Tôt ou tard

printemps arabe
Le monde arabe finira bien par se démocratiser. D. R.

Par Bachir Medjahed – Quand bien même on pourrait admettre qu’il y a la main de l’étranger dans les violences politiques qui ont cours dans les pays arabes, nous devons quand même reconnaître que les facteurs incitatifs à de telles violences existent bien dans ces pays et ne sont pas étrangers. Tous les Etats arabes sont condamnés, tôt ou tard, à initier des processus démocratiques. «Printemps arabe» ou pas, tous ces Etats vont bien finir par initier la démocratisation. A contrecœur ou pas, le processus est une fatalité car n’oublions pas que depuis l’amorce de ce qui est appelé «printemps», les pouvoirs arabes sont sur les écrans du monde entier.

Il y a de grands risques à ce que les transitions qui ne sont pas le produit de transactions soient génératrices de violence. Des réformes sont engagées dans un contexte où les populations ne sont plus inhibées.

Les pays arabes qui vont mettre en œuvre des réformes pratiquement de façon unilatérale, réformes politiques et économiques, vont faire perdre leurs repères aux populations. Pratiquement, aussi bien l’administration, le pouvoir politique, les forces de sécurité que les magistrats, n’ont pas l’habitude de suivre et de gérer un processus électoral dans une situation de pluralisme politique et de mise en confrontation des idéologies incompatibles entre elles et qui jouent le rôle de source permanente d’instabilité et forcément d’insécurité.

Fatalement, lors d’une transition menée unilatéralement, en l’absence d’une transaction, c’est pratiquement une certitude que des zones de non-droit s’instaurent, avec toute facilité ouverte à la conjonction entre toutes les criminalités organisées, en particulier la corruption.

La corruption prospérera alors, car tout s’achète, y compris les consciences. La corruption prospère quand il n’y a pas un champ politique libre et ouvert pour permettre les dénonciations et mettre le doigt sur la plaie. La corruption prospère quand l’absence de l’Etat de droit renforce le sentiment d’impunité.

Peut-il y avoir un libéralisme politique sans libéralisme économique ? Un libéralisme économique sans libéralisme politique ? Les deux devraient-il exister en même temps ?

B. M.

Comment (25)

    Anonyme
    16 octobre 2018 - 19 h 41 min

    Ya wedi, nous avons eu une seule et unique occasion de vivre une authentique expérience démocratique et elle a bien failli finir en authentique dawla islamiya.

      Anonyme
      16 octobre 2018 - 20 h 47 min

      Tant que l’islam fait entrer en transe les algériens,il n y aura jamais de démocratie.

      6
      1
    Anonyme
    16 octobre 2018 - 17 h 36 min

    On d en tape des arabes, ce qui nous intéresse c est l Algérie qui n est pas une arabe malgré tout les tentatives d arabisation forcée

    14
    3
      Ahmed Miloud
      16 octobre 2018 - 18 h 59 min

      L’Algérie est arabe par la langue et amazigh par l’origine. Ce lien historique et cultuel(Islam) qui relie les Algériens ne peur être rompu, car il fait partie de leur personnalité.

      2
      10
        Anonyme
        17 octobre 2018 - 5 h 18 min

        L équation Arabité = Islam est fausse et tu le sais très bien

        Kenza
        17 octobre 2018 - 7 h 42 min

        « L’Algérie est arabe par la langue et amazigh par l’origine »
        Autrement dit: nous ne sommes pas arabes parce qu’on parle arabe, nous sommes juste des amazigh arabophones.

    Ch'ha
    16 octobre 2018 - 15 h 53 min

    Quelle démocratie occidentale ?!!
    J’attends. La corruption est présente partout en occident.
    Trouvez moi également un seul fils de au chômage ou sans emploi en France …qui aurait le bonheur d’être au RSA ou d’avoir mis le pied une fois dans sa vie à pôle emploi.
    J’attends.
    Sarkozy Guéant Valls Balkany Kaltenbach Cahuzac Hollande Urvoas Tourraine COLLOMB etc… Marine Le Pen …tous de gauche comme de droite CORRUPTION.
    Quelle démocratie?! État gangrené par le sionisme à tous les niveaux.
    Cessez de rêver.

    9
    2
      Ahmed Miloud
      16 octobre 2018 - 17 h 42 min

      « LA DICTATURE C’EST “FERME TA GUEULE” ; LA DÉMOCRATIE C’EST “CAUSE TOUJOURS” » a dit COLUCHE….

      Anonyme
      16 octobre 2018 - 20 h 54 min

      Tu as détrôné de loin Karim-dz le radoteur.

    Ahmed Miloud
    16 octobre 2018 - 12 h 38 min

    La « démocratie » n’est qu’une arnaque du Nouvel Ordre Mondial (NOM ou NWO) pour assujettir les nations à son désidérata.En effet,ce Nouvel Ordre Mondial, tel qu’il est programmé, œuvre à la destruction de tous les repères historiques, cultuels et culturels des nations du monde.Il prévoit de le remplacer par une société mondiale unique, tournée vers le consumérisme, l’hédémonisme et la négation de Dieu. 
    Pour réaliser leurs projets funestes, les promoteurs de ce Nouvel Ordre Mondial se sont attachés à évacuer la religion de l’espace public en la confinant entre quatre murs par l’instauration de la laïcité dans les pays judéo-chrétiens et par le pouvoir « civil « dictatorial ou tribal dans les pays musulmans ». 
    IL emploie pour ce faire les médias qu’il contrôle et la corruption des élites qu’il a lui-même placées dans les sphères des institutions tant politiques que financières.

    12
    7
      Ch'ha
      16 octobre 2018 - 16 h 01 min

      @Ahmed Miloud
      Exactement.

      7
      4
      Vortex
      16 octobre 2018 - 22 h 00 min

      Ahmed Miloud
      T’as fait une lecture de la politique internationale, et tu sembles comprendre ce qui se trame en filigrane, mais t’as oublié de nous dire c’est quoi l’alternative ? Est-ce rester sous le joug des dictatures ?

    socrate
    16 octobre 2018 - 11 h 03 min

    Avant d’accéder à la démocratie, les pays arabe devront régler le problème de l’islam. Il ne peut y avoir de démocratie si l’on considère que l’islam et ses docteurs sont aptes à conduire les affaires de la cité. Il faut choisir entre la mosquée et le Parlement et séparer le domaine religieux de celui de la politique. Cela ne se fera pas instantanément: il y aura des révolutions, des guerres comme en Europe.

    16
    11
      Ch'ha
      16 octobre 2018 - 15 h 39 min

      @Socrate
      Le sioniste toujours présent à l’appel.
      C’est sûr pour aboutir zerma à votre soi-disant démocratie française où la corruption règne en maître à tous les niveaux sans parler de votre laïcité qui a abouti à votre société décadente où la pédophilie la perversité sexuelle sont érigées en norme et modèle de société… Gaypride et cie… Jusqu’à une môme de 3 ans qui se fait violer par ses camarades de classes du même âge. Rien d’étonnant biberonnés à la pédophilie et aux HARCÈLEMENT SEXUEL SUR ADULTE je sais de quoi je parle.
      N’IMPORTE QUOI MR LE SIONISTE SOCRATE.
      La Russie est ORTHODOXE et ça ne lui pose pas de problème.
      La France est laïque et on voit le résultat !
      L’Algérie est MUSULMANNE et cela ne lui pose aucun problème, ne vous en déplaise.
      Interdire au pays tous ces groupuscules groupes terroristes bras armé du sionisme Frères Musulmans DARCH AL QAÏDA et toute la clique FIS GIA financés par Franssa…etc..
      Sortez votre baratin à vos potes à la prochaine gaypride.

      7
      9
        anonyme
        16 octobre 2018 - 20 h 16 min

        @Ch’ha tu nous gonfle tous les jours avec ton sionisme que tu vois de partout! change de disque! tous tes commentaires sont fatiguant.

        3
        1
    Hassanovic
    16 octobre 2018 - 9 h 53 min

    Le plus grand danger en Algérie c’est la régionalisation, notre ennemi (ennemi des muslimin, je ne parle pas des ennemis du pouvoir nuance) en rêve et vont tout faire pour que cela arrive, ils l’ont fait en Égypte en lybie en Tunisie moyen Orient. Quand un petit pays veut dominer le monde il s’arrange pour le rétrécir, c’est ce que fait israel, la démocratie république n’est qu un leurre grande tromperie et par notre inaction nous serons responsables de ce qu’il adviendra. Salam sur vous.

    6
    18
      Vector
      16 octobre 2018 - 10 h 16 min

      Le plus grand danger en Algérie c’est l’islamisme sous ses différents avatars (salafistes, frères musulmans, etc)
      Même le plus islamophobe des militants du MAK ne se fera exploser dans une mosquée contrairement à des milliers d’islamistes !!!

      37
      5
    polito
    16 octobre 2018 - 9 h 50 min

    Le libéralisme est une philosophie cohérente qui déclare l’individu souverain et lui reconnait des Droits égaux associés à des responsabilités. Le libéralisme économique et le libéralisme politique découlent de cette philosophie et n’ont jamais été opposés entre eux ni par les penseurs politiques ni par les économistes libéraux.Les pays d’amérique du sud ont toujours « été soumis au libéralisme économique, à cause des pressions musclées américaines, et pourtant pendant longtemps cela a été le continents des dictatures.La chine a libéralisée son économie mais pas sa politique.La libéralisation économique entraine toujours une libéralisation sociétale à plus ou moins long terme. C’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer en Chine.
    Dans le monde Arabe les gens aspirent à une libéralisation économique et sociétale. Et on voit très bien que les deux vont de pair. Les ploutocraties arabes ont bloqué l’économie pour mieux asseoir leur pouvoir.

    Zaatar
    16 octobre 2018 - 9 h 37 min

    Oui Monsieur Medjahed, le processus démocratique devra être initié tôt ou tard dans les pays sous dictature. C’est un process naturel qui viendra du peuple. Pour notre pays j’avais déjà écris que cela pourrait se passer de deux façons possibles. Soit les richesses seront taries, plus de pétrole et plus de gaz, nos gouvernants incompétents n’auront jamais pu faire développer notre économies et donc le peuple se révoltera et les foutra dehors. S’en suivra un chaos qui durera un certain nombre d’années avant que des élections propres désignera les futurs gouvernants du pays. Soit, malgré que les richesses seront taries, nos gouvernants arriveront quand même à se maintenir au pouvoir, mais cela ne durera pas. Alors il faudra compter quelque chose un siècle à un siècle et demi et le peuple se soulèvera contre ce système prédateur. Le même chaos s’en suivra pendant quelques années avant que de véritables élections n’aient lieu et donneront des élus du peuple qui prendront en charge les destinées du pays. Autrement, et pendant encore quelques dizaines d’années, le système mafieux qui nous gouverne a encore de beaux jours devant lui….

    6
    1
      Des Sages pour sauver La Patrie
      16 octobre 2018 - 19 h 57 min

      @Zaatar
      16 octobre 2018 – 9 h 37 min
      ————————————————————————-
      Les moyens modernes actuels, de communication, ouvre à tous les possibles, aux meilleurs ET aux pires. NOUS savons tous que les administrations algériennes, toutes les institutions algériennes, sont toutes grosso modo occupés par népotisme et non par mérite. On s’en fout si en 2019 soit maintenu le mode présidentiel « Pilotage automatique », (Et crois moi je suis de ceux qui ont admiré Abdelaziz Bouteflika, dont Giscard d’Estaing avait dit qu’il était Le Meilleur Diplomate du Tiers-Monde), je crois que les meilleurs de ce peuple algérien ont de quoi s’ingénier pour éviter le pire, il y a des méthodes que les dits « Réseaux sociaux » permettent, nos ingénieurs en informatique peuvent être créatifs, accomplir un beau travail de recensement de toutes les compétences exclues, tel que les médiocres, signalés, les corrompus signalés, on dira en conclusion : Non pas que nous avons une liste électorale MAIS une liste professionnelle, les élections c’est faux ! Des Sages aimant leur patrie mettront chacun à sa vraie place, et déplaceront les fils de papa…Oh ! Il y a toujours La Bonne Méthode, et pour une fois sans effusion de sang

        Zaatar
        17 octobre 2018 - 9 h 15 min

        Les méthodes théoriques il y en a à la pelle, celles qui s’appliquent sur la base de la réalité du terrain ne sont pas nombreuses. Il faut toujours espérer bien sur…attendons donc, et on verra bien.Mais si c’est dans un siècle ou deux, on ne perdra rien pour attendre.

    Djeha Dz.
    16 octobre 2018 - 8 h 30 min

    Démocratie ? quelle démocratie ? celle des rois, des zaïms, des gènèraux, des fausses républiques démocratiques, celle qu’impose l’impérialisme par la guerre .
    Celle qui consiste à démembrer les états pour les affaiblir et les dominer.
    La démocratie à l’Algérienne ?
    À l’Européenne, à l’Américaine ?

    Commençons la lutte contre l’ignorance, par l’alphabétisation, la formation des esprits par un enseignement de qualité, l’éradication de la misère et des maladies, et la suite viendra d’elle-même. Appelez-la démocratie ou lui trouver un autre nom sera très facile.

    MOHAMMED BEKADDOUR
    16 octobre 2018 - 7 h 57 min

    Additif : Soyons francs, simples, clairs entre nous. Il y a deux types de « politiques », fonction du niveau culturel et de conscience du peuple concerné. Le sacré et le profane. Dans notre cas, le sacré considère que le profane appartient à l’ignorance : Ignorance sur l’essentiel qui explique notre présence sur Terre, sa finalité. L’harmonie peut s’établir, rarement, mais des exemples servent de repère, permettez moi de considérer l’état de droit tel que l’illustra Abdelkader, il s’agit de l’émir, et pas de méprise, il ne s’agit pas de plaider pour le retour au moyen âge comme diraient certains, cet Abdelkader là, les historiens l’attestent, n’a jamais voulu être « Emir », bien qu’à l’étroit, réveillé en sursaut, attaqué de toutes parts, il est considéré comme Le Fondateur de l’état algérien moderne, que dirait-il de notre état actuel !!! C’était un saint, il ne se reconnaitrait dans aucun de ceux qui présentement parlent de l’islam en politique, car lui il avait vaincu la matière, il n’était pas « matérialiste », il aurait refusé les caméras, le cinéma, il agissait sur les choses. Oui, il appliquait la Chari3a, oui il aurait refusé la statue nue de Sétif, une statue française laissée par les impudiques et lubriques, ivrognes français, oui jamais Mihoubi n’aurait son ministre de la culture, mais nous sommes à une autre époque, avec des faits accomplis, nous sommes dans un autre schéma, et pourquoi cacher le soleil avec un tamis !!! Nous ne sommes plus de vrais « Frères » : La vraie fraternité a pu, malgré des entorses à cette fraternité, repousser la France hors de notre territoire, de notre home, notre espace spirituel et culturel, ce n’est pas une question de « Démocratie », ni de « Chouracratie », nous sommes minés, minés par ce qui empêche la fraternité, celle où une collectivité dans son ensemble décide en âme et conscience qu’elle se veut du bien, et le bien dans tous les domaines exige d’elle qu’elle donne la barre à ses meilleurs, à ceux qui l’amélioreront, l’élèveront, en toute chose… Gérer Une Maison… Mais à quoi bon gloser !

    4
    11
      Vector
      16 octobre 2018 - 9 h 35 min

      Si il faut refusé la statue de Aïn-Fouara à Sétif créé par des  » impudiques et lubriques, ivrognes français « , il faut aussi refuser l’islam apportés par des bédouins névrosés…

      21
      4
    MOHAMMED BEKADDOUR
    16 octobre 2018 - 7 h 25 min

    @La corruption prospèrera alors, car tout s’achète, y compris les consciences
    ————————————————————————————————————————————–
    Pour l’heure ne sont cessibles que les inconsciences, et jamais on ne pourra acheter une conscience. Le marché des inconsciences est florissant, il annonce de violents réveils des consciences, et si ce ne sera pas trop tard, on constatera les dégâts, malheureusement ! @ »La corruption prospère quand l’absence de l’Etat de droit renforce le sentiment d’impunité. » : C’est cette absence qui illustre l’inconscience. Quand tu écris à un ministre, et l’appelle à ton aide, quand il ne répond pas, ça s’appelle Inconscience ! A quoi bon gloser !
    LEKHBAR YJIBOUH ETOUALA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.