Le RCD refuse de participer à l’installation d’un président factice au perchoir de l’APN

Mohcine RCD
Le RCD de Mohcine Belabbas se positionne dans l'affaire Bouhadja. New Press

Par Hani Abdi Les parlementaires progressistes du RCD refusent de cautionner le «putsch» mené par les partis au pouvoir contre le président de l’APN, Saïd Bouhadja. Dans une déclaration intitulée «APN : de la Chambre d’enregistrement au Parlement croupion», les députés du RCD dénoncent ce coup de force qui s’ajoutera à «une multitude de coups de force et de viols de la légalité tout au long de ces deux dernières décennies et qui seront gravés comme la pire période de l’autoritarisme dans toute l’Histoire de l’Algérie indépendante».

Les parlementaires progressistes du RCD assurent avoir, dès le début de cette crise, alerté sur «la nécessité du respect de la légalité et des dispositions constitutionnelles en la matière». Ils l’ont fait pour «défendre le seul choix de renforcer les facteurs d’ordre dans une situation de crise nationale profonde où les dérives peuvent mener à l’irréparable». «Aujourd’hui que les tenants de l’autorité usurpée appellent à une plénière pour valider leur putsch et installer un président factice au perchoir de l’APN, les députés qui ne souscrivent pas à ce fait accompli doivent compter leurs rangs et exprimer leur condamnation», soutiennent-ils.

«Le président légal de l’Assemblée, contraint à la désertion de l’hémicycle parlementaire, ne peut rester longtemps scotché à une hypothétique réponse d’une missive qu’il aurait adressée au chef de l’Etat», jugent les parlementaires du RCD selon lesquels «la cacophonie et les incertitudes qui ont prévalu dans les rangs des députés du pouvoir après l’exécution des formalités de ‘’vacance de la présidence de l’APN’’, orchestrée par des forces de l’ombre, est à la mesure du peu de cas fait de toutes les représentations nationales».

Les députés du RCD soulignent que «les relais de cette machination dans le Parlement sont restés en attente du feu vert pour la poursuite de l’étape suivante d’une feuille de route soumise aux fluctuations de tractations menées ailleurs».

Pour les députés de ce parti, cette mise à nu des pratiques d’un système politique réduit à gérer ses contradictions et ses urgences sur la scène publique est «un motif d’inquiétudes de voir la précipitation de la déliquescence d’institutions en absence de recours pour la pérennité de l’Etat».

Les parlementaires progressistes du RCD se disent «disposés» à la concertation avec leurs pairs pour «amplifier le désaveu d’une destitution violente».

H. A.

Comment (17)

    Slam
    24 octobre 2018 - 15 h 59 min

    Paroles… Paroles. Quand un bon discours n’est pas suivi d’actes, il vaut mieux économiser sa salive. Allez au bout de vos convictions et demissionnez puisque vous ne servez qu’à décorer l’assemblée en lui donnant un pluralisme factice. Il est temps d’arrêter de discourir et de passer aux actes ! Sinon vous ne valez pas mieux que ces putchistes.

    Anonyme
    23 octobre 2018 - 20 h 05 min

    a mon avis , c’est de démissionner au lieu de boycotter

    2
    2
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 18 h 28 min

    Il veut voir de la bouffe dans sa gamelle aussi ! L avenir est incertain pr tt ses deputés en cartons et de tt partis politique .

    2
    5
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 16 h 23 min

    1. Vous dites que c une assemblée croupion,mais vous en faites partie!
    2. Vous dites défendre la légalité,il fallait alors aider bouhadja à entrer dans son bureau,forcer les cadenas pour entrer à votre assemblée en tant que députés non grévistes.
    Vos positions de ne pas participer n’ont jamais conduit au changement et ne conduiront à rien. Il faut alors être conséquent et quitter cette assemblée qui ne sert à rien et au sein de laquelle vous ne servez à rien,vous et tous les partis dits de l’opposition.

    5
    6
    lanceur d'alerte
    23 octobre 2018 - 15 h 57 min

    Bravo le RCD Tant qu’il y aura des HOMMES

    12
    2
    Tchektckouka FLN-RND
    23 octobre 2018 - 15 h 34 min

    Bientôt encore un « Bouchouareb » à la Présidence de l’APN !!! çà ne vous dit rien ce nom ???

    15
    Lghoul
    23 octobre 2018 - 15 h 30 min

    « Un système politique réduit à gérer ses contradictions et ses urgences sur la scène publique est «un motif d’inquiétudes de voir la précipitation de la déliquescence d’institutions en absence de recours pour la pérennité de l’Etat ».
    ——————
    Je n’ai rien a ajouter si ce n’est que pour confirmer que ces gens sont en train de s’agripper a la vache Algérie de la rente par TOUS les moyens, même illegaux sans se soucier de ce que pensent d’eux le peuple ou les pays étrangers. Un comportement de voyous sans aucune humilité.

    13
    1
    Fatiha Benabbou*
    23 octobre 2018 - 15 h 26 min

    Quand ceux qui votent les textes ne les respectent pas, le citoyen peut se rebeller contre l’ordre et la loi.

    * Propos de la Constitutionnaliste lors d’une interview

    18
    Luxun
    23 octobre 2018 - 15 h 24 min

    Démissionnez si vous êtes sincères et ne cautionnez pas ce coup d’état.

    11
    3
    Anonyme
    23 octobre 2018 - 15 h 10 min

    (Ce qui est construit sur du faux est un faux) c’est une position honorable bravo pour le naïf,

    6
    2
    Djeha Dz.
    23 octobre 2018 - 15 h 00 min

    Tout est à votre honneur Messieurs du RCD, la légalité d’abord. En espérant que d’autres voix se manifestent pour dénoncer ce coup de force aussi immoral que ravageur à tout point de vu.
    Que ceux qui sont en train de signer l’acte de décès de l’Etat Algérien en assument seuls la responsabilité et les conséquences.

    15
    1
    Tarass Boulba
    23 octobre 2018 - 14 h 55 min

    Le RCD a tout a fait raison de ne pas participer à cette installation Kamikaze et illégale d’un nouveau Président de l’APN ! J’espère que le FFS, le MSP , le PT, le PST et les autres partis qui se disent ne pas faire partie de l’alliance présidentielle, feront de même ! C’est une Tchektchouka dite « non hallal et illégale » fomentée et provoquéE par le pouvoir lui même, donc il ne faut pas manger de ce pain là !!

    On n’interdit pas à un Président d’une assemblée de se rendre dans son bureau ou sur son perchoir pour déclarer ensuite qu’il est absent ou vacant à son poste ! C’est une pratique mafieuse ! La Camorra italienne, la Cosa Nostra sicilienne, celle de Sao Paulo , du Liban ou du Mexique peuvent se rendormir, la notre est UNIQUE au monde !!

    21
    Abou Langi
    23 octobre 2018 - 14 h 26 min

    kiskiladit? Un président factice ? Mahsev vous les dipitis vous êtes en béton? Erradjoulou el mounaseb fi makane el mounasseb. Wlech ga3 la facticité!

    14
      Farida
      23 octobre 2018 - 15 h 32 min

      Oh mon Dieu que tu es fade. Thamessass

      10
        Abou Langi
        23 octobre 2018 - 16 h 48 min

        Athala illoughène
        D’achou ikmisnoughène
        Farida d’wouliw hedragh mi n’ougfhène

        Timim waqila !

        Anonyme
        23 octobre 2018 - 20 h 33 min

        entièrement d’accord avec vous mme farida , dhamessas
        a en dégueuler

    Tredouane
    23 octobre 2018 - 14 h 20 min

    Prise de position pour la légalité,une démarche responsable.

    16
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.