La culture est la nourriture de l’esprit

Fouara création
Quand les obscurantistes s'emparent de toute forme de création... Aïn El-Fouara n'y échappe pas. D. R.

Par El-Hadi – Il importe d’œuvrer pour une politique d’encouragement à la création dans tous les domaines qui stimulera la progression de la nation et ouvrira les perspectives d’un développement sans précédent des personnalités et des relations entre les hommes.

Cette politique s’accompagnera d’un effort de diffusion de la culture, de conservation du patrimoine et d’extension des échanges culturels internationaux. Elle s’associera ainsi à la réforme de l’éducation nationale et à l’effort de la recherche. Cette tâche est inséparable d’une politique du progrès social, du dégagement de ressources élevées, d’une démocratisation générale de la vie.

Qu’on se le dise : pas d’épanouissement de la création sans liberté de la création. Pas d’essor de la pensée sans liberté de pensée. Pas de liberté de création et de pensée sans liberté de leur expression et de leur diffusion. L’intelligence doit enfin cesser d’être en butte à la loi du profit, aux contraintes et aux entraves matérielles et idéologiques que cette loi impose.

La culture doit recevoir les moyens qui garantiront son expansion. D’où les relations essentielles entre l’essor culturel et les transformations politique et économique de la nation.

Pas d’accès de tous à la culture sans que l’ensemble de la population ait le temps et les moyens de vivre, sans qu’un équipement culturel moderne, dynamique, diversifié soit implanté sur tout le territoire, sans que soit formé un personnel qualifié, capable de mettre en valeur le patrimoine et d’animer la vie culturelle. La réforme de l’éducation nationale est une condition majeure de la réussite d’une politique culturelle.

Pour déterminer les objectifs, dégager les orientations et rechercher l’utilisation rationnelle des moyens, une collaboration permanente sera instituée, au plan national, entre les représentants qualifiés de toutes les activités qui concourent à la création et à la diffusion de la culture avec, en particulier, l’intervention des créateurs.

De même que le développement des sciences nécessite les débats et les recherches, la création artistique ne se conçoit pas sans explorations, sans courants, sans écoles diverses et sans confrontations entre elles. Toute forme de pré-censure et de censure sera abolie.

Les dispositions particulières assurant la liberté de création reposeront sur les principes suivants : 1- Soustraire la culture à l’emprise des affaires ; 2- démocratiser les moyens modernes d’information et de diffusion ; 3- Décentraliser ; 4- Ouvrir la culture à l’enfance et à la jeunesse.

E-.H.

Comment (24)

    Un Lecteur Lambda
    9 novembre 2018 - 23 h 06 min

    @ZORRO
    L’idée de l’habiller d’une fouta n’est pas mal, elle suggérera ainsi moins de fantasmes. Les ardeurs des zozos-vandales finiront peut-être par s’apaiser.

    Un Lecteur Lambda
    9 novembre 2018 - 15 h 17 min

    Les traditions, les coutumes, les pratiques, etc. constituent un ensemble grâce auquel un peuple se représente sa propre vie et construit son propre avenir, c’est en quelque sorte le produit d’un imaginaire collectif. On peut dire que la culture est la représentation de l’identité d’un peuple.
    Celle-ci n’est pas figée, elle évolue par l’apport et les échanges avec d’autres peuples mais aussi par la capacité que déploient les peuples eux-mêmes à s’adapter à leur environnement.
    Cependant, il existe un équilibre entre l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes et le monde qui nous entoure.

    Dans cette contribution, quelque chose ne colle pas. Il y a comme une dichotomie entre le texte et l’image. Cette dernière censée accompagner ce texte (pour une meilleure compréhension de ce qu’est la culture et des conditions et moyens de son développement) fait selon moi polémique.
    Je m’explique :
    1- l’image (qui accompagne le texte) représente la statue d’une femme visiblement européenne et nue (1er à-coup).
    N’importe qui peut se poser la question : « en quoi cette image (de femme nue) est-elle représentative de ma culture ou pour l’exprimer d’une façon plus explicite, en quoi cette représentation (la statue) symbolise-t-elle mon passé, mon présent et de surcroit mon avenir ?»
    2- cette statue est vandalisée, veut-on mettre l’accent sur l’acte de vandalisme, autrement dit dénoncer l’acte ou bien s’agit-il de donner une image de ce qu’est ou ce que devrait être la culture ? (2e à-coup)
    3- Si l’objet est d’expliquer à la fois le caractère universel de la culture et le développement culturel, social, etc. en gros, le progrès, il aurait fallu choisir une image plus « consensuelle », ou en d’autres termes plus en cohérence avec le propos développé.
    Certains polémiquent sur le caractère « pornographique » de cette statue de femme nue, d’autres sautent sur l’occasion pour dénoncer une vision rigoriste et dans laquelle l’Islam nous veut « nous enfermer », etc.
    Si l’on veut recentrer le débat autour de la culture, il est nécessaire de partir de ce que nous sommes, plutôt que citer Cicéron ou je ne sais quel penseur grec.
    Nous sommes d’abord un peuple millénaire qui a évolué au gré des temps, des rencontres mais aussi des confrontations, il s’est construit une vie, un imaginaire… autour de son existant, de ses idoles, de ses croyances…
    La colonisation, plaie encore béante, a tenté de nier cette « construction millénaire » de notre identité par ses actions dévastatrices. Si nous avons résisté et que nous sommes là aujourd’hui à en débattre c’est grâce essentiellement à l’Islam. Il a été le socle qui a unifié nos ardeurs et multiplié notre force de résistance. Imaginez un instant ce que nous serions devenus sans l’Islam. Nous aurions été « créolisés » pour devenir une entité sans culture donc sans identité, un peuple « abâtardi »…

      ZORO
      9 novembre 2018 - 18 h 23 min

      Salut Lambda , s ils ont suivi mes conseils nous n en serions pas là, une fouta kabyle, une foulara pour amazighizer notre fouara.😁😁
      SigneZORO. ..Z….

    Freud Lacan
    8 novembre 2018 - 19 h 46 min

    Le malade à son psy:
    Docteur, aidez-moi. Chaque nuit la dame de Fouara descend de son piédestal, traverse la rue et pénètre dans ma chambre.
    Le psy: de quoi vous plaignez vous. Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir une visite aussi charmante
    Le malade: je ne dis pas le contraire sauf qu’en entrant dans ma chambre, elle la porte tellement fort que ça me réveille. Alors donnez-moi un médicament pour que je puisse enfin terminer mon rêve.

    anonyme
    8 novembre 2018 - 7 h 40 min

    … le nudisme n’est pas une forme d’art mais de perversion. Cette statue peut aisément être remplacé par des paysans en burnous en train de battre le blé … Voilà qui serait de l’art populaire, sain et pudique (qui ne choque pas) !

    6
    6
    socrate
    7 novembre 2018 - 23 h 51 min

    Cette statue est un joli produit de la culture européenne et il est prévisible qu’elle serait attaquée par les tenant d’un islam « pur » puisque l’islam interdit formellement la représentation du visage et du corps humain et qu’ensuite une femme nue en est le sujet. C’en est trop pour un pays qui est devenu une annexe saoudienne et les algériens feraient mieux de la renvoyer en France qui leur donnerais autre chose en échange.

    3
    6
    ZORO
    7 novembre 2018 - 18 h 10 min

    @Zaatar,karamazov et abou stoff:
    QUE diriez vous d un retour aux sources en habillant la fouara d une fouta kabyle?..
    SigneZORO. ..Z…

    8
    3
    Zaatar
    7 novembre 2018 - 12 h 44 min

    Inutile d’aller plus loin dans les débats, la photo seule témoigne de notre culture et de nos sens de créativité… qu’on peut généraliser bien sur à notre façon de vivre, de communiquer et de s’insèrer dans les sociétés.

    2
    4
      Abou Stroff
      7 novembre 2018 - 13 h 33 min

      imaginons un instant que le nu Aïn El-Fouara soit remplacé par « l’origine du monde ». quelle serait la réaction des gardiens du temple? se mettraient ils à pratiquer l’onanisme à grand échelle pour « décompresser »?
      quant à la culture en particulier et l’idéologie, en général, elle est simplement le produit de la praxis des hommes. au sein d’un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, la culture se résume à justifier la domination des couches rentières et halaliser la prédation.
      le reste, tout le reste n’est que de l’onanisme à grand échelle qui ne dit pas son nom.

      2
      3
      Cesarem legato alcrem forum mm
      7 novembre 2018 - 19 h 23 min

      @ Lhadi
      Pour ne pas perdre y son latin, disons simplement : Cicéron ce n’est Poincaré.

    anonyme
    7 novembre 2018 - 7 h 49 min

    Il y a deux « cultures ». Celle que les peuples construisent dans le quotidien et qu’on appelle « folklore ». Et celle que les marchands du temple construisent et imposent pour faire de l’argent … C’est cette dernière que l’on nous vend par médias interposés et qui sert à étalonner le beau, le chic, le présentable, etc. Bref, ce qui serait « IN », « A FAIRE », « A VOIR », « A VISITER », etc. De quelle culture parlez-vous ? Une statue aux seine nus est « culturelle pour les Francs-maçons; elle est hérésie pour les croyants …

    4
    4
      lhadi
      7 novembre 2018 - 10 h 02 min

      « Un champ si fertile soit-il, ne peut être productif sans culture, et c’est la même chose pour l’âme sans enseignement ». Ciceron (Tusculanes, II, 13).

      J’espère que cela vous aidera à comprendre l’utilité de ma contribution.

      Fraternellement lhadi
      ([email protected])

      6
      2
        anonyme
        8 novembre 2018 - 7 h 33 min

        Ciceron ne me dit rien, pas plus que vous. Je vous parle de la « culture » que vous essayez de faire accepter comme panacée. Je dis que votre « culture » n’est pas LA « culture ». Elle reste la vôtre. L’art que vous défendez est un art bourgeois, colonialiste, emprunté à une civilisation qui n’est pas mienne. Je suis né dans un peuple pudique et je veux le rester. La pudeur est une vertu, contrairement à votre art qui a débouché sur le mariage pour tous et la dégénérescence. L’homme doit-il dégénérer pour que vous l’aimiez ?

        4
        5
          lhadi
          8 novembre 2018 - 11 h 06 min

          Sans vouloir polémiquer, je dirai que rien ne permet de dire que cette statue est nue sauf dans l’imaginaire malsain qui permet de fantasmer.

          Donc, libre à vous de fantasmer mais « assassiner » les lieux de mémoire, qui jalonnent l’Algérie et déconstruisent tous les paradigmes, est un crime.

          Le patrimoine comprend tous les biens culturels de valeur transmis par les générations antérieures, depuis les bâtiments historiques jusqu’aux traditions culturelles.

          La notion de conservation du patrimoine couvre plus largement une approche qui conserve, interprète et met en lumière les témoignages du passé pour l’éducation et l’édification du public, aussi bien les communautés locales que les visiteurs. Mise en œuvre de manière idéale, cette approche fondée sur une interprétation plurielle des valeurs du patrimoine, conduit à une compréhension du passé plus approfondie et plus équilibrée.

          Dans cet esprit, il importe de mettre une attention particulière sur quelques objectifs majeurs sui concernent la protection et l’usage durable du patrimoine :

          1 – Le plein et égal accès à l’éducation, la libre poursuite de la vérité objective et le libre échange des idées et des connaissances

          2 – La mobilisation des connaissances scientifiques au service d’un développement durable.

          3 – Le traitement des nouveaux défis sociaux et éthiques,

          4 – La promotion de la diversité culturelle, le dialogue interculturel et une culture de paix.

          5 – Le soutien de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.

          6 – Promouvoir la cohésion sociale en encourageant le pluralisme, le dialogue interculturel et une culture de la paix et en garantissant le rôle central de la culture dans le développement durable.

          7 – Préserver la richesse irremplaçable de l’humanité : sa diversité et son patrimoine commun.

          Fraternellement lhadi
          ([email protected])

          4
          1
    Linguistique
    6 novembre 2018 - 20 h 52 min

    Les Occidentaux et leur civilisation « judéo-chrétienne » ont depuis longtemps compris que leur culture était véhiculée par le corps de la femme. Et de nous expliquer que dans  » CULTURE  » il y ac devinez quoi? … (vous n’avez pas trouvé et vous êtes tombé dans le panneau) la réponse est: « TURE ». qui sert de cach-sexe au reste. Et les tordus islamistes qui s’en prennent à cette pauvre statue de Aïn Fouara (littéralement « La fontaine de la fumante » ce qui est intolérable vu ce que ce terme suggère de torride) demande pas autre chose que « couvrir ses seins (qu’ils ne sauraient voir en public, en privé ils ne cracheraient pas dessus) et ses parties intimes .Mais à tous ces fanatiques il faut rappeler que le chanteur américain Cat Stevens, avant de se convertir à l’islam a sûrement composéà Sétif son célèbre tube « My lady d’Arbanville dont les paroles sont explicites sur sa lubricité avant qu’il ne يتوب
    =====
    My Lady d’Arbanville, why do you sleep so still ?
    Ma dame d’Arbanville, pourquoi dormez-vous tellement ?
    I’ll wake you tomorrow
    Je vous réveillerai demain
    And you will be my fill, yes, you will be my fill.
    Et vous serez ma suffisance, oui, vous serez ma suffisance.

    My Lady d’Arbanville why does it grieve me so ?
    Ma dame d’Arbanville pourquoi me fait-il autant de peine ?
    But your heart seems so silent.
    Mais votre coeur semble si silencieux.
    Why do you breathe so low, why do you breathe so low ?
    Pourquoi respirez vous si bas, pourquoi respirez vous si bas ?

    My Lady d’Arbanville why do you sleep so still ?
    Ma dame d’Arbanville pourquoi dormez-vous tellement ?
    I’ll wake you tomorrow
    Je vous réveillerai demain
    And you will be my fill, yes, you will be my fill.
    Et vous serez ma suffisance, oui, vous serez ma suffisance.

    My Lady d’Arbanville, you look so cold tonight.
    Ma dame d’Arbanville, vous avez l’air si froide ce soir.
    Your lips feel like winter,
    Vos lèvres ont l’air comme l’hiver,
    Your skin has turned to white, your skin has turned to white.
    Votre peau a viré au blanc, votre peau a viré au blanc.

    My Lady d’Arbanville, why do you sleep so still ?
    Ma dame d’Arbanville, pourquoi dormez-vous tellement ?
    I’ll wake you tomorrow
    Je vous réveillerai demain
    And you will be my fill, yes, you will be my fill.
    Et vous serez ma suffisance, oui, vous serez ma suffisance.

    4
    4
    Ch'ha
    6 novembre 2018 - 20 h 14 min

    PS : la culture et le patrimoine à étudier dès l’enfance avec l’école : sorties scolaires visites du patrimoine culturel de musées etc….exposition scientifique etc….randonnées oui j’insiste car la nature paysage c’est du patrimoine.

    3
    5
    Ch'ha
    6 novembre 2018 - 20 h 02 min

    Vaste sujet que la culture et l’art qui fait parfois l’objet d’examen au bac philo d’ailleurs 😉
    Je vais être très terre à terre et prendre l’exemple de Aïn Fouara : ne pas faire d’un cas une généralité : cette statue trône depuis des décennies à proximité du jaama si je ne m’abuse sans offusquer qui que ce soit et ce quel que soit l’âge. Donc son vandalisme n’est autre que le fruit d’illuminés dont le cerveau est malade et plus qu’atteint pour y voir systématiquement une atteinte à la pudeur.
    Ensuite en France pour avoir sillonné les expo d’arts contemporains il y a de tout de l’art et du n’importe quoi : je prends l’exemple de la biennale d’art contemporain de Lyon où les 1ères années l’on trouvait des artistes talentueux de divers pays Japon USA Algérie etc.. j’insiste sur talentueux avec un RÉEL CONCEPT j’ai pour mémoire une œuvre d’art sur des pans de mur à la Sucrière (=nom du musée) représentant Bush Saddam Hussein la guerre d’Irak etc….oeuvres plus ludiques où l’on participe à l’oeuvre etc…et depuis les dernières années en chute libre des pseudo artistes sans talent aucun concept.
    Autre exemple d’une exposition 2018 sur le genre à Saint-Étienne par un couple de lesbiennes que je n’ai fort heureusement pas vu mais lu un article où certaines oeuvres apparaissaient : de la pédophilie pure et simple où quand l’argent public finance les névroses et DÉLIRES.
    Autre exemple j’ai vu l’exposition censurée par la suite en France Our Body exposition de corps humains de dissidents chinois après plastination (polymères de silicone à la place des fluides organiques) je n’ai pas été choquée mon esprit scientifique et j’y ai même vu l’aspect artistique.
    @Alfa non le cerveau algérien n’est pas réfractaire à la culture et l’art et le pays en regorge machallah musée Nasreddin Dinet à Bou-Saâda, art rupestre peintures rupestres….etc etc etc…

    1
    2
      Anonyme
      7 novembre 2018 - 10 h 39 min

      Très intéressantes vos petites virées artistiques chez fafa, mais elles sont hors sujets.
      La question est: la société algérienne actuelle est-elle compatible et/ou accepterait-elle la Culture dans ce qu’elle implique pour une liberté totale de création de l’artiste.
      Ou devons-nous ne permettre que la « culture » conforme à nos traditions, à nos valeurs, à notre morale? Et bannir cette culture occidental décadente, dégradante, immorale que vous allez admirez chez fafa.

      3
      2
    Alfa
    6 novembre 2018 - 19 h 08 min

    La culture au sens large du mot nécessite une TERRE FERTILE prête à accepter toutes sorte de semonces. On ne peut pas planter des patates dans le desert (sable) ça ne pousse pas pour la simple raison qu’elles ni s’y prêtent pas à ce genre de culture(sol poreux, pas de rétention d’eau et de nutriments)
    La culture de l’esprit c’est pareil; le cerveau humain de l’Algérien n’est pas propice à accepter ce genre de culture. Il a été conditionné dés son jeune âge à ne rien recevoir. Il est gangréné jusqu’aux neurones, ça nécessite une ablation de la partie gangrénée.
    Nos artères sont tellement crasseux qu’elles empêchent toute circulation du sang vers le cerveau. Il est étouffé et bourré de préjugés qu’il ne laisse aucune place à sa fertilisation.
    Il y a une ancienne citation qui dit: DIEU a envoyé de la pluie sur différentes zones de la terre;
    Les montagnes, les prairies et les deserts.
    1er. Les montagnes(rocheuses et difficiles d’accès de telle sorte que la cultures dans les montagnes nécessite des efforts supplémentaires pour son entretient, la rétention d’eau est tellement dense qu’il n’y a que quelques semonces qui résistent et qui s’y adaptent d’où le peu de variété en terme de récolte.
    2eme. Les prairies ou la culture est propice à tout genre de cultures sans aucun effort supplémentaire. toute les semonces s’adaptent à la terre l’irrigation ne nécessite aucun effort supplémentaire. Les récoltes sont variées et abondantes.
    3eme. Les deserts; sablonneux, poreux sans rétention d’eau aucune donc les semonces ont tendance à manquer d’eau et séchés ce qui nécessite de l’irrigation en permanence et il n’y a que quelques semonces qui s’y adapte. Les récoltes sont minimes et insignifiantes.
    Donc à vous de choisir lequel ds ses terrains sont propices pour la plantation des semonces.

    Djeha Dz.
    6 novembre 2018 - 18 h 31 min

    Bien dit Mr El-Hadi, j’adhère à votre manifeste.

    – La qualité du standard de vie des peuples, est intimement liée aux pays à fort caractère et potentiel scientifique et culturel. Est-ce un hasard ?
    C’est, ces pays qui furent le berceau de la culture, des arts et du savoir que beaucoup de peuples souhaitent se hisser pour une vie meilleure.
    La promotion de l’homme et son environnement passe forcément par la liberté de penser et d’agir.
    La culture au service de l’idéologie, c’est de la propagande. La création au service de l’argent, c’est du commerce.
    L’argent au service de la culture, c’est l’épanouissement des hommes.

    3
    2
    N'importe quoi !!!!
    6 novembre 2018 - 16 h 03 min

    Pourquoi !!! Pour les algériens montrer une sculpture de femmes nue s’appelle de la culture.
    L’idolâtrie est une culture.
    Les pervers qui déambulene dans les rues en algérie seront davantage remonter en testostérone au vue de statuts de ce genre.
    Et les femmes en algérie deviendront des proie potentiels.
    Vestiges de la colonisation française ancien tortionnaires du peuple algériens.
    Vous vivez dans les saletés, vous êtes des assassins de la routes, vous n’aimez pas travailler, vous agressez du couteau un individu pour un oui où un non.
    Et vous voulez nous parlez de culture.
    Allez d’abord vous mouchez le nez.

    9
    20
      manman1954
      6 novembre 2018 - 16 h 54 min

      Cette statue surplombe la source « Ain El Fouara » depuis plus d’un siècle, sans jamais choquer les Algériens. Ce n’est pas un Marroqui, inculte et sujet (esclave) du Makhzen qui va nous détourner de ce symbole de Sétif.

      18
      5
      Ch'ha
      6 novembre 2018 - 18 h 34 min

      @N’importe quoi
      Surtout ne changez pas votre pseudo pour que systématiquement l’on s’arrête à la lecture de celui-ci.

      8
      3
    Karamazov
    6 novembre 2018 - 14 h 07 min

    Je crois que qu’en guise réponse à l’article précédent la photo est plus parlante que le plaidoyer pour la culture. Si cette statue saute aux yeux dans l’autre article au sujet de KD la mutilation est plus sournoise. Elle est le plus parlant des témoignages sur l’inquisition qui sévit à notre époque.

    Et comme nous sommes dans un regard sur le rapport à la colonisation , cette mutilation, figure l’autre mutilation culturelle, celle que ceux qui veulent bannir KD, et Sansal infligent à toute tentative de création au sens propre en ce mot moment.

    Il est impératif de ne plus restaurer cette statue pour qu’elle puisse témoigner de l’aberration qui domine notre temps.

    15
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.