous les Etats membres de l’Union africaine à participer aux réunions et activités s’inscrivant dans le cadre de partenariats auxquels l’organisation continentale est partie. La solidarité et la fermeté des pays africains ont finalement été payantes, dans la mesure où le Japon, coorganisateur de la réunion, s’est finalement résigné à accepter les conditions posées par les pays africains pour la tenue de la réunion ministérielle de la Ticad, à savoir la participation de tous les Etats membres de l’Union africaine.

La réunion ministérielle de la Ticad a finalement entamé ses travaux en présence de la délégation de la RASD, au même titre que les 54 autres Etats membres de l’Union africaine et les représentants de plus d’une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, la Russie, les pays européens et asiatiques, ainsi que plusieurs organisations internationales et régionales invitées à cet événement.

Devant l’échec de ses manœuvres, la délégation marocaine, isolée, s’est vue dans l’obligation de quitter la réunion la queue entre les jambes.

H. A

Comment (97)

    Anonyme
    12 octobre 2018 - 13 h 18 min

    juste pour équilibrer un peu les choses voici ce que a dit Tarō Kono, ministre des Affaires Etrangères japonais:

    « Malgré le fait qu’une entité qui se déclare comme un pays, que le Japon ne reconnaît pas, est assise dans cette salle, cela ne signifie pas que le Japon la reconnaît, d’une quelconque façon implicite ou explicite, en tant qu’Etat »

    montana saratoga
    9 octobre 2018 - 9 h 53 min

    votre haine est pathologique.

    4
    9
      Dinedine
      9 octobre 2018 - 14 h 54 min

      Non , nous faisons de simple constat entre une algerie qui gagne et un maroc qui perd , et ceux sur tous les front. Le maroc est au bord de l’implosion , explosion , faillite , révolution , famine …et ca tout le monde le sait dixit messahel .Alors que l’Algérie avance a pas de géant !!!

      13
      5
    bedraham
    8 octobre 2018 - 17 h 04 min

    qu’il la quitte; la queue entre les jambes ou les peds devant on en a rien a branler, ce qui nous interesse pour le moment c’est la tchektechouka qui mijotte a la maison.

    10
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.