Eviction de Bouhadja : l’intervention tardive et obsolète de Mourad Medelci

Medelci Mourad
Mourad Medecli, président du Conseil constitutionnel, New Press

Par R. Mahmoudi – Interrogé, lundi, en marge d’un séminaire international sur «l’exception d’inconstitutionnalité» sur  la situation qui avait prévalu au sein de l’Assemblée populaire nationale suite à la destitution de Saïd Bouhadja de son poste de président par la majorité parlementaire, le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, a sèchement indiqué : «Le Conseil constitutionnel ne peut s’immiscer dans une question en dehors des prérogatives que lui confère la Constitution.» Une réponse d’autant plus prévisible de la part du président de cette institution que de nombreux constitutionnalistes avaient déjà prévenu l’inutilité d’un recours au Conseil constitutionnel, ou encore à la justice, pour résoudre la crise qui secouait l’APN depuis plus de trois semaines, au motif que ces deux instances ne sont pas habilitées à statuer sur des «actes parlementaires».

Cela dit, la question qui se pose est de savoir pourquoi le président du Conseil constitutionnel a attendu le «dénouement» de cette crise – à la manière des militants du FLN – pour s’exprimer sur le sujet, alors que plusieurs parties, directement ou indirectement concernées par ce conflit, avaient souhaité l’intervention de l’instance que préside Mourad Medelci au vu de ce qu’elles qualifiaient comme «une flagrante violation de la Constitution». Car, son silence avait, en effet, nourri des lectures contradictoires sur la situation inédite dans les annales qui prévalaient au boulevard Zighout-Youcef.

Aujourd’hui encore, cette «neutralité passive» affichée par le Conseil constitutionnel dans le processus qui a abouti à la destitution de l’ex-président Saïd Bouhadja et son remplacement par Mouad Bouchareb, dans des conditions pour le moins contestables, risque d’être interprétée comme «un précédent préoccupant» venant de la part de l’instance dont la mission première est de veiller à la stricte application de la Constitution et à la légitimité des institutions de la République.

R. M.

Comment (27)

    benchikh
    1 novembre 2018 - 9 h 47 min

    Malheureusement ,il représente bien les cadres Algériens et leurs niveaux bas en face les fais réels. Comme dit un proverbe Algérien ces gens ressemblent a une simple petite herbe nocive qui cherche à respirer et vivre en silence .حشيشة طالبة معيشة

    samir
    31 octobre 2018 - 23 h 57 min

    je sais pas ce mec si il peut se regarder devant un miroir , il a menti a toute la planète en disant que le président est en bonne santé ,et je parie qu’il va encore mentir pour une cinquième catastrophe ,et on continuera malheureusement d’être présider par une photo , la honte ,la risée du monde.

    Rabah
    31 octobre 2018 - 15 h 51 min

    Comme dans l’affaire Khalifa, Mourad Medelci a une fois encore raté l’occasion d’être intelligent.
    Chassez le naturel, il revient au galop.

    15
    Felfel Har
    31 octobre 2018 - 15 h 37 min

    Hollywood nous a habitués à ce genre de Happy End! Avez-vous remarqué que dans les films western ou les films policiers, la cavalerie ou la police intervenait toujours vers la fin, quand tout est réglé, que les « méchants » sont éliminés, que la paix est revenue et que le moment est venu pour les différents personnages d’afficher leur satisfaction et leur sourire pour un travail bien fait. Medelci aurait pû faire partie du casting, lui qui vient de se projeter devant notre écran au moment où nous regardons ailleurs. Sa prestation est aussi tardive que médiocre, qu’insipide. Voilà quelqu’un qui a perdu une belle occasion de se taire. Ne ratons pas cette occasion pour en rire à gorge déployée!

    Ali8
    31 octobre 2018 - 14 h 30 min

    Monsieur,Medelci président du conseil constitutionnel;de la république Algérienne;celle qui a sacrifié un quart de sa population;pour dire non aux mensonges;non a l’injustice;non à l’esclavagisme,non au hogra;non à l’occupation;es-ce_que vous osez se regarder sur un miroir;es-ce-que vous osez regarder vos enfants et proches;es-ce-que il vous arrive de penser ou de la de la vie;vous ne craignez pas Dieu;ni l’histoire pour vos mensonges et l’injustice;que Dieu tout puissant chati sévèrement les menteurs,les traitres,les corrompus;Amen

    20
    MELLO
    31 octobre 2018 - 13 h 38 min

    Ils mangent tous dans le même plat, ils partagent les memes cuillères, Celles de Ould Abbés sont celles de Medelci. Tous n’attendent qu’un mot de fakhamatouhoum, qui ne vient pas et qui ne và pas venir. Le conseil constitutionnel, pourquoi faire ? X fois cette constitution à été foulée , rien que pour les droits du citoyen , Medelci n’à pas levé le petit doigt, sans oublier la candidature du 4 e mandat , alors que l’incapacité était à son comble, alors comment s’attendre à une intervention de Medelci , lui même est inconstitutionnel de par son passé ,issu d’une famille Tlemcenienne de religion juive .

    32
    2
      Nasser Nasro
      1 novembre 2018 - 4 h 13 min

      @melo, ne mélangez pas religion et politique. Chaque chose à sa place. Les juifs n’existent pas, il y a les gens du livre avec lesquels sont permis le mariage et leur nourriture. Les juifs (yahouda) sont ceux qui ont dit uzayr (esdras) fils de dieu. Les enfants d’israel d’aujourd’hui ne connaissent meme pas qui est uzayr, Moise est leur prophète (prophete de dieu). il en est de meme pour les chretiens, il y a ceux qui disent jesus fils de dieu et les protestant ne reconnaissent jesus que comme prophète de dieu. Mieux encore parmi les gens du livre il y a des mouminina ‘verset 110-114-115 et 199 sourate 3. Musulman, veut dire muslim, muslim veut dire soumis a dieu (verset 136 de la sourate 2). puis verset 68 de la sourate 5, vous ne vous appuyez sur rien tant que vous ne vous conformez pas à la thora et l’Évangile. Donc , le coran respecte leur existence en tant religion de dieu et sont d’actualité, c’est à dire que le coran n’a pas annihilé les religions antérieures, mais il est prépondérant comme il est dit dans le coran. Ils le savent très bien(‘les gens de la thora), ils connaissent parfaitement le Coran. Par contre , ne pas faire d’amalgame également entre sionisme et religion. Le sionisme manipule les religions et entretien la FITNA entre les religions. Ne tombons pas dans leur piège. Enfin, traiter un soumis à dieu de Mouchrek, ithmoun kabir. Et dans le cas ou vous serez convaincu qu’ils sont somlis à dieu, vous comprendrez que les foutouhates el islamiya au 7e siecle ont combattu les soumis à dieu que nous étions et leur action n’était pas conforme au coran. Concernant Medelci, Si , il est condamnable, c’est sur le plan politique, pas pour sa religion.

    Lghoul
    31 octobre 2018 - 12 h 03 min

    Dans ce cas pourquoi dire qu’on a une constitution ou des lois de la république du tout ? Est ce qu’une personne ou un groupe de personnes ont le DROIT de s’accapaper a eux seuls les lois de la république ainsi que la justice, la police etc. ? Est ce que le pays entier appartient a ce groupe de personnes ? Sommes nous alors des prisonniers d’un groupe ? 40 millions de prisonniers c’est grave !
    La seule chose que le PEUPLE simplement demande est l’application STRICTE des lois de la république.
    Que dit la constitution ? Si rien n’est applicable pour certains, comment alors ces 40 millions d’âmes vont suivre des lois qui ne sont pas applicables au sommet ?

    23
    1
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 11 h 45 min

    ce n est pas nouveau ,il fait ce que font tout les autres n importe quoi n importe quant n importe ou des fois ça a du bon ,pas toujours

    21
    révolté
    31 octobre 2018 - 10 h 55 min

    Il fallait écrire le chiffon anti-constitutionnel.l’Algérie n’a aucune institution légitime au service du pays.nous avons des béquilles d’un pouvoir despote.

    24
    mahboul
    31 octobre 2018 - 10 h 46 min

    rappelez vous la déclaration qu il a faite lors du proces khalifa…… elle explique largement son intervention tardive….

    26
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 9 h 56 min

    Le conseil constitutionnel est sense controler le respect des termes de la constitution ou la constitutionalite des lois,il est d une urgence d entendre l avis du conseil constitutionnel sur le respect des termes de la constitution se rapportant l aptitude ou l incapacite de l exercice de la fonction de president de la republique …pour mettre fin aux fluctuations et aux rumeurs qui destabilisent le pays.

    30
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 9 h 45 min

    tiens! ce Medelci qui voulait offrir un chèque en blanc a sarko? leurs jours son comptés…

    26
    lhadi
    31 octobre 2018 - 9 h 17 min

    Le conseil constitutionnel est, avant tout, chargé d’assurer le respect de la constitution qui est la norme suprême en droit algérien. Il est également chargé du contrôle de la constitutionnalité du règlement des assemblées parlementaires.

    L’apathie du conseil constitutionnel est dû à sa dépendance avec celui qui considère comme Louis XIV: « l’Etat, ! c’est moi » ou comme le rapporta Léon Trotsky dans la bouche de Staline : « la société ! c’est moi ».

    En effet, il est de notoriété publique que la loi fondamentale de la république a beau tracé la voie au président de la république ; il marche dans la sienne.

    Par conséquent, troquons la bure de l’intelligente bête et endossons le costume de l’intelligence intelligente, condition sine qua non pour réveiller ces gardiens du temple assoupis dans leur sommeil hiémal voulu et entretenu.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    18
    2
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 9 h 03 min

    Le conseil constitutionnel,le ministère de la justice,la cour des comptes ne sont que des robots qui obéissent à celui qui tient la télécommande…

    35
    Kif-kif
    31 octobre 2018 - 8 h 43 min

    Mr Medelci a votre place,je me refugerais en seberie ou en Alsaka,ou sous le tunnel de la manche, comment puisse vivre dignement avec avec des injustices et de magouilles,ou elle l’a fierté d’une personne censée représentée la loi et les institutions,le mal acquis ne profitera jamais, combien de siècles il vous resterait a vivre, même Pharaon d’Égypte est mort,et celui d’Oujda il est sur le chemin,honte vous, honte a vous a vos convections et morale

    36
    FELLAG
    31 octobre 2018 - 8 h 29 min

    Clair net est précis, nous sommes bien un République Bananiere, sauf que la banane coûte un fortune aux esclaves

    37
    1
    Zaatar
    31 octobre 2018 - 8 h 25 min

    On a toujours tendance à oublier que chez nous ERRACHEM C’EST H’MIIDA ET ELLAAB C’EST EGALEMENT H’MIDA; Et donc il est toujours bon de le rappeler….

    28
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 8 h 23 min

    Vous manquez de patriotisme
    L’Algérie n’est pas votre priorité

    34
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 8 h 22 min

    Mais il signera le certificat médical de Bouteflika pour une cinquième catastrophe.

    39
    nacer
    31 octobre 2018 - 8 h 16 min

    Il s’appelle « mourad les ae » c’est le « tchitchi » des politiciens…..ses dires sont amorphes, fades n’ont aucune saveur. « ma yahyi ma yaktoul » « il ne fait, ni vivre ni tuer ». il végète comme tous…

    17
    Vérité
    31 octobre 2018 - 8 h 11 min

    Dis moi ce que tu fréquentes, je te dirais qui es tu.Honte à vous Mr medelci, homme sans…. convections, …vous avez privilégiez l’argent a l’histoire et la gloire, vous êtes de la race des caméléons

    27
    Kahina-DZ
    31 octobre 2018 - 8 h 10 min

    Où est le président ? Le peuple a besoin de le voir et de l’entendre.
    40 millions sont gérés par une photo. Jusqu’à quand.

    53
    1
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 7 h 57 min

    Je me demande il sert à quoi ce Mourad Medelci.
    C’est le médecin qui a certifié la bonne santé du président Bouteflika.
    À quoi ressemble votre conscience

    42
    صالح/ الجزائر
    31 octobre 2018 - 7 h 55 min

    Le président du Conseil constitutionnel , comme l’ex ministre et secrétaire général du FLN , le premier ministre et secrétaire général du RND , l’ex ministre et secrétaire général du MPA , l’ex ministre et président du TAJ , ne font qu’appliquer le programme du Président . Ils savent bien par intuition que si la présidence change d’occupant ils vont tous perdre leurs postes .

    19
    salah
    31 octobre 2018 - 7 h 53 min

    Mais il validera un 5eme mandats de BOUTEFLIKA qui ne parle plus a son peuple depuis 6ans?!!!!

    28
    Gatt M'digouti
    31 octobre 2018 - 7 h 47 min

    Qu’attendez vous de la part d’un personnage qui a été menacé par le Premier ministre Qatari qui lui dit : votre tour viendra ! et qui en bon élève a été convoqué et « AUDITIONNE » par l’assemblée Française et malmené par Juppé???

    33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.