Opposition à de nouvelles mosquées en Europe : l’exception italienne

prière Europe
Prière au pied du Colisée à Rome. D. R.

De Rome, Mourad Rouighi – A une époque où, un peu partout en Europe, l’islamophobie se banalise et où les médias deviennent le règne du pyromane qui fait aisément bon ménage avec le pompier, la question de la construction des mosquées crée chez les musulmans du Vieux Continent une sensation de preuve probante de leur mise à l’index et devient, ainsi, par la force des choses, un enjeu politique disputé par les partis islamophobes qui, en relançant inlassablement les clichés les plus négatifs, sont bien intentionnés à surfer sur la vague de suspicion et de haine qui prévaut à l’égard des disciples de la dernière religion monothéiste révélée.

Exemple édifiant parmi tant d’autres, les polémiques qui font rage dès lors qu’un projet de mosquée voit le jour. Des polémiques qui montrent bien, encore une fois, que la liberté de culte rencontre des obstacles en Europe dès qu’il s’agit de l’islam. Et, dernier chapitre de ce long feuilleton, le projet d’une mosquée à Bergame, en Lombardie, qui suscite une vague de polémique et dont s’est saisie la classe politique pour diverses raisons.

Or, pour certains observateurs avisés, l’Italie a toujours fait quelque peu exception, puisque ne se laissant pas impressionner par l’imposant battage médiatique ambiant et ayant affiché depuis des années son intention d’aboutir rapidement, à travers un accord organique avec les représentants des communautés musulmanes du pays et notamment la Grande Mosquée de Rome, à un statut clair, à l’instar de ceux des autres groupes religieux, à même de banaliser le sujet et de le gérer au chapitre du droit à l’exercice de la foi, en étroite collaboration avec les autorités italiennes et des représentants des 57 Etats musulmans.

Sur le versant politique, cette approche pragmatique et constructive fait l’objet de critiques de la part d’une certaine intelligentsia que d’aucuns qualifient d’«usine du prêt-à-penser» et qui participe volontairement ou involontairement au climat de suspicion qui règne en ce moment en Europe à l’égard des fidèles de cette religion.

Et la communauté musulmane dans tout cela ?

Les nombreux fidèles interpellés à la sortie de la prière du soir, conscients du contexte actuel, préfèrent adopter un profil assez discret et tiennent avant tout à se rassurer: «La décision entérinée par les divers gouvernements servira à calmer les esprits et à arriver à l’objectif de manière transparente, parce que nous n’avons rien à cacher et notre unique but est de pouvoir exercer notre culte conformément aux lois de la République et en harmonie avec les autres communautés religieuses qui, d’ailleurs, nous soutiennent dans notre démarche», souligne Idir Ouchickh, président de l’Association islamique de Bergame, destinataire à terme de ce lieu de culte.

Des propos qui servent à mettre un bémol à l’hystérie qui saisit de temps à autre certains médias mais qui dénote tout de même que les musulmans en Europe ont bien compris que les temps se sont faits de plus en plus durs et qu’il leur faudra à l’avenir s’armer de patience et de sagesse pour arriver au bout de leurs peines et arracher le droit de pratiquer leur religion, loin des amalgames et des préjugés, tout en respectant les lois des divers pays d’accueil.

M. R.

Comment (32)

    Le Français
    25 octobre 2018 - 18 h 27 min

    En France, un maire communiste d’une banlieue nord a fait construire une mosquée avec des fonds saoudiens car les fidèles ne pouvaient pas la financée, le maire est musulman.

    Ch'ha
    25 octobre 2018 - 17 h 18 min

    PS : je repense à un événement qui n’a rien d’un sketch mais d’une RÉALITÉ ISLAMOPHOBE française à Marseille.
    Tapez dans gogol : panamza « C’est qui ce Barbu » …vous aurez Quand l’islamophobie policière tourne au sketch 12/12/15. Inculture + état d’urgence + paranoïa antimusulmanne = gag humiliant pour l’État français de 2015.

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 16 h 15 min

    Un maire communiste d’une ville de la banlieue nord de Paris avait dit sans aucune gêne que pour financer une mosquée de sa ville, comme les dons des fidèles étaient insuffisants, il a accepter un don de l’Arabie Saoudite, ce même maire est musulman.

    2
    2
      Anonyme
      25 octobre 2018 - 17 h 25 min

      Un maire communiste musulman,il ne peut être que d’origine algérienne c’est eux qui défient les lois de la nature.

      4
      2
        Le Français
        25 octobre 2018 - 18 h 43 min

        Non, ce maire est algérien mais il a quitté l’Algérie durant la guerre d’indépendance.
        (au fait, je viens de renvoyer le même commentaire que plus haut par erreur, merci au modérateur de ne pas le valider).

    Karamazov
    25 octobre 2018 - 15 h 52 min

    Parmi tous les européens seuls les italiens se seraient rendus compte des bienfaits qu’apporte l’islam. Normal ils voient de chez eux le bonheur dans lequel on nage grâce à l’islam qui vient de nous faire passer une décennie pleine de bonheur et d’extase sans parler du progrès titanesque que nous venons de réaliser sur le chemin du progrès.

    Dommage pour les autres pays qui rechignent à adopter notre religion. Les Italiens auraient-il eu vent des dessous de la Mosquée Fakhamatouhou et de son imminent décollage vers des lointaines galaxies ?

    Ce pays qui n’a pas encore envoyé d’homme vers l’espace a t-il des idées inavouables derrière la tête parce qu’il a du mal à rapatrier les clandestins vers leurs pays d’origine ?

    Non, je n’insinue rien du tout ! Je me demande seulement ce qui leur a pris à se singulariser ainsi eux qui ont porté au pouvoir le plus xénophobe d’entre eux.

      Anonyme
      25 octobre 2018 - 23 h 09 min

      Les italiens ont ouvert leur coeur au debut. Mais quand ils se sont rendu compte que l’ islam  » modere' » etait border-line pour eviter la scensure, ils ont vite bouche’ les fissures. Dieu( Jesus s’ enttend) merci, plus jamais de confiance en ceux qui frappent dans le dos!

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 15 h 28 min

    Il n’y a pas de Tolerance dans l’islam ,quand aux prières de rue, les Européens qui sont en majorité chrétiens , ne prient pas dans les rues chez eux comme le font les musulmans, pourquoi devraient ils accepter ces prières de rue? ils ont entièrement raison de les detester ils sont chez eux! imaginez des chrétiens priant a genoux dans les rues des pays musulmans ils se feraient lyncher en un rien de temps , d’autant plus que le Coran dit qu’un musulman peut prier chez lui si il n’y a pas de mosque , les européens voient cela comme de la provocation et ils ont raison, si tu est croyant ta religion doit être dans ton coeur et non pas dans l’accoutrement.

    13
    1
    Anonyme
    25 octobre 2018 - 14 h 52 min

    Tous les musulmans qui veulent pratiquer la religion d une manière stricte et ostentatoire devraient repartir dans leurs pays respectifs et laisser leurs compatriotes qui ne sont pas très portés sur la religion vivre tranquillement en Occident car à cause d eux ils sont montrés du doigt alors que si la plupart ont quitté leur pays c est justement pour échapper à cette ambiance religieuse contraignante…
    Moi si j étais un chef d état occidental,j interdirai toute construction de mosquée et d édifice religieux
    Nous on en a des milliers qu ils viennent prier chez nous,
    ces gens là veulent le beurre et l argent du beurre….

    11
    4
    socrate
    25 octobre 2018 - 14 h 43 min

    Les musulmans qui résident en Europe demandent toujours la construction de plus de mosquées, se plaignent de multiples discriminations et, dans les pays musulmans comme l’Algérie, on ferme les églises chrétiennes et on traite les convertis au christianisme comme des pestiférés ou des agents de l’occident.

    12
    3
    Ch'ha
    25 octobre 2018 - 13 h 52 min

    La mosquée m6 si si a vu le jour en France à Saint-Étienne je vous laisse imaginer d’où vient le financement…
    Quant à une mosquée dont le terrain a été acheté par des turcs residents en France et des franco-turcs avec initialement l’accord de la ville, et bien pour des raisons complètement infondées et fallacieuses la ville leur a interdit la construction de la mosquée. Je parle de franssa pas d’Italie.
    @Zemmour l’islamophobie en France est une RÉALITÉ pas un leurre comme l’antisémitisme VIRTUEL : j’ai vu des flicailles lyonnaises faire plus que molester un couple de chibanis en contrôlant leur véhicule comme si ces personnes âgées étaient de véritable malfrats..par contre la flicaille lyonnaise de mèche avec les trafiquants de drogue !! Des femmes violentées foulard arraché par des français dans la rue insultées etc..tabassées etc…
    L’islamophobie existe et est bien RÉELLE.
    Vous n’avez qu’à écouter les meRdias français et politiques français, sans oublier le plus zélé ÉRIC ZEMMOUR le national SIONISTE.

    7
    18
      Anonyme
      25 octobre 2018 - 14 h 05 min

      @Ch’ha; Puisque tu respire de tous tes pores le patriotisme pourquoi ne viendrais tu pas ici en Algérie partager avec nous l’égalité,la liberté et la fraternité musulmane ?

      19
      9
        Anonyme
        25 octobre 2018 - 15 h 45 min

        @Anonyme
        C’est déjà fait et machallah j’y retourne avec plaisir😉
        Relisez mon commentaire très objectif et impartial.
        En France la liberté de culte n’existe que pour les porteurs de kippa jusqu’aux politiques qui se bousculent à la moindre occasion pour porter la kippa en virées perpétuelles en synagogues.

        4
        6
          Anonyme
          25 octobre 2018 - 16 h 50 min

          @Ch’ha; Oui tu as entièrement raison la liberté du culte n’existe pas en France par contre ici Al Hamdoullah ,tu as des synagogues,des églises , des mosquées bien que en petits nombre mais c’est suffisant pour les musulmans,des temples bouddhique et chacun est libre d’aposter la croyance qu’il veut sans contraintes.

          7
          1
      Zaatar
      25 octobre 2018 - 14 h 41 min

      Si l’islamophobie est synonyme d’être anti Arabie yahoudite et anti tous ces merdeux du golf alors oui vive li’islamophobie.

        Anonyme
        25 octobre 2018 - 17 h 09 min

        L’islamophobie c’est juste avoir peur de l’islam ,et qui n’a pas peur de l’islam ? Sauf les dérangés mentaux n’ont pas peur de l’islam.

        5
        4
      Le Français
      25 octobre 2018 - 16 h 00 min

      Anonyme a raison, si vous vivez en France, plutôt que brandir l’étendard algérien dans les rues françaises après une victoire de foot vous autres algériens de France (en vous en prenant aux écoles, aux bibliothèques, aux commissariats) patriotes que vous êtes tous, pourquoi ne traversez vous pas la méditerranée pour regagner la rive sud, l’Algérie a besoin de patriotes qui aiment le drapeau.
      Peut-être que le patriotisme s’arrête avec la fin des prestations sociales ?

      10
      5
    Tarass Boulba
    25 octobre 2018 - 13 h 39 min

    Les musulmans , qu’ils soient modérés ou salafistes ou radicalisés , exigent en permanence dans les pays des Kouffars la construction de mosquées, le respect de leur culte, de leurs coutumes et de leurs traditions mais rejettent et refusent l’existence lieux de cultes chrétiens (ou d’autres religions) et des pratiques non musulmanes dans leur propre pays. Ils estiment qu’une autre pratique que celle de l’islam est une trahison envers Dieu et la Ouma, une pratique hautement « haram », inacceptable et provocante ! Par exemple chez nous en Algérie les chrétiens de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA) subissent continuellement des harcèlements et des pressions aussi bien de la part des pouvoirs publics que de la part de la mouvance islamique. Ils sont toujours victimes d’une campagne d’acharnement dans le but d’arriver à la fermeture de leur lieux de culte. C’est le cas dans certaines wilayas du pays où des procès sont souvent intentés à l’encontre des chrétiens.

    Il y a seulement quelques jours la gendarmerie nationale algérienne a mis sous scellé un lieu de culte chrétien appelé «Ville de refuge», qui existe depuis 2013 dans la daïra d’Akbou. Cette fermeture abusive ne repose sur aucun justificatif valable. Ce n’est que du sectarisme, de la non tolérance religieuse. C’est un acte condamnable pour interdiction de la liberté de conscience et de culte , liberté pourtant prônée par notre Constitution et même par le Coran ! Soyons d’abord tolérant chez nous, acceptons la différence de croyance , acceptons la liberté de culte et ce n’est qu’après cela qu’on pourra exiger la réciprocité dans les pays des kouffars !

    22
    3
      Anonyme
      25 octobre 2018 - 14 h 28 min

      Si vraiment la religion musulmane reposait sur la foi et non la terreur , la persécution et les menaces de mort ,ils n’auraient pas peur des autres croyances que les gens embrassent par foi et sans contraintes.

      8
      1
    Anonyme
    25 octobre 2018 - 13 h 39 min

    En Algérie peut-on aller à la mairie inscrire son nouveau né sous le prénom de George, pierre ou Antoine ? Inimaginable ! C’est les forces spéciales d’intervention qui vont cerner la mairie et t’embarquer pour une destination inconnue.Par contre en Europe ,un européen peut inscrire son fils sous le prénom Mohamed ,Bouamama,Kaddour ou Larbi sans aucune difficulté. Donc ou se situe l’erreur ? Pourquoi impose t-on aux autres ce qu’on interdit pour soi ? Quelle est cette logique qui défie tout entendement humain ?

    17
    3
      Le Français
      25 octobre 2018 - 16 h 12 min

      En France, il y a même des parents qui ont nommés leur fils Djihad, ils viendront ensuite se plaindre que la société française le met à l’écart et qu’il ne se fait pas d’ami(s) à l’école.

      10
      2
        Kamel
        29 octobre 2018 - 13 h 35 min

        On a fabriqué une secte servant d’usage pour justifier une haine qui exister avant de voir cette mouvance prendre une ampleur mondiale comme une épidémie.
        Si vous et nous avons pas encore pas compris ce qu’il se passe, d’autres se félicitent de leurs desseins machiavélique qui marchent mieux qu’espérés, comme disent certains, certaines théories fonctionnent même si elles sont fausses.

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 11 h 43 min

    Le ver est dans le fruit. L’Europe sera colonisée par les arabislamiques comme l’est l’Afrique du nord. Les régimes criminels ont tout l’interet d’exporter leur crise, donc le lien politique entre les tribus de la Oumma se consolide contre la liberté.

    18
    6
    Zemmour-dz
    25 octobre 2018 - 11 h 40 min

    Les musulmans en Europe ne cessent de pousser des jérémiades, de crier à l’islamophobie. Si on regardait la conception de la « liberté religieuse en Algérie » On se demande quels seraient les cris, les manifestations, voire les émeutes que susciterait l’application à l’islam en Europe des règles qu’applique l’Algérie aux autres religions. Rien à voir avec ce qui suscite les actuelles piailleries déjà fort excessives des musulmans.
    – interdiction d’impression, de transport de corans et autres recueils de hadiths, livres de propagande, etc.
    – interdiction de détourner de leur foi ou absence de foi originelle, athées, chrétiens, bouddhistes, etc. Donc prosélytisme interdit !
    – interdiction d’afficher ouvertement la pratique du ramadan pour atteinte à l’ordre public et l’appel au ramadan pour mise en cause de l’identité culturelle de la France.
    – interdiction d’ouverture de mosquée sans autorisation du ministre de l’intérieur (chargé de la garantie de la « liberté » des cultes).
    Ne nous y trompons pas, l’Algérie prétend assurer la liberté des cultes –ne pas rire !

    14
    11
    Anonyme
    25 octobre 2018 - 11 h 15 min

    La réponse est toujours la même – ce n’est pas pareil – alors pourquoi ? Question posée à Jamel Debbouze ,- ce n’est pas pareil- connu pour  » son amitié  » avec le roi  » vous demandez des droits en France et pas les mêmes au Maroc – ce n’est pas pareil – il faut du temps ,encore 1 000 ans ? La liberté d’expression est plus grande au Maroc ,bien sûr ,il ne faut pas aborder ;le sujet du roi ,le Sahara Occidental ,l ‘analphabétisme ,la pauvreté ,les lois basées sur la charia ,les lois contre les homosexuels ,sinon on peut rire de tout et de rien surtout de rien .
    Certains demandent en Europe l’appel à la prière mais veulent supprimer les cloches des églises .
    Dans quelle religion au monde on se permet d’occuper l’espace public pour prier ,couper la circulation ? Un seul remède la laïcité pleine et entière ,la religion dans la sphère privée sans prosélytisme et l’état pour le peuple .

    20
    2
    Lyes Oukane
    25 octobre 2018 - 10 h 45 min

    Plus l’extrême droite monte en Italie et plus les mosquées y fleurissent .Pourtant ,tout musulman sincère sait qu’il peut pratiquer sa foi à la maison . Monsieur Salvini s’est-il ( il sait ! ) trouvé une ribambelle de dévots ostensiblement complices ? Moi ,je dirais OUI .

    16
    4
      Anonyme
      25 octobre 2018 - 14 h 36 min

      C’ est la oumma qui finance les foutouhates. Entre salvini et l’ islamisme je voterai salvini 1000 fois. Colonialisme hallal.

      5
      1
    Zaatar
    25 octobre 2018 - 10 h 19 min

    Et qu’en est il des constructions d’églises et de cynagogues dans les pays musulmans ? On en parle presque jamais.

    34
    3
      Ch'ha
      25 octobre 2018 - 13 h 40 min

      Si en Palestine OCCUPÉE où des moines coptes se sont font embarqués par la flicaille sioniste lors d’une manif…

      5
      10
        Zaatar
        25 octobre 2018 - 14 h 17 min

        Je ne vois pas le rapport avec la construction d’une église ou d’une cynagogue.

        8
        1
          Ch'ha
          25 octobre 2018 - 15 h 59 min

          @Zaatar
          Le rapport : très simple : 1951 des attentats sont commis contre des synagogues en Irak : les responsables les services de renseignement israéliens : le but provoquer l’émigration des irakiens juifs en IsRatHell…..
          Construction de synagogues…j’imagine que la Libye la Syrie l’Irak c’est une priorité pour leur population respective victime du terrorisme sioniste DAECH FIS AL QAÏDA FRONT AL NOSRA etc..etc..etc…
          Quant aux coptes lorsqu’ils sont victimes d’attentats c’est toujours le bras armé du sionisme DAECH et cie.

          1
          2
      Le Français
      25 octobre 2018 - 16 h 22 min

      Il y en a au Liban quoique de moins en moins depuis la fin du mandat français, puisque de moins en moins de chrétiens y vivent (persécutions des chrétiens d’orient), ils sont en train d’être dominés démographiquement par les musulmans et bien plus de mosquées s’y construisent.

      3
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.