Exclusif – Tout sur Jamal Khashoggi : ses origines, son rôle d’espion, sa mort

Arabie Khashoggi
Jamal Khashoggi a subi une mort atroce. D. R.

Par Bahar Kimyongür(*) – C’est dans la plus grande prison du monde pour journalistes, la Turquie, que l’agent et journaliste conservateur Jamal Khashoggi a été sauvagement assassiné par des barbouzes saoudiens. Pour le monde francophone, Jamal Khashoggi était un parfait inconnu jusqu’à cette date fatidique du 2 octobre 2018 où il disparut dans les dédales du consulat saoudien à Istanbul. Près de trois semaines après son assassinat, les journalistes éprouvent toujours du mal à prononcer ce nom aux origines particulières.

Khashoggi vient du mot turc «kashik», la cuiller. Partout dans le monde arabe, cuiller se dit «mal’aqa» sauf dans la province turque arabophone de Hatay, située à la frontière syrienne et en Irak où l’empire turco-ottoman a régné pendant près de quatre siècles. Dans ces deux zones périphériques du monde arabo-turc, le mot «cuiller» se dit «khashouqa». Le suffixe «gi» du patronyme du journaliste supplicié vient du turc «ci», «çi» et, selon la voyelle qui précède, peut s’écrire «cu», «çu», «cü» ou «çü» (prononcer respectivement dji, tchi, djou, tchou, dju, tchu) qui désigne une profession ou une occupation et équivaut au suffixe «ier» en français comme «glacier», «fermier», «poissonnier», «cordonnier», etc. Khashoggi veut donc dire «le fabriquant de cuiller» et s’écrit «Kaşıkçı» en turc.

Le patronyme du malheureux journaliste indique donc bien ses origines turques ou ottomanes. Ses ancêtres se seraient installés dans la Péninsule arabique du temps où celle-ci était sous le joug de la Sublime Porte. Khashoggi (Kaşıkçı) est une famille connue de Kayseri en Turquie. Certains lui attribuent une origine circassienne ou tcherkesse, une minorité du Caucase qui, au XIXe siècle, a massivement fui vers l’Anatolie, la Syrie et la Jordanie pour échapper aux persécutions de l’empire russe. D’autres sources turques affirment que ses ancêtres s’installèrent à Médine, en Arabie Saoudite, il y a trois siècles dans le sillage d’un pèlerinage à La Mecque.

Sa mort tragique au cœur de la ville qui fut la capitale de l’empire ottoman donne une dimension romanesque à son parcours d’agent du royaume tombé en disgrâce. Si on le décrit comme un journaliste «critique», il convient de rappeler que Khashoggi a longtemps été un courtisan acharné du régime.

Issu d’une famille puissante et riche, Jamal est le petit-fils de Mohammed Khaled Khashoggi, médecin personnel d’Abdelaziz Ben Abderrahmane Ben Saoud, alias Ibn Saoud, le fondateur du Royaume d’Arabie Saoudite. Il est aussi le neveu d’Adnan Khashoggi, un puissant marchand d’armes à la vie extravagante, considéré au début des années 1980 comme l’homme le plus riche du monde. Son oncle Adnan est décédé l’an dernier à Londres. Jamal est aussi le neveu de Samira Khashoggi, la mère de Dodi El-Fayed, l’amant de la princesse Diana mort dans l’accident de Paris en 1997.

Jamal Khashoggi n’a donc rien à voir avec la société civile, les médias alternatifs et le mouvement progressiste. C’est un homme du sérail qui a toujours servi le pouvoir tantôt en tant que collaborateur des organes de propagande de la monarchie comme Saudi Gazette, Okaz ou Al-Watan, tantôt comme conseiller de Turki Ben Fayçal, ancien chef de l’espionnage saoudien, et du prince milliardaire Walid Ben Talal. En 1988, il pose avec un lance-roquettes au milieu de volontaires djihadistes arabes sur le front afghan. Plus récemment, il avait apporté son appui politique et moral aux islamistes en guerre contre la Syrie.

Ses récentes critiques contre le prince Mohammed Ben Salmane par rapport à la guerre au Yémen ou à ses méthodes autoritaires ne sont pas à comprendre comme un acte de résistance citoyen, mais plutôt comme une expression de rivalité politique entre deux clans d’une même dictature. Jamal Khashoggi est un membre revendiqué des Frères musulmans, une secte soutenue par le régime saoudien durant la Guerre froide contre les mouvements laïcs et socialistes arabes, puis classée comme organisation terroriste par ce même régime saoudien dès lors qu’elle tissa sa toile dans les institutions du royaume. Khashoggi n’est donc même pas un «libéral», comme les journalistes des grands médias le répètent à l’envi.

Il a rompu avec le roi, pas avec la monarchie. Il n’a pas rejoint le peuple, il a fait allégeance à d’autres rois, en premier lieu à Erdogan, le leader turc du réseau des Frères musulmans. Khashoggi a même été proche de Ben Laden. Il soutenait les groupes islamistes en Syrie et partage une même aversion à l’égard des minorités confessionnelles que Daech ou Al-Nosra, en particulier contre les alaouites et les chiites. Il a justifié l’exécution par décapitation du leader chiite saoudien Nimr Baqr Al-Nimr, condamné en janvier 2016 pour ses discours antimonarchistes. «L’exécution du cheikh Al-Nimr, écrivait Khashoggi, est un message clair adressé à quiconque veut renverser le gouvernement. Nimr a appelé ouvertement à renverser le système et à faire allégeance au Wilayat Al-Faqih (le leader suprême iranien)» (Middle East Eye, 2 janvier 2016). Effrayante ironie du sort, Khashoggi a eu les mêmes bourreaux et a subi la même peine qu’Al-Nimr, voire pire.

Dès le lendemain de la disparition de Khashoggi, un comité de soutien composé d’ONG proches des Frères musulmans arabes et turcs sous la direction de Turan Kışlakçı, président de l’Association de médias arabo-turcs (TAM), s’est mobilisé devant le consulat saoudien pour exiger sa libération. Tuyauté par les services de renseignement turcs, ce comité savait déjà ce qui était arrivé au journaliste saoudien dès le cinquième jour de leur mobilisation, sans doute parce que le lieu du crime était sous écoute, information gênante pour le régime d’Ankara qui est tenu de respecter la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961.

Après avoir franchi la porte du consulat saoudien à Istanbul, Khashoggi aurait été torturé, disséqué vivant, démembré par 14 militaires de haut rang de l’armée saoudienne sous la supervision de Salah Al-Tubaygi, un médecin légiste. Les quinze tortionnaires de Khashoggi auraient été envoyés par le prince Mohammed Ben Salmane en personne. Dans les colonnes du New York Times, des agents turcs requérant l’anonymat ont comparé le supplice de Khashoggi à une scène sanglante de Pulp Fiction, célèbre film de Tarantino (New York Times, 9 octobre 2018).

Le 17 octobre, la police turque a annoncé que Khashoggi avait été décapité, une méthode qui n’est pas sans rappeler les exécutions perpétrées par Daech. Deux jours plus tard, Middle East Eye écrivait que le médecin tortionnaire Al-Tubaygi a découpé Khashoggi en écoutant de la musique, selon certaines sources, pour étouffer les cris de sa victime. Le monde occidental n’en croyait pas ses yeux, ni ses oreilles face à une telle orgie de cruauté orchestrée, de surcroît, dans un temple de la diplomatie internationale. Finalement, nos gouvernements n’ont exprimé qu’une relative inquiétude face au sort réservé à l’agent et journaliste saoudien.

B. K.

(Suivra)

khashoggi-afghanistan
Jamal Khashoggi avec les djihadistes en Afghanistan (1988). D. R.

Comment (48)

    Ces Sacrés Nomades !
    24 octobre 2018 - 23 h 32 min

    Ils ont de ces « Cuillères » dans les ambassades et consulats saoudiens ! Découper, hacher l’adversaire puis le ramasser à « La Petite » Cuillère, les nomades mangent avec les doigts, bref un bon policier qu’on charge de fouiller une ambassade et un consulat saoudien doit d’entrée chercher La Cuillère, s’il la trouve, il a déjà trouvé l’intention criminelle, après il cherchera la liste de tous ceux, on dira désormais, qui « sont passés à La Cuillère »… Ces sacrés nomades !

    1
    2
    Anonyme
    24 octobre 2018 - 14 h 16 min

    En Tunisie les agents du Mossad ont tués un ingénieur qui enseignait le maniement des drones, pareil en Indonésie un ingénieur palestinien a été tué par les agents du Mossad tout ça ni vu, ni connu.

    Les saoudiens ont dû se prendre pour des agents du Mossad en venant avec leurs jet privés afin d’exécuter cette barbarie. Juste des cafards qui prennent leurs ordres à Tel Aviv afin de contrer nos véritables frères Iraniens qui sont les seuls à nous faire retrouver notre dignité à nous autres Musulmans 1,8 milliards dans le monde contre 18 millions de juifs.

    8
    2
      tounsi
      29 octobre 2018 - 14 h 25 min

      En Tunisie, les agents du Mossad étaient déjà dans l’avion au moment ou la police réalisait ce qu’il se passait. Tous leurs complices locaux ont agis sans même savoir qu’ils participaient à un crime (mais à un documentaire!), enfin bref… on est pas du tout au même niveau de  »professionnalisme ». A ce jour, il n’existe aucune preuve qu’Israël soient coupable du crime (on le devine, mais zero preuve formelle).

    Hamid
    23 octobre 2018 - 23 h 26 min

    First, the brutal killing of this journalist is to be deplored .You see , in this day and age ,the human has turned into torturers .Some high-profile of cases in recent years are really telling and still vivid ( the hanging of Sadam , the lynching of Gadafi ) .This is a sad aspect of the situation , ironically ,all these killings have happened in Muslim countries .There ‘s another element involved here .Western democracy .This easy sell to those who are naive has produced rogues .This is evidenced by the fuss and headlines in the West about one killing of one person when Palestinian and Yemeni children are being starved , killed on a daily basis .They preach one treatment for some and another treatment for the rest .Can you see the level of hypocrisy they exude ? What a dodgy world we live in ? That’s my opinion on the topic .Take care .Tahia ElDzair as always !

    3
    1
    Tarass Boulba
    23 octobre 2018 - 22 h 34 min

    Il est normal que Mokri et Erdogan se révoltent (en apparence) contre cette manière d’éliminer Jamal Khashoggi. Mais Mokri et Erdogan ne réagissent pas tellement en raison de ce crime horrible mais plutôt parce que Jamal Khashoggi est un des leurs, c’est à dire un membre très actif des Frères musulmans non seulement dans le monde arabo-musulman mais dans le monde tout court !

    Les Frères musulmans sont une secte qui au départ était soutenue par le régime monarchique saoudien surtout durant la Guerre froide contre les communistes et l’URSS, et d’une manière générale contre les mouvements laïcs et socialistes arabes. Mais par la suite cette secte a été « décrétée  » comme organisation terroriste par ce même régime saoudien pour plaire à l’occident encore. Mais plus récemment Khashoggi a été persécuté par la monarchie Saoudienne (et donc il devez mourir) pour ses critiques contre le prince Mohammed Ben Salmane par rapport à la guerre au Yémen.

    NB : Au delà de tout çà, Il faut quand même rappeler que pour Ergogan, Mokri et donc pour les Frères Musulmans, la devise suprême qui les unit est : « Allah est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grand espérance ! ». Khashoggi dans ce cas là est juste une occasion pour revigorer leur secte ! Et en plus d’après les dernières déclarations d’Erdogan, il ne condamne pas d’une manière ferme la monarchie saoudienne à propos de cet assassinat. Il dit certes que c’est une crime planifié mais il invite Ben Salmane a « négocier » avec la Turquie pour trouver une issue de sortie …. par le haut !! L’un dans l’autre, ils se disent qu’ils peuvent toujours trouver une issue à ce grave problème car eux, entre musulmans, entre islamistes, entre « frères musulmans », puisque le socle commun c’est le Coran, c’est Dieu, c’est le prophète, c’est l’islam politique, c’est la Oumma islamya , et donc c’est le pouvoir politique par la grâce de Dieu et du Coran !!

      marc
      28 octobre 2018 - 20 h 06 min

      Qui a écrit cet article? Il y a 3 journalistes cité ici, Kenzi Adam, Bahar Kimyongür ou B.K.?
      Je vous invite à faire des recherches sur cet photo…. Il est d’une évidence INCROYABLE comment la photo qui est publié ici, montrant une personne tenant un lance roquettes, n’est définitivement pas Mr Jamal Khashoggi! Le photoshop est d’une qualité extrêmement mauvaise! Même moi, qui a une petite expérience en photoshop aurait fait une plus belle job! Tout les visages des gens dans la photo sont d’une couleur normal, mais celle de la personne au centre, est tellement blanche! Si vous faite un zoom de 300%, vous allez voir que sa tête est plus petite que celle de la personne d’origine!
      J’espère que ceux et celles qui ont lu cet article, l’ont remarqué. C’est dommage que les médias et journaux, doivent être vérifié 2 ou 3 fois, afin de voir si c’est la vérité. Malheureusement, nous en sommes là, ils nous croient tous ignorants…..Mais ce n’est pas le cas!

    MELLO
    23 octobre 2018 - 20 h 38 min

    Un espion ‘reste un espion d’où qu’il soit. Certes c’est un journaliste, mais qui côtoie l’islamisme politique. Lorsqu’on voit la position des États Unis, de leur président Trump, il est plus que nécessaire de ne pas se lamenter sur cette disparition. Le royaume wahabite qui détient la plus mauvaise note dans les droits de l’homme, reste un pays portant une charge lourde vis à vis des événements au Yémen, condamnable à jamais ,néanmoins dans cette affaire khassoggi, il ne ne peut être condamné, bien que le traitement soit horrible. Notre pays ne doit prendre aucune position dans cette affaire.

    Malek
    23 octobre 2018 - 19 h 25 min

    La Turquie est en colère parce-que ce monsieur est d’origine turque. Et oui même les vrais arabes ont plein d’autres ethnies chez eux. D’ailleurs ce monsieur n’avais pas le faciès asiatique comme les autochtones. Le drame c’est que chez les maghrébins, beaucoup d’ignares se croient arabes alors que nous sommes dix fois plus nombreux et que nous n’avons reçu que quelques dizaines de chameliers chez nous. A les entendre 90% de ces bédouins ont fuis leurs pays pour nous coloniser, alors que tout confirme qu’ils n’ont jamais quitté leur désert.

    5
    9
    226
    23 octobre 2018 - 17 h 27 min

    Kashogi avec RPG7 lors de son interview avec Ossama b l.mais ce que vous oublier de dire qu’est qu’il faiser en Algerie en 1990 lui et son ami Azzam L’ Anglo Palestonien?.

    Anonyme
    23 octobre 2018 - 16 h 29 min

    et Puis il est frère Musulman??!! mais vous avez un cerveau? vous avez compris le sujet et le présent?? cette homme très gentille et parti chercher des papier pour son marriage dans le consulat de son pays comme n’importe qui, il sort découpé caché sans doute dans des sacs de plastic etc..qu font la les frères musulmans??!!!!! vous êtes très en retard et vous retarder dans votre train cow boy le reste qui vous croient…

    3
    10
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 15 h 10 min

    Un régime sanguinaire qui a tué des dizaines de milliers de Yémenites innocents, assassine un homme et le découpe en morceaux pour le faire disparaitre…. La décadence des Arabes n’a pas d’équivalent!

    22
    4
    الهوارية في فرنسا
    23 octobre 2018 - 14 h 46 min

    Donc, il doit être aussi un cousin du premier mari de la princesse Caroline de Monaco Casiraghi mort en pleine mer, mystérieusement

    8
    1
    Vérité
    23 octobre 2018 - 13 h 58 min

    Tant que le Paradis est aux mains des Arabes;Torturé;décapité;corrompre;volé;triché;violé;trahir;ou se vendre;c’est Halal.Autorisé et meme récompensé;c’est le Roi des Arabes qui décide;Dieu est pour les pauvres et opprimés

    23
    7
    Kahina-DZ
    23 octobre 2018 - 13 h 50 min

    C’est pour cette raison que la Turquie est enragée.
    C’est devenue une affaire plus Turc que Wahhabite.

    Espérons que nous n’avons pas de Khashoggi-Turcs en Algérie ??

    15
    9
    Tin-Hinane
    23 octobre 2018 - 13 h 32 min

    D’après ce qu’a dit l’ambassadeur syrien à l’ONU c’était même le bras droit du ministre saoudien des affaires étrangères (celui qui se prend pour Ribbentrop).
    L’article apporte des précisions et des éclaircissements sur le personnage et c’est bien, Jamal Khashoggi savait très bien à qui il avait à faire puisqu’il est l’un d’entre eux. Ce qui est surprenant c’est qu’il soit allé se jeter lui même dans la gueule de loup, apparemment il ne se doutait pas que les choses étaient graves à ce point pour lui. Il ignorait peut-être que le juif gendre de Trump et la CIA (ou ce qu’il en reste) étaient passés par là. Les saoud ont té bien manipulés dans cette affaire, ceux qui les ont poussés à commettre une telle atrocité voulaient qu’ils montrent au grand jour jusqu’où pouvait aller la cruauté et la corruption des gardiens des leix saint de l’Islam.

    16
    3
      Anonyme
      23 octobre 2018 - 15 h 06 min

      « Les saoud ont été bien manipulés dans cette affaire, ceux qui les ont poussés à commettre… » Mais justement c’est pour tout cela qu’ils existent: Pour être le « tambour » des autres et surtout pour payer pour leurs erreurs volontaires et les erreurs des autres. Et c’est pour cette raison qu’on les appelle les khorotos. Et je dis bien khoroto. Un khoroto est un imbecile-idiot mais heureux. C’est quelqu’un qui marche nu sans se rendre compte, mais en même temps, il se moque et rit sur les autres. Voila comment je les vois.

      6
      2
    Zombretto
    23 octobre 2018 - 13 h 14 min

    Dans la première partie l’auteur explique l’origine du nom Khashogi, khashog – cuiller – plus « dji », celui qui fait des cuillers. Pas besoin d’expliquer le suffixe “dji” aux algériens, car ils le connaissent tous : qahwa-dji (serveur de café) sa3a-dji (réparateur de montres) qmar-dji (qui s’adonne aux jeux de hasard) khmar-dji (amateur d’alcool) et d’autres mots encore.

    15
    5
    zigzag
    23 octobre 2018 - 13 h 13 min

    Juste une précision pour ceux qui s’intéressent aux langues et pour « corriger » ce qui est dit à propos de l’origine du nom de ce journaliste saoudien. L’auteur de l’article écrit: « Khashoggi vient du mot turc «kashik», la cuiller. Partout dans le monde arabe, cuiller se dit «mal’aqa» sauf dans la province turque arabophone de Hatay, située à la frontière syrienne et en Irak où l’empire turco-ottoman a régné pendant près de quatre siècles. Dans ces deux zones périphériques du monde arabo-turc, le mot «cuiller» se dit «khashouqa» ». En fait il y a lieu de relativiser l’affirmation « partout dans le monde arabe… », car en Libye (qui a fait aussi partie de l’empire ottoman), « cuillère » se dit encore de nos « kashik ».

    7
    1
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 12 h 11 min

    Cet article est une autre preuve que ce journal est un soutien aux frères musulmans et les parties arabo-ba3thiste.
    On va chercher des origines ottomane pour minimiser ou donner raisons à MBS. quelle honte.

    6
    30
      Vector
      23 octobre 2018 - 12 h 29 min

      Quand on ne sait pas lire, il faut éviter d’écrire !
      Khashoggi est un Frère Musulman !

      33
      2
      Ch'ha
      23 octobre 2018 - 12 h 40 min

      @Anonyme 12h11
      N’importe quoi. Relisez l’article qui explique le contexte de l’assassinat ciblé et ne se limite pas à une simple propagande occidentale crime barbare patati patata les crimes aux Yémen ne posent aucun problème à ces soi-disant démocraties occidentales qui participent à la coalition saoudoUS EAU et cie France en service commandé pour l’entité sioniste.
      L’article ne justifie pas le meurtre Khashoggi mais explique le pourquoi du comment et de toute cette TARTUFFERIE. Les crimes commis par l’entité sioniste oute envers le peuple palestinien mais les dirigeants palestiniens les membres de partis…les scientifiques ingénieurs enseignants chercheurs universitaires palestiniens de par le monde……là aucune indignation occidentale pas même une petite ligne dans un journal occidental.
      L’auteur de cet article ne justifie pas le meurtre et ne dédouane personne il est très clair objectif et impartial.

      26
      7
      Anonyme
      23 octobre 2018 - 14 h 30 min

      Tu n’as donc rien compris à l’article. Il faut songer à te cultiver; à moins que ce ne soit trop tard……….

      10
      1
    Rayés Al Bahriya
    23 octobre 2018 - 12 h 06 min

    Comme je l’avais dis , l’autre fois sur le forum ,
    Adnan Kashoggi, était grand magnat trafiquant d’armes , avait été l’intermédiaire direct entre Israël et L’Iran chiite , dans la contre partie était la libération des otages américains, lors de leurs prise , en 1979, à Téhéran , par les troupes chiites, dite aussi affaire Iran gate , et qui avait mené à la défaite du président démocrate américains, Jimmy Carter….
    Israël avait livré des Armes d’assauts UZI…pour L’Iran des millahs… Lire : la crise ou affaire Iran Contra…

    5
    2
    ferial
    23 octobre 2018 - 11 h 39 min

    Justice immanente ….une pensée pour le Cheikh Nimr lâchement assassiné par ces mêmes barbares.

    11
    1
      pomme
      23 octobre 2018 - 18 h 22 min

      Paix à son âme. Je continue à penser que la mort de ce martyr marque le début de la fin des Al-Saoud et de leur régime.

      2
      2
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 11 h 20 min

    Et ben voilà!!! Cette affaire n a finalement aucun lien avec ce que nous rabâchent les médias occidentaux,ça n a rien à voir avec la liberté de presse ou autre liberté,c est un assassin comploteur assassine par plus fort que lui!!!
    Toute cette médiatisation doit cacher des desseins plus macabres entre les financiers des désordres dans le monde ..
    Tfouhh alihoum….qu ils aillent tous en enfer..

    12
    5
    Lghoul
    23 octobre 2018 - 11 h 13 min

    Merçi pour l’article qui donne beaucoup d’informations utiles sur le journaliste assassiné par une fraternité de malades mentaux, de refoulés sexuels arrogants que le monde trop NAIF commence a découvrir.
    Sans trop compliquer, la Turquie et tout le monde, les USA en premier, voudraient tirer un maximum de profit matériel de cet événement malheureux. Les khaorotos sont tellement intelligents qu’ils ne cessent de payer sur tout, même pour les chauffeurs qui les conduisent faire le tour de monte carlo. Sans tenir compte du parcours historique de ce journaliste, Il y a deux points importants qui sont démontrés en publique et importants a retenir: 1/ Le monde est devenu une jungle ou toute l’éthique morale, de paix et d’humanisme est remplacée par l’argent qui a pris les devant de toute relation internationale. 2/ Le vrai visage des saoudes est finalement prouvé pour toute la planète. Ils ont confirmé pourquoi ils ont bâti la maison du diable chez eux – Le seul pays au monde a reconnaitre ouvertement que le diable existe et qu’il est leur résident principal. Certains diront « Ce n’est pas cela l’islam ». Dans ce cas, que ces musulmans « differents » et pacifiques dénoncent alors ces monstres, comme apparemment ils les ont « dénoncé » en l’Algérie quand elle a été attaquée pour sa destruction totale en perdant plus d’un quart de million de ses fils et filles. Si c’est cela l’islam, et si ces gens représentent l’islam, et si un « justificatif musulman » existe pour halaliser la décapitation et la coupure d’êtres humains en morçeaux, je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de musulmans pratiquants qui vont demeurrer sur la terre dans quelques decennies. Il n’ y aura que des « musulmans » sur le papier qui ne croiront en fait, en rien. Si rien n’est fait, si l’silam ne fait pas son auto-critique et remet les penduules a l’heure, on n’aura que des charalatans et des monstres, se cottoyant dans les rues et se mangeant entre eux et en justifiant a coups de fatwas. De toute manière, je me demande comment des êtres qui pensent qu’ils sont humains ont encore le goût, la force et le courage d’aller en arabie saoudite après leur boucherie au Yemen et leur récente dernière barbecue humaine a Istambul !

    22
    4
    Karamazov
    23 octobre 2018 - 10 h 57 min

    Ça y est ! Erdogan a fait son show. Ceux qui s’attendaient t à un strip-tease intégral et qu’ils en auront pour leurs fantasmes seront déçus. Erdogan a soufflé le chaud et le froid avec un une amplitude bien encadrée allant de  » cet assassinat a été planifié » à la « confiance en le Roi Salman ». Il voudrait que les suspects soient jugés à Istanbul . Si ce n’est que ça on lui fournira des lampistes à gogo.

    Outre l’ambiguité entre le « Roi Salman » et son héritier de fils MBS qui exerce le pouvoir dans la réalité , on ne sait pas à quoi joue vraiment Erdogan.

    C’est fini pour le spectacle. Dans les coulisses l’intrigue continue !

    17
    2
    Tredouane
    23 octobre 2018 - 10 h 48 min

    Le vif du sujet,donc c est plus profond et non pas superficiel,je pense que la prise de decision,n »a pu être prise individuellement,voir peut être même en concertation avec ,encor une fois le crime ne paie pas,car il reste tout simplement un acte barbare, inadmissible.
    Deux choix un compromis politique ou l’engagement d’un procédure judiciaire.

    6
    1
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 10 h 44 min

    Rien d’étonnant,la cruauté est ce que les Arabes et leurs affidés affectionnent le plus.Le meurtre et le démembrement à vif de ce journaliste est un petit spécimen de cette cruauté dont sont friands les bédouins du désert arabique.Malheureusement ils nous l’ont inculquée par l’intermédiaire de leur culture,de leur religion et de leur langue que certains continuent à sacraliser malgré les horreurs qu’elles véhiculent.

    15
    14
    Tarrass Boulba
    23 octobre 2018 - 10 h 26 min

    Merci à Bahar Kimyongür auteur de l’article ! çà c’est de l’information !

    12
    3
    Ch'ha
    23 octobre 2018 - 10 h 16 min

    Cet article a le mérite d’être clair et enfin de poser les cartes à plat : un ex espion ce que les meRdias occidentaux se sont bien gardés de révéler histoire d’alimenter la « polémique », la Tartufferie. Ce qui ne fait que confirmer le rôle des prosionistes saoudiens proches du mossad du shin bet et du shabak (Ahmed al-Assiri).
    Excellent article.
    Juste un rappel l’assassinat des plus barbares de cheikh Yassine fondateur et dirigeant du Hamas ALLAH YARHMOU par le mossad et l’entité sioniste à sa sortie du jaama après le fajr, un exemple infinitésimal parmi tant d’autres des assassinats ciblés barbares commis par l’entité sioniste et qui n’ont JAMAIS donné lieu à indignation occidentale ni même défrayés la chronique.

    16
    3
    halim
    23 octobre 2018 - 10 h 16 min

    certains croient qu’avec l’argent tout est permet? Khaled el fayçal el saoud a proposé a Ardogan des sommes colossales d’argent ainsi des investissements de grande envergure et la fin du blocus avec le Qatar contre se taire dans l’affaire khasoghgi Réponse d’ardogan : c’est de la pur corruption politique voila les hommes qu »on a besoin qui peuvent construire des métros des aéroports des ports des autoroutes etc…pas ceux qui ont dépensé dans une autoroute plus de 22milliards de dollars et l’ont construit en l’espace de 20ans pour 900km, vraiment marre de tous ces cafard arabe et autre berbère toute cette racaille de singe qui n’ont rien compris et qui reste toujours des sous développé au service de l’homme blanc….

    7
    19
      Vector
      23 octobre 2018 - 12 h 25 min

      Ton petit Erdogan s’est soumis à Trump quand il a relâché le pasteur Brunson sans récupérer le prédicateur Gulen !
      La Turquie n’est qu’un pauvre fabricant de fourchettes et de chaussettes comme le Maroc !
      Trump la dressé en montant seulement une petite taxe sur l’acier !
      C’est ça une économie développé ?

      21
      4
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 10 h 10 min

    @ passager
    23 octobre 2018 – 8 h 25 min
    Vous avez parfaitement raison…qu importent les sensibilites politiques religieuses ou autres de Jamel Khashogi, il est en premier lieu un journaliste qui s est fait lui meme son proces et a change sa conception de voir le pouvoir feodal de la famille Saoudienne et des Emirs du golfe pour exiger un changement democratique.il a ete totalent contre la guerre atroce au Yemen,
    et comme vous le dites je cite
     » nous parlons d’un homme tué dans un consulat et découpé en morceaux par « un Etat » protecteur des lieux saints…comme quoi on dirait que vous nous dites puisque c’est un sympatisant des freres musulmans , alors il mérite… »
    Non Khashogi a fait son choix de combattre par la plume l Obscurantisme,l extremisme religieux
    et les pouvoirs feodaux des rois,Emirs et princes arabes.il a choisi d agir a partir d un grand media americain le Wachington Post qui a cause la chute du president des USA Nixon avec l affaire du Water Gate.Il se savait en danger….mais naivement il s est rendu au consulat……..etc.Une grande perte pour tous les opposants Saoudiens dans le monde…..et ceux en Saoudie qui aspirent dans le silence a se liberer de cette dictature atroce des Al Saoud. L histoires des Al Saoud est pleine de sang et d elimination comme les traitrises se comptent par centaines

    7
    4
    Abou Langi
    23 octobre 2018 - 10 h 06 min

    Iben , ça alors ! Iben mwa qui peinais à me faire une opinion dans tout ce fatras médiatique , quand tout était simple, je ne vois plus comment me dépatouiller quand le mystère s’épaissit à coups de révélations.

    Qu’est-ce qui a poussé la Turquie à vouloir aller si loin dans son bras de fer avec L’Arabie elle qui en même temps pourtant jure sur sur ses grands dieux qu’elle ne voudrait pas se fâcher avec ce pays frère ? Si ce n’est qu’Erdogan est un farouche partisan de la liberté de la presse.

    Voila ce que je souhaiterais savoir dans le deuxième versement.

    En attendant je guette Polichinelle qui nous fera des révélations sur les dessous de cette affaire, car je ne crois pas qu’Erdogan nous apprendra plus que lui lors de son discours devant son parti. Car si c’était le cas c’est urbi et orbi qu’il l’aurait fait.

    7
    4
      Karamazov
      23 octobre 2018 - 10 h 22 min

      Wi Polichinelle a déjà cafeté on sait presque tout sur l’affaire et surtout qu’Erdogan n’en dira pas plus car il saura garder pour lui de quoi se rattraper face aux Ibn Séoud qui ont la vengeance d’une cruauté inimaginable comme vient de nous le montrer l’exécution de ce jarnaniste. Mais c’est kamim mieux dit quand il y a du spectacle.

      5
      1
    Amine
    23 octobre 2018 - 10 h 01 min

    Excellent papier !
    Le royaume des ténèbres fossoyeur des droits humains est démasqué depuis belle lurette, mais l’argent et l’hypocrisie occidentale nous plonge encore dans un coma chronique !
    Au diable les Al Saoud et leurs acolyte USA compris.

    20
    1
    Karamazov
    23 octobre 2018 - 9 h 38 min

    J’adore entendre les sons de cloches qui ne sont pas en harmonie avec les berceuses qu’on nous chantent , même quand il s’agit de couacs qui perturbent l’euphonie. On gagne en discernement ce qu’on perd en harmonie .

    Certes une fois dit : c’est kamim pas une raison de charcuter un opposant fût-il fréro-tango, il reste des doutes qui nous taraudent l’esprit quant aux méthodes qui confirment ce qui est dit ici si celles-ci sont elles mêmes confirmées , par la suite. Je veux dire que c’est souvent le sort réservé aux espions qui changent de camp , et à la haute trahison.

    Atansyou, jidi pas que j’approuve, alla khati. Je dis que c’est déjà arrivé que des ex-espions passés de l’autre coté soient liquidés à coups de parapluies , de poisons, de foulards, et d’autres bizarreries et supplices les plus raffinés qui échappent à l’imaginaire des gogos like us.

    Jusque-là malgré mon scepticisme légendaire et mon appétit pour les choses extraordinaires je tiquais un peu sur tous les plats insipides et louches qu’on essayaient de nous faire avaler à propos de l’engagement de ce Monsieur qu’on a sortit comme-ça de l’anonymat pour en faire un parangon de la liberté d’expression et de la démocratie.

    N’empêche me dit-on ! Les pays occidentaux si prompt à dégainer l’embargo quand c’est la Russie qui lave son linge chez eux , Oncle Sam en tête, se tâtent en poussant des jurons chiraquiens : Pu…. 450 milliards de dollars ! Il a dit Trump .

    Donc s’agissant de la pétromonarchie on compte d’abord pour s’arranger avec sa mauvaise conscience, quitte à se rattraper plus tard sur l’Iran et la Russie.

    Non, je ne suis pas si naïf que ça, je ne tombe pas de la dernière pluie , et des couleuvres comme ne me donnent plus la nausée. Je dis juste que c’est moins jusqu’où on peut aller pour la raison d’Etat qui m’interpelle que la réaction des Occidentaux à ce sujet.Deux poids deux mesures.

    Deux poids deux mesures, je croyais . Je croyais avant que mon démon de gauche qui est un bigot de Machiavel ne me rappelle que c’est kifkif barikou : la raison d’Etat , la raison d’Etat partout , ipcitou !

    12
    3
    Moskodz
    23 octobre 2018 - 9 h 19 min

    Que ce soit l’Arabie Saoudite,Daesh,Boko-Haram,le Fis ou El-Qaïda,de toute façon,il n’y que ces barbares sous-couverts soit-disant de religion qui sont capables à de telles atrocités.

    26
    6
    Moskosdz
    23 octobre 2018 - 9 h 16 min

    Que ce soit l’Arabie-Saoudite,Daesh,Boko-Haram,El-Qaïda ou le Fis,de toute façon,il n’y a que les barbares sous-couverts de religion qui sont capables à une telle atrocité.

    14
    7
    contre les DAECH OFFICILES :
    23 octobre 2018 - 9 h 06 min

    un article interessant, ceci dit il faut que le monde (musulman) note précieusement que les gardiens « arabes » des lieux saints sont des assassins criminels qui commandent et promeuvent le meurtre à la carte contre quiconque s’opposerait à leur idéologie moyenâgeuse .
    Vous l’aurez compris : LE MONDE ARABE (PARTICULIÈREMENT) , N’EST PAS ENCORE SORTI DE LA PRÉHISTOIRE …

    20
    4
    boomerang
    23 octobre 2018 - 9 h 00 min

    Moralité : on récolte ce que l’on sème. Paix à tous.

    15
    1
    Zaktof
    23 octobre 2018 - 8 h 57 min

    La Turquie,plus grande prison du monde pour journalistes? Mais d ou tu sors ce classement?

    13
    16
    passager
    23 octobre 2018 - 8 h 25 min

    un autre article pour nous detourner l’attention , cher monsieur apres cet evenement tragique , nous ne parlons pas d’allegeance , d’opposition ou de societé civile , nous parlons d’un homme tué dans un consul et découpé en morceaux par sois disant un Etat protecteur des lieux saints…comme quoi en dirait que vous nous dites puisque c’est un sympatisant des freres musulmans , alors il mérite…!!!parlez nous du crime, …

    17
    20
      Anonyme
      23 octobre 2018 - 8 h 53 min

      Même Ben Laden a été tué et sa dépouille jetée à la mer,on va aussi le pleurer parce que c’est mort d’homme ?

      15
      8
      Anonyme
      23 octobre 2018 - 10 h 04 min

      @ passager
      23 octobre 2018 – 8 h 25 min
      Vous avez parfaitement raison…qu importent les sensibilites politiques religieuses ou autres de Jamel Khashogi, il est en premier lieu un journaliste qui s est fait lui meme son proces et a change sa conception de voir le pouvoir feodal de la famille Saoudienne et des Emirs du golfe pour exiger un changement democratique.il a ete totalent contre la guerre atroce au Yemen,
      et comme vous le dites je cite
       » nous parlons d’un homme tué dans un consulat et découpé en morceaux par « un Etat » protecteur des lieux saints…comme quoi on dirait que vous nous dites puisque c’est un sympatisant des freres musulmans , alors il mérite… »
      Non Khashogi a fait son choix de combattre par la plume l Obscurantisme,l extremisme religieux
      et les pouvoirs feodaux des rois,Emirs et princes arabes.il a choisi d agir a partir d un grand media americain le Wachington Post qui a cause la chute du president des USA Nixon avec l affaire du Water Gate.Il se savait en danger….mais naivement il s est rendu au consulat……..etc.Une grande perte pour tous les opposants Saoudiens dans le monde…..et ceux en Saoudie qui aspirent dans le silence a se liberer de cette dictature atroce des Al Saoud.

      6
      11
      Vector
      23 octobre 2018 - 12 h 42 min

      Jamal Khashoggi a soutenu la Guerre en Libye et a appelé à une guerre en Syrie, et si celle ci avait eu lieu, l’Algérie aurait été la prochaine sur la liste !
      Jamal Khashoggi s’est félicité de la décapitation du cheikh Al-Nimr, il s’est félicité de l’attentat du 18 juillet 2012 à Damas, qui a tué plusieurs dignitaires syriens, il s’est félicité du lynchage de Kadhafi !

      19
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.