Raouya : «Le gouvernement algérien poursuivra ses réformes économiques»

subventions
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya. Newpress

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a réitéré la volonté et l’engagement du gouvernement algérien à poursuivre les réformes économiques structurelles visant à améliorer le cadre institutionnel et à orienter les ressources disponibles au bénéfice de la croissance économique, lors des réunions plénières des assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM) qui se tiennent jusqu’à 14 octobre à Bali (Indonésie).

Après avoir présenté la situation économique de l’Algérie et ses perspectives, Raouya a cité, durant cette réunion des institutions de Bretton-Woods, quelques projets structurants qui sont en cours de réalisation et qui auront un impact positif certain sur la dynamique de l’économie algérienne.

«Des efforts sont toujours déployés», a souligné le ministre, pour un meilleur recouvrement de l’impôt, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, l’amélioration des dispositifs pour encourager davantage l’investissement, la mise en place de mécanismes adaptés pour l’inclusion du secteur informel et la diversification des produits bancaires pour plus d’inclusion financière.

L’ouverture de ces plénières a été assurée par Joko Widodo, président de l’Indonésie, pays hôte de ces assemblées, avec la participation de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement asiatiques.

Une minute de silence a été observée à l’ouverture de la session à la mémoire des victimes des forts séismes et du tsunami consécutif du 28 septembre en Indonésie.

Raouya a participé également à la réunion ministérielle du Groupe intergouvernemental des 24 sur les questions monétaires internationales et de développement (G24). Cette réunion a porté sur le thème «Naviguer dans un environnement mondial incertain».

Lors de cette rencontre, qui a connu la participation de hauts responsables de la BM et du FMI, ainsi que celle du professeur Joseph Stieglitz, prix Nobel en économie, les ministres du G24 ont examiné les préoccupations et les défis majeurs auxquels les pays émergents et en développement sont confrontés, eu égard aux incertitudes qui règnent actuellement à l’échelle mondiale, notamment celles relatives au commerce, au contexte monétaire et financier et au financement du développement.

Sur le plan multilatéral et en sa qualité de gouverneur de l’Algérie auprès du groupe de la BM, Raouya a eu des entretiens avec Ferid Belhadj, vice-président pour la région MENA à la Banque mondiale. Cette rencontre a permis de faire le point sur l’état et les perspectives de coopération entre l’Algérie et la Banque mondiale.

Pour sa part, Belhadj s’est dit «satisfait» de la qualité du partenariat avec l’Algérie et a marqué la disponibilité du groupe de la BM à travers toutes ses institutions à apporter son appui pour un accompagnement de l’Algérie dans ses efforts de développement économique. Il a, par ailleurs, souligné que son institution accorde actuellement une attention particulière aux questions du développement du capital humain et de la nouvelle économie, comme facteurs clés pour la réduction future de la pauvreté et la stimulation de la croissance.

Raouya a eu également des entretiens «fructueux» avec les responsables du FMI en charge des finances publiques et des questions fiscales. A cet égard, les échanges ont porté sur l’état et les perspectives de coopération entre l’Algérie et le FMI dans les domaines fiscal, budgétaire et douanier.

Dans ce cadre, les responsables du FMI ont marqué la volonté de leur institution à accompagner les efforts de l’Algérie dans son plan de modernisation dans les domaines relevant de la compétence du FMI, notamment au niveau du système fiscal, en particulier en matière de recouvrement de l’impôt, de la gestion des risques budgétaires et de la modernisation de l’administration douanière.

R. E.

Comment (14)

    Anonyme
    14 octobre 2018 - 9 h 44 min

    Camarade Raouya ..tant de promesse pour le future…rien pour notre présent … et pendant ce temps l oued se tarit….désert s approche.

    TARZAN
    13 octobre 2018 - 22 h 18 min

    réformes économiques ou foutage de gueule! je pense que l’ambassadeur des états unis vous a donné une véritabble leçon de réalisme et je vois que je vous ne comprenez rien. vous donnez l’occasion à la france de barjolet de dire que l’économie algérienne est trop rigide et qui date des années 60. m^me les investisseurs algériens n’y comprennent rien, vous les forcez à travailler à la va comme je te pousse dans un cadre juridique inexistant, basé sur des relations qu’on a dans tel ou tel ministère. vous les forcez à changer des devises au black pour qu’ils soient arrêtés par la douane et se retrouver en prison. non; non et non. si vous n’êtes pas capable de gérer les multinationales alors créez des zones franches plus facile à controler. comment voulez vous commercer avec l’afrique et notre économie est morte et sans avenir? appliquez le programme de chakib khelil et tout ira mieux; sinon, vous allez pomper toutes les réserves de change qui fondent à vu d’oeil et on va se retrouver face à des contestations sociales plus tard et l’insécurité. travaillez avec les américains et vous aurez moins de soucis. aucun ministère n’est à la hauteur de sa tache aujourd’hui. un remaniement minsitériel est nécessaire et kje propose khelil en premier minstre, un homme d’action, et surtout viez nous ce mihoubi, c’est la copie conforme de toumi. le maroc prend le dessus sur nous sur le plan de la commuinication et de la culture (la notre qu’ils détournent et notre silence fait qu’on acquiesce et on l’admet via à vis de la communauté internationale, le qatar joue contre nous pour nous détruire et vous êtes incapables de mater ce bout de terrain gazeux?, je comprends pourquoi l’arabie saoudite envoie en urgence son ministre de l’intérieur au maroc, vous êtes trop mous)

    1
    1
    lhadi
    13 octobre 2018 - 14 h 28 min

    Le modèle économique algérien promis par les caciques du système est comme… l’arlésienne que l’on attend et qui ne viendra jamais.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    Anonyme
    13 octobre 2018 - 14 h 04 min

    Réformes réformes re réformes…! Tout le monte chante les réformes. Wallah g lu une contribution sur El watan Ya une dizaine d’années,deux universitaires ont répété plus de 100 fois ce mot réformes!! Sans dire un mot de concret sur un sujet,un point..
    Yerhem babak M Raouya,débloquer le projet de cevital nécessite des réformes??? C une question de textes?? Si on appliquait tout simplement les textes qui existent sans discrimination ça serait suffisant.

    conan
    13 octobre 2018 - 10 h 59 min

    si le clan de ouyahia demeure dans le gouvernement algérien après les présidentielles de 2019 , le peuple algérien subira la pire catastrophique économique avec les futures reformes qu’envisage ce clan de avec les institutions financières comme le FMI. ce sera la pire misère qui s’abattra sur le peuple algérien ( pire que toute les misères que le peuple algérien avait vécu durant les 130 ans de colonisation de l’Algérie par la France ) . La classe moyenne sera complètement anéantie , les algériens aux revenus modestes verront leur pouvoir d’achat dégringoler jusqu’à frôler le plus bas niveau d’ou ils y seront réduits a l’esclavage pur et simple et meme avec leurs revenus modestes insuffisants ils y seront forces a chercher les restes de la nourriture dans les poubelles pour calmer leur faim . Le peuple algérien et toute les classes défavorisées du peuple algérien seront victimes de la famine des maladies et de tous les fléaux mortels suite a ces reformes
    économiques.
    C’est l’enfer qu’attendra le peuple algérien des futures reformes économiques du clan de Ouyahia . Le dinar connaîtra des nouvelles dévaluations terrifiantes jusqu’à atteindre le niveau de la monnaie Zaïroise ou il faut 10000 DA pour acheter un Kilo de poisson!!!
    les entreprises publiques qui demeurent encore debout telles que SONATRACH et AIR Algerie seront privatisées et des milliers de travailleurs seront licenciées, meme les retraites des algériens seront également menacées, ce qui attend les algériens de ces reformes sera le pire terrorisme économique qui frappera les algériens. Toute ces reformes profiteront au clan pour grossir leur fortunes

      Yes
      13 octobre 2018 - 13 h 50 min

      C déjà ressenti Conan. La classe dite moyenne est anéantie,le smig devrait être de 5 millions. Mais le pb ce n’est pas ouyahia, il n’est qu’un exécutant qui essaie de limiter les dégâts je crois. Le pb c ce systeme qui interdit tout debat contradictoire qui permettrait à chacun d’argumenter et trouver solutions pour éviter la faillite et retour au FMI.

    awrassi
    13 octobre 2018 - 7 h 24 min

    Quelqu’un peut-il me dire combien notre gouvernement contient de ministres de l’Ouest ? L’équilibre de notre balance commerciale en dépend !

    awrassi
    13 octobre 2018 - 7 h 14 min

    Cela me fait toujours rire de voir les ministres des finances ou de l’économie des pays capitalistes faire la courbette devant le FMI et la Banque mondiale … Deux instances franc-maçonnes qui ne respectent même pas les statuts qui les ont vu s’édifier ! De Gaulle était le seul à s’opposer et à elles, et on sait pourquoi comment et l’OAS et Mai 68 ont eu raison de lui. Nous, Algériens, ne devrions RIEN à voir avec les banques et l’usure. Mais bon, il paraît que notre pays est musulman. C’est dans la constitution … d’une république (au sens franc-maçon). J’invite ceux qui ne partagent pas mon point de vue à échanger, plutôt qu’à me « disliker ». L’échange est plus édifiant.

    4
    1
    mounir
    12 octobre 2018 - 20 h 14 min

    Bonne continuation, le pays a besoin de décisions franches et courageuses.
    L’essentiel c’est d’avancer.
    Tahya bledna . ANP et peuple.
    Restons unis !
    Les médias étrangers ne nous veulent jamais du bien. Vigilance !

    1
    1
    Karim
    12 octobre 2018 - 15 h 47 min

    Bretton-woods est la pire chose que le monde monétaire et financier ait jamais connu.
    J’espère que ce membre de nos khorotos n’a fait que le traditionnel bla-bla pour la galerie parce que donner des gages à un organisme international qui porte ce nom serait la pire des chose que nous puissions faire.
    Oui oui, ne croyez pas, il pourrait y avoir encore bien pire que ce que nous vivons!

      awrassi
      13 octobre 2018 - 7 h 23 min

      Mon cher Karim, très peu de gens cherchent à savoir. Notamment ce que sont l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF, le FMI, la Banque mondiale et tous ces organismes anti-souverainistes qui prônent la paix et le développement, quand ils font le contraire via leur OTAN … Il y aura très peu de commentaires sur cet article, car les patriotes, ici, en restent à la colonisation et à nos ennemis potentiels. Comme si tous ces organismes n’en étaient pas !

        Karim
        14 octobre 2018 - 21 h 38 min

        Effectivement Awrassi, j’espère qu’un jour les « patriotes » ouvriront grands les yeux et les oreilles et qu’ils chercheront à voir un peu plus loin que le bout de leur nez et de certaines idées préconçues.

    sabiha
    12 octobre 2018 - 14 h 59 min

    Depuis le temps…que du paraitre !
    Quelles réformes, quand, en 2030 et plus?
    Vous rabâchez sans cesse les mêmes idées mais dans l’action il n’y a rien.
    Vous ne savez vous imposer ni à votre peuple en tant que dirigeants (paix sociale, subventions, justice forte) ni aux occidentaux en tant que pays libre (sensibles aux critiques, craintes).
    Il faut bien recruter pour ne pas avoir à remplacer à tout-va en tâtonnant.
    Lutte anti-corruption = Émergence de l’Algérie.
    Mais il faut des hommes intègres aux mains libres pour cela…Inchallah !
    Si le petit Maroc paie 2 M$ en lobbyisme contre le Polisario, payez en le double alors, nous en avons dans les banques étrangères, si nos prévoyants daignent nous aider.
    Chaînes TV infos fm24 ? pareil, combien tu veux pour noircir celui qui veut me salir? Oui il faut des réseaux incognito pour cela.
    Avec Boumediène ces racketteurs avaient les frousses !

      Yes
      13 octobre 2018 - 13 h 55 min

      Bien dit,sabeha. Ce monsieur fait du blabla mais à Bali devant instances internationales pour montrer bonne figure c tout. Il sait lui meme que c blabla..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.