Citoyen actionnaire

émeutes
Quand la police intervient, c'est que le dialogue a échoué. New Press

Par Bachir Medjahed – Des émeutes sont le signe qu’il n’y a pas eu de dialogue engagé avec les populations. Pourtant, nous ne sommes pas dans le contexte d’un régime policier, selon ceux qui sont proches du pouvoir.

Quand les forces de sécurité interviennent, que cela soit à l’occasion d’une crise locale qui se transforme en émeutes locales ou pour ce qui concerne l’expression dans la rue de revendications salariales qui ne rencontrent pas le cadre du dialogue ou des négociations, cela signifie inévitablement qu’il est déjà trop tard. Les germes de la crise ont été portés à maturité. La politique du dialogue permanent n’a pas connu son aboutissement ou, plutôt, sa mise en œuvre.

Pourquoi se focaliser sur les émeutes ? Tout simplement parce que toute l’opposition en parle ou la souhaite comme seul instrument possible d’une alternance. Faudrait-il, alors, en faire une tradition ?

L’intervention de forces de sécurité traduit l’échec des pouvoirs publics.

Quelqu’un disait qu’il faudrait «traiter les citoyens aussi bien que les actionnaires». Les citoyens ont bien une part de ce pays ou, plutôt, de cet Etat, pourquoi ne seraient-ils pas considérés comme des actionnaires ? Certes, un pays n’est pas une entreprise, mais, en réalité, il peut l’être quand il fait faillite, c’est-à-dire quand il est endetté et qu’il n’est pas en mesure de payer. Un dépôt de bilan devant les institutions financières, tel que le FMI. Seulement, les Etats ne rendent pas compte aux citoyens alors que ces derniers sont propriétaires en vertu du vote qui exprime une souveraineté populaire.

Une alternance par des émeutes ? Cela serait grave dans ce contexte régional où les émeutes se transforment en insurrections mises à profit par un terrorisme international fatalement inévitable. Un autre problème demeure la prolifération des «Bentalha»(*), ou la menace d’un retour à l’âge de la pierre.

Pourquoi alors qu’à chaque mouvement de foule, à chaque grève qui promet de durer, il y a de la part des pouvoirs publics cette crainte de récupération par l’opposition ou par la subversion plutôt internationale ? En principe, cela ne devrait plus être le cas. En principe seulement. Cependant, serions-nous réellement dans un contexte stratégique totalement différent ?

Les vulnérabilités du pays par rapport à de telles menaces proviendraient de la rencontre entre le mécontentement social et la posture de veille de la subversion.

B. M.

(*) Massacre de populations civiles par les groupes islamistes armés (GIA) en septembre 1997.

Comment (2)

    taftafa
    18 octobre 2018 - 21 h 54 min

    Il faut arrêter de tout mettre sur le dos du pouvoir.
    Il n’a peut être pas les compétences nécessaires pour la gestion d’un pays à paradoxes mais il essaye de se débrouiller.
    Les Algériens sont excessifs en tout ! c’est à eux de s’entre-éduquer pour sortir du modèle social (religieux) archaïque et non viable à notre époque.
    Toujours attendre (inchallah) que la caille rôtie nous tombe du ciel crée en nous le dédain du travail.
    Ce n’est pas avec les série télévisées (fiançailles, mariage, divorce) et l’idolâtrie footballistique que l’on éduque un peuple qui manque de discernement entre la réalité et les coutumes (démographie, laïcité…)
    On veut le modèle occidental mais on ne veut pas lâcher nos traditions (sauf en cachette bien sûr).
    Si toi-même lecteur tu es responsable dans une entreprise et que tu fasse recruter quelques amis, comme le fait ton chef aussi…les carottes sont cuites.
    Chez nous les études de projets prennent 10 fois plus de temps qu’ailleurs, d’où on se fait dépasser à chaque fois.
    !!!On annonce le clairon lorsque les plans sont déjà fait, pas avant par effet d’annonce, car la concurrence veille, elle !
    Ils faut annoncer la nouvelle lorsque les travaux commencent, sinon les voisins feront plus vite ou nous mettent les bâtons dans les roues.
    En 2025 nous allons lancer un satellite blablabla, et soyez sûrs que le voisin le fera mieux et avant nous !
    Les requins ajustent les prix d’après nos projets, sinon comment comprendre que l’Algérie n’a pas pu fabriquer sa propre petite voiture (taftafa) depuis l’indépendance.
    Importer plus que 15% du prix de revient pour réaliser un produit est stérile.
    ###On n’importe pas un produit parce qu’on est incapable de le faire, mais parce qu’il nous permet d’être compétitif SI on exporte !###

    Argentroi
    18 octobre 2018 - 14 h 03 min

    Il n’y a presque eu jamais d’émeute populaire au vrai sens du terme en Algérie. Les pseudo-émeutes ont été toujours provoquées et canalisées par les agents provocateurs d’un clan du pouvoir ou d’un autre. Cette pratique des pseudo-émeutes a été instauré pour servir d’alibi au système des clans pour dépasser ses contradictions qui finiront, ces dernières, à être levées toujours par la mise à l’écart momentané d’un clan, le temps d’élaborer un nouveau consensus et bis repetita ! Donc, quand il y a émeute, c’est généralement le clan au sommet qui craint que l’autre clan aille plus loin dans l’agitation et il n’a aucune peur de l’opposition puisqu’il sait très bien qu’il n’y en a pas ou tout au plus à l’état embryonnaire.

    1
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.