Deux mille imams seront recrutés : l’Etat se réapproprie les mosquées

Kabylie imams
La Kabylie aura le plus grand nombre d'imams. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs vient d’annoncer l’ouverture d’un concours de recrutement de 2 000 imams contractuels à travers toutes les wilayas du pays. Le département de Mohamed Aïssa exige des candidats à ce concours d’être des retraités des Affaires religieuses et d’être des diplômés universitaires qualifiés avec des connaissances en sciences islamiques, en plus d’apprendre parfaitement le Coran.

Les nouvelles recrues seront ensuite réparties à travers les 48 wilayas du pays, apparemment selon les besoins de chacune. Curieusement, les wilayas de Béjaïa et de Tizi Ouzou viennent en première position en nombre de postes pourvus : 110 imams pour chacune, suivies de Sétif avec 88 postes, de Batna (80), M’sila (75) et Alger (70).

Cette spécification des deux principales wilayas de Kabylie par le ministère des Affaires religieuses peut s’expliquer, a priori, par le nombre relativement élevé des lieux de culte dans cette région à majorité rurale, qui est proportionnel au nombre de villages qui la composent. En effet, plusieurs mosquées, notamment dans les villages les plus reculés, sont restées sans imam ou sans assistant (muezzin, enseignant de Coran…), alors que de nouvelles y sont sans cesse construites. Ce qui pousse les villageois à faire appel à des volontaires parmi lesquels s’infiltrent parfois des éléments salafistes. D’où ces confrontations récurrentes qui obligent souvent ces imams autoproclamés à quitter les lieux. Du coup, l’arrivée d’imams «assermentés» dans ces villages pourrait au moins les prémunir des incursions islamistes.

L’autre lecture qu’on peut faire de cette volonté de renforcer le corps des imams dans ces deux wilayas est que, comme le veut une certaine idée reçue, cette région souffrirait d’un déficit en matière de religion et qui, de ce fait, serait toujours sujette à des tentations de (ré)islamisation.

Il faut dire que la montée des courants extrémistes et séparatistes foncièrement antireligieux dans cette région du pays a fini par ancrer cette idée dans l’opinion publique et, manifestement aussi chez certains responsables, à savoir que l’islam y serait menacé.

R. M.

Comment (22)

    DECADENCE INTELLECTUELLE...suite
    27 octobre 2018 - 13 h 22 min

    sous d’autres cieux ça recrute des informaticiens …des chercheurs …des scientifiques …et là en 2018 encore ça recrute des talebs …quelle misère !!!!!!
    bref …tout afin de maintenir la populace à un niveau intellectuel plus bas que pauvre .

    celeste clochard
    27 octobre 2018 - 12 h 25 min

    s’il ya une lumière pour faire sortir ce pays des ténèbres, c’est bien Mohamed Shahrour…une lumière au sens propre et figuré …faut juste lui offrir une tribune dans les universités algériennes durant une année…il va détruire avec le texte sacré les « khoraffates » venues de la nuit des temps »abbassides »

    3
    2
      Anonyme
      29 octobre 2018 - 20 h 16 min

      Ni Shahrour ni Ba3erour ,l’islam est un frein pour le progrès.

      1
      3
    anonyme
    27 octobre 2018 - 2 h 27 min

    Non sincèrement on a marre de cette mascarade
    ce bled est foutu

    8
    2
    Lghoul
    27 octobre 2018 - 2 h 12 min

    Vivement un 10ie mandat pour atteindre 10 millions de mosquees et 20 millions d’imams. Ainsi nous seront le premier pays au monde a declarer -10% de chomage ! Et oui un chomage « negatif », c’est a dire que nous creons tellement d’emplois qu’il nous faudrait 10% de plus de travailleurs. L’europe commencera a nous attaquer avec ses harragas vers l’Algerie. Seulement, on aura 20 millions d’imams algeriens et 20 millions de travailleurs etrangers. Une autre facon plus religieusement equirable pour distribuer ce qui reste de la rente.

    9
    2
    Amazighkan
    27 octobre 2018 - 1 h 54 min

    Messiou le ministre du culte et non pas des cultes je vous suggère de supprimer dans toutes les mosquées d’Algerie et de Navarre la clim en été et le chauffage en hiver pour faire des économies d’énergie et contribuer ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique. D’autre part je vous suggère également une petite modification lors de l’appel à la première prière du matin d’indiquer que prier c’est bien mais travailler c’est mieux.

    10
    2
    Anonyme
    27 octobre 2018 - 0 h 56 min

    Dans 20 ans tous les algériens deviendront des imams.C’est un métier rentable pas pénible et nul ne peut s’opposer à leurs mensonges et histoires à dormir debout.

    11
    1
    Anonyme
    27 octobre 2018 - 0 h 25 min

    La religion est la cocaïne du peuple.

    9
    2
    Farida
    27 octobre 2018 - 0 h 14 min

    Ca prouve que les mosquees choment. 1 mosquee par habitant sera le meilleur programme economique apres 20 ans.

    8
    1
    Il était temps
    26 octobre 2018 - 23 h 51 min

    Enfin une bonne décision.

    2
    8
    PAUSE ANGÉLIQUE
    26 octobre 2018 - 16 h 34 min

    2000 Anges pour 48 wilayas, c’est vraiment anti satanique, Satan El Jazaïri va rejoindre les Harragas, d’après vous, vers quelle destination ? Mais bien sûr : Le Paradis, devinez qui l’attendent à bras ouverts ! Ouf ! Le ministre a vaincu Le Diable, quel homme ! 2000 Anges sans sexe ni estomac, la plus belle « des affaires religieuses », pour le ministre de ce type ésotérique des Affaires. Quel miracle ! Sans sexe ni estomac ces créatures contribuent à la sortie du piège du tout Rente Hydrocarbures, et ça aide à la lutte contre le CO2, voilà une initiative qui va être copiée par le reste de la planète, horizon : Une planète affranchie de la mangeaille et des orgies dans les grands hôtels et même les gourbis et autres tentes… D’ailleurs Un Ange n’a pas besoin de logement social, ni de villa, bref, avec ces 2000 Anges, nous avons obtenu le sésame, à quoi bon parler du coût de la vie en Algérie, des sans revenus, des prix, de la précarité, du crédit chez l’épicier du coin, seul ce chiffre de 2000 me reste inexplicable, pourquoi pas au moins 48000, ou 480 000, ou 4800 000, sachant que 48000 000 serait irrationnel puisque nous ne serions selon les démographes que 40 000 000…

    8
    1
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 16 h 01 min

    Chaque nouvelle information de ce pouvoir nous sidère…
    Est il urgent de recruter 2000 imams au lieu de 2000 infirmiers ou aide soignants?
    Pourquoi ne pas fermer deux mille mosquées et ouvrir 2000 centres de soins ou des bibliothèques ?
    Est qu on va vivre mieux avec 2000 mosquées gérées par des imams ou 2000 centre de soins?
    Nous avons combattu l islamisme mais finalement on est gouverné par pire…tout pour endormir le cerveau du peuple …

    15
    3
      Le Français
      26 octobre 2018 - 18 h 03 min

      « Est il urgent de recruter 2000 imams au lieu de 2000 infirmiers ou aide soignants? »

      Une nuance, il y en a mais l’Algérie doit les dissuadés de partir vers d’autres horizons.

      7
      1
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 16 h 00 min

    Il est indispensable que l Etat exige des diplomes universitaires des futurs imams,en plus de leur formation theologique et religieuse adaptee a la sensibilite religieuse des Algeriens.Toute forme d extremisme de fondamentalisme de Salafisme wahabisme doit eliminer les candidats pour diriger les prieres.L islam est la tolerance,l Islam est le respect de l autre,l Islam c est le droit des femmes et l egalite des chances dans tous les domaines,l Islam c est le savoir,la science la recherche et l innovation scientifique,c est la raison pour laquelle le coran commence par Ikra (Apprend),l Islam est l essence de la vie moderne…c est dans ce sens que les imams doivent etre choisis….

    6
    6
    Mazigh
    26 octobre 2018 - 15 h 40 min

    Il etait grand temps de soustraire les mosquées aux wahabistes et intégristes de tous bords. Mais de grâce n’en faites pas des mosquées du pouvoir. Y dispenser l’islam de nos aïeux point barre.

    6
    2
    Gatt M'digouti
    26 octobre 2018 - 12 h 53 min

    Saluons cette noble décision qui va réduire le chômage et augmenter l’abrutissement national.

    21
    1
    Karamazov
    26 octobre 2018 - 12 h 47 min

    « L’autre lecture qu’on peut faire de cette volonté de renforcer le corps des imams dans ces deux wilayas est que, comme le veut une certaine idée reçue, cette région souffrirait d’un déficit en matière de religion et qui, de ce fait, serait toujours sujette à des tentations de (ré)islamisation. »

    C’est pas que je suis parti, mais je n’en reviens pas kamim. J’alhoucine carrément ! Dire que la Kabylie serait épargnée en quoi que ce soit ou qu’elle n’aurait pas bénéficié bima akrama eldjazairiyoun adjma3in c’est faire preuve d’une volonté délibérée de singulariser la Kabylie et apporter de l’eau aux moulins des autonomistes.

    Doit-on vous rappeler ces mots du Docteur Samedi : « je ne permettrais à personne de dire qu’il est plus musulmans que moua » et le Salafisme de ses parents . La Kabylie est la région qui compte le plus de Marabouts et de lewliya.

    Et comme vous le dites sans égard à la contradiction : « Cette spécification des deux principales wilayas de Kabylie par le ministère des Affaires religieuses peut s’expliquer, a priori, par le nombre relativement élevé des lieux de culte dans cette région à majorité rurale »

    S’il est vrai qu’il fut un temps où les ces montagnards kabyles avait la foi charbonnière : ne disait-on pas leqvayel iqevlène ur ezrine : ledbayèle liqeblou bla ma chafou : Les kabyles qui ont cru sans demander à voir ? Est-il besoin aujourd’hui de leur enseigner la religion ? En vous rappelant au passage que la Kabylie a inventé la laïcité avant l’heure, puisque c’est la seule région où les imams et théologiens forment une caste « les marabouts » un clergé pour ne pas dire son nom, et le reste de la population dit kabyles des gens ordinaires : c’est à dire non-membres de ce clergé.

    L’arabo-islamisme a fini son œuvre dans tout le pays et dire aujourd’hui que la Kabylie a été épargnée en quoi que ce soit pour qu’elle ait besoin qu’on lui en rajoute en la matière c’est tout simplement du n’importe quoi !

    10
    3
    Anonyme
    26 octobre 2018 - 12 h 19 min

    Seul les ministère de la religion et de la police recrutent et offrent des milliers d’emplois .Les prisons se remplissent pour les délits d’opinion. On peut avoir une idée de cet Algérie de fakhamatou qui se construit.

    12
    2
    toto
    26 octobre 2018 - 12 h 16 min

    En toute chose il faut voir le bon côté des choses ,la lutte contre le chômage ,c’est toujours 2000 emplois de créés .

    4
    7
      Le Français
      26 octobre 2018 - 18 h 11 min

      Oui mais ce ne sont pas 2000 emplois productifs, qu’est-ce que ça va apporter à l’économie de recruter des religieux ?

      10
      2
        Farida
        27 octobre 2018 - 0 h 19 min

        Ca va rapporter beaucoup.
        Les gens dormiront plus.

        4
        1
    Ali-Watani
    26 octobre 2018 - 11 h 31 min

    Ce n’est pas les Imams doctriné par les corrompus du pouvoir,qui vont développés le pays et instruire nos enfants;il nous faut des profs compétents et des élus intègres,notre régime copie sur le colonialisme Français; de multiplier les Zaouias et fermé les écoles,résultat nous sommes les derniers ou monde après les Makaks

    16
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.